Navigation – Plan du site
82.401

Liminaire

Michel Deneken
p. 447-449

Notes de la rédaction

* Le numéro du centenaire de la fondation de la Faculté peut toujours être commandé : La théologie dans l’Université et dans l’Eglise. Centenaire de la Faculté (1902-2002) - Revue des Sciences Religieuses, n° 299, janvier 2004.

Texte intégral

1L’Assemblée Générale de l’Association des Publications de la Faculté de théologie catholique de Strasbourg, en sa séance du 26 juin 2008, a élu notre collègue Françoise Vinel rédactrice en chef de la Revue des Sciences Religieuses. Elle assurait jusqu’à présent le précieux service des échanges et recensions. Qu’elle soit vivement remerciée d’avoir accepté une importante mission, qui représente aussi une lourde charge. Elle succède à Yves Labbé. Tous ceux qui apprécient la Revue savent ce qu’elle lui doit. Avec une disponibilité totale, une grande rigueur intellectuelle et un dialogue incessant avec les auteurs, il a veillé à la cohérence de la programmation et à la régularité des parutions. Merci à Yves pour ce travail.

2Ce numéro est le dernier paraissant sous l’égide de l’Université Marc-Bloch de Strasbourg. En effet, à partir du 1er janvier 2009, l’Université de Strasbourg, regroupant les trois Universités strasbourgeoises et l’Institut Universitaire de Formation des Maîtres de l’Académie de Strasbourg, verra le jour. Ce projet vise à donner au site strasbourgeois les moyens qui sont à la hauteur de sa vocation universitaire. Au cœur de l’Europe, héritière d’une grande tradition née de l’humanisme du XVIe siècle, cette nouvelle Université offrira des formations et une recherche pluridisciplinaires qui, en raison de leur concentration et de leurs synergies en un même lieu, seront d’une diversité et d’une richesse uniques en France. Européenne de tradition et de conviction, internationale par vocation, elle attirera des étudiants et des enseignants-chercheurs venus d’horizons et de cultures différents, sûrs de trouver une université ouverte, pluraliste, alliant l’excellence et la performance tout en demeurant ouverte au plus grand nombre. Cette Université, de service public, par son potentiel humain, intellectuel et scientifique, sera en mesure de relever les défis actuels et, par sa capacité à innover, d’être l’un des pôles majeurs de la vie universitaire européenne.

3Dans ce vaste ensemble, la Faculté de théologie catholique ne sera pas perdue. Bien au contraire. Elle continuera d’honorer sa mission de formation et de recherche, au service de l’Université comme de l’intelligence ecclésiale de la foi. Bien entendu, elle reste, plus que jamais, une Faculté bénéficiant de la double reconnaissance de l’État français et du Saint-Siège*. Cette insertion dans ce qui sera une des grandes Universités de France représente une chance à saisir pour que la théologie continue d’occuper dignement sa place dans l’espace universitaire français.

4Le présent numéro coïncide également avec le 150e anniversaire de la naissance à Strasbourg, le 15 septembre 1858, de Charles de Foucauld. La Faculté de théologie catholique de sa ville natale se devait de lui rendre hommage à sa manière, ce qu’elle a fait les 5 et 6 octobre 2006, par deux journées d’études organisées à l’occasion du 90e anniversaire de sa mort, le 1er décembre 1906. Ce numéro reprend trois communications qui y furent faites. Elles abordent toutes trois la question de la descendance spirituelle de Charles de Foucauld. En effet, au cours de ces journées il est apparu que sa postérité révélait une étonnante diversité. Pierre-Marie Delfieux, Jean-François Six et Luc Perrin établissent, à travers des figures historiques concrètes, une sorte de cartographie de l’héritage du Père de Foucauld, donnant ainsi à voir qu’il y a plusieurs manières de se l’approprier.

5Pierre-Marie Delfieux, fondateur des Fraternités Monastiques de Jérusalem, montre comment la figure de Charles de Jésus a influé, de plusieurs manières, sur sa propre quête spirituelle et sur son œuvre de fondation. P.-M. Delfieux commence par témoigner de la forte influence qu’il a lui-même subie, le conduisant à réfléchir à une nouvelle forme de vie monastique dans la ville. Les compagnons qu’il s’est choisis attestent le même ascendant spirituel de frère Charles. Concrètement, presque deux années passées dans un ermitage sur l’Assekrem dans le Hoggar, sous le patronage de Foucauld, ont amené P.-M. Delfieux à donner corps à l’intuition des Fraternités Monastiques de Jérusalem.

6Jean-François Six, en présentant les postérités de Foucauld, met en évidence la richesse des mouvements qui sont nés dans son sillage. Il y a la postérité bien connue, explicitement attachée au nom du frère Charles, de congrégations religieuses qui, s’inspirant de lui, se prolongent en des sortes de tiers-ordres, en fraternités sacerdotale et séculière. Mais une autre postérité existe, née du vivant de Charles. Il s’agit d’une Union qu’il a lui-même fondée, rassemblant des baptisés qui répondent à plusieurs états de vie, mariés ou non, religieux ou non. À sa suite, ils seraient des « missionnaires isolés », comme des « défricheurs évangéliques ». Mille membres existent aujourd’hui à travers le monde, qui veulent vivre, au quotidien, là où ils sont, la vie cachée de Jésus à Nazareth.

7Luc Perrin, quant à lui, présente un « foucauldien inattendu » en la personne de Georges de Nantes. Celui-ci est davantage connu pour ses opinions traditionalistes et sa tonitruante « Contre-Réforme catholique » et comme pourfendeur de Vatican II, que pour son œuvre de fondation, en 1957, d’une congrégation de moines missionnaires, les Petits Frères du Sacré Cœur, qui se réclament directement de Charles de Foucauld. Mais c’est vingt ans plus tôt, en 1936, que se situe la première rencontre, lors de la vision du film de Léon Poirier, L’appel du silence, qui présente le destin commun de l’ermite et de Laperrine, « le soldat de la foi et le soldat de la France ». Né dans une famille d’Action française, Georges de Nantes voit Charles de Foucauld à travers le prisme d’un autre Charles, Maurras. Il en fait l’icône d’un empire chrétien français, qu’une Algérie française idéalisée est censée incarner au moment même où la colonisation s’effondre et où l’Église se détache ouvertement de toute forme de national-catholicisme.

8En dehors de la présentation de numéros thématiques, la Revue réserve les liminaires à des occasions exceptionnelles. Le changement de rédacteur en chef, la naissance de l’Université de Strasbourg et l’évocation de Charles de Foucauld invitaient largement à y recourir. Je saisis cette occasion pour remercier tous ceux qui, par leur travail, les contributions qu’ils donnent, et l’attention qu’ils lui portent, font vivre notre Revue. Mais elle ne serait rien sans ses lecteurs. Aussi est-ce tout naturellement à vous, chers lecteurs, que, pour conclure, revient toute gratitude pour la confiance que vous faites à la Revue et à son équipe, et pour la fidélité dont vous l’honorez.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Deneken, « Liminaire », Revue des sciences religieuses, 82/4 | 2008, 447-449.

Référence électronique

Michel Deneken, « Liminaire », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/4 | 2008, document 82.401, mis en ligne le 26 janvier 2012, consulté le 29 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/375

Haut de page

Auteur

Michel Deneken

Doyen de la Faculté de théologie catholique
Vice-président de l’Université Marc-Bloch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page