Navigation – Plan du site
Recensions

Édouard Tétreau, Au-delà du mur de l’argent

Paris, Stock, 2015, 195 p.
Marc Feix
p. 434
Référence(s) :

Édouard Tétreau, Au-delà du mur de l’argent, Paris, Stock, 2015, 195 p.

Texte intégral

1L’épigraphe de l’exhortation apostolique Evangelii gaudium du pape François indique clairement l’intention de l’A. dans cet essai. Conseiller en stratégie d’entreprises et chroniqueur au quotidien Les Échos, il dresse les causes de l’exclusion économique d’un nombre de plus en plus grand de personnes : la mondialisation, la numérisation et la financiarisation. S’appuyant sur l’enseignement social de l’Église, l’A. s’interroge sur l’échec de ce que beaucoup considèrent comme la troisième voie. Décrivant les coulisses du voyage du pape François à l’ONU à New York en 2015, l’A. appelle de ses vœux dans un ultime chapitre à « organiser un Bretton Woods des sociétés civiles et religieuses » pour proposer une réforme financière mondiale. Il s’agit, comme l’indique la quatrième de couverture, « au-delà des idéologies, au-delà du mur de l’argent, au-delà de la prochaine crise financière mondiale, [de] remettre l’homme au centre ». C’est à proprement parler une démarche éthique. Pour éviter les écueils de ce que l’A. appelle le donquichotisme et l’idéalisme bureaucratique, le levier à actionner reste celui de la « finance éthique ». L’A. propose concrètement « plutôt qu’un G20 des États et organisations mondiales, que se tienne un G20 des principaux investisseurs mondiaux, ainsi que des grands acteurs de l’économie et de la société civile, non gouvernementale. Une sorte de Bretton Woods au xxie siècle, qui se donnerait un objectif précis : produire de nouveaux critères d’investissements financiers, susceptibles, pour reprendre l’exhortation papale, d’encourager la solidarité désintéressée, d’aboutir à un retour de l’économie et de la finance à une éthique en faveur de l’être humain » (p. 146). Lister les « bonne pratiques » et inscrire les institutions sur une liste noire lorsqu’elles ne respectent pas ces nouvelles dispositions seraient les nouveaux moyens de contrôles pour les États pour faire respecter ces nouvelles obligations. Pour organiser une telle démarche, l’A. propose même un ordre du jour des contenus à débattre : paradis fiscaux, travail des enfants, taux usuraires, plafonnement des rémunérations, prime à l’emploi des humains… La référence à des éléments contenus dans l’ouvrage de Gaël Giraud et Cécile Renouard, Le Facteur 12 (Paris, Carnets Nord – éditions Montparnasse, 2012) est clairement assumée. Le problème demeure : celui d’une autorité mondiale capable de mettre en œuvre et contrôler de telles normes universelles. « Organiser un front commun des religions pour transformer l’économie mondiale » est l’utopie proposée par l’A. pour ce défi d’une économie du partage et du don (p. 188). Et nous savons la force des transformations potentielles que toute utopie contient. Mais quels leaders inviter, qui représenteraient-ils et comment impliqueraient-ils leurs institutions respectives ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Feix, « Édouard Tétreau, Au-delà du mur de l’argent », Revue des sciences religieuses, 90/3 | 2016, 434.

Référence électronique

Marc Feix, « Édouard Tétreau, Au-delà du mur de l’argent », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/3 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/3360

Haut de page

Auteur

Marc Feix

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page