Navigation – Plan du site

Redécouvrir l’Orient après la conquête mamelouke

Chrétiens, juifs et musulmans dans deux récits des années 1330, la Descriptio Terrae sanctae de fra Giovanni di Fedanzola da Perugia et le Liber peregrinationis de Jacques de Vérone
Camille Rouxpetel
p. 539-560

Résumés

Le 28 mai 1291, le sultan mamelouk al-Ašraf Ḫalīl s’empare d’Acre. S’en suivent trente années de quasi interruption des pèlerinages latins, qui reprennent dans les années 1320, et surtout 1330, encouragés par le pouvoir mamelouk. Comment dès lors les pèlerins venus à la recherche de traces tangibles où enraciner leur foi rendent-ils compte d’un Orient où la souveraineté islamique le dispute à la géographie des évangiles et au souvenir du royaume franc ? Tout en maintenant l’identité chrétienne, voire latine, des lieux, Giovanni di Fedanzola et Jacques de Vérone laissent chacun une large place à cet autre Orient, hébraïque, grec ou islamique, sans toutefois placer la frontière de l’altérité au même endroit.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2018.

Plan

I. À qui se fier ?
II. Une lecture polyphonique de l’Orient
III. Un orient chrétien ? Conquête mamelouke et géographie sacrée

Aperçu du texte

Le 28 mai 1291, le sultan mamelouk al‑Ašraf Ḫalīl s’empare d’Acre, ultime capitale du royaume franc de Jérusalem. S’en suivent trente années de quasi interruption des pèlerinages latins, qui reprennent dans les années 1320, et surtout 1330, encouragés par le pouvoir mamelouk. Le troisième règne du sultan al-Nāṣir Muḥammad (1310‑1341) marque alors une période de paix (traité d’Alep avec les Ilkhāns en 1323), de stabilité politique et de prospérité sans précédent dans l’histoire du sultanat mamelouk. Comment dès lors les pèlerins venus à la recherche de traces tangibles où enraciner leur foi rendent-ils compte d’un Orient où la souveraineté islamique le dispute à la géographie des évangiles et au souvenir du royaume franc ? Deux textes permettent de répondre à cette question : le premier, œuvre du ministre de la province de Terre sainte, destiné tant à faire le récit de sa propre pratique pèlerine qu’à encadrer les pèlerins arrivant en Palestine ; le second, témoignage d’un pèlerin en...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Rouxpetel, « Redécouvrir l’Orient après la conquête mamelouke », Revue des sciences religieuses, 90/4 | 2016, 539-560.

Référence électronique

Camille Rouxpetel, « Redécouvrir l’Orient après la conquête mamelouke », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/4 | 2016, mis en ligne le 28 septembre 2018, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://rsr.revues.org/3462 ; DOI : 10.4000/rsr.3462

Haut de page

Auteur

Camille Rouxpetel

École française de Rome

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page