Navigation – Plan du site
82.407

L'art de la prédication

Réflexions et suggestions pour une proposition de foi homilétique
François-Xavier Amherdt
p. 547-566

Résumés

L’homélie liturgique a mauvaise réputation, alors qu’elle continue de toucher chaque dimanche une foule de personnes et de constituer la principale nourriture de la foi de nombreux fideles. L’essai énonce quelques réflexions issues de la pratique et de l’enseignement de l’homilétique, afin de faire de la prédication un lieu de proposition de la foi, au service d’une ≪ pastorale d’engendrement ≫. Le prédicateur est comme mandate par sa communauté pour fréquenter le Seigneur en sa Parole puis partager celle-ci cordialement. S’il parle de manière vraie, intelligente, vivante et positive, l’activité homilétique deviendra une sorte d’accompagnement spirituel communautaire auprès d’assemblées contemporaines les plus diverses.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  C'est le sous-titre du collectif dirigé par G. Routhier, Faire écho au Verbe. Réinvestir dans l'ho (...)
  • 2  Pour reprendre une expression en vogue depuis peu, grâce notamment aux deux ouvrages dirigés par P (...)

1L'homélie a fort mauvaise réputation. Elle continue pourtant de rejoindre chaque dimanche un nombre considérable de personnes à travers les diocèses et les paroisses, et de leur offrir une nourriture plus ou moins consistante pour leur chemin de vie. Il vaut donc la peine de réinvestir dans l'homélie1 et de lui vouer une attention soutenue, car elle constitue, aujourd'hui plus que jamais, un lieu éminent de la proposition de la foi et de la pastorale d'engendrement2.

  • 3 C'est le titre donné à un malicieux ouvrage d'un groupe de théologiens lyonnais : P. Thomas, Si vou (...)

2Le présent essai a pour seule prétention d'énoncer quelques réflexions sur le commentaire liturgique de la Parole, à partir de ma propre expérience de prédicateur et de professeur d'homilétique, également d'émettre quelques suggestions afin de contribuer à renouveler l'art de prédication, dans l'espérance que celles-ci touchent tant ceux qui prêchent que celles et ceux qui se passionnent, se nourrissent ou... s'ennuient pendant le sermon3.

3Il est significatif que nos considérations théologiques s'inscrivent dans un mouvement général de redécouverte de la rhétorique, dans les registres juridique, politique, social et commercial. L'université de Fribourg est d'ailleurs sur le point de créer un Master transdisciplinaire en rhétorique, qui convoquera les compétences des professeurs de droit, de lettres et de théologie.

1. L'homélie, un acte de foi

  • 4  Les homiléticiens germaniques ne manquent pas de cultiver avec intensité, depuis quelques années, (...)
  • 5  Signalons P. Guerin et T. Suttcliffe, Guide du prédicateur. À l'usage des laïcs et des prêtres, Pa (...)

4Au contraire de cette réactivation de l'antique discipline de la rhétorique dans l'univers profane, il est étonnant de constater combien on se préoccupe rarement de l'homélie en Église catholique, notamment dans le domaine francophone4. Très peu d'impulsions pastorales vigoureuses ont été données à ce propos par les Conférences épiscopales ou les Congrégations romaines, et un nombre très restreint de publications en français lui ont été consacrées ces dernières années5. On chercherait en vain des lieux ou des sessions de formation permanente en France, en Suisse ou ailleurs en francophonie. C'est un peu comme si, après la belle réforme de Vatican II (Constitutions Dei Verbum et Sacrosanctum Concilium), il était naturel que l'homélie en découlât.

5Il y a là de quoi engendrer le découragement, aussi bien chez les prédicateurs que chez les auditeurs. Pourtant, l'heure est bel et bien venue de se pencher à nouveaux frais sur l'homélie, tant la soif spirituelle des assemblées croît. Pourquoi si peu de fidèles interpellent-ils le président de la liturgie au sujet de sa prédication, pour le féliciter, à l'occasion, pour l'inviter à poursuivre, à persévérer ou à redresser sa visée? Si les pasteurs sont appelés à aimer leurs auditeurs, ceux-ci peuvent également les soutenir.

6En effet, l'homélie est d'abord un acte de foi en Église, qui continue de croire que la prédication liturgique actualise la Parole de Dieu, selon l'exemple de l'homélie de Jésus à la synagogue de Nazareth: «Aujourd'hui, proclame Jésus, en refermant le rouleau d'Isaïe 61 qu'il venait de lire, s'accomplit à vos oreilles ce passage de l'Écriture» (Lc 4,16-21). Quel modèle inégalable, notamment par sa brièveté !

Acte de foi dans la liturgie

7La foi en la prédication s'appuie sur la foi en la liturgie. Car l'homélie, parole située, fait partie intégrante de la liturgie. Même si elle paraît dévaluée, même si elle fait parfois «épicerie de quartier» et «soupe populaire», au regard des amateurs de «cuisine fine», l'homélie continue de nourrir le peuple de Dieu. Elle demeure la principale source d'alimentation de la plupart des fidèles.

L'homélie [...] est fortement recommandée comme faisant partie de la liturgie elle-même; bien plus, aux messes célébrées avec le concours du peuple, les dimanches et jours de fêtes de précepte, on ne l'omettra que pour un motif grave (Sacrosanctum Concilium, n. 7).

8C'est parce que la célébration permet la rencontre effective avec le Seigneur ressuscité que l'homélie y conduit aussi.

Acte de foi en la Parole

  • 6  Cette unité est un peu atténuée lorsque prêche un prêtre autre que le président de la célébration (...)

9La valeur de l'homélie prend racine dans la conviction que le prédicateur, en lisant et commentant l'Évangile, accomplit une mission de l'Église, au même titre que lorsqu'il prononce les paroles sacramentelles. C'est pour cette raison fondamentale que la prédication durant une eucharistie est réservée au ministre ordonné. De même que le prêtre seul peut dire au nom de son ordination les paroles mêmes du Christ lors du dernier repas avec ses Apôtres, de même re-présente-t-il, rend-il présent le Christ, lorsqu'il proclame l'Évangile et l'actualise dans la prédication. L'identité de présidence souligne le lien entre les deux « tables ». Le Christ est aussi réellement présent dans la bonne nouvelle annoncée que dans le Pain et le vin eucharistiés6.

  • 7  Pour une étude de ces deux textes, avec leurs conséquences en pastorale, voir notre ouvrage cosign (...)

10Croire en l'homélie, c'est croire en l'efficacité de la Parole de Dieu, qui ne retourne pas à lui sans avoir fécondé la terre humaine, comme la pluie ou la neige (cf. Is 55,10-11), une Parole plus pointue et plus acérée qu'une épée à deux tranchants (He 4,16-17)7.

Acte de foi dans l'assemblée

11Comme relation interpersonnelle, l'homélie dépend de la qualité de la relation interlocutive. Si le prédicateur se rend attentif à ses auditeurs, s'il prie pour leur disponibilité intérieure, s'il croit en leur capacité de se laisser rejoindre par le Verbe, cela se sent et change tout. Présider l'eucharistie et prêcher sont des actes d'abord spirituels: combien l'assemblée se laisse toucher par la qualité de présence liturgique du célébrant ! Pour aider à prier, prions. Ainsi que le dit si bien la prière des Pueri Cantores (les «petits chanteurs»): «Frères, chantons (prions) pour que l'on prie, pour qu'on regarde un peu le ciel ! ».

12Comme en tout processus de communication, la parole naît dans ceux, et de ceux, qui l'écoutent: l'homélie a besoin de l'auditoire comme l'arbre de la terre où il est (trans)planté. La parole joue dans cet espace où elle est dite et accueillie. C'est ainsi qu'elle peut effectivement devenir «intéressante», au sens du latin interesse, «se situer entre» le prédicateur et l'auditoire.

  • 8  Cf. F. Craddock, Prêcher, Genève, 1991, p. 25.

13Dans cette mesure-là, le bon prédicateur apparaît moins celui qui multiplie les effets de manche artificiels, par de vains « trucs » de marketing spirituel, que celui qui, avec un « sain(t) trac », cherche à tâtons une longueur d'ondes spirituelles entre lui et ceux qui l'écoutent. L'auditeur prend part à l'élaboration de l'homélie dès avant sa conception. L'auditeur parle au prédicateur avant que celui-ci ne s'adresse à lui8.

14En drainant plus ou moins consciemment ce qui bouge dans le cœur des auditeurs, le prédicateur devient le haut-parleur plus ou moins ajusté d'un peuple. Tout se joue dans cette connivence et cette communion profonde entre les partenaires de l'interlocution homilétique. Combien de prédicateurs confessent que le sens de leur homélie s'éclaire parfois au fur et à mesure de son déroulement liturgique, grâce au climat d'écoute dont ils bénéficient, comme s'ils finissaient par comprendre mieux ce qu'ils voulaient dire grâce à l'assemblée. La soif de ceux qui reçoivent le sermon s'avère vitale pour le prédicateur: c'est elle qui appelle la source à jaillir, à travers lui.

Foi en la puissance de la Parole prêchée

  • 9 9 Au sens de «mise en relation» que comporte également le terme logos, et qu'on retrouve dans «logi (...)

15Dans le vocabulaire biblique, la parole (dabar) est un acte, elle fait événement. Dans le premier récit de la création en Gn 1, la Parole divine fait ce qu'elle dit en mettant de l'ordre dans le chaos primitif. À l'autre bout de la Révélation, le Fils de Dieu se fait Verbe/Logos en prenant chair humaine. Sa Parole déploie son énergie créatrice, elle se fait action génératrice de vie, qui relie et rassemble9. Certaines paroles humaines possèdent ce potentiel d'efficacité «performative», comme le « oui » des époux qui scelle l'union au moment où il est prononcé : la parole de promesse, les propos qui consolent et réconcilient, ou au contraire blessent et tuent.

16C'est dans cette perspective que s'inscrit la parole prêchée, en écho catéchétique à la Parole révélée : le monde plongé dans un tohu-bohu indescriptible a besoin d'un verbe qui apporte clarté et repères ; les hommes contemporains déboussolés dans le flux d'une réalité mouvante attendent une parole-phare qui balise leur route.

  • 10  Je pense à un prêtre qui, chaque fois qu'il a rédigé une homélie dont il se sent assez satisfait e (...)

17Que les prédicateurs continuent donc de méditer les textes, de chercher des idées, de quêter des images et de laisser faire l'Esprit, source de toute créativité. Qu'ils se soutiennent mutuellement, qu'ils se passent des «tuyaux»10, qu'ils échangent sur leurs joies et difficultés dans ce ministère. Qu'ils ne se privent pas de demander des échos « en vérité » de la part des membres de leurs conseils ou des groupements de la région, qu'ils procèdent de temps en temps à des enquêtes auprès des paroissiens, qu'ils organisent des forums de débat ouverts à tous après les eucharisties. Comme je le dis chaque année, à la dernière séance de mon séminaire pratique d'homilétique : c'est maintenant que cela commence, pratiquez la «supervision» homilétique sans modération!

2. Une Parole reçue dans l'oraison

18A quoi bon «prendre» la parole si on ne l'a pas d'abord «reçue» ? L'homélie s'engendre dans l'état de disponibilité intérieure qu'adopte le prédicateur, à l'image du petit Samuel dans le temple : « Parle, Seigneur, ton serviteur est en état d'écoute » (1 S 3 ,9). Il s'agit donc de commencer par accueillir les textes au cœur de l'Église, de la prière et de la liturgie. Le Dominicain M.-J. Lagrange aimait recevoir les passages qu'il allait étudier et prêcher parmi les chants et l'encens. Rien ne remplace donc, avant même de consulter tout commentaire, une première lecture des textes, qui inaugure ainsi un long processus de rumination et de maturation de la Parole. L'homélie est à porter comme un enfant, afin qu'elle devienne susceptible d'engendrer à la foi. Tant mieux si certaines péricopes résistent au premier coup d'œil.

  • 11  Origène, Philocalie 2 (Philocalie 1-20. Sur les Écritures, Sources Chrétiennes, éd. M. Harl, Paris (...)

19Elles décentrent, surprennent et déconcertent, elles provoquent à l'approfondissement et à la créativité. Ce sont parfois les noix à l'écorce la plus amère qui, une fois cassées, livrent les fruits les plus savoureux. «Les divines paroles, comme le suggère Origène, disent que les divines Écritures sont fermées à clé et scellées, fermées par la clé de David (cf. Ap 3,7)11.» Et cette clé s'obtient dans la méditation et la prière.

  • 12  Cf. T. Long, The Witness of Preaching, Louisville - Westminster, 1989 ; également ma thèse d'habil (...)

20C'est à la chapelle que le prédicateur prépare le mieux son homélie, afin de puiser dans l'oraison inspiration et conviction, pour accorder son instrument à celui qui lui donne la partition. Une telle démarche tient un peu du pèlerinage : le prédicateur vient à la prière pour y retrouver les traces de Dieu. Il y emporte avec lui les destinataires de son homélie: c'est qu'il est comme mandaté par le peuple pour aller fréquenter le Seigneur sur la montagne d'un Sinaï d'aujourd'hui, y recevoir la Loi de vie et la volonté du Père, ensuite redescendre dans la plaine, afin de transmettre ce qui déborde de l'abondance de son cœur12.

21L'homélie et l'Écriture coulent de la même source, elles ne deviennent chair et sang des hommes que par l'inspiration de l'Esprit Saint. Comme dans l'existence, l'Esprit poursuit et active la sanctification des fidèles par l'intermédiaire des humbles discours des présidents d'assemblées, même s'ils ne sont ni Bossuet, ni François de Sales, ni le curé d'Ars. Il y insère son «énergie» propre, qui fait bouger l'Église et qui recrée, dimanche après dimanche, le peuple de l'Alliance. Ainsi «inspirés», les prédicateurs peuvent ressembler à ces conteurs de campements sous tente, faisant dans le désert de la société hypermoderne et urbanisée le récit inlassable des merveilles de Yahvé, celles d'autrefois et celles qu'il promet de réaliser aujourd'hui. Ni meilleurs ni pires que leurs prédécesseurs, ils sont attelés à la même tâche que les prophètes bibliques, charge rude mais belle, imprévue mais passionnante. Ils sont comme Amos, appelé « malgré lui » à interpeller le peuple d'Israël :

22Prophète, je ne l'étais pas, ni fils de prophète. Éleveur de bétail, j'étais, et planteur de sycomores. Mais le Seigneur m'a pris de derrière mes vaches et il m'a dit : « Va, prophétise à mon peuple. Alors, maintenant, écoute la Parole du Seigneur ! » (Am 7,14-15)

3. La Parole expliquée : pour une prédication intelligente

Servir la Parole et non s'en servir

  • 13  Pour l'articulation de ces trois mondes - «derrière le texte», «du texte» et «devant le texte» - v (...)

23Le but de l'homélie consiste à transmettre la Parole à la communauté, afin de nourrir celle-ci et de la faire vivre. Pour faire parler les textes, il s'agit donc d'entamer avec eux la conversation, de « surprendre » la conversation originelle qui a présidé à leur rédaction (« le monde derrière le texte ») et de se pencher attentivement sur leur texture littéraire, leur genre littéraire, leur construction, leur fonction au sein de l'ensemble du Canon des Écritures («le monde du texte»). C'est seulement par une ascèse que peut s'engager la conversation avec la personne du prédicateur puis avec l'assemblée liturgique («le monde devant le texte»)13. Cette ascèse articule des approches diachroniques et reconstructives, pour déterminer l'enracinement historique des textes, avec des méthodes synchroniques et narratives, afin d'établir leur agencement littéraire, leur portée rhétorique, leur contexte dans le Livre auquel ils appartiennent, leur visée théologique spécifique. Les prédicateurs catholiques devraient s'imposer la même discipline que leurs homologues réformés, en lisant régulièrement un ou deux grands commentaires bibliques. Puissent-ils continuer de rester informés des recherches académiques en exégèse, de cultiver une saine curiosité théologique !

  • 14  Ainsi, pour les revues : Le Monde de la Bible, Biblia ou les Cahiers Evangile avec leurs Supplémen (...)

24Pour prêcher sur les textes de la Genèse, de l'Exode ou du Deuté-ronome, comment faire l'économie des récentes remises en question de la théorie documentaire du Pentateuque, qui met désormais en avant deux grandes traditions (deutéronomiste et sacerdotale) et non plus quatre (yahviste et élohiste abandonnées)? Pour rejoindre les préoccupations des gens, comment faire totalement l'impasse sur les dernières découvertes en archéologie biblique et sur les débats qu'elles ont suscités autour de l'historicité des événements narrés par les deux Testaments ? De nombreuses revues et ouvrages d'intelligente vulgarisation s'emploient à faire connaître ces recherches14.

Être attentif à ce que veut faire le texte

  • 15  Expression fort prisée notamment par B. Reymond : De vive voix. Oraliture et prédication, Genève, (...)

25La lecture attentive des textes en vue de la prédication porte dès le début le souci des auditeurs. On peut parler dès lors d'une « exégèse homilétique»15, au sens qu'elle se soucie moins des débats techniques ou historiques soulevés par la science exégétique que de la signification des textes dans leur capacité de refigurer le monde des auditeurs futurs. Une telle approche privilégie par exemple l'attention à ce que veut faire le texte, à sa visée rhétorique, différente selon qu'il s'agit d'une parabole, d'une invective ou d'un dit de sagesse. Le prédicateur est alors conduit à adopter une forme homilétique qui donne la possibilité au texte de produire l'effet pour lequel il a été écrit. Ainsi, un sermon sur la béatitude « Heureux les pauvres en Esprit » ne devrait pas exhorter (« Nous devons être pauvres en Esprit ») mais proclamer le bonheur en acte qu'elle procure. Une homélie sur le renversement par Dieu des puissants, dans le cantique du Magnificat (Lc 1,46-56), gagnerait à ne pas expliquer la nature d'un tel renversement mais à le mettre en œuvre, par exemple en narrant une histoire de renversement.

  • 16  Voir notamment M. Graves, The Sermon as Symphony. Preaching the Literary Forms of the New Testamen (...)
  • 17   Cf. J. Childers, Performing the Word. Preaching as Theatre, Nashville, 1998.

26Preaching as event, disent les Américains16. Il convient de faire de la prédication elle-même un événement de grâce, une « performance», comme un concert ou une représentation théâtrale17 - sans tomber dans les dérives des shows médiatiques de certains télévangé-listes nord-américains -, un acte de parole où les choses adviennent tandis qu'elles sont dites.

Être conscient du point de contact avec le texte

27Il est un autre point constitutif de l'exégèse homilétique: être conscient de l'élément du texte avec lequel le prédicateur s'identifie et propose à ses auditeurs de s'identifier. Ainsi, lorsque les pharisiens critiquent Jésus parce qu'il mange avec les pécheurs, de quel côté la prédication se met-elle : spontanément du côté du Christ ou de celui des pécheurs ou plutôt de celui des chefs du peuple ? Comme le dénonce avec humour F. Craddock, dans un manuel homilétique pétri de bon sens :

  • 18  Craddock, Prêcher, p. 122.

Lorsqu'on se rend compte que les prédicateurs ont toujours tendance à graviter autour des meilleurs sièges proposés par le texte, on a avantage à opérer un déplacement ; pour le prédicateur ce sera salutaire, et pour la communauté, bienvenu. Le prédicateur peut revenir au texte et écouter Paul ou Jésus plutôt que de répéter ce qu'ils ont dit. Cela fera une différence énorme au niveau du sermon.18

Débusquer les fausses pistes

  • 19  Comme en 1 Co 6,13 : « Le corps est pour le Seigneur et le Seigneur pour le corps».

28Ensuite, le prédicateur peut avoir un intérêt à expliciter les mots ou expressions que les fidèles comprennent souvent de travers : par exemple la « crainte » vétérotestamentaire, la « chair ou le corps », pas du tout reçus en leur signification «holistique» de globalité de l'être humain dans sa visibilité relationnelle19. Il a pour tâche d'essayer ainsi de combler le fossé qui demeure indéniablement entre la mentalité contemporaine et les conceptions bibliques, lesquelles placent Dieu immédiatement derrière un phénomène naturel (l'orage au Ps 29) ou un événement (le malheur dans une ville en Am 3,6, ou l'endurcissement de Pharaon en Ex 14,8), tandis que l'homme postmoderne en cherche (légitimement) les causes secondes, physiques ou morales, au nom de l'autonomie et de la liberté individuelle.

29Grâce au travail exégétique, le prédicateur parvient à relativiser avec pertinence des éléments très marqués par le contexte de l'époque, donc à une saine « démythologisation» de la cosmologie biblique à trois étages, de la présentation imagée des anges et des démons, du paradis et de l'enfer dans les Saintes Écritures. Il est indispensable de « dé-contextualiser » les textes afin de libérer ce qu'ils «donnent à penser» aujourd'hui, puis de pouvoir les « re-contextua-liser» correctement.

Respecter l'altérité «rugueuse » des textes

30Les dernières opérations n'empêchent pas que les textes provoquent souvent à un salutaire décentrement du prédicateur et des auditeurs, hors de leurs conceptions parfois étriquées, pour les faire entrer dans un véritable dialogue de foi avec le Dieu biblique. Car il y a danger à se complaire dans l'effet-miroir et à ne retenir des textes que les parties dans lesquelles les lecteurs « se retrouvent bien». Il y a de « faux » scandales inutiles que le prédicateur doit gommer. Mais il y en a de « vrais » et de nécessaires, ceux que provoque le choc foncier de la foi chrétienne: le Dieu radicalement Autre, le Fils de Dieu qui se fait homme et qui, folie devant le religieusement correct, meurt sur la croix pour sauver l'humanité (cf. 1 Co 1,17-3,14); l'Église si humaine, instituée pour devenir signe de l'Éternel, que le prédicateur est appelé à annoncer. Que le prédicateur explique les textes « scandaleux» aux membres de l'assemblée, les laissant ensuite s'expliquer avec Dieu et sa Parole. Tant mieux si de temps en temps les homélies choquent les fidèles, pas au sens de «les faire chuter» (cf. Mt 18,6-7), mais dans la perspective de renvoyer au Mystère qui nous déborde et nous bouscule.

31La Bible est et doit rester un livre «dangereux», qui nous dérange : à l'image de l'évangéliaire, déposé sur le cercueil de JeanPaul II lors de la célébration de ses funérailles, tout à coup ouvert par le vent de l'Esprit, sans que le protocole l'eût prévu. Le souffle de Dieu descelle le livre clos et ouvre des horizons insoupçonnés, il pousse en avant la barque ecclésiale, souvent là où elle ne s'attendait pas à aller.

S'effacer devant le mystère d'une rencontre

32Un prédicateur demeure un humble porte-parole, un héraut, un haut-parleur, telle Bernadette Soubirous lors des apparitions à Lourdes : « Je ne suis pas chargée de vous faire croire, je suis chargée de vous le dire ! » Celui qui prêche exerce une double mission: faire entrer les auditeurs dans le monde des textes bibliques, faire entrer le monde biblique dans le monde des auditeurs. Devant Dieu, sur la montagne, comme Moïse, il plaide la cause de sa communauté et en célébration il la lui présente. Devant le peuple, dans la plaine, il plaide la cause de Dieu et, en célébration, il fait retentir l'interpellation divine aux oreilles de ses auditeurs, sans fausse retenue. Il a un double mandat à exercer avant de se retirer, de s'effacer, tel Jean-Baptiste (cf. Jn 3,28-30) devant la rencontre avec l'Époux, qui relève du mystère de l'intimité du croyant et de la grâce de Dieu, dans le secret de leur face-à-face. Indispensable, l'homélie demeure insuffisante: elle se place au service de la rencontre de foi, libre et personnelle. L'essentiel se joue dans le silence qui suit la prédication, car le silence qui suit Mozart est encore Mozart.

Obéir selon la foi

33Voilà que le prédicateur se retrouve, comme tout baptisé, serviteur à la fois indispensable et inutile. Il connaît l'obéissance de la foi: écoute de la Parole « depuis en bas », du bas de ses limites et de ses désirs. La « vérité» du prédicateur et de son écoute sert la vérité des croyants lorsqu'ils se laissent toucher, éveiller et provoquer par la Parole d'un Autre, du Tout-Autre. Ils peuvent alors lui donner écho et se laisser eux-mêmes motiver, mettre en mouvement, pour faire découvrir à d'autres l'Ailleurs qui les a émerveillés. Si l'exégèse homilétique ne donne donc pas un cours d'archéologie ni de lecture scientifique, elle parvient à éclairer d'une manière nouvelle les grands champs de l'existence humaine : la vie et la mort, la vérité et le mensonge, la chair et les relations au monde, le bonheur et l'avenir... L'étude se mue alors en acte d'obéissance, en moment d'adoration, en activité éminemment pastorale. Comme le clame à bon escient le professeur Craddock :

  • 20  Craddock, Prêcher, p. 70-71.

L'assurance tirée de l'étude (pas la pseudo-assurance de la bravade) ouvre la porte aux pouvoirs de la communication. Connaître son sujet et croire en sa valeur rend libre ; c'est cette liberté qui permet à toutes les facultés de s'épanouir à leur meilleur niveau au service de la parole et de l'écoute20.

34Porté par une liberté exercée dans l'humilité et l'humour par rapport à soi-même, le prédicateur n'est pas tenu de dire le dernier mot, le plus savant ou le plus intelligent, sur les textes. Il peut se contenter de murmurer: voici ce qu'Isaïe me dit ce matin, voilà comment j'entends aujourd'hui cette péricope de Matthieu.

4. Parler authentiquement

35Je plains les prédicateurs qui empruntent textuellement leur prédication à un site internet, à une revue ou un homéliaire, même si leur référence est de qualité. Car chacun a son propre timbre : l'accent est à la parole ce que le sourire est au visage. Un Strasbourgeois ne s'exprime pas comme un Genevois, ni un Marseillais comme un Québécois. Chaque prédicateur porte en lui une vibration propre, selon laquelle il « sonne juste et parle vrai ». Il faut être et rester naturel, être et demeurer soi-même, pour écrire et interpréter sa propre musique pour le style, la voix et le ton comme pour les gestes. À chercher le « populaire », on finit dans le trivial ; à quêter les effets de manche solennels, on aboutit au prétentieux.

Quelques caricatures à éviter

36Certains genres doivent être absolument évités : le genre « bavard », qui revient toujours sur les mêmes histoires personnelles et ressasse les mêmes clichés ; le genre «tribun», qui essaie d'arracher l'adhésion du peuple à sa propre idéologie, en imitant la démagogie politicienne ; le genre « avocat», pamphlétaire ou apologiste, qui tente de défendre à tout prix la cause du christianisme ou de l'Église, au risque de produire un effet contraire; le genre «professeur», qui récite une leçon, déverse du haut de la chaire un savoir et relègue inconsciemment les auditeurs au statut d'ignorants. «Ce n'est pas d'en savoir beaucoup qui rassasie et satisfait l'âme, précise Ignace de Loyola, mais de sentir et goûter les choses intérieurement» (Exercices spirituels, n. 2).

Être soi-même en homme de Dieu

  • 21  G. Bernanos, Journal d'un curé de campagne (1936), dans Œuvres romanesques, éd. A. Béguin et M. Es (...)

37L'acte de communication homilétique unifie la vie de celui qui prêche : c'est l'occasion pour ce dernier d'entendre la musique profonde de son être, de refaire sa théologie biblique, dogmatique ou morale et d'en dégager l'essentiel. Le parler vrai de la prédication se présente alors comme un acte-carrefour où formation et expériences se donnent rendez-vous ; à condition que le prédicateur parle avec conviction, se donne à la tâche, se livre tout entier à son auditoire et se laisse brûler et blesser par la Parole. Le Journal d'un curé de campagne de Bernanos l'exprime admirablement: «La Parole de Dieu c'est un fer rouge. Et toi qui l'enseignes, tu voudrais la prendre avec des pincettes [...] Je prétends simplement que lorsque le Seigneur tire de moi, par hasard, une parole utile aux autres, je la sens au mal qu'elle me fait21. » Car la conviction se révèle contagieuse, l'enthousiasme communicatif. Que voilà un beau compliment, au terme d'une célébration : en tout cas, celui-ci, il y croit. L'homélie est une affaire de feu sacré: reprendre le texte écrit d'une prédication après l'avoir entendue entraîne souvent une déception, car il y manque le timbre, la vibration, l'accent.

  • 22  H. Babel, La prédication, communicatrice de vie, Genève, 1991, p. 36.

38Le prédicateur agit autant par ce qu'il est que par ce qu'il dit. Comment parler authentiquement de la relation à Dieu, sans la vivre soi-même? L'auditoire se rend tout de suite compte si l'homélie sonne juste. L'étymologie du terme grec (homoios, semblable; ilè, troupe, foule) le dit bien: l'homélie se présente comme un discours développant un étroit contact avec les auditeurs et se déployant comme un entretien familier à propos des textes et de la vie. À cet égard, toute l'activité pastorale est « homilétique». Le pasteur H. Babel l'exprime en une formule lapidaire et provocante : «Prêcher non comme on prêche mais comme on parle. Et comme on parle pour son temps22

Rester vulnérable à la vie

  • 23  Au moment où cet article a été achevé (juin 2008), il était impossible en Suisse de ne pas faire r (...)

39Pour faire passer tout l'Évangile dans toute la vie, il est indispensable que le prédicateur demeure vulnérable à ce qui se passe et à l'existence des gens23. L'authenticité de Don Helder Camara m'avait ainsi laissé une forte impression lors de l'un de ses passages à Fribourg : il ne se plaçait pas du tout en professeur ou en sage ; il commençait par raconter comment, au début, il n'avait lui-même rien compris, et comment les autres lui avaient ouvert les yeux. Cette humilité avait ensuite conféré à son propos une prodigieuse crédibilité. Dès lors, le pasteur saura relever une rencontre qui lui a touché le cœur durant la semaine : une joie ou une détresse partagées. Il suffit d'y faire sobrement allusion, avec pudeur et délicatesse. Le peuple de Dieu le saisit, car il vit des expériences analogues. Devant les grandes questions existentielles, personne ne peut s'enorgueillir.

40Toute parole est risquée. Le prédicateur n'a pas besoin de prétendre exprimer les vérités éternelles. Il veillera simplement à y donner accès, avec pertinence, voire impertinence, en osant une parole directe, parfois inhabituelle ou « in-solente ». Il y faut une seule restriction: le prédicateur est là, avec des frères et sœurs, non pour ouvrir des blessures mais pour panser des plaies.

5. Parler clairement

  • 24  Cf. Babel, La prédication, communicatrice de vie, p. 39-47.
  • 25  Cf. B. Reymond, «Le prédicateur 'virtuose' de la religion. Schleiermacher aurait-il vu juste?», Et (...)
  • 26  La mère d'un jeune prêtre lui avouait après ses premières prédications : «Tu emploies des mots bea (...)

41Une homélie obscure et compliquée n'est pas plus profonde qu'un sermon clair et simple24 ! Les remarques de paroissiens sont ici à redouter : «Vous être trop calé, trop intelligent pour nous ! » Il en va ainsi pour tous les arts. «Il est au pouvoir de tout le monde d'être compliqué, mais le grand art trouve le chemin de la simplicité », déclarait Wilhelm Furtwàngler, chef d'orchestre. Et Pablo Casals, violoncelliste: «Les choses les plus simples sont celles qui comptent vraiment ». Simplex, dans le langage biblique, s'oppose à duplex, d'où vient duplicité. La complexité confine souvent à l'obscurité. Le prédicateur ressemble alors au virtuose qui accumule les gammes afin de donner l'impression que la musique interprétée est aisée25. On fuira donc le jargon ecclésiastique, le «patois» de Canaan. On saura se faire conseiller26 par des confrères bien intentionnés et veillera à avoir quelque chose à dire, comme le conseillait Cicéron. Le modèle de tout prédicateur demeure assurément le Christ lui-même: «Les foules étaient extrêmement frappées par son enseignement, car il enseignait avec autorité et non pas comme les scribes», selon Mt 7,28-29. Dans la synagogue de Nazareth, les auditeurs «étaient dans l'étonnement des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche» (Lc 4,22).

Parler « juste »

42Contrairement à l'adage italien traduttore, traditore, le prédicateur qui ne traduit pas la Parole pour aujourd'hui la trahit. Si la prédication ecclésiale ne sort pas du langage convenu et la plupart du temps pas compris, si elle ne parle pas la langue de l'assemblée et ne se risque pas à aller à sa rencontre, elle emprisonnera la parole. La sollicitude pastorale du responsable de communauté se mesure à son désir de comprendre ses auditeurs, de porter une attention soutenue à ce que pensent, éprouvent, désirent, souffrent, refusent, choisissent, oublient les gens des maisons et des rues, des bureaux et des boutiques de sa paroisse ; ces femmes et ces hommes, ces jeunes et ces enfants rencontrés, écoutés, approuvés, contestés, de semaine en semaine, avec leurs mots et leurs manies, leurs slogans et leur tabous, leurs allures et leurs silences. L'homélie est acte de communion, elle allie beaucoup de bienveillance et de connivence, avec un peu d'esprit critique.

  • 27  Au sens théologique fort de la « reconnaissance » d'un lien interpersonnel, tel que développé lors (...)

43C'est seulement s'il se sent reconnu27 dans ce que dit le prédicateur que l'auditeur y prête vraiment attention. On ne retient de nouveau que ce qui peut être relié à un élément familier. C'est tout l'art de la recognitio, reconnaissance : partir du déjà connu pour conduire plus loin. F. Craddock en parle abondamment :

  • 28  Craddock, Prêcher, p. 27.

Qu'on ne voie pas là [...] la suggestion de prêcher ce que les gens ont envie d'entendre, mais plutôt l'affirmation que l'on devrait prêcher de temps à autre ce que les gens ont envie de dire28.

  • 29  Ibid., p. 46

44Parler «juste», c'est parler autant de la part de la communauté qu'à son adresse. L'homélie ressemble à la prière, elle donne voix à ce que les gens sentent, savent, croient. « Mais elle peut aussi les briser, précise F. Craddock, si un jour ils entendent vraiment ce qu'ils ont pris l'habitude d'écouter sans l'entendre29.» Ceci exige du prédicateur qu'il commence par s'écouter lui-même avec sérieux, dans ses coups de sang et ses haut-le-cœur, dans sa propre perception du siècle, afin de mieux écouter et rejoindre ses auditeurs.

Parler « vivant»

  • 30  Le grand homiléticien américain D. Buttrick conçoit la construction d'une homélie par séquences (m (...)
  • 31  Selon la notion d'homilétique narrative et de temporalité mise en récit développée notamment par E (...)
  • 32  Voir G.M. Martin, « Predigt als 'offenes Kunstwerk' ? Zum Dialog zwischen Homiletik und Rezeptions (...)

45«La meilleure homélie, disait un plaisantin, c'est celle qui commence par une excellente introduction, qui se termine par une conclusion pertinente, et qui essaie de rapprocher le plus possible les deux l'une de l'autre». Une bonne prédication est celle qui dès l'accroche (captatio benevolentiae) captive l'auditoire, le maintient constamment en suspens, comme dans un film30 ou un roman en plusieurs actes et épisodes31, et qui le laisse avec des questions ouvertes: une « œuvre d'art ouverte», selon un courant de l'homilétique germanophone 32.

  • 33  W. Engemann plaide dans ce sens à partir d'une analyse sémiotique du langage de la prédication : « (...)

46En effet, comme dans toute communication, c'est l'auditeur qui « fait le sens », à partir de la proposition qui lui est transmise. Il importe donc de lui donner à penser, à méditer, à réfléchir, à transformer, à agir, pendant et après la célébration, en évitant un langage clos et obtus, en cultivant au contraire un type d'expression aérée, évocatrice et invitatoire. L'homélie ouvre des allées de significations : aux auditeurs de les emprunter librement33.

  • 34  Voir T. Long, Preaching the Literary Forms of the Bible, Philadelphia, 1989, et mon ouvrage, Prêch (...)

47Tous les genres sont permis, sauf le genre ennuyeux. Parler vivant, lorsqu'on est curé d'une paroisse durant plusieurs années, exige de savoir varier les formes, en fonction particulièrement des genres littéraires des textes prêchés34 : formes narrative, méditative, exhortative, poétique, anecdotique, ecclésiale, «politique », doctrinale, morale, sacramentelle, liturgique. Sinon risquent de tomber des remarques comme celle-ci : « Votre prédication était comme l'épée de Charlemagne. - Ah, incisive, puissante, étincelante, victorieuse ? - Non, longue et plate ! »

Choisir un visage d'Église

48La Révélation divine est langage, la prédication ecclésiale est langage. Le type de langage retenu induira tel ou tel visage d'Église auprès des assemblées: visage d'une Église-bastion, qui se sent menacée et agressée par le monde sécularisé et mauvais, si ne sont mises en avant que la Tradition et le Magistère, à coup de citations d'autorité et avec évitement de toute formulation innovante ; visage d'une Église voulant à tout prix épouser le monde environnant, avec le risque que le sel de l'Évangile ne s'affadisse et que la Parole de Dieu ne perde son tranchant (cf. Ep 6,17), si on donne dans le spirituellement correct, la tolérance sans relief et le syncrétisme interreligieux ; ou encore visage d'une Église militante, à la reconquête prosélyte d'une société qui s'est éloignée de Dieu, si on recourt à un discours truffé de déclarations, d'exigences et de condamnations, qui finit par devenir un acide corrosif plutôt qu'un levain dans la pâte.

49Au contraire, avec un langage qui creuse en profondeur le message de la foi, qui propose la Bonne Nouvelle à partir de la vie des gens et invite à la relation personnelle et communautaire avec Dieu, voici que se dégage pour les fidèles l'image d'une Église libre, véritable signe lumineux pour le monde, telle une ville bâtie sur la montagne et visible par tous, une Église qui touche les cœurs par le témoignage d'une expérience spirituelle inouïe. De même, avec le langage de l'empathie et de l'explication dans la patience et la charité, à l'exemple du Christ cheminant avec les disciples d'Emmaus, voilà que se déploie le visage d'une Église solidaire de l'humanité, qui fait entendre avec honnêteté et sincérité sa voix dans le concert du monde, sans hypocrisie ni néotriomphalisme, en reconnaissant ses faiblesses et ses fragilités et en se donnant les moyens de les corriger ; une Église qui gagne en crédibilité par la pertinence et la discrétion de son action au service des petits, dans l'amour et le respect de la dignité de chaque être. Le langage de l'homélie sera donc capable de transformer en bon pain la farine évangélique, à condition que se lèvent des prédicateurs boulangers, qui donnent à goûter la saveur de la Bonne Nouvelle, en des prédications pétries d'images, de métaphores, d'anecdotes, et même de plaisanteries. Pourquoi donner à manger des biscottes de régime, alors qu'on dispose de pain frais et croustillant?

Pratiquer un langage oral

50L'homélie relève enfin de l'oralité, de l'oraliture, ose même dire B. Reymond. Elle s'inscrit dans la grande chaîne de l'oralité, depuis la prédication des prophètes et de Jésus, dont le texte des Écritures garde la trace, jusqu'au témoignage vivant des auditeurs. Elle prolonge la proclamation liturgique. Si le prédicateur la proclame par cœur plutôt qu'il ne la lit, c'est mieux. S'il la prononce de l'abondance du cœur, c'est encore mieux. La manière propre à chacun s'adapte aux périodes de la vie. Mais l'improvisation se prépare soigneusement, pour ne pas sombrer dans le bavardage. L'improvisation est la solution spontanée d'un problème longuement médité.

51Si donc le prédicateur préfère écrire entièrement son sermon, qu'il le fasse en vue de l'annonce orale, avec des phrases brèves, sans trop de subordonnées, avec des images concrètes, comme dans une conversation. La parole orale frappe l'oreille une seule fois et exige d'être comprise tout de suite, alors que le lecteur peut revenir à l'exposé écrit. Il y a un moyen d'animer «l'écriture orale» d'une homélie : rédiger celle-ci en pensant à quelques personnes représentatives de la communauté (âgée, jeune, active, à la retraite, cultivée, étrangère, «conservatrice», «libérale»...) ; s'adresser à elles directement en écrivant le texte, avec une question sans cesse présente à l'esprit: vont-elles comprendre, suivre, rester intéressées ?

6. Parler positivement

52Pourquoi notre prédication apparaît-elle si souvent triste, moralisante, larmoyante, voire sinistre ? L'Évangile est une bonne nouvelle et non pas l'annonce d'un accident. «Réjouissez-vous», ne cesse de clamer Paul (cf. Ph 4,4). Pourquoi les prédicateurs lisent-ils leurs homélies, ainsi que les annonces paroissiales, comme s'ils anticipaient la fin du monde ?

Construire une vie

53«Que dans les assemblées tout se fasse en vue de l'édification», dit encore l'Apôtre des nations (1 Co 14,26). Les prédicateurs ne sont pas là pour saper le moral des gens, mais pour les aider à (re)construire leur vie dans ce monde en chantier. Il s'agit d'annoncer le salut, non la terreur. «Vous nous angoissez, nous n'avons pas besoin de cela», disaient à juste titre des paroissiens à leur pasteur. Certes, l'homélie aide à prendre conscience de sa nuit et de son péché, afin de creuser le désir de la lumière et du pardon. Mais elle n'a pas à virer à la jérémiade. Il convient que les fidèles sortent de l'assemblée non pas dégoûtés d'eux-mêmes et du monde, mais remplis de l'envie de se battre et d'affronter sereinement la réalité telle qu'elle est. F. Craddock écrit dans cette perspective :

  • 35  Craddock, Prêcher, p. 91

Si les auditeurs peuvent quitter la célébration sans avoir l'impression qu'on les a rabaissés ; si leur sentiment qu'ils peuvent valoir quelque chose a été justifié ou restauré, si l'amour de Dieu et sa grâce ont été perçus comme des réalités accessibles ; s'ils sont convaincus que leur repentance et leur confiance sont acceptables aux yeux de Dieu ; s'ils sont plus ouverts à autrui et plus assoiffés de vivre dans l'alliance de Dieu ; alors il y a des chances que même des étrangers remercient le prédicateur: «Vous nous comprenez tout à fait bien»35.

Éveiller à l'espérance

54La proposition de la foi requiert une prédication de l'espérance, qui bien sûr ne cajole pas mais console et conforte, guérit et pardonne, révèle la puissance de la grâce, une grâce humble, entêtée et inépuisable, se faufilant dans les moindres interstices de foi pour éclater en joie, en paix et en confiance dans la présence de Dieu. Rejoindre la vie des auditeurs, c'est puiser dans l'Évangile des raisons de vivre et d'espérer, le goût de croire, l'audace de demander, de s'engager à cause de Dieu. S'il convient de dire ce qu'il faut faire, encore faut-il donner l'envie de le faire. S'il est indispensable d'annoncer le kérygme, encore faut-il montrer que ces vérités donnent à vivre.

Nourrir la vie spirituelle

  • 36  Comme le démontrent admirablement les études sur les paraboles de P. Ricœur que nous avons traduit (...)

55La pastorale d'engendrement demande un type de prédication qui sache proposer un enseignement spirituel nourri de la Révélation scripturaire, de la Tradition des Pères, des saints et de l'Église et de l'expérience humaine profonde. Nourrir la vie spirituelle, c'est parler de la participation à la nature divine qui est promise à l'homme (2 P 1,4) ; inviter à la prière et à l'oraison qui irrigue toute l'existence dans l'Esprit ; ouvrir les portes du Royaume de la gratuité et du don, au-delà de l'immédiateté et du rentable ; inviter à l'aventure intérieure et au sacrifice consenti avec amour; faire entrer dans le monde du recueillement, de l'étonnement et de la paix du cœur, de l'indignation aussi face aux injustices, des blessures de l'âme et de l'exil intérieur; conduire dans cet univers, de quête de beauté et de sens de l'existence, de la responsabilité assumée et du service engagé ; faire souffler la brise de l'Esprit qui entraîne l'homme au plus profond de lui-même, par un regard fait d'idéal et de lucidité ; prêcher le Royaume, sa folie et son extravagance, sa loi d'amour sur-abondante, telle que la manifestent par exemple les Paraboles36 ; enfin faire surabonder la grâce là où le péché abonde (Rm 5,20).

7. Une homélie de « pro-position »

  • 37  S. Augustin, De doctrina christiana, IX, xii-xiv (§ 27-31), se réfère explicitement au De oratore (...)

56L'homélie liturgique a donc pleinement sa place dans une pastorale de proposition de la foi, suivant les trois instances homilétiques classiques de saint Augustin, inspirées de Cicéron : docere, delectare, moveré37. L'homélie liturgique donne à penser (docere) en associant l'enseignement, la didascalie, le kérygme, l'annonce, le témoignage. Elle donne aussi à goûter (delectare), parle aux sentiments et aux sens, offre un pressentiment «mystagogique» du mystère, de la beauté de la vie spirituelle et de l'expérience mystique. Elle donne enfin à faire (movere ou flectere) : par la lecture des signes des temps, elle devient exhortation et parénèse, en vue d'un agir renouvelé et une conversion permanente. Chaque prédicateur, avant chaque prédication, aura à se poser les trois questions suivantes en vue d'évaluer la pertinence de son propos : qu'est-ce que je veux dire et enseigner ? À quelle dimension du mystère, de la vie affective et spirituelle je souhaite conduire ? À quelle attitude, décision et manière d'être ensemble je désire entraîner ?

Faire retentir l'appel à la conversion

57L'homélie vise en effet à faire retentir l'appel messianique : « Les temps sont accomplis et le Royaume de Dieu est tout proche : convertissez-vous et croyez à l'Évangile» (Mc 1,15). L'assemblée liturgique devient ainsi le lieu où les fidèles (re)trouvent leurs convictions baptismales, se laissent saisir par la vérité du Christ et se mettent en marche d'un pas nouveau. Le ministère de prédicateur prend alors la tournure d'une sorte d'accompagnement spirituel collectif. Si le prédicateur est convaincu et passionné, il sera convaincant et passionnant. Il ne doit pas « prêcher la bonne parole », mais « la vraie Parole » qui pénètre jusqu'aux jointures et interpelle. On ne s'étonnera pas que des personnes touchées par une homélie demandent un entretien particulier à la suite de la célébration.

Des lumières sur le sens de l'existence

58La proposition de la foi exige une prédication robuste et prophétique, qui va à l'essentiel. Même lors d'assemblées hétéroclites, comme celles des baptêmes, mariages et funérailles, ou dans ces circonstances-là surtout, la prédication donnera une parole sur la vie, la mort et l'amour. Ces communautés hétérogènes et occasionnelles ne ressemblent-elles pas aux foules qui, aujourd'hui comme à l'époque de Jésus près du lac de Galilée, attendent une parole qui tranche sur le « bouillon » culturel du temps, une parole-fanal qui soit un repère dans le brouillard ?

59La proposition de la foi requiert une prédication dense et nourrissante, qui ose aborder les points cruciaux de la foi : la relation à Dieu, la résurrection du Christ et la nôtre, la divinité de Jésus, la présence réelle, le sacrement de réconciliation, la solidarité en actes et en vérité comme critère de la «pratique» religieuse. Les fidèles ont besoin de bergers qui se tiennent sur leurs deux jambes, qui fassent partager leurs convictions d'Église et qui affermissent l'espérance de leurs frères et sœurs.

Haut de page

Notes

1  C'est le sous-titre du collectif dirigé par G. Routhier, Faire écho au Verbe. Réinvestir dans l'homélie, Paris - Montréal, 1999.

2  Pour reprendre une expression en vogue depuis peu, grâce notamment aux deux ouvrages dirigés par P. Bacq et C. Theobald: Une nouvelle chance pour l'Évangile. Vers une pastorale d'engendrement, Bruxelles - Montréal - Paris, 2004 ; Passeurs d'Évangile. Autour d'une pastorale d'engendrement, Bruxelles - Montréal - Paris, 2008.

3 C'est le titre donné à un malicieux ouvrage d'un groupe de théologiens lyonnais : P. Thomas, Si vous vous ennuyez pendant le sermon, Paris, 1998.

4  Les homiléticiens germaniques ne manquent pas de cultiver avec intensité, depuis quelques années, la dimension rhétorique : G. Otto, Predigt und Rhetorik als rhetorische Aufgabe. Homiletische Perspektiven, Neukirchen, 1982; Predigt als Rede. Über die Wechselwirkungen von Homiletik und Rhetorik, Stuttgart, 1986; Rhetorische Predigtlehre, Mainz - Leipzig, 1999. Les francophones ont beaucoup à apprendre des recherches homilétiques issus de l'aire germanophone ou anglophone.

5  Signalons P. Guerin et T. Suttcliffe, Guide du prédicateur. À l'usage des laïcs et des prêtres, Paris, 1994 (manuel utile aussi pour les agents pastoraux laïcs chargés d'assurer une méditation biblique lors d'une célébration, en aumônerie d'hôpitaux, de foyers, de prisons, de collèges, en catéchèse d'enfants, de jeunes ou d'adultes, en réunions de groupes); M. Wagner, L'Évangile en flagrant délit d'actualité. Essai sur une prédication pour le temps présent, Paris, 1994 (comment faire en sorte que les homélies rejoignent les auditeurs) ; P. Vivares , L'appel de la Parole. Essai sur la prédication, Châteaufort, 2000 (une belle théologie de la prédication) ; G. Michonneau et Fr. Varillon, Propos sur la prédication, Paris - Château-fort, 2000 (des considérations pleines de spiritualité et de bon sens) ; La Maison Dieu, n° 227 («L'homélie»), Paris, Éd. du Cerf, 2001 ; Th.-D. Humbrecht, Le théâtre de Dieu. Discours sans prétention sur l'éloquence chrétienne, Paris, 2003 (avec d'intéressantes suggestions pratiques).

6  Cette unité est un peu atténuée lorsque prêche un prêtre autre que le président de la célébration ou encore un diacre.

7  Pour une étude de ces deux textes, avec leurs conséquences en pastorale, voir notre ouvrage cosigné avec J. Loulier-Pajor, Catéchèse : la Parole au centre, Saint-Maurice, 2007.

8  Cf. F. Craddock, Prêcher, Genève, 1991, p. 25.

9 9 Au sens de «mise en relation» que comporte également le terme logos, et qu'on retrouve dans «logique» et «logistique».

10  Je pense à un prêtre qui, chaque fois qu'il a rédigé une homélie dont il se sent assez satisfait et imagine qu'elle pourrait se montrer utile à d'autres, la transmet par courrier électronique. Le même n'hésite pas à demander à d'autres des propositions originales pour des prédications aussi délicates que celles de Noël ou de Pâques.

11  Origène, Philocalie 2 (Philocalie 1-20. Sur les Écritures, Sources Chrétiennes, éd. M. Harl, Paris, 1983, p. 241).

12  Cf. T. Long, The Witness of Preaching, Louisville - Westminster, 1989 ; également ma thèse d'habilitation, Prêcher l'Ancien Testament. Un défi herméneutique, Fribourg, 2006, p. 62-67.

13  Pour l'articulation de ces trois mondes - «derrière le texte», «du texte» et «devant le texte» - voir par exemple S.M. Schneiders, The Revelatory Text. Interpreting the New Testament as Sacred Scripture, San Francisco, 1991.

14  Ainsi, pour les revues : Le Monde de la Bible, Biblia ou les Cahiers Evangile avec leurs Suppléments ; pour les ouvrages : M. Quesnel et P. Gruson (éd.), La Bible et sa culture, 2 vol., Paris, 2000, ou la nouvelle édition du classique Pour lire l'Ancien Testament. Le Premier Testament par les textes, de G. Billon et P. Gruson, Paris, 2007.

15  Expression fort prisée notamment par B. Reymond : De vive voix. Oraliture et prédication, Genève, 1998, chap. 10, p. 107-114.

16  Voir notamment M. Graves, The Sermon as Symphony. Preaching the Literary Forms of the New Testament, Valley Forge, 1997 ; M. Nicol, « To Make Things Happen. Homiletische Impulse aus den USA», dans U. Pohl-Patalong et F. Muchlinsky (éd.), Predigen im Plural. Homiletische Aspekte, Hamburg, 2001, p. 46-54.

17   Cf. J. Childers, Performing the Word. Preaching as Theatre, Nashville, 1998.

18  Craddock, Prêcher, p. 122.

19  Comme en 1 Co 6,13 : « Le corps est pour le Seigneur et le Seigneur pour le corps».

20  Craddock, Prêcher, p. 70-71.

21  G. Bernanos, Journal d'un curé de campagne (1936), dans Œuvres romanesques, éd. A. Béguin et M. Estève, Paris, 1961, p. 1071-1072

22  H. Babel, La prédication, communicatrice de vie, Genève, 1991, p. 36.

23  Au moment où cet article a été achevé (juin 2008), il était impossible en Suisse de ne pas faire référence, de manière parabolique, à YEurofoot.

24  Cf. Babel, La prédication, communicatrice de vie, p. 39-47.

25  Cf. B. Reymond, «Le prédicateur 'virtuose' de la religion. Schleiermacher aurait-il vu juste?», Etudes théologiques et religieuses, 72 (1997), p. 163-173.

26  La mère d'un jeune prêtre lui avouait après ses premières prédications : «Tu emploies des mots beaucoup trop compliqués, mon cher fils ! »

27  Au sens théologique fort de la « reconnaissance » d'un lien interpersonnel, tel que développé lors du Congrès catéchétique francophone Ecclesia 2007 (Lourdes, octobre 2007) par F. Moog, « La reconnaissance, un enjeu décisif pour l'Église et sa mission », Les Actes du Congrès de la responsabilité catéchétique, Tabga Hors Série n. 3, Paris, 2008, p. 32-41.

28  Craddock, Prêcher, p. 27.

29  Ibid., p. 46

30  Le grand homiléticien américain D. Buttrick conçoit la construction d'une homélie par séquences (moves) comme le scénario d'un film : Homiletic. Moves and Structures, Philadelphia, 1987 ; A Liberation of Preaching, Louisville, 1994.

31  Selon la notion d'homilétique narrative et de temporalité mise en récit développée notamment par E.L. Lowry : The Homiletical Plot. The Sermon as Narrative Art Form, Atlanta, 1971 ; Doing Time in the Pulpit, Nashville, 1995 ; The Sermon. Dancing the Edge of Mystery, Nashville, 1997.

32  Voir G.M. Martin, « Predigt als 'offenes Kunstwerk' ? Zum Dialog zwischen Homiletik und Rezeptionsästhetik», Evangelische Theologie, 44 (1984), p. 45-58; E. Garhammer et H.G. Schüttler (éd.), Predigt als offenes Kunstwerk. Homiletik und Rezeptionsästhetik, München, 1998.

33  W. Engemann plaide dans ce sens à partir d'une analyse sémiotique du langage de la prédication : « Wieder den redundanten Exzess. Semiotischer Plädoyer für eine ergänzungsbedürftige Predigt», Theologische Literaturzeitung, 115 (1990),

34  Voir T. Long, Preaching the Literary Forms of the Bible, Philadelphia, 1989, et mon ouvrage, Prêcher l'Ancien Testament aujourd'hui, p. 480-517

35  Craddock, Prêcher, p. 91

36  Comme le démontrent admirablement les études sur les paraboles de P. Ricœur que nous avons traduites de l'anglais en français: L'herméneutique biblique, Paris, 2001, p. 147-277

37  S. Augustin, De doctrina christiana, IX, xii-xiv (§ 27-31), se réfère explicitement au De oratore de Cicéron.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François-Xavier Amherdt, « L'art de la prédication », Revue des sciences religieuses, 82/4 | 2008, 547-566.

Référence électronique

François-Xavier Amherdt, « L'art de la prédication », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/4 | 2008, document 82.407, mis en ligne le 08 février 2012, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/404 ; DOI : 10.4000/rsr.404

Haut de page

Auteur

François-Xavier Amherdt

Faculté de théologie Université de Fribourg
Suisse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page