Navigation – Plan du site
Recensions

Nicolas de Bremond d’Ars, La liturgie catholique. Quarante ans de pratiques en France, Préface de D. Hervieu-Léger. Avec le soutien de la fondation Louis Florin

Rennes, PUR, coll. « Sciences des religions », 2015, 216 p.
Michel Steinmetz
p. 429-431
Référence(s) :

Nicolas de Bremond d’Ars, La liturgie catholique. Quarante ans de pratiques en France, Préface de D. Hervieu-Léger. Avec le soutien de la fondation Louis Florin, Rennes, PUR, coll. « Sciences des religions », 2015, 216 p.

Texte intégral

1Nicolas de Bremond d’Ars est sociologue, chercheur associé au Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor), prêtre catholique. Il est aussi l’auteur de Dieu aime-t-il l’argent ? Don, piété et utopie sociale dans les paroisses catholiques en France (L’Harmattan, 2006) et Catholicisme, zones de fracture (Bayard 2010). C’est donc avant tout en sociologue qu’il traite son objet. Cette manière de faire, avec sa méthodologie propre, pourra étonner, voire dérouter théologiens et liturgistes. Danièle Hervieu-Léger, qui préface l’ouvrage, pense même que l’étude « ne manquera pas d’agacer » (p. 8) ! Il est vrai que le défi intellectuel relevé par l’A. est de taille à plusieurs points de vue. Il traite la liturgie comme un marqueur primordial de l’état des croyances, en la plaçant au centre de l’analyse : les liturgistes se réjouiront de constater que pour un sociologue au moins la définition conciliaire d’une liturgie tout à la fois « centre » et « sommet » de l’activité de l’église est digérée un demi-siècle après la clôture du Concile ! Ensuite, l’A. dépasse la sociologie des formes de religiosité, pour aborder la pratique liturgique comme un lieu de questionnement sociologique. Il le fait, autre défi, avec la prise de distance du sociologue, tout en gardant la proximité et la connaissance « de l’intérieur » du prêtre et donc du célébrant.

2C’est une photographie sans concession que livre Nicolas de Brémond d’Ars sur la pratique liturgique catholique après Vatican II, dans le contexte français. Il propose un inventaire précis des différentes liturgies auxquelles les fidèles ont accès dans les églises paroissiales ou cathédrales. Ensuite, il analyse la liturgie en tant que dispositif d’organisation des relations entre les individus et l’ensemble du groupe ecclésial. Si le lecteur s’attend à trouver ici une étude sur la théologie de la liturgie, ou sur la manière dont la liturgie devrait être célébrée, il restera sur sa faim. S’il consent par contre à recevoir cet instantané des pratiques et à se laisser lui-même interroger sur les relations que la liturgie établit à l’intérieur du corps social ecclésial, alors, à n’en pas douter, sa réflexion théologique en deviendra plus pertinente.

3L’ouvrage s’organise en deux grandes parties intitulées respectivement « parcours liturgique » et « machine de gloire ». On pourra s’interroger sur la manière dont l’A. organise la première partie qui, pour le coup, ne suit pas un développement chronologique ou théologique. S’il aborde « des angles de vue… qui donnent à voir le catholicisme » (p. 19), il précise d’emblée dans le premier chapitre « Fondations » que l’association des trois sacrements de l’initiation chrétienne, notamment au cœur de la Vigile pascale, est « reconnue comme le paradigme de tout accès à la vie chrétienne » (p. 23). Ce premier chapitre de « nouaison » fonctionne de pair avec le suivant sur la « déliaison » qu’opèrent aux yeux du sociologue les obsèques et la mort. Cependant, le chapitre III « Déployer le quotidien » revient sur la question du baptême, y liant celle dans la foulée de la confirmation, avant de traiter – dans le même temps – première communion et profession de foi. Le chapitre « Habiter la liturgie » propose des considérations intéressantes sur les mouvements, la diction et l’espace musical. On revient ensuite à la messe, qu’on pourrait qualifier d’habituelle et paroissiale, pour aborder dans la foulée les prières, l’usage de la Bible, les sacrements du mariage et de l’ordre, les objets liturgiques, et enfin « l’échec » des sacrements dits thérapeutiques de l’onction des malades et de la guérison. Au terme de la première partie, il faut le dire, même si les instantanés précis et leurs analyses rigoureuses sont éclairants, leur organisation déroute. Par-delà cet aspect, il faut saluer la volonté de l’A. d’interroger les rites de l’intérieur afin de mesurer leur réception, voire l’écho qu’ils peuvent trouver dans le monde « extra-ecclésial ». L’approche qui privilégie l’observation méticuleuse des postures, des espaces, fait émerger une vue d’ensemble des réussites et des insuffisances de la réforme liturgique depuis Vatican II jusqu’à présent.

4La deuxième partie, elle, est plus passionnante, plus sociologique peut-être même. Elle passe en revue les différents rapports qu’entretient la liturgie dans la relation de l’individu et du groupe social, avec la croyance, l’institution, la ritualité et le temps. L’A. le fait avec une bonne connaissance de l’histoire religieuse et catholique française, ballotée depuis le xixe siècle entre la méfiance et l’attrait pour le centralisme romain, et dans un contexte si particulier et proprement français de laïcité. La liturgie, dans son mode de fonctionnement propre, produit de l’institutionnalité (ne devrait-on pas plutôt dire qu’elle s’en sert comme un moyen, car le rite se nourrit de médiations pour atteindre la réalité symbolique ?). Elle organise, selon l’A., un rapport aux croyances : en ce point le liturgiste y reconnaîtra l’adage de Prosper d’Aquitaine « lex orandi, lex credendi ». Sa méthode vise l’orthopraxie. « Au cœur du système ainsi formé, la question de la ‘glorification’, à la fois processus de reconnaissance et fenêtre eschatologique, donne à la liturgie sa légitimité sociale », synthétise la présentation de l’ouvrage en quatrième de couverture.

5Parmi les instantanés, plusieurs ne manqueront pas d’hérisser le poil du liturgiste ! Le lecteur sera ramené, malgré lui, à une liturgie réelle et non abstraite, concrète et non souhaitée, voire rêvée. On se réfèrera notamment aux divers scenarii du mandatum (le lavement des pieds) du Jeudi Saint qui se transforme en maints endroits, d’après l’enquête du sociologue, en lavement des mains ! On sera sensible au détournement symbolique du rite et peut-être ira-t-on jusqu’à minimiser le propos de l’A. qui estime que les différences de célébrations sont minimes dans la France d’après-Concile.

6En conclusion, on retiendra l’intérêt majeur de l’ouvrage de Nicolas de Brémond d’Ars. Il est le seul ouvrage qui existe aujourd’hui en contexte français sur la « ritualité en train de se faire » (p. 15) explorée avec la rigueur du process de la sociologie. Un bémol, auquel consent l’A. lui-même, est à faire au parti pris méthodologique de départ qui considère la période 1980‑2010 comme homogène, alors que l’on sait qu’elle a été une période d’ajustements liturgiques et celui d’un consensus, fragile mais réel, sur la question, notamment de la part de l’épiscopat. On peut discerner sur ces quarante ans un bon nombre de mouvements, d’inflexions et de déplacements. Par ailleurs – mais peut-il en être autrement ? – l’analyse risque de laisser penser que la réforme liturgique est achevée, alors que l’on sait qu’elle se poursuit encore, et qu’en de nombreux points et lieux tous ses fruits ne sont pas mûrs, voire non encore reçus. Il s’agit donc bien ici d’un arrêt-sur-image, original et précieux, mais quelque peu artificiel. Enfin, l’A. présente ces quatre décades comme une période d’homogénéisation : il le fait sans concession, relevant à la fois les réussites et les échecs d’une réforme toujours en cours. Il montre la fragilité des sacrements de guérison, interrogeant aussi la manière dont on les célèbre ou celle, spatiale, du dispositif liturgique ne traduisant que très imparfaitement « le projet ecclésial issu de Vatican II » (p. 197). Au cœur de la liturgie catholique, dont la ritualité a marqué de son empreinte les « liturgies » républicaines, et parmi les autres formes de liturgies, il semble que la messe occupe encore une grande place sociale. On ne saurait le sous-estimer à l’heure où l’on réfléchit à des célébrations dominicales qui se tiennent ou se tiendraient en l’absence de prêtre.

7Quoi qu’il en en soit, Liturgie catholique, quarante ans de pratiques en France, ébranlera bon nombre d’idées toutes faites et renouvellera notre approche de la liturgie, perçue d’abord comme une praxie de la foi. À ce titre il paraît indispensable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Steinmetz, « Nicolas de Bremond d’Ars, La liturgie catholique. Quarante ans de pratiques en France, Préface de D. Hervieu-Léger. Avec le soutien de la fondation Louis Florin », Revue des sciences religieuses, 90/3 | 2016, 429-431.

Référence électronique

Michel Steinmetz, « Nicolas de Bremond d’Ars, La liturgie catholique. Quarante ans de pratiques en France, Préface de D. Hervieu-Léger. Avec le soutien de la fondation Louis Florin », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/3 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/3350

Haut de page

Auteur

Michel Steinmetz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page