Navigation – Plan du site
Recensions

Francesco Brancaccio, Ai margini dell’universo, al centro del creato. L’uomo e la natura nel dialogo tra scienza e fede cristiana

Cinisello Balsamo,San Paolo, coll. « L’Abside », 2016, 319 p.
Nicola Rotundo
p. 439-441
Référence(s) :

Francesco Brancaccio, Ai margini dell’universo, al centro del creato. L’uomo e la natura nel dialogo tra scienza e fede cristiana, Cinisello Balsamo, San Paolo, coll. « L’Abside », 2016, 319 p.

Texte intégral

1« En marge de l’univers, au centre de la création ». Le titre de cet intéressant ouvrage dédié au dialogue entre la science et la foi rapproche deux visions de l’homme et du monde, qui pourraient sembler inconciliables. Francesco Brancaccio, professeur de théologie en Italie, s’attache à montrer que la possibilité d’un dialogue entre la science et la foi ne se réduit pas à la discussion sur des « conflits de frontière », tels que les origines, l’évolution, l’âme, le finalisme… L’enjeu se situe plutôt dans des visions intégrales de l’homme et de l’univers, qui semblent découler de perspectives, de compétences et de méthodes différentes.

2Le défi confiant que ce volume accepte de relever est de montrer que les perspectives de la science et de la foi ne sont ni contradictoires, ni tout simplement complémentaires. Les deux font plutôt appel à la raison, pour que chacune puisse offrir son apport singulier et irremplaçable à une vision intégrale de l’homme et de la nature. Si l’objet et la méthode des sciences et de la foi sont évidemment irréductibles, leur distinction peut, en effet, être reconnue comme une ressource en faveur d’une ouverture rationnelle et plurielle, qui pourrait s’enrichir de la diversité des approches engagées à plusieurs niveaux autour des questions sur les causes, l’identité, les dynamismes, le sens, la destination de l’homme dans le cosmos.

3En ce sens, on pourrait même envisager avec confiance une nouvelle saison de rapports réciproquement enrichissants entre la science et la foi, qui correspondraient à l’esprit de l’approche intégrale aux problèmes de la « maison commune » souhaité par le pape François dans l’encyclique Laudato si’ : « Si nous cherchons vraiment à construire une écologie qui nous permette de restaurer tout ce que nous avons détruit, alors aucune branche des sciences et aucune forme de sagesse ne peut être laissée de côté, la sagesse religieuse non plus, avec son langage propre. De plus, l’Église catholique est ouverte au dialogue avec la pensée philosophique, et cela lui permet de produire diverses synthèses entre foi et raison » (LS 63). Le dialogue entre la science et la foi est donc relancé dans la perspective « de sauvegarder notre maison commune » et « d’unir toute la famille humaine dans la recherche d’un développement durable et intégral » (LS 13).

4L’ouvrage a le mérite de mettre en lumière ces nouvelles possibilités de dialogue entre la science et la foi, implicitement encouragées par le pape François, qui exhorte la pensée chrétienne à ne pas se replier sur des positions de défense intellectuelle et à oser un dialogue profitable et constructif avec les cultures contemporaines. La pensée de la foi est ainsi orientée vers un déplacement de son approche de la science : il ne s’agit plus d’une pure intention dialectique, à poursuivre dans les académies et dans les milieux de spécialistes, mais plutôt d’une perspective d’intégration et de coopération dans l’horizon de « notre maison commune ».

5Dans cette perspective, ce volume, tout en intégrant les différentes positions qui animent le long débat entre la science et la foi, réussit à ne pas s’enfermer dans un souci apologétique, mais à raisonner davantage dans l’optique d’une vision ouverte sur l’homme et la nature : un espace dans lequel la foi et la science ont chacune une grande contribution à offrir à la raison. Dans cet espace, plus particulièrement, la foi dans le Christ montre sa capacité si typique de valoriser l’homme dans le contexte de la création et de l’histoire du salut.

6Cependant, la centralité de l’homme dans l’univers, qui, pour le christianisme est un point de départ fondé sur la foi dans le Christ, devient une valeur à redécouvrir par la voie de l’expérience et de la raison, et à proposer comme telle dans le dialogue avec la science. Ce fil conducteur oriente le parcours logique de l’A., introduit par une ouverture originale et engageante, dans le style symbolique-sapientiel (p. 19‑21).

7Tout au long de cet essieu porteur, en dialogue constant avec les auteurs, l’ouvrage analyse avec rigueur de grandes questions du débat historique et actuel entre la science et la foi. Chaque sujet est mis en relation avec les grandes interrogations existentielles qui saisissent l’homme, quelle que soit la culture à laquelle il appartienne. Ainsi, l’A. peut montrer la pertinence anthropologique et particulière de la foi, qui intervient authentiquement dans le débat, non pour imposer des conclusions dogmatiques aux parcours épistémologiques des sciences, mais pour contribuer par sa perspective à l’effort de la raison, capable de situer toute connaissance, y compris scientifique, dans le vaste horizon de la recherche sur le sens de l’homme et de la nature. C’est à cette perspective intégrale que la foi aspire à élever le niveau du débat, quand on réfléchit sur les questions suscitées par la raison devant les expériences et les modèles de la science.

8Chaque chapitre est dédié à l’un des grands sujets typiques du débat entre la science et la foi : évolution et création (1), contingence et finalisme (2), le problème du mal dans la création (3), l’âme à l’épreuve des neurosciences (4). Chaque question est abordée dans une synthèse bien documentée sur les positions en jeu, synthèse induite par des apports originaux proposés par l’auteur. Il faut souligner en particulier des perspectives très intéressantes : la possibilité de comprendre le « saut ontologique » représenté par l’homme, sans interrompre la continuité naturelle de l’évolution biologique décelée par les sciences ; la substitution du concept de « preuve » par le concept de « signe », quand on parle de la possibilité de se référer au Créateur à partir de l’observation de la nature, tout en repoussant les fondamentalismes et les ambigüités de l’Intelligent Design ; la capacité de la foi chrétienne d’absorber l’aporie de l’existence du mal, en considérant la liberté de l’homme fait pour aimer et par rapport au Dieu qui assume la douleur et en fait un lieu de sa manifestation ; la déconstruction de l’ambiguïté existant entre les concepts d’esprit et d’âme, une notion qui reste capable, au sens chrétien, d’exprimer sans dualisme la grandeur de l’homme dans sa relation créée et éternelle avec Dieu.

9Le parcours se poursuit par le cinquième chapitre qui focalise davantage l’attention sur la dimension épistémologique du dialogue entre la science et la foi, surtout grâce au concept « ratzingerien » de la « raison dans toute son ampleur », soutenu par l’intime disponibilité du christianisme à interpréter rationnellement le réel, « imprégné » par la présence du Logos.

10L’itinéraire s’achève en valorisant une clé de lecture christologique des questions abordées, dans l’objectif de rendre compte plus clairement de l’approche chrétienne globale à la vérité, qui ne vise pas simplement les connaissances, mais la sagesse et l’amour.

11Le lecteur qui maîtrise la langue italienne pourra goûter l’épilogue du livre, confié à deux expressions lyriques suggestives et originales (« L’aurore dans le jardin du silence » et « Le rêve de Dieu ») : presque un appel lancé par la foi à ne pas comprimer la vérité « dans l’évidence des processus logiques et dans la capacité contraignante des propositions choisies par la rigueur scientifique », pour s’ouvrir plutôt à des pensées et des vérités « qu’aucune argumentation ne pourrait jamais envelopper » (cf. p. 283).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicola Rotundo, « Francesco Brancaccio, Ai margini dell’universo, al centro del creato. L’uomo e la natura nel dialogo tra scienza e fede cristiana », Revue des sciences religieuses, 90/3 | 2016, 439-441.

Référence électronique

Nicola Rotundo, « Francesco Brancaccio, Ai margini dell’universo, al centro del creato. L’uomo e la natura nel dialogo tra scienza e fede cristiana », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/3 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://rsr.revues.org/3379

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page