Navigation – Plan du site
Recensions

Françoise Niessen, Olivier de Dinechin, Repères chrétiens en bioéthique. La vie humaine du début à la fin, Préface de Patrick Verspieren

Paris, Salvator, 2015, 505 p.
Marie-Jo Thiel
p. 436-438
Référence(s) :

Françoise Niessen, Olivier de Dinechin, Repères chrétiens en bioéthique. La vie humaine du début à la fin, Préface de Patrick Verspieren, Paris, Salvator, 2015, 505 p.

Texte intégral

1C’est un manuel de bioéthique osant les repères chrétiens que nous offrent Françoise Niessen, laïque consacrée et médecin, enseignante de théologie morale et de bioéthique, et Olivier de Dinechin, jésuite ancien membre du CCNE et délégué de l’épiscopat français pour les questions morales concernant la vie humaine. Écrit à deux, un homme et une femme, ce qui n’est pas anodin dans la manière d’aborder ces sujets, l’ouvrage couvre en 15 chapitres (11 écrits par la première et 4 par le second) répartis en 5 parties, l’essentiel des questions bioéthiques à partir d’une perspective à la fois médicale, éthique et théologique, et au besoin juridique, biblique, patristique, et de sciences humaines. Complet, pédagogique, écrit de façon claire, avec une table des matières très précise permettant (en l’absence d’index terminal qu’on peut regretter) de repérer le nombre de questions traitées, il représente une mine d’informations et comble un vrai besoin pour les étudiants, mais aussi tous les citoyens quels qu’ils soient, tant les questions bioéthiques interpellent. C’est d’ailleurs ce que rappelle aussi Patrick Verspieren, jésuite et également ancien membre du CCNE, dans sa préface. On appréciera particulièrement les rubriques « Pour aller plus loin » qui closent chaque chapitre.

2De nombreux ouvrages existent certes sur la bioéthique mais ils se penchent le plus souvent sur une question très précise alors qu’avec ce manuel nous avons un long développement cohérent osant traiter de l’ensemble des grands thèmes concernés. Plus encore, les auteurs situent leur réflexion du point de vue surtout des auteurs français et du catholicisme qui n’est finalement pas toujours très connu : la presse pointe un avis quand il sort de l’opinion commune libérale mais sans étayer comment il est porté par une tradition, inséré dans une perspective d’ensemble. Faire droit aux enseignements de l’Église catholique n’est cependant pas juste les retranscrire ! On l’oublie souvent : si le Magistère romain donne un enseignement, les conférences épiscopales, les théologiens et d’autres s’expriment aussi sur le sujet et en proposent des relectures critiques qui nourrissent le débat d’ensemble à la fois à l’intérieur de l’Église et en direction de la société. La manière dont est traité le statut de l’embryon au chapitre 7 par exemple est sans doute un modèle en la matière tant cette question est difficile mais aussi piégeante ! ! En six points, ce chapitre discute du statut existentiel (affectif), médical, juridique, biblique, patristique et ontologique de l’embryon humain. Et chacun de ces champs vient interpeller les autres, de sorte que le lecteur pourra en fin de compte se faire lui-même une idée sur la question.

3Impossible de reprendre dans le détail cette mine informationnelle. Mais énumérons quand même les grands points des cinq parties. La première qui ne comprend qu’un chapitre, introduit à la thématique : « La bioéthique : de l’histoire à l’actualité », évoque les éléments d’histoire qui ont contribué à la naissance de cette discipline mais aussi la difficulté d’en préciser les contours exacts. La seconde partie, « Aux fondements » présente en trois chapitres les grandes données d’anthropologie chrétienne. « Pourquoi et comment penser la contribution de la foi chrétienne à la bioéthique ? » (chap. 2) prend ses ressources surtout dans le Concile Vatican II. La question de la souffrance (chap. 3) analyse les différents types de souffrance, ses conséquences pour celui qui souffre, mais relit aussi quelques textes bibliques clés (Job et la vie du Christ). Le dernier repère enfin concerne la dignité humaine (chap. 4) : ses paradoxes quand elle est invoquée en société, son enracinement en christianisme et ses implications en médecine.

4La troisième partie décline « les débuts de la vie humaine », avec un premier chapitre sur le lien union-procréation en anthropologie chrétienne (chap. 5), l’insistance du concile sur la parentalité responsable et la non-réception de l’encyclique Humanae vitæ. Le chapitre 6 peut alors se pencher sur l’assistance médicale à la procréation en partant du désir d’enfant, de la souffrance de l’infertilité, pour arriver à des techniques d’assistance explicitées en elles-mêmes et en lien avec la législation française. La seconde partie de ce chapitre reprend l’enseignement du Magistère tout en discutant les nombreuses questions éthiques sous-jacentes à ces pratiques. Le chapitre 7 concerne le statut de l’embryon humain, nous l’avons déjà mentionné. Le chapitre 8 s’attaque aux dilemmes de la médecine prénatale, ses techniques, ses dispositions législatives, la perspective catholique, et les questions éthiques soulevées. Enfin le dernier chapitre concerne la recherche sur l’embryon humain autorisée en France depuis deux ans après une longue période de tergiversation et sur les cellules souches dont le potentiel révolutionne la médecine réparatrice, sans oublier la question du clonage humain. Ce chapitre évoque l’encadrement législatif déjà en place mais aussi les très nombreuses questions éthiques déjà esquissées au chapitre 7.

5La quatrième partie concerne la personne et les neurosciences. Avec un chapitre unique, cette partie est néanmoins audacieuse au regard de la nouveauté et des profondeurs du questionnement. Certes, l’humanité s’est toujours préoccupée de la pensée de l’humain, son esprit, son cerveau. Et l’Église n’a pas été en reste. Mais les neurosciences vont aujourd’hui très loin dans l’exploration du cerveau et en tirent des enseignements qui ne manquent pas d’interroger, créant en passant une discipline connexe : la neuro-éthique ! Ce qui amène aussi les auteurs à discuter « l’amélioration » de l’être humain, son « augmentation ».

6La cinquième et dernière partie est consacrée finalement à la fin de la vie humaine déclinée en cinq chapitres. Les auteurs commencent avec la transplantation d’organes (chap. 11) en discutant en particulier le statut du cadavre, la définition de la mort, la valeur symbolique du corps pour soutenir une « vraie culture de générosité et de solidarité ». Le chapitre 12 est consacré à la vieillesse, aux défis que le déplacement démographique introduit dans la société mais aussi aux questions médicales ainsi posées, à la discrimination anti-âgiste, ainsi qu’aux ressources bibliques. L’euthanasie (chap. 13) guette les personnes âgées tandis que d’autres patients la revendiquent. Ce chapitre évoque les débats, les lois, les rapports sur la fin de vie et discute les arguments pour et contre cette pratique. Le chapitre 14 peut alors se consacrer aux soins en fin de vie en prolongeant la discussion du chapitre précédent car stopper un traitement n’est jamais arrêter les soins. Certaines pratiques continuent de poser cependant question pour toutes sortes de raisons : l’arrêt des traitements, leur refus par le malade, l’alimentation hydratation artificielle et les soins palliatifs.

7Au final donc, comme souligné précédemment, un manuel de grande qualité recommandé au plus grand nombre et qui peut se lire facilement à partir de n’importe quel point d’entrée. Lire l’ensemble, c’est cependant profiter pleinement d’une perspective d’ensemble suffisamment rare pour y inciter le lecteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Jo Thiel, « Françoise Niessen, Olivier de Dinechin, Repères chrétiens en bioéthique. La vie humaine du début à la fin, Préface de Patrick Verspieren », Revue des sciences religieuses, 90/3 | 2016, 436-438.

Référence électronique

Marie-Jo Thiel, « Françoise Niessen, Olivier de Dinechin, Repères chrétiens en bioéthique. La vie humaine du début à la fin, Préface de Patrick Verspieren », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/3 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://rsr.revues.org/3368

Haut de page

Auteur

Marie-Jo Thiel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page