Navigation – Plan du site

Aspects de la formation théologique en Afrique

Jean-Bosco Tchapé
p. 207-218

Résumés

En donnant des informations sur les lieux et les moyens de la formation théologique autour des deux grands pôles que sont pour l’Afrique de l’Ouest la faculté catholique d’Abidjan et celle de Yaoundé, on est amené à repérer, sans doute, les insuffisances et les difficultés de ces institutions de création récente, mais l’article met surtout l’accent sur les spécificités africaines des cours proposés, s’ajoutant aux enseignements fondamentaux conformes aux exigences définies par la Constitution Apostolique Sapientia Christiana.

Haut de page

Texte intégral

1Après avoir été moulé par la Faculté de Théologie Catholique de Strasbourg de 1982 à 1987, je suis, depuis septembre 2000, enseignant permanent à la Faculté de Théologie Catholique de l’Université catholique d’Afrique Centrale, Institut Catholique de Yaoundé (UCAC/ICY désormais dans notre texte) ; j’y dispense les cours d’Ancien Testament et de langues bibliques, principalement l’hébreu.

  • 1 Institut de missiologie Missio ; SECAM/SCEAM ; L. G. MILO et N. SOÉDÉ (éds.), Doing theology and ph (...)

2Vous m’avez demandé de vous parler des aspects de la formation théologique en Afrique. Un travail similaire avait déjà été effectué à Kumasi par une commission ad hoc lors d’un colloque du 10 au 16 juin 2009, sous l’égide de l’Institut de Missiologie et du SCEAM (symposium des conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar)1. Ce colloque rassemblait les représentants de l’Afrique fran- cophone et de l’Afrique anglophone. Dans le document final, Paulin Poucouta a esquissé une réflexion sur les programmes de l’enseigne- ment de la théologie en Afrique. Pour ma part, je vais m’attacher à vous dresser l’état des lieux de l’enseignement de la théologie aujourd’hui en Afrique francophone. J’ai circonscrit mon étude autour des deux grandes universités d’Afrique centrale et d’Afrique de l’Ouest autour desquelles gravitent la grande majorité des institutions où s’enseigne la théologie.

1. AFRIQUE CENTRALE

1.1. L’Université Catholique d’Afrique Centrale – Institut Catholique de Yaoundé

  • 2 Pour l’historique de l’UCAC/ICY, voir Université Catholique d’Afrique Centrale, Faculté de Théologi (...)

3Fondée en 1989 par les évêques de l’ACERAC2 qui couvrent les pays suivants : Congo Brazzaville, Gabon, Tchad, République Centra- fricaine, Cameroun et Guinée Equatoriale, l’Université Catholique de Yaoundé accueille ses premiers étudiants le 30 septembre 1991. L’UCAC/ICY relève de l’autorité du Saint-Siège et est régi par un accord de siège avec l’État du Cameroun. L’UCAC/ICY dispose en son sein d’une Faculté de Théologie, d’une Faculté de Philosophie en relation par convention avec l’Université Pontificale salésienne, d’un Département de droit canonique, département autonome agrégé à la Faculté de droit canonique de l’Institut Catholique de Paris et d’une Faculté de Sciences Sociales et de Gestion.

4Directeur de la bibliothèque centrale de l’UCAC/ICY de 2001 à 2004, j’étais, à ce titre, membre de droit de tous les conseils de l’Uni- versité (Conseil scientifique, Conseil permanent du Recteur, Conseil de l’Institut, Conseil de Discipline, Conseil informatique, etc.), me retrouvant ainsi aux différents lieux de décisions concernant la marche de l’université et accédant du fait même aux informations se rapportant au fonctionnement de la Faculté de Théologie.

1.2. La faculté de Théologie de l’UCAC/ICY et les Instituts affiliés ou apparentés

5L’UCAC/ICY dispose en son sein d’une faculté de Théologie de premier cycle (3 ans) et de second cycle (2 ans) et d’une école docto- rale. Les objectifs que s’est assignés la faculté de Théologie sont les suivants :

  • être un laboratoire de recherche d’une expression africaine de la foi chrétienne ;

  • assurer l’animation théologique de la vie de l’Église en Afrique ;

  • être un lieu de dialogue entre la foi et la culture, entre la foi chrétienne et les grands problèmes de l’Afrique, problèmes affectant tant son économie que les valeurs morales et tradition- nelles.

  • Depuis 2007-2008, une formation théologique des laïcs a été mise sur pied. La formation y dure 4 ans.

  • Plusieurs grands séminaires sont affiliés à la Faculté de Théologie de l’UCAC/ICY :

  • Les étudiants théologiens du Grand séminaire de l’Immaculée Conception de Nkolbisson qui appartient à la Conférence épiscopale de la province ecclésiastique de Yaoundé (CEPY) suivent leur formation théologique à la Faculté de Théologie de l’UCAC : les deux institutions sont mitoyennes et la majorité des formateurs du Grand séminaire sont aussi enseignants à l’UCAC. (cf. Sapientia Christiana, art. 21).

  • Les Grand séminaires affiliés à la faculté de théologie catho- lique sont le Grand séminaire Paul VI, théologat de la province ecclésiastique de Douala et le Grand séminaire Saint Luc de Bakara (Tchad). Les démarches sont en cours pour le grand séminaire Saint Augustin de Maroua. Ces séminaires affiliés sont régis par l’article 68 §1 de la Constitution apostolique Sapientia Christiana : « l’Affiliation d’un institut à une faculté en vue de l’obtention du Baccalauréat est décrétée par la Sainte Congrégation pour l’Éducation catholique, une fois remplies les conditions établies par ce dicastère ».

2. AFRIQUE DE L’OUEST

2.1. L’Unité universitaire d’Abidjan UCAO/UUA

6L’Unité Universitaire d’Abidjan (UUA) créé par la CERAO (Conférence Épiscopale régionale de l’Afrique de l’Ouest) dispose en son sein d’une Faculté de théologie (1975) de premier, de deuxième et de troisième cycle. Cette faculté, qui s’inscrit dans la perspective du Concile Vatican II, exhorte à l’approfondissement de la Révélation chrétienne de sorte qu’elle soit adaptée et accessible aux hommes d’aujourd’hui dans leurs diverses cultures. La Faculté de théologie catholique d’Abidjan a pour objectifs de promouvoir la recherche théologique en vue d’incarner et d’approfondir le Message évangé- lique en terre africaine, à travers des cours, des séminaires et des travaux pratiques. Elle favorise des élaborations théologiques ou les dimensions bibliques, dogmatiques, patristiques, historiques, litur- giques, pastorales, spirituelles et catéchétiques sont en lien avec les données des sciences humaines, les défis du moment et la mission contextuée de l’Église.

2.2. Instituts et grands séminaires affiliés

7Voici la liste des instituts et grands séminaires affiliés à l’Univer- sité Catholique d’Afrique de l’Ouest :

  • Instituts :

8- Institut Supérieur de Catéchèse (UCAC/UUA)

9- Centre lasallien Africain (Abidjan Côte d’Ivoire)

  • Grands séminaires

10- Grand séminaire Saint Cœur de Marie (Anyama-Côte d’Ivoire)

11- Grand séminaire Saint Augustin (Bamako – Mali)

12- Grand séminaire Saint Marc (Bangui-Bimbo – République Centrafricaine).

13- Grand séminaire de théologie Emile Biayenda (Brazzaville- Congo)

14- Grand séminaire Inter diocésain Jean Paul II (Lomé –Hedrza- nawe –Togo)

15- Grand séminaire Notre Dame de Guessi (Gagnoa – Côte d’Ivoire)

16La faculté parraine, organise et a le droit de regard sur les grades et diplômes délivrés dans ces institutions.

2.3. École théologique Saint-Cyprien de Ngoya

17Fondée en 1979 par les congrégations présentes en Afrique Centrale, l’École Théologique Saint-Cyprien de Ngoya (Cameroun) est affiliée à la Faculté Pontificale de théologie Teresianum (Rome) depuis 1988. Cette affiliation permet de renforcer la qualité des études et de donner à ses étudiants la possibilité d’obtenir le grade de bachelier en théologie.

18L’objectif principal et immédiat de cette école est d’assurer en vue du ministère sacerdotal, le cursus institutionnel théologique pour les jeunes religieux des instituts membres de l’Association de l’École Saint-Cyprien. Le programme des études est conforme aux normes édictées par la Ratio Fundamentalis institutionis sacerdotalis.

3. LES CONTENUS DES PROGRAMMES DE FORMATION DANS LES FACULTÉS DE THÉOLOGIE

3.1. Le cadre institutionnel

19Le programme officiel des études dans la faculté obéit aux normes édictées dans le code du droit canonique ; la constitution apostolique Sapientia Christiana de Jean Paul II sur les universités et les Facultés ecclésiastiques et pour les grands séminaires à la Ratio fundamentalis institutionis sacerdotalis. Notons que ces programmes officiels sont adaptés au contexte de chaque université comme nous le verrons ci- dessous.

3.2. Les programmes

20Les programmes de droit pontifical, les programmes des facultés de théologie des universités et facultés ecclésiastiques obéissent aux directives du Saint Siège, contenus dans le code de droit canonique, la constitution apostolique Sapientia Christiana et pour les grands sémi- naires, « Ex corde Ecclesiae ».

21Pour être admis au premier cycle de théologie, le candidat doit avoir fait au moins deux années de philosophie et posséder le Bac secondaire. Les contenus des programmes étant différents d’une université à l’autre, selon les objectifs, nous examinerons d’abord le programme de l’UCAC et ensuite celui de l’UCAO.

3.3. Durée des études et contenu des programmes à l’UCAC

22Le 1er cycle dure 3 ans, le 2nd cycle 2 ans et comprend 4 filières : les filières Écriture Sainte, dogme, morale, histoire patrologie. Le second cycle comporte des cours de tronc commun dispensés aux étudiants des quatre orientations et des cours spécifiques. Sans reprendre ici l’ensemble des programmes et la place faite, comme dans tous les lieux d’enseignement de la théologie catholique, aux disciplines fondamentales, sous forme d’introduction pour le 1er cycle et de cours plus spécialisés pour le 2nd cycle, on insistera sur la place prise par la formation proprement « africaine ». Ainsi, dans la filière dogme, un cours sur les nouveaux mouvements religieux et un cours de théologie africaine sont dispensés en 1er cycle ; en 2nd cycle, les cours suivants, communs aux deux années, font partie des pro- grammes :

  • Synodalité ecclésiale et défi de l’évangélisation en Afrique

  • Repenser la théologie africaine dans la perspective de la justice S’ajoute, en première année, un cours sur l’inculturation et, en deuxième année, un cours sur l’unité du Christ et le pluralisme religieux.

  • Dans la filière Bible et langues anciennes, notons les deux intitulés de cours proposés pour le second cycle : un cours sur « la mission paulinienne » et un cours sur « les lectures africaines de la Bible ».

  • Dans la filière Morale, qui inclut des cours de Droit canonique, sont proposés en 2nd cycle les cours spécifiques suivants : Famille et valeurs africaines ; Phénomènes paranormaux ; États-Église-sociétés ; Église et démocratie.

    • 3 À titre d’exemple, nous présentons pour cette filière l’ensemble des enseignements.

    Enfin, la filière Histoire et Patrologie fait une large place à l’his- toire du christianisme en Afrique, comme l’indique le tableau3 qui suit :

1er cycle

1ère année

Introduction à l’histoire de l’Église : antiquité chré- tienne

Patrologie : période de Pie-Nicée, Père des 3 premiers siècles

Histoire de l’Église : des origines au VIIe s.

Islam en Afrique noire : les défis pastoraux

60 h

30 h

30 h

30 h

2ème année

– Histoire de l’Église : Moyen âge

30 h

3ème année

Histoire de l’évangélisa- tion en Afrique Noire

Patrologie : Age d’or des Pères de l’Église

Missiologie

Histoire de l’Église des temps modernes et contemporains

30 h

30 h

30 h

30 h

2nd cycle

Laïcité en Afrique noire : Héritage historique et situation

Séminaire sur Saint Cyprien

30 h (TC)

30 h (TC)

1ère année

Séminaire de Missiologie

Théologie patristique afri- caine

Séminaire sur Origène

Histoire des conciles œcuméniques

Histoire du christianisme en Afrique

Séminaire de méthodo- logie historique

30 h

30 h

30 h

30 h

30 h

30 h

2ème année

Les grandes figures du christianisme africain

Les églises indépendantes africaines Traitement des sources orales

Histoire du droit cano- nique

Rédaction du mémoire

30 h

30 h

30 h

30 h

30 h

23En plus des cours et des séminaires, l’étudiant doit rédiger, à la fin du premier cycle, un mémoire d’environ 30 pages sur un sujet de son choix, en accord avec le directeur du 1er cycle et sous la direction d’un enseignant de son choix. L’objectif de ce mémoire est de permettre à l’étudiant d’exercer sa réflexion sur son sujet au second cycle ou en Master.

24Au second cycle, l’étudiant dispose du second semestre de la deuxième année, pour finaliser un mémoire sur un sujet en lien avec sa filière. Le mémoire est soutenu publiquement devant trois professeurs.

25Chaque année est divisée en 2 semestres et pendant le semestre un devoir sur table permet d’évaluer la position des étudiants par rapport au cours déjà dispensés et à la fin de chaque semestre.

3.4. Les programmes de la faculté de théologie de l’UCAO/UUA, Unité universitaire d’Abidjan (Côte d’Ivoire)

26Les matières à la Faculté de Théologie de l’UUA sont structurées en départements : les départements de théologie biblique, de théologie dogmatique, de théologie morale, de théologie pastorale et de théo- logie spirituelle. Au second cycle les départements se transforment en spécialités comportant les cours de tronc commun ou cours interdisci- plinaires pour tous les étudiants dudit cycle.

27Comme pour l’UCAC, on ne signale ici que les cours présentant une spécificité africaine.

28Le département d’études bibliques propose ainsi : en 1er cycle, des cours aux intitulés suivants : « Inculturation et théologie africaine » ;

29« Lectures africaines de la Bible » – ces deux cours étant proposés également dans les autres départements. Pour le département d’études dogmatiques, sont proposés : « Anthropologie africaine » ; « Art et inculturation » ; « Art sacré et inculturation » ; « Église famille » ; « Les grands courants de la théologie africaine » ; « Le salut en Jésus-Christ dans l’existence de l’homme africain ».

30Le département d’Histoire et Patrologie propose en troisième année de premier cycle un cours sur l’Histoire de l’Église en Afrique. Concernant le département de Morale, on peut relever, outre des cours sur l’inculturation et sur les lectures africaines de la Bible, les cours suivants en 2nd cycle : « Développement et mondialisation » ; « Église et droits des personnes et des peuples » ; « Sida : questions de théologie éthique et pastorale ».

31Le département de Théologie spirituelle comporte, en 1er cycle, un cours intitulé : « Religiosité africaine et spiritualité chrétienne » ; en 2nd cycle : « Conseils évangéliques en contexte africain et spiritualité ».

32Enfin le département de Théologie pastorale propose un cours d’« Éthique africaine chrétienne : réflexion théologique et pastorale ».

33Une étude plus poussée permettrait de connaître les contenus et les méthodes des enseignements. Nathanaël Yaovi Soedé a analysé les objectifs du programme de la faculté de théologie dans les Actes de la rencontre de Kumasi. Nous résumons ici l’essentiel de son analyse. Les recherches et l’ enseignement à la faculté de théologie articulent la foi et la raison en lien étroit avec les réalités historiques pour que l’Évangile s’enracine dans la terre Africaine et donne au Christ de se trouver, pour toujours, dans la vie des africains évangélisés, un cœur qui accueille et mette en pratique sa parole de vie ; et dans l’histoire de leur société une chair pour que la foi en son nom prenne corps et investisse, de l’intérieur, les existences et les structures d’édification des personnes et des communautés.

34Le premier cycle de la faculté prépare les étudiants au baccalauréat en théologie (cf. Sapientia Christiana et Ex corde Ecclesiae). L’apport original de l’UCAO / UUA est de deux ordres. Le premier est l’introduction des cours dits de l’initiation pour situer les étudiants dans la problématique théologique de l’évangélisation et l’option pastorale des évêques d’Afrique et de Madagascar (cf. Ecclesia in Africa). Ces cours sont : l’anthropologie africaine, la sociologie, l’in- culturation, et l’art et l’inculturation. Ils forment l’étudiant aux méthodes d’analyse des sciences sociales pour lui apprendre à approcher, de manière critique, les faits de société, les réalités et les défis du monde contemporain. L’enseignement fait découvrir ensuite à l’étudiant la nature, la signification et les exigences de l’inculturation, en particulier dans le domaine culturel, historique, politique et spirituel. Le deuxième niveau de la réappropriation du programme premier cycle a trait à l’enseignement proprement dit. Les professeurs sont conviés, dans la présentation de leurs cours, à faire comprendre la foi catholique à partir des exemples du milieu en rapport avec les réalités africaines.

35Au second cycle, on distingue les cours d’initiation, les cours fondamentaux et les travaux de recherches. Les cours d’initiation rassemblent ceux qui commencent nouvellement leurs études à UCAO/ UUA avec les étudiants de la première année du premier cycle. Les cours fondamentaux sont des cours magistraux sur les matières principales de la discipline choisie (théologie biblique, dogmatique, morale, pastorale et spirituelle). Les travaux et recherches proposent aux étudiants des thèmes de réflexion personnelle. Ils exposent sous forme de séminaire les fruits de leurs investigations en articulant leur pensée autour d’une problématique entre foi chrétienne et réalités humaines.

4. LE CORPS ENSEIGNANT

36La configuration des enseignants dans les facultés de théologie des universités catholiques d’Abidjan et Yaoundé se présente comme suit :

Matières

Professeurs

permanents

Professeurs

missionnaires ou visiteurs

Professeurs

vacataires

grade

UUA

UCAC

grade

UUA

UCAC

grade

UUA

UCAC

Théologie morale

Dr*

2

2

Dr

2

Dr

1

Philosophie

Dr

1

Dr

1

Dogmatique

Dr

2

2

Dr

2

1

Dr

1

Théologie spirituelle

Dr

3

Théologie biblique

Dr

2

4

Dr

2

Dr

2

1

Droit canonique

Maître

*

1

Dr

1

4

Théologie systématique

Maître

1

Dr

2

Liturgie

Dr

2

Dr

2

Histoire de l’Église

Dr

2

Dr

2

Théologie pastorale

Dr

3

Dr

1

Patrologie

Dr

3

Dr

1

Gestion

DEA

1

Latin

Dr3c*

1

Histoire des religions

Dr

2

Sociologie des religions

Dr

1Total

Dr

Maî- tres

12 2

14

Dr

7

6

Dr

DEA

Dr 3c

6

15 1

1

37Dr : enseignant titulaire d’un Doctorat ; Maître : enseignant titulaire d’une maîtrise ; Dr3c : enseignant titulaire d’un Doctorat de 3ème cycle.

5. DOCUMENTATION

38Chaque institution dispose d’une bibliothèque. A l’UCAC et à l’UUA, la documentation appartenant à la faculté de théologie est régulièrement approvisionnée par les achats d’ouvrage et les abonnements à diverses revues scientifiques. À ce jour, voici la situation de quelques bibliothèques que nous avons pu visiter :

39Dans certaines bibliothèques, l’abonnement à quelques-unes de ces revues est arrêté soit à cause du manque du moyen financier, soit parce que les revues ne paraissent plus sur le support papier, mais uniquement sur internet. Toutes ces bibliothèques ne sont pas mises en réseau.

6. DIFFICULTÉS ET INSUFFISANCES

6.1. Au niveau des enseignants

40Le tableau synoptique du corps enseignant ci-dessus fait ressortir des carences d’enseignants dans plusieurs matières et même l’absence d’enseignants qualifiés dans certaines filières, ce qui provoque l’absence de celles-ci, la spiritualité et la pastorale à l’UCAC par exemple. Certains enseignants sont trop surchargés parce que très sollicités. D’autres sont obligés d’intervenir dans les domaines qui ne sont pas les leurs. Les historiens appelés à enseigner la patrologie.

6.2. Au niveau des recherches et des publications

41Jusqu’en 2008, la faculté de théologie de l’UCAC ne disposait pas d’un organe pour la publication des recherches des professeurs ; heureusement cette lacune vient d’être comblée par la parution des deux premiers numéros de GRITA (Groupe de Recherche Interdisciplinaire en Théologie Africaine) aux presses de l’UCAC. Les conférences théologiques ou les contributions à différents colloques en fascicule ou dans les cahiers de l’UCAC.

7. LE SYSTÈME LMD, LES GRADES ET DIPLÔMES

42L’UCAC est en train d’adopter progressivement le système LMD, la faculté de théologie s’est arrimée à ce système. Ce qui ne va pas sans difficultés. L’arrimage à ce système a modifié profondément la configuration des grades et diplômes et la durée des enseignements à l’UCAC.

43Des classiques Deuss, Licence, Maîtrise, DEA et Doctorat, l’UCAC est passé au système LMD : la Licence à la fin de la troisième année du 1er cycle, le Master en 2 ans et le doctorat en 6 semestres au moins (trois ans minimum)

44La faculté de théologie de l’UUA a maintenu les grades et diplômes de baccalauréat en Théologie à la fin de la troisième année du premier cycle, de la maîtrise en théologie ou licence canonique en théologie à la fin de la deuxième année du 2e cycle, du diplôme d’habilitation au doctorat (inexistant à l’UCAC/ICY) et du doctorat en théologie, durant les années du troisième cycle. Il se pose au niveau des deux universités un problème d’harmonisation.

8. L’OUTIL INFORMATIQUE

45Dans la plupart des facultés, l’outil informatique existe, mais en nombre insuffisant. Il est pratiquement absent dans certains grands séminaires. Les étudiants accèdent à l’internet moyennant une contri- bution financière, ce qui ne stimule pas beaucoup ces derniers à l’uti- lisation régulière de cet outil pourtant incontournable à l’ère des NTIC et de la mondialisation. Rares sont ceux qui possèdent un ordi- nateur portable personnel.

46Les programmes présentés ci-dessus démontrent à souhait les aspects de la formation théologique en Afrique. Ces programmes répondent aux normes scientifiques, et prennent en compte tous les aspects de la formation requise, non seulement pour l’exercice du ministère sacerdotal, mais aussi pour la recherche. Avant d’être théologie africaine, il faut qu’elle soit théologie en Église. Ce qui justifie la partie du programme conforme au tronc commun avec l’Église universelle. Après ce stade pourraient s’accomplir les paroles de Mgr Tchibangu à l’occasion de sa collation au grade de Docteur « Honoris Causa » de l’Université de Strasbourg le 22 Juillet 1977 :

47« Le stade des questions préjudicielles ou principielles sur la théologie africaine et son développement est révolu, le moment est venu pour les Africains sans plus aucun complexe ni préoccupation préalable de justification et de légitimation de leur entreprise d’élaborer la doctrine chrétienne en penseurs chrétiens par une foi totale, parfaitement enracinée dans leur africanité, mais en même temps intégralement exigeante, sur le plan de la rigueur scientifique objective. » Mgr Tchibangu faisait ces déclarations il y a plus de trente ans. Il s’agit pour nous aujourd’hui d’élaborer des théologies à la manière des Saint Augustin, Saint Thomas d’Aquin ou d’autres théologiens chrétiens afin de donner à la théologie africaine la place qui lui revient au sein de l’Église.

Éléments de bibliographie :

  • Jean-Paul II, Ecclesia in Africa, Exhortation apostolique post-synodale, Liberia Editrice Vaticana, 1995.

  • Jean-Marc Ela, Repenser la théologie africaine. Le Dieu qui libère. Paris, Karthala, 2003.

  • UCAO/UUA, Faculté de Théologie, Programme Académique 2007- 2008.

  • UCAC/ICY, Faculté de Théologie, Brochure d’informations 2009- 2010.

  • Luke G Mlilo CMM et Nathanaël Y. Soédé (éd), Doing The theology and Philosophy in the african context / Faire de la théologie et de la philosophie en contexte africain, Institute of Missiology Missio, SECAM /SCEAM, Band 17, IKO, London, 2003.

  • École Théologique Saint-Cyprien (affiliée au Teresianum Rome), Livret de l’École, Année Académique 2009 – 2010.

Haut de page

Notes

1 Institut de missiologie Missio ; SECAM/SCEAM ; L. G. MILO et N. SOÉDÉ (éds.), Doing theology and philosophy in the African context, Band 17, 2003.

2 Pour l’historique de l’UCAC/ICY, voir Université Catholique d’Afrique Centrale, Faculté de Théologie, Brochure d’informations 2009-2010.

3 À titre d’exemple, nous présentons pour cette filière l’ensemble des enseignements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Bosco Tchapé, « Aspects de la formation théologique en Afrique », Revue des sciences religieuses, 84/2 | 2010, 207-218.

Référence électronique

Jean-Bosco Tchapé, « Aspects de la formation théologique en Afrique », Revue des sciences religieuses [En ligne], 84/2 | 2010, mis en ligne le 27 novembre 2015, consulté le 23 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/348 ; DOI : 10.4000/rsr.348

Haut de page

Auteur

Jean-Bosco Tchapé

Université catholique d’Afrique centrale, Yaoundé (Cameroun)

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page