Navigation – Plan du site
Recensions

Étienne Fouilloux, Christianisme et eschatologie. « Dieu Vivant » 1945-1955

Paris, CLD éditions, coll. « Essai d’histoire », 2015, 177 p.
Ana Petrache
p. 441-442
Référence(s) :

Étienne Fouilloux, , Paris, CLD éditions, coll. « Essai d’histoire », 2015, 177 p.

Texte intégral

1Étienne Fouilloux nous offre dans ce livre l’aboutissement de ses recherches sur la revue « Dieu Vivant ». Déjà intéressé, comme jeune chercheur, par la question œcuménique, Fouilloux avait entrepris un premier travail sur les Cahiers dans les années 1970 (« Une vision eschatologique du christianisme : Dieu vivant (1945‑1955) », Revue d’histoire de l’Église de France, 57, 1971, p. 47‑72). à l’époque, il n’eut pas accès aux archives, que Moré refusait de lui ouvrir. Aujourd’hui, il reprend ici, en sept chapitres, le thème de la genèse et de l’enjeu de cette revue à partir de la correspondance et des mémoires des rédacteurs de la revue d’un côté et des articles publiés, soumis à une étude à la fois qualitative et quantitative, de l’autre.

2Le destin de la revue est lié premièrement à celui de son initiateur Marcel Moré, « un financier mystique » qui passe de ses intérêts pour le marxisme et le surréalisme à un intérêt pour le christianisme eschatologique, voire même apocalyptique. à la sortie de la Guerre, le refus d’un « monde brisé » et d’une modernité fondée sur le mythe du progrès, entraîne un intérêt pour l’eschatologie qui vivifie la pensée de Moré. Ses collaborateurs, parmi lesquels le père Daniélou, qui construit au même moment sa théologie de l’histoire, essaient de tempérer sans succès l’« ardeur eschatologique » de Moré.

3L’origine des Cahiers est liée aux « rencontres spirituelles » du samedi dans le salon de Moré, quai de la Mégisserie, qui réunissent d’une manière inattendue une bonne partie de l’intelligentsia parisienne : L. Massignon, J. Wahl, G. Marcel, N. Berdiaev, V. Lossky, A. Koyré, P. Vigneaux, P. Bourgelin, Camus, Sartre, P. Klossowski, G. Bataille. Le groupe hétérogène contient une majorité de catholiques, mais aussi des protestants, des orthodoxes et des incroyants. En pleine Occupation, en 1941, aucune référence à des questions politiques n’apparaît, les discussions se replient sur la mystique.

4Le premier cahier sortira en 1945 en édition de luxe au Seuil. La revue, qui a obtenu plusieurs collaborations brillantes (Graham Greene, Thomas Merton, Hans Urs von Balthasar) a un personnel réduit : Marcel Moré, Louis Massignon, Jean Daniélou qui s’occupe de la rectitude doctrinale, Maurice de Gandillac. Le titre de la revue, Dieu Vivant, est choisi en rapport avec deux versets bibliques (Psaume 43, 3 et 1 Thessaloniciens 1, 9).

5Fouilloux montre dans ce nouveau livre, comme il l’a aussi fait dans la collection « Sources chrétiennes ». Éditer les Pères de l’Église au xxe siècle, ce qu’a été un double refus : celui de la modernité, jugée comme progressiste, et celui de la scolastique, pour privilégier le retour aux textes fondateurs, avec une préférence pour la mystique et l’existentialisme. En conséquence, l’historien étudie également une double tension au cœur du projet dit de « nouvelle théologie » : avec la vieille garde thomiste, soutenue par Rome, et avec l’optimisme marxiste suivie par sa foi dans l’homme. Dans ce contexte, le christianisme de Dieu Vivant redécouvre l’importance de l’attente eschatologique, capable de lier dans la foi de tout chrétien l’histoire humaine à celle surnaturelle. Sainteté, ascèse, métanoïa renforcent la participation des catholiques à « l’affrontement cosmique » qui se joue dans l’histoire. Tout engagement dans l’histoire, par opposition à celui proposé par des chrétiens progressistes autour de la revue Jeunesse de l’Église, doit s’ancrer dans la transcendance.

6Le thème, celui d’un christianisme eschatologique qui veut mettre au centre de la vie de tout chrétien la fin des temps, et les itinéraires spirituels de plusieurs personnages de l’histoire du catholicisme français d’après la Deuxième Guerre : Henri de Lubac, Gaston Fessard, Louis Bouyer, Marie-Madeleine Davy, font de ce livre académique une lecture passionnante. Le lecteur aura plaisir à découvrir un texte vif, qui se lit comme un roman, dont on attend le dénouement, qui vient de façon imprévue avec la perte de la foi par Marcel Moré. Ainsi, l’historiographie française est enrichie par cette monographie qui place Dieu Vivant dans une chaîne qui la dépasse, opposant un christianisme d’incarnation à un christianisme eschatologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ana Petrache, « Étienne Fouilloux, Christianisme et eschatologie. « Dieu Vivant » 1945-1955 », Revue des sciences religieuses, 90/3 | 2016, 441-442.

Référence électronique

Ana Petrache, « Étienne Fouilloux, Christianisme et eschatologie. « Dieu Vivant » 1945-1955 », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/3 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/3377

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page