Navigation – Plan du site

Présentation

Yannick Courtel, René Heyer et Françoise Vinel
p. 139-141

Texte intégral

1Dès l’après-guerre, nombre d’étudiants originaires de l’Afrique noire francophone ont choisi la Faculté de théologie catholique de Strasbourg pour venir y compléter leurs études dans l’un des secteurs de la théologie et pour, en général, y préparer le doctorat. Ce mouvement ne s’est pas démenti, il est même – proportionnellement en tout cas – plus important que jamais. Plusieurs enseignants, responsables de séminaires de recherche et directeurs de thèse, ont souhaité prendre le phénomène en compte et l’unité de recherche (EA 3477 : équipe d’accueil de théologie catholique et de sciences religieuses) s’est chargée de proposer un programme de travail.

2Au plus près des tâches courantes, on trouve en effet des problèmes récurrents : lorsque les étudiants inscrits en master ou en doctorat proposent des sujets de tournure anthropologique, quelle aide peut leur être proposée – mais aussi, à un autre niveau, de quelle compétence faut-il pouvoir faire preuve pour apprécier la justesse de la description de tel rite de mariage ou de repentance ? Ou bien, devant certains malentendus ou incompréhensions, quel déficit de formation doit-on incriminer ? Quel type d’expression est-il éventuellement en cause ? Enfin, à côté des problèmes d’ordre institutionnel et culturel, s’impose le fait de l’existence d’une ou de plusieurs théologies africaines – c’est-à-dire d’élaborations théologiques qui ne sont pas seulement pourvues de quelques points d’insistance ou de traits communs, mais qui composent, sur plusieurs générations déjà, un style et des préoccupations qui interrogent la théologie en général.

  • 1 Les doctorants J. Belambo, F. Zannou Houessou, S. Voedzo et sr L.-A. Billy, fortement impliqués dan (...)

3Les questions énumérées sont distinctes ; elles appellent un traitement spécifique. Moyens et lieux de la formation théologique sur le continent africain ; dimensions verbales et rhétoriques de la discussion et de la diffusion théologiques en Afrique ; production théologique africaine, thèmes et problématiques : ces trois pistes de travail ont été lancées lors du colloque tenu les 27 et 28 novembre 2009, qui les mêlait dans le but de faire circuler la parole – objectif atteint, si l’on en juge par l’assistance nombreuse qui garnissait le Palais universitaire, par la qualité de l’attention manifestée et par la chaleur des débats1.

4La publication des actes ne peut pas restituer l’atmosphère du colloque ni rendre compte des événements et rencontres qui l’ont ponctué ; elle n’en a pas non plus la fonction. Précisément parce qu’elle obéit à d’autres motifs, le plan des interventions a été restructuré. Il s’agit, avec les thématiques évoquées dans le présent numéro de la Revue des sciences religieuses, de poser des jalons pour la suite. Les questions soulevées le sont en effet tout autant à Fribourg, Paris, Genève, Louvain… Des réalisations importantes concernant la théologie africaine ont déjà vu le jour dans certains de ces instituts. La semaine suivant le colloque de Strasbourg se tenait à l’Institut catholique de Paris la manifestation Africa in Ecclesia dont l’un des organisateurs était le P. René Tabard, présent à Strasbourg. C’est dans l’esprit d’une continuité et d’un approfondissement que notre École doctorale de théologie et de sciences religieuses (regroupant théologie catholique, théologie protestante et droit canonique) prendra la relève pour une de ses manifestations en 2010-2011. Au-delà, l’extension des travaux est envisagée à l’ensemble du réseau des Écoles doctorales de théologie francophones Théodoc. En ces matières, la difficulté n’est-elle pas que, souvent, on en reste à des initiatives ponctuelles ?

5On ne peut minorer en effet, dans l’écho de ce colloque, l’impression heurtée laissée par le témoignage des incompréhensions et des humiliations ressenties, pas seulement sur le plan culturel mais égale- ment sur le plan religieux, par nombre de participants, à côté des démonstrations de force et de vitalité de la théologie africaine. La « dernière parole » d’un évêque diocésain du Cameroun résonne encore aux oreilles, lui qui déplorait la table rase faite des cultures africaines, tout en appelant à rebondir, même à partir de la désolation :

  • 2 Mgr Thomas NKUISSI, évêque démissionnaire de Nkongsamba (Cameroun),
    Dernières paroles d’un évêque di (...)

Il n’y a pas de rite païen, il n’y a pas de rite chrétien, il n’y a que des rites humains : c’est l’esprit qui fait la différence. Il n’y a pas de coutume païenne, il n’y a pas de coutume chrétienne, il n’y a que des coutumes humaines : seule la foi fait la différence, ainsi que la loi d’amour […]. Malheureusement, il y en a qui n’ont même pas de coutume, parce qu’ils avaient entendu dire que c’étaient des coutumes païennes. Nous sommes devenus des chiens sans queue parce que nos queues étaient païennes. Alors nous ne savons plus nous exprimer, sinon avec des queues de bois que nous ne savons pas balancer pour dire notre joie à notre Dieu et chanter l’action de grâces […]. Nos coutumes étaient simplement des coutumes humaines, travaillons pour qu’elles deviennent des coutumes chrétiennes, dans la foi et dans l’amour, par la force de l’Esprit saint2.

Haut de page

Notes

1 Les doctorants J. Belambo, F. Zannou Houessou, S. Voedzo et sr L.-A. Billy, fortement impliqués dans la préparation du colloque (avec J. Kinkaku), ont animé une table ronde sur la formation théologique, qui n’a pu être reprise ici.

2 Mgr Thomas NKUISSI, évêque démissionnaire de Nkongsamba (Cameroun),
Dernières paroles d’un évêque diocésain, Nkongsamba, fév. 1993, pp. 23, 26, 27.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Courtel, René Heyer et Françoise Vinel, « Présentation », Revue des sciences religieuses, 84/2 | 2010, 139-141.

Référence électronique

Yannick Courtel, René Heyer et Françoise Vinel, « Présentation », Revue des sciences religieuses [En ligne], 84/2 | 2010, mis en ligne le 10 novembre 2015, consulté le 24 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/337

Haut de page

Auteurs

Yannick Courtel

Faculté de théologie catholique, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

René Heyer

Faculté de théologie catholique, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Françoise Vinel

Faculté de théologie catholique, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page