Navigation – Plan du site
Recensions

Chrysostome Cijika Kayombo, La planification de l’éducation en Afrique. Mode d’emploi

Paris, L’Harmattan, 2015, 345 p.
Honoré Razafimahatratra
p. 432-433
Référence(s) :

Chrysostome Cijika Kayombo, La planification de l’éducation en Afrique. Mode d’emploi, Paris, L’Harmattan, 2015, 345 p.

Texte intégral

1Spécialiste en sciences de l’éducation et en économie de l’éducation, l’A. soulève des problèmes posés par l’éducation dans le monde, notamment en Afrique. Son ouvrage se divise en sept chapitres. Dans les deux premiers chapitres, il souligne le développement de l’éducation en définissant sa nature et sa place au sein de la société. Sans critiquer le passé et dans le souci d’améliorer le système éducatif, il met en exergue la nécessité de la planification de l’éducation en vue d’une meilleure utilisation des capacités intellectuelles et des ressources nécessaires au développement de chaque pays.

2Il commence par souligner l’évolution du monde éducatif. Mais malgré cette évolution, force est de constater l’existence d’une certaine dispersion dans l’organisation et surtout l’inadaptation du système éducatif aux réalités locales. D’où la nécessité de la planification, car elle est un moyen indispensable au développement de l’éducation. Elle existe déjà mais l’A. dénonce l’écart entre théorie et pratique. Partant d’un regard sur le passé, il propose un mode d’emploi pour que, à l’avenir, les systèmes éducatifs soient adaptés aux évolutions politiques, économiques, sociales et culturelles des pays d’Afrique. Le but est d’avancer plus loin parce que l’éducation tient une place importante dans la vie d’un pays. Elle lui permet de modifier son système de valeurs et de voir augmenter son potentiel de connaissances et de capacités qui sont un levier pour son développement à tous les niveaux.

3Le système éducatif a un coût pour l’État. Il est donc nécessaire de veiller à une planification économique et sociale de l’ensemble du système gouvernemental, en tenant compte, par exemple, de l’augmentation des effectifs des enfants scolarisés. Pour cela, l’A. propose quelques stratégies d’éducation en relation avec les niveaux économique et éducatif en général, en soulignant en particulier la nécessité de prévision pour les enseignants, les formations adéquates et les besoins matériels.

4Dans une étude menée avec rigueur et des analyses pertinentes, l’A. a abordé les problèmes de beaucoup de pays d’Afrique en ce qui concerne l’éducation. Dans le souci de l’avenir de ces pays, il faut une cohérence entre le système éducatif et les besoins nécessaires à leur développement respectif. Ses réflexions sont en quelque sorte une conscientisation des décideurs et des économistes de l’éducation, notamment les responsables gouvernementaux. Une coopération entre ces diverses instances est indispensable. En effet, le vrai problème pour ces pays en voie de développement, c’est le financement du système éducatif afin de pouvoir former adéquatement des élites autochtones, capables de prendre des responsabilités importantes pour l’avenir de leurs pays. De l’aide venant de l’extérieur est nécessaire, à condition qu’elle soit utilisée à bon escient. Le contenu de cet ouvrage est très constructif et constitue une intéressante source de réflexion, y compris pour les responsables des Églises locales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Honoré Razafimahatratra, « Chrysostome Cijika Kayombo, La planification de l’éducation en Afrique. Mode d’emploi », Revue des sciences religieuses, 90/3 | 2016, 432-433.

Référence électronique

Honoré Razafimahatratra, « Chrysostome Cijika Kayombo, La planification de l’éducation en Afrique. Mode d’emploi », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/3 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://rsr.revues.org/3355

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page