Navigation – Plan du site

Regards contrastés sur les musulmans du sultanat mamlûk par des marchands chrétiens à la fin du Moyen Âge

Damien Coulon
p. 561-581

Résumés

Cet article présente et analyse le point de vue de quelques marchands occidentaux sur les musulmans du sultanat mamlûk d’Égypte et de Syrie avec lesquels ils entretenaient des liens commerciaux soutenus dans le cadre du grand commerce des épices à la fin du Moyen Âge. Il met ainsi en perspective différentes sources, plus ou moins riches et plus ou moins personnelles, dont de rares ego-documents émanant de marchands ayant séjourné de longues années dans ces pays, qui restent cependant tributaires de divers conditionnements. L’un d’entre eux, l’étonnant appel à la croisade d’Emmanuele Piloti, révèle paradoxalement une logique de dialogue inattendue avec les musulmans, s’inscrivant dans le contexte des débats conciliaires de la première moitié du XVe siècle et de la quête de connaissances nouvelles poursuivie par les premiers humanistes. Il n’est enfin pas sans affinité avec le De pace fidei de Nicolas de Cues que Piloti a d’ailleurs peut-être rencontré.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2018.

Plan

I. Les liens privilégiés entre Lluis Sirvent de Barcelone et Abû Bakr, marchand syrien
II. Le témoignage de Beltramo de Mignanelli, marchand de Sienne
III. L’étonnant traité sur le passage en terre sainte d’Emmanuelle Piloti

Aperçu du texte

Malgré les inévitables effets de la concurrence entre marchands, le commerce constituait indubitablement le plus important domaine de contacts et d’échanges entre chrétiens et musulmans au Moyen Âge. En outre, ceux qui séjournaient de façon prolongée pour raisons commerciales dans des contrées lointaines finissaient par disposer d’un point de vue bien informé sur la société et même parfois sur la religion dominante dans le pays d’accueil, en plus d’une bonne connaissance des langues qui y étaient parlées.

Cependant, en terre d’Islam comme dans la chrétienté latine, les autorités religieuses ne jugeaient guère favorablement ces échanges et s’évertuaient à les interdire régulièrement, les unes notamment par des fatwâs, les autres par des interdits pontificaux. Si cette position officielle a pu parfois s’assouplir en fonction de circonstances particulières, elle n’a évidemment guère incité les marchands à livrer des détails sur les relations évoquées et moins encore sur la façon dont il...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Damien Coulon, « Regards contrastés sur les musulmans du sultanat mamlûk par des marchands chrétiens à la fin du Moyen Âge », Revue des sciences religieuses, 90/4 | 2016, 561-581.

Référence électronique

Damien Coulon, « Regards contrastés sur les musulmans du sultanat mamlûk par des marchands chrétiens à la fin du Moyen Âge », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/4 | 2016, mis en ligne le 30 septembre 2018, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/3472 ; DOI : 10.4000/rsr.3472

Haut de page

Auteur

Damien Coulon

Faculté des Sciences historiques Université de Strasbourg

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page