Navigation – Plan du site
82.404

De l’appel du silence à Saint-Parres-les-Vaudes

Un foucauldien inattendu
Luc Perrin
p. 483-496

Résumés

L’abbé de Nantes est plus connu comme prêtre traditionaliste, parmi les premiers opposants a Vatican II et a Paul VI, que comme fondateur en 1957 d’une congrégation de moines missionnaires, les Petits Frères du Sacre Coeur, qui se voulait directement inspirée par Charles de Foucauld. Pourtant, sa vocation religieuse vient du film à grand succès L’appel du silence (1936) qui présente le destin commun de l’ermite et de Laperrine, ≪ le soldat de la foi et le soldat de la France ≫. Né dans une famille d’Action française, l’abbé pense Charles de Foucauld à travers l’autre Charles, Maurras. Il en fait l’icône d’un empire chrétien français, incarné par une Algérie française idéalisée, au moment ou la colonisation s’effondre et ou l’Église romaine accentue son détachement à l’égard du national catholicisme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  La présente contribution s’attache à la dimension foucauldienne de l’abbé de Nantes principalement (...)
  • 2  L’adhésion de jeunesse au modèle de Foucauld s’accompagne cependant d’hésitations avec le temps, s (...)

1Georges de Nantes n’appartient pas à la « Famille » institutionnelle qui se réclame de Charles de Foucauld. Évoquer son nom dans ce contexte étonne car le lien est généralement peu connu ; il choque aussi ceux et celles qui, en ayant entendu parler, estiment que l’héritage spirituel du Bienheureux serait trahi par ce religieux très controversé1. La réciproque est vraie : G. de Nantes se démarque vite de la « Famille » foucauldienne2 dans ses expressions les plus connues après la Seconde Guerre mondiale. Quand il s’installe dans le diocèse de Troyes, à l’automne 1958, pour fonder sa congrégation des Petits frères du Sacré-Cœur de Villemaur, en pleine communion avec l’évêque Mgr Le Couëdic qui l’a nommé curé et a approuvé sa Règle provisoire, il écrit dans la Lettre à mes amis n° 42 :

Plusieurs amis ont été surpris de ce que j’ai écrit sur les Petites sœurs du Sacré-Cœur du Père de Foucauld de Montpellier. Cela paraissait aller à l’encontre de tout ce qu’ils en connaissaient. Il y a un malentendu qu’il faut dissiper : il existe deux congrégations très différentes dont l’une des « Petites sœurs de Jésus » et son équivalent masculin sont très connues. Je n’ai jamais voulu en parler. L’autre est d’un tout autre esprit et vraiment peu connue. C’est celle-là que j’ai appréciée comme vous avez pu voir.

  • 3 Né en 1890, ancien élève du Séminaire français de Rome, Mgr Julien Le Couëdic fut l’un des très rar (...)

2Alors que René Voillaume et Petite sœur Magdeleine sont des personnalités appréciées par la majorité des Pères conciliaires, l’abbé de Nantes devient l’un des tout premiers à récuser cette orientation à Vatican II et à mettre en cause le pape Paul VI, dès 1964. Suspendu ab officio en 1963, pour des raisons politiques liées à la fin tumultueuse de la guerre d’Algérie, il est suspendu a divinis depuis 1966 et sommé de quitter le diocèse par Mgr Le Couëdic3, diocèse où il réside toujours mais à Saint-Parres-les-Vaudes depuis son départ de Ville-maur. Pourtant, il déclare lui aussi se rattacher à Charles de Foucauld : au point de porter, en religion, le nom de Georges de Jésus et celui d’Albéric comme tertiaire franciscain, en hommage à son modèle. Le Sacré Cœur surmonté de la croix rouge est sur l’habit des frères et ornait les affiches de sa Ligue de la Contre-Réforme Catholique au xxesiècle, du nom pris par sa Lettre à mes amis à partir de 1967.

L’appel du silence ou une vocation de « moine-missionnaire »

  • 4  Voir les travaux de M. Lagrée : Religion et culture en Bretagne, 1850-1950, Paris, Fayard, 1992, p (...)

3La tentative de promouvoir un cinéma catholique, depuis les années 1930, a dans l’ensemble échoué à marquer le paysage cinématographique français, même si elle a contribué, via les ciné-clubs des patronages, à diffuser le goût du septième art « au cœur des masses », rurales en particulier4. Surnagent toutefois deux grands succès :

  • 5  J.-P. Chantin (dir.), Les marges du christianisme. « Sectes », dissidences, éso-térisme, Dictionna (...)
  • 6  La Contre-Réforme catholique au XXe siècle, n° 110, octobre 1976 : ce numéro comporte plusieurs él (...)
  • 7  Mémoires et récits, tome I, p. 414.

4L’appel du silence de Léon Poirier en 1936, largement basé sur le best-seller de René Bazin paru en 1921, et Monsieur Vincent de Maurice Cloche après guerre. Pendant l’hiver 1938, Georges de Nantes5 a un peu plus de 14 ans quand il voit ce film au collège Notre-Dame de France du Puy-en-Velay, collège tenu par les Frères des Écoles chrétiennes. D’emblée il est séduit, confesse-t-il plus tard : « mon cœur était pris. Ma vocation à moi, je l’ai trouvée. Je serai moine-missionnaire6 ». Il dit avoir écrit à El Abiodh, au noviciat des Petits frères de Jésus en 1939. La guerre interrompt le contact mais il garde son désir et, en 1941, il l’exprime à son père : « je voudrais être prêtre [...] tout comme le Père de Foucauld ». Il entre au séminaire d’Issy-les-Moulineaux « où, dit-il, durant mes premières années d’études je pourrais réfléchir et vérifier mon attrait pour cet ordre récent des Petits Frères du Sacré-Cœur de Jésus qui tentait d’imiter le Père de Foucauld7 ».

  • 8  M. Lagrée, La bénédiction de Prométhée. Religion et technologie, XiXe-XXe siècle, Paris, Fayard, 1 (...)

5La part de la biographie de René Bazin et celle du film de Léon Poirier sont certainement considérables dans la constitution dans l’entre-deux-guerres d’une postérité foucauldienne que le Frère Charles, de son vivant, n’a jamais pu susciter : J.-F. Six a rappelé l’échec quantitatif durable de l’Union. Le catholicisme intransigeant et intégral s’est soucié de la technique moderne pour diffuser le message de l’Église, comme l’ont montré plusieurs études depuis Michel Lagrée8 : la volonté d’atteindre les masses populaires a toujours été une constante mais on dispose de peu d’éléments pour en apprécier l’influence sur l’engagement religieux suscité par le cinéma catholique, influence qui transparaît au détour de confidences biographiques, d’interviews. Le cas de G. de Nantes n’est certainement pas isolé et il semble que, pour lui, L’appel du silence fut longtemps la référence première, sinon exclusive, pour fixer son image de Charles de Foucauld : ceci peut expliquer les prudences ultérieures sur la vie d’un homme qu’il n’avait pas étudiée en profondeur.

  • 9 Cf. P. Airiau, « Le Séminaire français de Rome du P. Le Floch, 1904-1927 », thèse d’histoire sous l (...)
  • 10  Mouvement d’Animation Spirituelle de la Démocratie Universelle
  • 11  Les thèses « sédévacantistes » soutiennent généralement que le Siège apostolique est vacant (Sede (...)

6Le film trouvait dans le très jeune pensionnaire des Frères du Puy un spectateur particulièrement bien disposé. Élevé dans une famille très catholique, le père, Marc de Nantes, vient de la petite noblesse de la vallée du Rhône et il est officier de marine : Georges est d’ailleurs ordonné en 1948 au titre du diocèse de Grenoble, dirigé par le très intransigeant Mgr Caillot. Il a un oncle prêtre et admire le curé de Chonas, où se trouve le château familial. Du côté de la mère, on fréquente le R.P. Le Floch9, le supérieur du Séminaire français de Rome, spectaculairement contraint à la démission en 1927 par Pie XI pour sympathie maurrassienne. En effet, dans la famille de Nantes, le pape Ratti n’a pas bonne presse depuis la condamnation de l’Action française : on est catholique royaliste et maurrassien mais il n’est pas question de braver frontalement la hiérarchie. Le rejet imposé par le pape avec ce qui paraissait être le mouvement le plus en pointe pour la défense des intérêts de l’Église n’a jamais été compris ni par Marc ni par son fils : Pie XI est stigmatisé par l’abbé de Nantes en tant que continuateur de Léon XIII, avec son « ralliement » honni à la République et à la démocratie abhorrée. Incompréhension, critique, beaucoup plus violente chez le fils que chez le père, mais il n’est pas question de rupture : « ni schisme ni hérésie », tel est le sous-titre de sa revue, toujours affiché sur le site internet actuel. L’abbé de Nantes a nettement refusé de suivre Mgr Lefebvre sur ce point, alors que ses critiques à l’égard de l’Église, transformée selon lui en M.A.S.D.U.10par Paul VI, furent plus précoces et plus radicales que celles de l’archevêque-évêque émérite de Tulle. En 1973, il vient à Rome déposer son Liber accusationis aux pieds du pape Paul VI pour qu’il juge l’hérétique... Jean-Baptiste Montini. Il n’y a pas non plus chez lui de tentation « sédévacantiste »11 ni de remise en cause de la légitimité des évêques d’après Vatican II.

  • 12  Cf. A.-R. Michel, La J.E.C., Jeunesse étudiante chrétienne face au nazisme et à Vichy (1938-1944), (...)

7Au collège, son adhésion à la section de Jeunesse étudiante chrétienne (J.E.C.) peut surprendre : Pie XI a principalement frappé l’Action française car elle entravait l’essor de l’Action catholique dont le pape voulait faire le fer de lance de son projet de reconquête chrétienne de l’Occident. Quoi de commun, à première vue, entre Gabriel Matagrin, futur évêque de Grenoble et parmi les premiers jécistes, et le jeune de Nantes ? Ce dernier, gêné par cet épisode de sa vie, le met au compte de l’adolescent turbulent qui aurait cherché à défier son entourage. Peut-être. Mais avant de contribuer activement à la Résistance gaulliste (ex. Gilbert Dru), de devenir un mouvement marqué par « l’orientation missionnaire » d’après-guerre, la J.E.C. de la fin des années 30 et du début du régime de Vichy n’est pas pour G. de Nantes un milieu si étranger à ses aspirations. G. Cholvy rappelle utilement la nécessité en histoire de respecter une chronologie fine : la J.E.C. de 1939-1941 n’est pas exactement celle de 1942-1945. L’hostilité affichée au IIIe Reich et au nazisme chez les jécistes d’avant 1940 n’a rien pour choquer un catholique maurrassien nourri d’anti-germanisme, bien au contraire. Quant au projet social de la J.E.C. d’alors, il est encore fidèle à la vision catholique intégrale que professe ardemment le jeune élève : la campagne de l’année 19391940, donc décidée avant la Débâcle, n’a-t-elle pas pour thème : « le travail, la famille et la patrie »12 ? En 1941 encore, dans l’agenda J.E.C., le Maréchal est l’auteur le plus cité. Pour l’admirateur inconditionnel de Philippe Pétain qu’a été depuis cette date G. de Nantes, la révolte adolescente qu’aurait représentée son adhésion à la J.E.C. jusqu’à son départ du collège n’était guère une rupture avec les convictions acquises en famille. Classique déformation de la mémoire a posteriori ? C’est probable mais l’épisode signale aussi un tempérament prompt à s’affirmer comme chef de groupe.

Le Charles de Foucauld de Léon Poirier

8Par chance pour nous qui n’avons pas été spectateur, les éditions Mame ont publié en 1939 le synopsis du film sous la plume de Léon Poirier (1884-1968), avec en première partie une courte biographie, « Une âme et une époque », illustrée de documents « grâce à l’obligeante courtoisie de la famille et des amis du Père de Foucauld ». La seconde partie, qui comprend l’intégrale des dialogues, est elle-même illustrée par des scènes tirées du film. Ce dernier raconte un itinéraire de rédemption individuelle : de l’officier à la vie dissolue, au visage empâté, qui mue progressivement en un homme à la recherche de Dieu, un homme qui à Tamanrasset vit pleinement l’imitation de Jésus-Christ. La scène de la mort du premier décembre 1916 met en image la Note spirituelle de 1897 : « Pense que tu dois mourir martyr, dépouillé de tout, étendu à terre, nu, méconnaissable, couvert de sang et de blessures réellement et douloureusement tué ».

9Au début, El Madani est montré recevant des pièces d’argent du chef senoussi, dans la posture de Judas et, après le coup de feu mortel, le mot « méconnaissable » apparaît en surimpression. Dans la scène qui précède la mort, le Père est montré lisant l’Évangile en tamachek, entouré par onze Touaregs en train de manger :

Jésus se mit à table avec ses douze disciples et, pendant qu’ils mangeaient, il leur parla ainsi : « Je vous le dis en vérité, l’un de vous me trahira ».

  • 13  L. Poirier, Charles de Foucauld et l’appel du silence, Paris, Mame, 1939, p. 225-226.

À ce moment, le Targui que l’on a vu sortir rentre et s’approche. Le Père arrête la lecture, lui demandant : « Que veux-tu, El Madani ? »13

  • 14 Les Lettres à mes amis - souvent un simple recto-verso dactylographié, rarement daté - ont été reli (...)

10Dans sa Lettre à mes amis n° 23, l’abbé de Nantes place la citation en exergue (dans la version retouchée postérieure à 1897) et décrit ainsi la vie de son héros : « comme une grande tragédie classique, sa vie monte vers son dénouement sublime et enfin, pour sceau de sa sainteté héroïque, Dieu lui donne le martyre le plus conforme à ses vœux, avec plusieurs adoucissements et quelques uns de ces traits qui le rendent très proche de celui de Jésus14 ». C’est, on le voit, un excellent résumé de l’axe dramatique du film.

  • 15 Titre ô combien évocateur de l’ouvrage de Jacques Maritain paru en 1922.

11L’appel du silence est entièrement façonné par le catholicisme intransigeant et intégral du temps. La France métropolitaine qui plonge l’officier de Foucauld puis l’explorateur dans une sorte de désespérance vide, qui n’est pas sans rappeler le spleen romantique, c’est celle de la modernité libérale. Rien n’est plus significatif du message « antimoderne »15 que la scène d’une réception dans un salon de la haute société. Après avoir poliment éconduit un journaliste attiré par les exploits de l’explorateur, il écoute la tirade enflammée déclamée par « un jeune homme, barbe et cheveux au vent » :

  • 16 POIRIER, Charles de Foucauld…, p. 149.

La science, grâce à vous, ouvre à l’homme les cieux que tant de siècles d’obscurantisme lui avaient fermés. Le progrès est en marche. Rien ne l’arrêtera plus. Bientôt l’homme sera le maître du monde. Ses esclaves seront les machines, elles travailleront pour lui, tisseront pour lui, forgeront pour lui, et le peuple, libéré de la servitude par son propre génie, n’ayant plus à gagner sa vie à la sueur de son front, pourra songer avec un sublime orgueil à l’organisation pacifique de la cité future !16

  • 17 Ibid., p. 150
  • 18  Ibid., p. 145. L’allusion vise le scandale de Panama de 1892 avec l’un des protagonistes de l’affa (...)
  • 19  Ibid., p. 153.

12On apprend qu’il s’agit d’un jeune député, Jean Jaurès. Cette profession de foi scientiste laisse « l’homme du désert » de marbre et il commente sobrement à partir d’une anecdote sur la formule Inch Allah : « Au désert, cela paraît tout naturel. À Paris, on n’a plus l’air d’y penser, et pourtant, si Dieu ne veut pas, demain il n’y aura plus de beau programme, plus d’orateur, plus rien ». Ce qui lui attire la réplique : « Dieu ? Mais cher monsieur, il est supprimé dans la cité future... .17 ». La critique de la laïcité et du laïcisme est explicite. Celle du scientisme et du socialisme tout autant ; plus discrète est la pique à l’égard de la république parlementaire dans une conversation qui précède où « un personnage obséquieux qui le salue avec un léger accent d’israélite allemand » demande des nouvelles « de ce petit Panama18 ». Par contraste accusé avec ce condensé de ce que repoussent les catholiques intégraux, immédiatement après, vient la scène de la rencontre avec l’abbé Huvelin : « Bientôt, vers Charles de Foucauld agenouillé, le prêtre descend de l’autel, tenant au-dessus du ciboire l’hostie lumineuse dans un rayon de soleil19 ». Libéralisme et socialisme sont les ténèbres, à l’opposé resplendit. l’hostie lumineuse, la voie tracée par l’Église romaine. Tout cela se retrouve dans les convictions de Georges de Nantes : antilibéralisme, hostilité à la démocratie, anticommunisme.

  • 20 Ibid., p. 236. Évoquant le défunt marquis de Vogue, le célèbre R.P. LAGRANGE o.p. écrivait : ≪ Ce n (...)

13Le film est aussi caractéristique de l’atmosphère d’après Première Guerre mondiale : catholique et français toujours ! Le commandant François-Henry Laperrine est presque autant le héros que Charles de Foucauld. La mission civilisatrice de la France outremer est magnifiée dans la droite ligne des expositions coloniales du temps : lutte contre l’esclavage avec une scène qui associe de Foucauld et Laperrine, action culturelle avec le travail intellectuel du « marabout chrétien » à l’égard de la culture berbère. La dernière scène est éloquente : elle montre les obsèques solennelles du général Laperrine, tué dans un accident d’avion au Sahara en 1920, et les derniers mots du film sont les suivants : « ainsi désormais veillent côte à côte, aux avant-postes de la civilisation, le soldat de la Foi et le soldat de la France20 ». Là encore, la vision qu’a acquise G. de Nantes de l’Algérie française, et qui explique son engagement politique, tient dans cette citation.

14Toutefois le film évoque aussi l’« évangélisation » silencieuse, les « centrales spirituelles » comme il y a des centrales électriques, le rayonnement de la vie chrétienne et de la prière comme il y a des radiations physiques. On montre clairement Laperrine qui convainc le « marabout chrétien » de venir avec sa maigre colonne jusqu’à Tamanrasset. Le Père de Foucauld y est présenté comme une sorte d’arme secrète, sans laquelle l’opération de pacification serait beaucoup moins assurée. Une illustration spectaculaire de ce « rayonnement », presque physique, est offerte lors du sauvetage d’un jeune esclave noir : ses poursuivants demeurent en deçà d’une frontière invisible, comme pétrifiés. De Foucauld montre quelques pierres alignées sur le sol : « la clôture » est respectée. Le message a une portée qui dépasse le Hoggar : la France serait plus forte et presque invincible si elle était régénérée par la foi catholique, en s’écartant de l’anticléricalisme et de l’athéisme officiels. Le duo Laperrine-de Foucauld est ainsi une image de l’antique alliance du trône et de l’autel, du sabre et du goupillon. Même le simple témoignage est donc associé au nationalisme. C’est tout cela que G. de Nantes pense trouver dans le régime de Vichy, projetant sur le vieux Maréchal l’image de Laperrine et faisant de l’État français, l’État catholique idéal qu’il n’a jamais été.

Entre les deux Charles, Maurras et de Foucauld

15En 1951, un article refusé par Aspects de la France est signé du chroniqueur religieux du journal de l’Action française d’après la Seconde Guerre mondiale, Amicus, pseudonyme de l’abbé de Nantes. Il s’intitule « Il faut être républicain ou social » et constitue d’abord une longue diatribe contre la tête de turc favorite de l’abbé, comme de l’A.F., la démocratie chrétienne, Marc Sangnier et son « romantisme démocratique ». En conclusion, l’article trace trois perspectives pour l’action sociale et les deux premières définissent fort bien le dilemme de Georges de Nantes :

La première, celle de la fraternité surnaturelle des Petits-Frères et Petites-Sœurs du P. de Foucauld, consiste à jeter par-dessus toutes les barrières les liens de la vérité et de la charité catholiques. Elle demande une héroïque pureté d’esprit, libre de toute compromission. La seconde est rude : faire la guerre aux idéologues, faux amis du peuple, qui ne servent que l’État socialiste ou la révolution marxiste : mettre à bas un régime qui dupe les ouvriers et vit de leurs ressentiments.

16Et de conclure en entrevoyant la possible restauration « de la confiance des ouvriers dans le reste de la Nation et de l’Église ».

17Ces deux voies sont les deux pôles qui structurent son action à cette époque et pendant longtemps mais le second pôle fut prédominant. Inscrire le catholicisme dans l’action politique relève du catholicisme intransigeant le plus classique : l’État chrétien dans cette conception est le garant de l’efficacité de l’évangélisation, C'est la formule idéale prônée par le Syllabus de 1864.

  • 21 H. ZACHARIAS, L’islam entreprise juive, de Moïse à Mohammed, Cahors, chez l’auteur, 1955, deux volu (...)

18Entre 1938-1939 et 1957, le silence n’appelle plus Georges de -t-il : la référence est singulièrement absente de ses écrits comme de ses engagements. Il est frappant de constater à travers la série d’articles qu’il donne sur l’islam, dans L’Ordre français en 1957, qu’il n’y a pas la moindre mention de son héros d’enfance. Il se concentre sur la présentation et la défense des thèses d’Hanna Zacharias21, pseudonyme du R.P. Gabriel Théry o.p. (1891-1959). C’est d’ailleurs, selon son récit, le Dominicain - rencontré en mars 1957 - qui le remet sur la trace de Charles de Foucauld en l’incitant à fonder une fraternité. Au moment où il se lance dans cette fondation en 1957-1958, il ne consacre que trois des Lettres à mes amis (n° 21, 22 et 23) à la vie du Père.

  • 22 Toutefois la mention de la vie à Nazareth est assez récurrente, allusion foucauldienne évidente lor (...)

19L’appel se manifeste de façon très intermittente par la suite : en 1964, une retraite sur Charles de Foucauld marque la véritable constitution de la Fraternité jusque là fort dispersée, après la rupture avec Mgr Le Couëdic. La revue revient sur le modèle en 1976 et 1996, lors de crises : 1976 est l’année où Mgr Lefebvre s’impose comme principale figure de la mouvance traditionaliste, supplantant l’abbé ; 1996 est l’année de crise avec Mgr Daucourt, alors évêque de Troyes, après une amorce de dialogue qui semblait augurer d’une possible réconciliation. Logiquement la revue aborde les événements liés à la béatification de Charles de Foucauld en 2005. La référence foucauldienne n’est jamais exclusive même si elle a une place honorable : l’idée d’un « Mouvement Freppel », autour de la figure de Mgr Freppel, le champion ultramontain de la cause catholique et royale au début de la IIIe République, est développée dans les dernières années. L’invocation de figures spirituelles, tels sainte Thérèse d’Avila et saint Pie X, est plus fréquente dans les Lettres à mes amis que celle de l’ermite du désert22. Dès avant la fondation de 1957-1958, G. de Nantes est tenté par plusieurs expériences en dehors de la Famille monastique foucauldienne, expériences caractéristiques de l’air du temps : celui de la France des années 1940, pendant lesquelles le « mouvement missionnaire » s’affirme et suscite tant d’initiatives. En 1943-1944, il est attiré par les Compagnons de Saint François de Joseph Folliet comme par le Prado de Mgr Ancel : il vient aider comme séminariste pendant quelques vacances d’été en paroisse pradosienne jusqu’à ce que le curé préfère se passer de ses services. Une fois prêtre (1948), il enseigne d’abord chez les Frères missionnaires des campagnes, la nouvelle congrégation fondée par le P. Épagneul, puis dans un collège oratorien avant, en 1955, de demander à entrer au Carmel.

20Ce dernier essai signale la permanence de l’attrait de la vie monastique la plus stricte. Les Lettres à mes amis, périodiquement, résonnent d’un désir d’enfouissement - osons le mot avec toutes ses significations - comme ici après une visite à Notre-Dame des Neiges « où séjourna naguère Charles de Foucauld » :

  • 23  Lettre à mes amis n° 76, vraisemblablement du second semestre 1960

Chassons un instant cette passion de l’égalitarisme, dérivée de l’envie, qui nous laisse admirer seulement ce que nous faisons ou projetons de faire nous-mêmes et sous-estimer les autres vocations et les autres états de vie... Laïcs et séculiers, entrons dans un Monastère pour mieux comprendre cette vie que l’Église nous y donne en exemple comme un « état de perfection » supérieur au nôtre, entrons avec foi pour admirer. [...] Il me suffit de monter au Monastère pour oublier totalement le vin et les fromages, et entrer dans le « paradis du cloître » où l’union au Dieu trois fois Saint est la seule occupation de tous. [...] voici sur terre le lieu qui, fermé sur le monde comme par une mort, est déjà entrouvert sur le ciel avec lequel ses habitants sont en communication familière23.

21La lettre suivante, n° 77, nous ramène à l’autre Charles et au missionnaire politico-religieux à l’occasion d’une vitupération contre « les crèches progressistes » : « Cet hiver, n’ayez crainte, la crèche sera en Algérie et la Sainte Famille prendra figure arabe pour nous prêcher le culte du fellagha ». Et de dénoncer « l’Évangile moderne » :

22Je le vois tout dans cette vieille photo de Témoignage Chrétien : le visage de l’Abbé Pierre, au temps où il était député. Barbe en collier, yeux noyés de larmes et levés vers le ciel. Il déposait un projet de loi sur l’objection de conscience ! Voilà comment ils se représentent Jésus-Christ et ses soucis : c’est le Jésus de Renan, figure émouvante et cœur vide, plein de fanatisme et avide de renverser l’ordre ancien.

23Constamment poussé à la « fraternité surnaturelle », l’abbé de Nantes choisit le plus souvent de faire la guerre aux « idéologues », comme il les désigne.

La Règle provisoire des Petits frères du Sacré-Cœur de Villemaur

24L’engagement de l’abbé de Nantes dans une fondation qui s’affiche foucauldienne a la guerre d’Algérie comme catalyseur. Bien sûr il est passionnément « Algérie française », sans y être jamais allé ni avoir plus désiré, apparemment, s’y rendre après 1939. Rien de commun en cela avec l’attrait du désert qui taraude une Magdeleine Hutin depuis son enfance. Aucune fascination pour la vie touarègue chez lui, encore moins d’attirance pour l’islam à la manière d’un Massignon. L’Algérie de G. de Nantes, c’est la quintessence de l’empire colonial français - il parle souvent des « grands empires chrétiens » -, dans sa présentation la plus idéalisée possible. La Lettre aux amis n° 112, datée du premier juillet 1962, est une dénonciation véhémente de Charles de Gaulle et de Léon-Étienne Duval, responsables à ses yeux de « la crucifixion de toute une communauté historique de nom français et d’âme chrétienne ». Par contraste avec les horreurs et les drames humains qui accompagnent l’indépendance du nouvel État, il trace le portrait de son Algérie française, une société rêvée : « Cette Algérie tranquille de 1954, ces bonnes gens qui vivaient dans une entente remarquable à l’ombre du drapeau français, et jouissaient des biens de la civilisation chrétienne ». Sans remonter à Abd El Kader, les massacres de Sétif en 1945 avaient montré que « l’Algérie tranquille » n’existait plus, si elle avait jamais existé. Sur ce point, G. de Nantes diffère notablement du Charles de Foucauld historique.

25C’est à travers la Règle provisoire, qu’il rédige à l’été 1957 et envoie à trois évêques, dont celui de Troyes, que la dimension foucauldienne est pourtant la plus affirmée. D. Mac Cready, dans un mémoire inachevé inédit, cite une lettre du Père Coudray, vice-postulateur de la Cause, au fondateur, le 23 novembre 1957 :

Je crois pouvoir dire que l’esprit est bien celui du Père de Foucauld, notamment pour tout ce qui concerne l’eucharistie et l’adoration, la soumission, l’appartenance filiale à l’Église, le souci de l’orthodoxie, d’éviter tout ce qui serait de nouveauté imprudente, tout ce qui pourrait diviser, la séparation du monde, la solitude etc. et bien d’autres choses. Il me semble que le Père de Foucauld, de son vivant, aurait pleinement approuvé l’esprit qui anime ces règles.

26Sous l’invocation de Jésus Caritas, la Règle comprend 120 articles et, dès le troisième, la référence est annoncée, avec l’emploi très rare sous la plume de G. de Nantes du titre courant de « frère universel » :

Leur vie s’inspirera de celle du Père de Foucauld, le frère universel. Ils rechercheront comme lui le dénuement et l’abjection pour vivre humblement la ressemblance de leur Modèle Unique, Jésus. À sa suite ils voudront « crier l’Évangile par toute leur vie » et rayonner discrètement parmi les infidèles la Charité du Cœur de Jésus. Ainsi seront-ils moines missionnaires.

  • 24  L’article 92 renvoie ≪ aux sages et saintes recommandations du Perec de Foucauld ≫ pour l’apostola (...)

27L’article 64 énonce encore que « la forme achevée de notre vocation demeure la vie érémitique telle qu’elle a été vécue et conçue par le Père de Foucauld24 ». Une vie érémitique dans la pauvreté et le dépouillement : « Il n’y aura dans les ermitages ni téléphone, ni radio, ni appareils de photo ou de cinéma, ni instruments de musique. On n’y collectionnera pas d’images, livres de prix ou objets d’art. On n’y multipliera pas selon le goût moderne les instruments ménagers ni l’outillage automatique ». Les journaux, dont se défiait le Frère universel, ne sont pas mentionnés, ce qui ne surprend pas venant d’un quasi journaliste tel Georges de Nantes. Curieusement l’ordre des pays à pénétrer est différent de celui adopté par le Directoire de Ch. de Foucauld : « on fondera des ermitages d’abord dans les pays de chrétienté et ensuite dans les pays infidèles, principalement ceux dont la France a pris la charge civilisatrice » (art. 115). Par rapport aux « colonies de la mère-patrie », le langage a été un petit peu adapté au contexte de la décolonisation en marche de 1957. En outre, les deux articles suivants sont l’écho des tâtonnements précédents, aux marges du Mouvement missionnaire français, puisque sont privilégiées les « populations simples et pauvres » (art. 116) et les « régions de rupture, là où la tradition religieuse d’un peuple s’exténue, là où le lien de l’unité catholique est menacé, là où des institutions et des idéologies corrompent la vraie foi » (art. 117).

28Mais c’est dans le deuxième chapitre - L’esprit de l’Église - que la Règle prend sa coloration nantiste et que ressurgit la volonté d’en découdre avec les adversaires, un langage qui n’est pas celui du Frère Charles. L’article 20 nous rappelle tous les engagements de l’abbé :

Pour cela, ils rejetteront l’esprit révolutionnaire sous toutes ses formes. Plutôt que racistes, ils seront les frères de tous ; plutôt que socialistes, ils seront d’abord citoyens du ciel ; plutôt qu’individualistes, ils aimeront s’en remettre de leurs pensées et de leur conduite à leurs frères ; plutôt qu’égalitaristes, ils se feront serviteurs et bien loin d’ériger leur raison personnelle en autorité absolue, ils s’attacheront à la Tradition divine et humaine à laquelle ils doivent tout ce qu’ils sont.

  • 25  P. AIRIAU, L’Église et l’Apocalypse du XIXe siècle à nos jours, Paris, Berg international, 2000 : (...)

29Nazisme, libéralisme, socialisme, tous les systèmes repoussés par le catholicisme intégral y sont rassemblés. La Règle est aussi imprégnée d’apocalyptisme, une vision qui anime fortement le catholicisme intransigeant du xixesiècle et devient, comme l’a montré Paul Airiau25, un caractère de plus en plus typique au cours du xxesiècle du courant qualifié d’intégrisme. Le démon, prêt à égarer « si c’était possible les élus eux-mêmes » (art. 19), est l’ennemi suprême à combattre derrière les divers systèmes sociaux et philosophiques contraires à la foi catholique ; il est rappelé à l’article 21 et revient à l’avant-dernier article, anticipation des épreuves qui frapperont le nouvel Ordre :

Qu’ils s’attendent cependant à la haine des faux-frères et des mauvais bergers auxquels leur Ordre portera des coups terribles, qu’ils acceptent les persécutions que les esclaves du démon, qui retiennent les peuples dans l’infidélité, leur feront subir. Car, plus que tout, le Malin déteste ceux qui annoncent sa chute finale, l’illusion caduque de son règne et la victoire proche du Seigneur Jésus.

30Le lecteur aura noté l’adjectif « proche » qui s’attache à la Parousie.

31Entre 1962 et 1964, la fracture s’installe entre l’abbé de Nantes et l’Église hiérarchique. D’abord la crise politique en 1962 : l’indépendance de l’Algérie algérienne après la vague d’indépendances dans les États d’Afrique noire signe l’effondrement du « grand empire chrétien » dont rêvait l’abbé. Dans ses Lettres à mes amis, il fait porter la responsabilité première aux « élites chrétiennes » qui, dévoyées par le « progressisme » doctrinal, se sont détournées du rêve colonial. L’univers dans lequel se mouvait naturellement le Charles de Foucauld de Léon Poirier s’est écroulé : c’est la fin du film. Fin 1962 s’achève la première période du concile Vatican II : G. de Nantes en avait salué la réunion car il en escomptait une sorte de nouveau Syllabus, la condamnation solennelle de toutes les erreurs modernes, des « faux-frères et des mauvais bergers ». Mais la Majorité des Pères ne s’engage pas sur cette voie et, en 1963, il n’est plus curé de Villemaur. L’année suivante, il entre dans une opposition ouverte au pape Paul VI qu’il critique sévèrement : une situation que rien dans la Règle, toute pétrie d’obéissance à la hiérarchie et en particulier au Successeur de Pierre, ne laissait imaginer. Une autre phase commence pour l’abbé de Nantes.

32Charles de Foucauld, après sa mort, a été une source d’inspiration pour de nombreux catholiques : les fondateurs et fondatrices qui s’en réclament n’ont pas cessé de relire les étapes de sa vie. Il en sort une figure étonnamment plastique : inspirateur d’un mouvement de laïcs enfouis et précurseur d’une théologie des religions ? Promoteur de congrégations religieuses à forte dimension contemplative ? Modèle pour une présence évangélisatrice au désert en terre d’islam ou bien d’abord à l’usine en Europe ? Frère universel pacifiste ou à l’inverse catholique patriote, soldat de la Foi et soldat de la France ? Cette dernière lecture, à laquelle se rattache Georges de Nantes, est devenue aujourd’hui ultra-minoritaire en catholicisme.

Haut de page

Notes

1  La présente contribution s’attache à la dimension foucauldienne de l’abbé de Nantes principalement jusqu’à son installation à Saint-Parres-les-Vaudes, pendant le concile Vatican II, période qui correspond à sa prise de distance avec la hiérarchie catholique. Diverses allégations ont mis en cause les activités des fondations nantistes dans les dernières années. Cette étude entend rester au plan purement historique et n’empiéter en rien sur ce qui relève des juridictions ecclésiastiques voire civiles. Rappelons que l’historien n’est ni official, ni avocat, ni procureur, ni juge : il s’efforce d’observer et de comprendre.

2  L’adhésion de jeunesse au modèle de Foucauld s’accompagne cependant d’hésitations avec le temps, surtout après le départ de Villemaur, comme en porte trace le site officiel de sa congrégation, rédigé par ses plus proches disciples : « Notre Père fit sa connaissance en 1938 à la vue du film ‘l’Appel du silence’, ce qui réveilla en lui un ‘très ancien appel missionnaire’. Et depuis cette époque, il s’est voulu son disciple et son fils. Cependant, au long des années, il a craint d’apprendre un jour des choses qu’il n’aurait pu accepter parce qu’elles auraient été en opposition fondamentale avec ses propres convictions les plus sacrées, l’obligeant à se séparer de lui... Il n’en est rien ! Ayant soigneusement étudié les documents en 1976, puis de nouveau durant l’été 1996, en vue de notre retraite de communauté, notre Père a pu affirmer en toute sérénité et en toute vérité qu’il est fils de la pensée et du cœur de Charles de Foucauld. Il s’ensuit que nous revendiquons nous-mêmes, nous, disciples de Georges de Nantes, cette filiation » (http://www.crc-resurrection.org : études spéciales, le Père Charles de Foucauld). S’il est le premier modèle revendiqué, le Bienheureux n’est pas seul et voisine avec Jean-Paul I, Louis XVII et Mgr Freppel. « Notre Père » est le titre donné à l’abbé de Nantes dans sa communauté.

3 Né en 1890, ancien élève du Séminaire français de Rome, Mgr Julien Le Couëdic fut l’un des très rares membres français du Coetus internationalis Patrum, le noyau de la Minorité au Concile, avec Mgr Lefebvre. Il a été évêque de Troyes de 1943 à sa démission en 1967. Mgr Daucourt a pris en 1997 un décret d’interdit à l’encontre de l’abbé de Nantes, après une tentative manquée de retour dans une pleine communion avec la hiérarchie. Un communiqué du 21 avril 2001 de Mgr Stenger, son successeur, confirme, après appel interjeté en Cour de Rome, le maintien de ces sanctions canoniques, sanctions que l’abbé a toujours contestées.

4  Voir les travaux de M. Lagrée : Religion et culture en Bretagne, 1850-1950, Paris, Fayard, 1992, p. 431-453 ; Religion et modernité. France XIXe-xxe siècles, E. Fouilloux et J. Saincliver (éd.), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2002, p. 191-202

5  J.-P. Chantin (dir.), Les marges du christianisme. « Sectes », dissidences, éso-térisme, Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, vol. 10, Paris, Beauchesne, 2001, notice « Georges de Nantes » par D. Mac Cready et L.Perrin, p. 183-184

6  La Contre-Réforme catholique au XXe siècle, n° 110, octobre 1976 : ce numéro comporte plusieurs éléments d’auto-biographie. Voir aussi G. de Nantes, Mémoires et récits. Renaissance catholique, tome I (1924-1943), 1988 ; tome II (1943-1947), 1993.

7  Mémoires et récits, tome I, p. 414.

8  M. Lagrée, La bénédiction de Prométhée. Religion et technologie, XiXe-XXe siècle, Paris, Fayard, 1999

9 Cf. P. Airiau, « Le Séminaire français de Rome du P. Le Floch, 1904-1927 », thèse d’histoire sous la dir. de J.-M. Mayeur, I.E.P de Paris, septembre 2003 ; voir sa contribution, sous le même titre, dans Ph. Levillain, Ph. Boutry et Y.-M. Fradet (dir.), Cent cinquante ans au cœur de Rome. Le Séminaire français 1853-2003, Paris, Karthala, 2004.

10  Mouvement d’Animation Spirituelle de la Démocratie Universelle

11  Les thèses « sédévacantistes » soutiennent généralement que le Siège apostolique est vacant (Sede vacante) depuis Jean XXIII ou Paul VI

12  Cf. A.-R. Michel, La J.E.C., Jeunesse étudiante chrétienne face au nazisme et à Vichy (1938-1944), Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1988.

13  L. Poirier, Charles de Foucauld et l’appel du silence, Paris, Mame, 1939, p. 225-226.

14 Les Lettres à mes amis - souvent un simple recto-verso dactylographié, rarement daté - ont été reliées en plusieurs tomes, sans date ni éditeur. La lettre citée figure dans le premier recueil qui couvre 1956-1962.

15 Titre ô combien évocateur de l’ouvrage de Jacques Maritain paru en 1922.

16 POIRIER, Charles de Foucauld…, p. 149.

17 Ibid., p. 150

18  Ibid., p. 145. L’allusion vise le scandale de Panama de 1892 avec l’un des protagonistes de l’affaire, Cornélius Herz : on notera la touche d’antisémitisme.

19  Ibid., p. 153.

20 Ibid., p. 236. Évoquant le défunt marquis de Vogue, le célèbre R.P. LAGRANGE o.p. écrivait : ≪ Ce n’est point un dessein secret de la Providence que ce grand Français ait attache pour toujours son nom au pays des Croisades, au moment ou, nous l’espérons, il va redevenir français ≫ (Revue Biblique, janvier-avril 1917), cite dans D. AVON, Les frères prêcheurs en Orient. Les dominicains du Caire années 1910–années 1960, Paris, Ed. du Cerf, 2005, p. 100. G. de Nantes a garde ces idées et ce langage quarante ans plus tard.

21 H. ZACHARIAS, L’islam entreprise juive, de Moïse à Mohammed, Cahors, chez l’auteur, 1955, deux volumes ; deux autres ouvrages posthumes sont publies en 1960. Un expose de ≪ l’affaire Hanna Zacharias ≫ se trouve dans AVON, Les frères prêcheurs en Orient…, p. 672-683 : ≪ Zacharias denie a l’islam une quelconque originalité religieuse, un quelconque apport dogmatique, moral ou juridique. […] il s’attache à voir dans cette religion le ‘cancer du bassin méditerranéen’, l’une des sources de la stagnation de l’Afrique du Nord et du Moyen Orient ≫ (p. 674). Sur ce plan, les deux hommes étaient en parfaite sympathie alors que tout les opposait au regard des choix antérieurs. Selon D. Avon, le P. Thery, médaille de la Résistance, avait rallie la France libre pendant la guerre et son nom est associe aux intrigues autour de l’assassinat de l’amiral Darlan et du débarquement allie en Afrique du Nord. L’A. ne mentionne pas le travail de vulgarisation très précoce de l’abbé de Nantes mais signale l’influence durable des écrits d’H. Zacharias dans les milieux ≪ intégristes ≫ et lies a l’Algérie française

22 Toutefois la mention de la vie à Nazareth est assez récurrente, allusion foucauldienne évidente lors même que le nom du Frère Charles n’apparaît pas.

23  Lettre à mes amis n° 76, vraisemblablement du second semestre 1960

24  L’article 92 renvoie ≪ aux sages et saintes recommandations du Perec de Foucauld ≫ pour l’apostolat de voisinage

25  P. AIRIAU, L’Église et l’Apocalypse du XIXe siècle à nos jours, Paris, Berg international, 2000 : abbé et son mouvement sont inclus dans la ≪ galaxie apocalypticienne≫ (p. 103-105)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Perrin, « De l’appel du silence à Saint-Parres-les-Vaudes », Revue des sciences religieuses, 82/4 | 2008, 483-496.

Référence électronique

Luc Perrin, « De l’appel du silence à Saint-Parres-les-Vaudes », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/4 | 2008, document 82.404, mis en ligne le 01 février 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/402 ; DOI : 10.4000/rsr.402

Haut de page

Auteur

Luc Perrin

Faculté de théologie catholique Université Marc Bloch Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page