Navigation – Plan du site
Recensions

Jörg Stolz, Judith Könemann, Mallory Schneuwly Purdie, Thomas Englberger, Michael Krüggeler, Religion et spiritualité à l’ère de l’ego. Profils de l’institutionnel, de l’alternatif, du distancié et du séculier

Genève, Labor et Fides, 2015, 306 p. Édition originale allemande : Religion und Spiritualität in der Ich-Gesellschaft, Theologischer Verlag Zürich, 2014
Marie-Jo Thiel
p. 435-436
Référence(s) :

Jörg Stolz, Judith Könemann, Mallory Schneuwly Purdie, Thomas Englberger, Michael Krüggeler, Religion et spiritualité à l’ère de l’ego. Profils de l’institutionnel, de l’alternatif, du distancié et du séculier, Genève, Labor et Fides, 2015, 306 p. Édition originale allemande : Religion und Spiritualität in der Ich-Gesellschaft, Theologischer Verlag Zürich, 2014.

Texte intégral

1L’ouvrage s’inscrit dans une étude de grande ampleur portant la religiosité et la spiritualité en Suisse, qui a été initiée en 1989 par Roland Campiche et Alfred Dubach (et al.), et sur laquelle s’appuie le présent travail pour le poursuivre en réunissant comme au départ un groupe de recherche saint-gallois et un autre lausannois. 1302 personnes ont été interrogées en entretiens qualitatifs ou quantitatifs. Et les résultats de ces investigations déplacent bien des idées toutes faites !

2L’objectif de cette étude est d’identifier les types socioreligieux (chrétiens uniquement) avec leurs convictions, leurs croyances religieuses et spirituelles, leurs pratiques et valeurs, et d’examiner comment religiosité (toutes les pratiques religieuses), spiritualité et sécularité se sont transformées au cours des siècles de la modernité, mais surtout depuis les années 1960. Les auteurs passent brièvement en revue les « réponses classiques » (sécularisation, individualisation, théorie du marché), et concluent sur l’insuffisance explicative des phénomènes en jeu dans la mesure où l’observation conduit à reconnaître à la fois « un déclin et une recrudescence de la religion », mais aussi « un accroissement de l’individualisation religieuse » et « du fondamentalisme », enfin « davantage de liberté religieuse, mais aussi davantage d’indifférence religieuse. »

3Ils proposent donc une nouvelle typologie (les institutionnels, les alternatifs, les distanciés et les séculiers) et un modèle explicatif en termes de concurrence religieuse-séculière sur trois niveaux : le pouvoir dans la société, le pouvoir à l’intérieur des groupes/organisations/milieux et la demande individuelle ; et cela sous l’influence de quatre facteurs extérieurs : les innovations scientifiques et techniques (télévision, internet, technologies médicales), les innovations sociales (par ex. la démocratie, la reconnaissance de l’universalité des droits de l’homme, de l’égalité homme-femme), les grands évènements (la guerre, les conflits sociaux) et les facteurs sociodémographiques (vieillissement de la population…).

4Or avec la révolution culturelle des années 60, son rejet de toute forme d’autorité, la société industrielle de l’ancien régime est passée au « régime de la société de l’ego » sur fonds de croissance économique de l’après-guerre. Peu à peu l’individu dans son autonomie (comme fruit des Lumières) doit prendre les décisions en tous domaines (politique, familial, sexuel, religieux, consommation…). La religion n’est plus un marqueur central d’identité collective, mais un marqueur privé et facultatif en forte concurrence avec des propositions séculières, en particulier les loisirs, le développement personnel. Le christianisme est une religion parmi d’autres dans une société que l’on nomme désormais « pluraliste », et ses options sont évaluées au regard d’autres occupations possibles, ses ministres sont remplacés au besoin par des professionnels comme les psychologues ou les coaches, la religion doit être fondamentalement l’objet d’un choix en famille, dans l’éducation religieuse… En somme il ne s’agit pas d’abord de disparition de la religion mais d’une transformation des rapports de force. Et les stratégies sont diverses : mobilisation de la base, exclusion, croissance du nombre en vue d’accroître l’influence, l’identification plus forte des membres, l’adaptation des prix, l’augmentation de l’attractivité et de la qualité.

5S’appuyant sur une large enquête quantitative et qualitative, les auteurs font montre de grande pédagogie, utilisant schémas et tableaux pour illustrer leur propos et proposant aussi des annexes fournies donnant un échantillon qualitatif des personnes interrogées. Les chapitres successifs de l’ouvrage s’emboitent de façon très riche : après une premier chapitre très fourni et dense présentant les théories classiques, les définitions retenues pour les concepts utilisés, et la théorie de la concurrence qui constitue l’hypothèse centrale de l’ouvrage (elle-même déclinée en sept hypothèses qui constituent la trame de la réflexion ; cf. p. 69), les auteurs brossent ensuite (chapitre 2) une perspective d’ensemble des quatre types, qui dans le chapitre 3 sont décrits selon leurs caractéristiques socioculturelles. Les chapitres suivants traitent de la religiosité (chap. 4), de la relation des différents groupes aux valeurs (chap. 5), des « fournisseurs religieux » (chap. 6) et des perceptions de la société multi-religieuse, « pluraliste » (chap. 7). Les chapitres 8 et 9 peuvent alors revenir sur les hypothèses déclinées, en montrer la vérification empirique et ouvrir de manière interrogative sur le futur de la religion et de la spiritualité dans cette société de l’ego.

6Cette évolution, on l’aura compris, est « moins une décision délibérée contre les offres religieuses qu’une conséquence secondaire de la décision pour des offres séculières » (p. 65), sous l’influence de facteurs économiques, religieux, culturels, relevant du genre, de la différence ville-campagne, d’adaptations individuelles et d’orientations consuméristes, mais aussi d’une croissance différenciée et du déclin des grands groupes.

7Au final, il s’agit là d’une étude assez passionnante qui pointe des éléments réflexifs dont le lecteur ne peut que mesurer la valeur explicative ou herméneutique. Certes, les auteurs ont conscience de certaines limites de leur travail : ce n’est donc que partie remise vers une nouvelle étude ! Mais en attendant celle-ci mérite toute notre attention !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Jo Thiel, « Jörg Stolz, Judith Könemann, Mallory Schneuwly Purdie, Thomas Englberger, Michael Krüggeler, Religion et spiritualité à l’ère de l’ego. Profils de l’institutionnel, de l’alternatif, du distancié et du séculier », Revue des sciences religieuses, 90/3 | 2016, 435-436.

Référence électronique

Marie-Jo Thiel, « Jörg Stolz, Judith Könemann, Mallory Schneuwly Purdie, Thomas Englberger, Michael Krüggeler, Religion et spiritualité à l’ère de l’ego. Profils de l’institutionnel, de l’alternatif, du distancié et du séculier », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/3 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://rsr.revues.org/3362

Haut de page

Auteur

Marie-Jo Thiel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page