Navigation – Plan du site

Mehmed II le conquérant de Constantinople et la foi chrétienne

Astérios Argyriou
p. 583-602

Résumés

La rumeur d’une proche conversion au christianisme du jeune sultan Mehmed II suscite dans les années 1453-1469 un ensemble de textes dus aux autorités orthodoxes et catholiques et à des philosophes et théologiens, dont l’article étudie la portée idéologique et l’écho. Les Entretiens du patriarche Gennadios Scholarios avec le sultan, ainsi que son traité Sur la voie vers le salut des hommes, puis le Dialogue sur la foi au Christ de Georges Amiroutzès sont typiquement des écrits apologétiques anti islamiques. De leur côté, les trois Lettres de Georges de Trébizonde au sultan, tout en relevant de la littérature anti‑islamique en langue grecque, invitent au dialogue mais ce n’est pas sans arrière-pensée politique – attitude qu’on trouve également chez des théologiens catholiques de la même période, principalement Nicolas de Cues mais aussi dans l’Epistula ad Mahumetem du pape Pie II (1461).

Haut de page

Notes de l'auteur

Une première version très courte du présent article avait fait l’objet d’une communication à la journée d’études consacrée à mon collègue de Thessalonique Christos Patrinelis. Voir Α. ᾽Αργυρίου, «  Διαλέξεις μὲ τὸν Μωάμεθ τὸν Πορθητὴ Περὶ τῆς πίστεως τῶν Χριστιανῶν ἢ ᾽Αναζήτηση νέων ταυτοτήτων μετὰ τὴν ῞Αλωση  », parue dans la revue de la Faculté des Lettres de l’Université de Thessalonique,᾽Εγνατία 15 (2011) p. 35‑42

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2018.

Plan

I. Des textes à l’initiative de Mehmed II
A – Les Entretiens de Gennadios Scholarios
B – Les Entretiens de Georges Amiroutzès
II. Des Lettres au sultan des Turcs
A – Les trois Lettres de Georges de Trébizonde à Mehmed II
B – L’Epistula ad Mahumetem du pape Pie II

Aperçu du texte

L’accroissement continuel de la puissance des Turcs et leur établissement toujours plus étendu et plus pesant sur les territoires des Balkans constituaient une menace, voire un danger éminent pour les régions et la chrétienté occidentales. Cependant les discordes et les conflits quasi permanents entre les États chrétiens, les ambitions et les intérêts divergents de leurs gouvernants, des stratégies diplomatiques et commerciales concurrentes, avaient engendré un climat de psychose dans la péninsule italique, comme dans toute l’Europe. Une situation qui allait s’aggraver avec la chute de la capitale byzantine en 1453, puis, en 1461, avec la disparition complète de l’empire chrétien d’Orient.

Au milieu et à travers une atmosphère aussi pesante et angoissante, une rumeur persistante se faisait entendre, faisant luire un certain espoir en Orient comme en Occident. Le jeune sultan aurait de la sympathie pour la religion chrétienne, il lui manifesterait un intérêt particulier ; peut-être mê...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Astérios Argyriou, « Mehmed II le conquérant de Constantinople et la foi chrétienne », Revue des sciences religieuses, 90/4 | 2016, 583-602.

Référence électronique

Astérios Argyriou, « Mehmed II le conquérant de Constantinople et la foi chrétienne », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/4 | 2016, mis en ligne le 30 septembre 2018, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://rsr.revues.org/3482 ; DOI : 10.4000/rsr.3482

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page