Navigation – Plan du site

Les traductions médiévales du coran : une question de cumulativité ? (XIIe – début XVIe s.)

Benoît Grévin
p. 471-490

Résumés

Deux périodes de traductions du Coran sont envisagées et comparées. Les traductions médiévales sont aujourd’hui mieux connues par les chercheurs, quant aux techniques, aux rapports avec l’exégèse islamique et à l’arrière-plan socio-culturel. Plusieurs d’entre elles, telles celles de Robert de Ketton et de Marc de Tolède avaient acquis un statut quasi-canonique. Aux XVe et XVIe s., de nouvelles traductions du Coran, particulièrement dans la péninsule ibérique et en Italie, restent dépendantes des traductions médiévales mais on s’aperçoit que les objectifs changent : insatisfaits des productions antérieures, les nouveaux traducteurs (Jean de Ségovie, Gilles de Viterbe) introduisent de nouvelles approches plus spécifiquement linguistiques, avec l’établissement d’éditions plurilingues, et font une place plus large à l’exégèse musulmane (tafsīr) ; le projet d’une édition quadrilingue (arabe – latin – hébreu – araméen) n’a cependant pas abouti. La complexité de ces nouvelles approches limite leur réception, et la Réforme puis l’Âge classique garderont un lien fort avec les traductions médiévales.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2018.

Plan

I. Une révolution historiographique fructueuse
II. La cumulativité des traductions coraniques jusqu’en 1530 : position du problème
III. Un changement dans les « régimes » de traduction coranique au XVe siècle ? L’apparition du bilinguisme et du bigraphisme
IV. De la traduction à l’exégèse : le tafsīr et son autonomisation progressive
V. Renouvellement et diversité des techniques de la traduction

Aperçu du texte

I. Une révolution historiographique fructueuse

L’ère du mépris pour les traductions coraniques médiévales et renaissantes semble close, au moins parmi les médiévistes. Depuis à présent une génération, une masse importante de travaux a permis de dépasser la vision négative qui caractérisait jadis la perception des traductions latines « canoniques » élaborées en Europe occidentale aux XIIe et XIIIe siècles, et que reflétaient par exemple certaines appréciations d’une pionnière telle que Marie-Thérèse d’Alverny. Ce changement doit sans doute beaucoup à un effet de curiosité, porté par le caractère actuellement brûlant des débats sur les relations entre l’« Occident chrétien» et l’« Islam » à travers les âges. Il a aussi des raisons plus directement scientifiques. D’une part, les techniques de traduction médiévales sont désormais mieux connues, et mieux interprétées : on n’analyse plus des tendances à privilégier la traduction littérale ou, au contraire, à s’éloigner du texte par la prat...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Grévin, « Les traductions médiévales du coran : une question de cumulativité ? (XIIe – début XVIe s.) », Revue des sciences religieuses, 90/4 | 2016, 471-490.

Référence électronique

Benoît Grévin, « Les traductions médiévales du coran : une question de cumulativité ? (XIIe – début XVIe s.) », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/4 | 2016, mis en ligne le 30 septembre 2018, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://rsr.revues.org/3420 ; DOI : 10.4000/rsr.3420

Haut de page

Auteur

Benoît Grévin

CNRS-LAMOP (UMR 8589)

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page