Navigation – Plan du site
Recensions
84.31

Justin, Philosopher and Martyr, Apologies

Edited with a Commentary on the Text by Denis MINNS and Paul PARVIS, Oxford, University Press, 2009. Oxford Early Christian Texts. General Editor, Henry Chadwick, 346 p.
Charles Munier
p. 401-413
Référence(s) :

Edited with a Commentary on the Text by Denis MINNS and Paul PARVIS, Oxford, University Press, 2009. Oxford Early Christian Texts. General Editor, Henry Chadwick, 346 p.

Texte intégral

  • 1 Leur édition sera citée désormais sous le sigle : Minns-Parvis. Les articles des AA. relatifs à l’A (...)

1L’ouvrage de MM. Minns (prieur de St. James, Sydney) et Parvis (Honorary Fellow, School of Divinity, University of Edinburgh) vient couronner un ensemble d’études qu’ils ont consacrées à l’œuvre apologétique de Justin et, publiées coup sur coup entre 2001 et 20071. S’ils évoquent dans la préface l’ardent labeur dont témoigne l’ouvrage, ils ajoutent que ce labeur ne fut pas dépourvu d’une franche gaîté (« a lot of fun »).

2Dans l’introduction, après une présentation détaillée de la tradition manuscrite et imprimée, directe et indirecte de l’Apologie pour les chrétiens (p. 3-31), les AA. donnent un bref aperçu de la vie et de l’œuvre de Justin (p. 32-56), de son contexte environnemental : la communauté romaine, la philosophie, la théologie, l’Écriture, la démonologie (p. 57-70). Suivent les indications techniques relatives à l’apparat critique et la liste des abréviations (p. 71-77). Le texte grec et l’apparat critique figurent sur les pages paires ; on trouve, en face, la traduction anglaise, assortie d’un commentaire plus ou moins étendu (de 6 à 52 lignes) qui touche à tous les sujets : la présentation et la discussion des variantes et/ou des conjectures des philologues, de Robert Estienne à Miroslav Marcovich, et une abondante collecte de renseignements divers sur les realia de toute nature (p. 80-321). Une bibliographie sélective donne toutes les indications utiles concernant les éditions et traductions de Justin, les inscriptions, papyri, les autres auteurs anciens, dictionnaires, grammaires, etc. Deux cents titres environ offrent un éventail représentatif de la littérature secondaire (p. 324-337). Deux indices – passages bibliques, noms propres et « topics » (p. 339-346) – viennent clore ce beau volume qui témoigne du savoir-faire de l’University Press d’Oxford.

  • 2 A. VON HARNACK, « Die Überlieferung der griechischen Apologeten des 2. Jahrhunderts in der alten Ki (...)
  • 3 Ce disant, au vu des problèmes rencontrés dans l’établissement du texte, nous ne faisions que parta (...)
  • 4 Il s’agit du Parisinus graecus 450 (A), achevé le 11 septembre 1364, par un copiste demeuré anonyme (...)

3C’est dans l’Introduction que les AA. donnent leur avis sur notre édition de l’Apologie de Justin, publiée en 2006 aux éditions du Cerf dans la collection : Sources chrétiennes (n° 507), et sur l’épineux mais toujours actuel problème du nombre des Apologies de Justin (respectivement p. 18 et pp. 21-31). Cet avis tient en quelques lignes, que nous reproduisons intégralement dans la version originale: « The strong point of Munier’s text and commentary is probably his exten- sive discussion of the theological and philosophical context. But the text of the Sources chrétiennes edition rarely departs from that of the editio minor, which was itself based on Blunt. The convictions about the state of the text that lead Munier to this position will be considered in a moment. Here we may simply note that this means that our edition is, we hope, in a sense complementary to his, for our commentary is focused on textual problems, which Munier rarely engages with » (p. 18). Dans le paragraphe suivant, les AA. observent qu’à la différence de Marcovich, Schmid et Harnack, qui ont supputé la présence d’innombrables fautes et erreurs2 dans les Apologies et le Dialogue avec Tryphon, nous avons déclaré3 que « le manuscrit de Paris4 ne mérite pas les jugements, plus que sévères, émis à son sujet » et qu’« une étude attentive du texte de l’Apologie convaincra le lecteur que les préjugés entretenus contre le manuscrit de Paris ne sont que rarement justifiés ».

  • 5 Lettre du 29 avril 1995 ; voir Ch. MUNIER, « A propos d’une édition récente des Apologies de Justin (...)

4Qu’il nous soit permis de rappeler que si nous avons choisi de reprendre l’édition de Blunt pour base de notre editio minor (Coll. « Paradosis », XXXIX, Éditions universitaires, Fribourg Suisse, 1995), ce fut avec l’entière approbation du Doyen Henry Chadwick, qui la trouvait alors la meilleure à tous égards, meilleure même par endroits que celle de Goodspeed5. Mais c’est aussi et surtout parce que, pareillement, pour l’édition de Sources chrétiennes, il nous a fallu renoncer à reprendre l’édition de Marcovich, alors que nous avions compté sur elle à cause de ses nombreux mérites. Nous avons expliqué en son temps les raisons qui ont motivé notre décision : l’excès de conjectures, la tendance à harmoniser le texte biblique de Justin avec la LXX, la transposition d’Apol. II, 8 à la suite de II, 2, comme le firent de nombreux éditeurs suivant machinalement Dom Prudence Maran dans une opération violente mais difficilement défendable.

  • 6 MINNS-PARVIS, p. 20 : après avoir rapporté notre opinion sur le texte d’Eusèbe, utilisé pour comble (...)
  • 7 Nous avons consulté assidument le manuel de H. LAUSBERG, Handbuch der li- terarischen Rhetorik, M. (...)
  • 8 Voir H.I. MARROU, Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, Paris, 1965²; cf. M.L. CLARKE, Higher E (...)

5Les AA. ont entendu le cri d’alarme que nous avons lancé dere- chef en 2006 à propos de la dangereuse tendance qui pousse certains éditeurs à multiplier les conjectures sous prétexte d’ « améliorer » le texte d’A, le Parisinus graecus 4506. Nous leur en sommes très recon- naissant et nous souhaitons vivement que les solutions proposées par les éditeurs pour restaurer le texte de A ne soient retenues que s’il est avéré que celui-ci est vraiment détérioré et devenu inintelligible. Il en va de même pour la structure, l’architecture même du discours de Justin. Avant de le recomposer à leur guise, en prétendant que le texte qui nous est parvenu est tellement altéré, bouleversé, criblé de lacunes et de fautes qu’il n’est plus possible d’y trouver aucun ordre ni aucun sens, il conviendrait peut-être de se demander si Justin ne connaissait pas les règles élémentaires et traditionnelles de la rhétorique de l’Antiquité gréco-romaine et s’il ne les suit pas tout bonnement dans son Apologie7, et, bien entendu, de regarder de près si ce texte – tel même que nous l’a transmis le Parisinus graecus 450, et en dépit des erreurs qu’une critique textuelle rigoureuse peut déceler – n’est pas composé et structuré selon les principes de cette science, de cet art du discours, pièce maîtresse de l’éducation classique8.

  • 9 G. MOUNIN, « Rhétorique », Encyclopaedia universalis 14 (1972), p. 236-239.
  • 10 L. PERNOT, La Rhétorique dans l’Antiquité, Paris, 2000, Le Livre de Poche, p. 11.

6« La rhétorique… fait partie du stock des notions gréco-romaines les plus fondamentales de notre civilisation et n’a jamais été perdue de vue à travers les siècles », écrivait en 1972 G. Mounin, dans un article de l’Encyclopaedia universalis9. Plus récemment, Laurent Pernot, professeur de grec à l’Institut de grec de l’UFR des Lettres de Strasbourg, correspondant de l’Institut de France, a publié un ouvrage devenu rapidement un classique, intitulé : La Rhétorique dans l’Antiquité. Il y écrit notamment : « La rhétorique apparaît comme un outil critique indispensable pour étudier les formes d’expression et de pensée, non seulement dans les textes proprement rhétoriques, mais au-delà, dans le domaine de la poésie, de la philosophie, de la religion, de l’histoire10 ».

  • 11 MINNS-PARVIS, p. 21. Le lecteur aura reconnu dans la troisième option la théorie selon laquelle la (...)
  • 12 Le texte entre guillemets offre notre traduction de quelques lignes de MINNS-PARVIS, p. 23.

7Pour ce qui concerne le cœur du débat, à savoir le « nombre des Apologies », les AA. présentent en ces termes les trois « vénérables théories » qui s’affrontent encore de nos jours: « There are those who think there are indeed two apologies – two separate works; there are those who think there is only one, continuous text, infortunately and inappropriately divided in the manuscript tradition; and there are those who split the difference and argue for one-and-a-half11 ». On se souvient que cette dernière hypothèse fut élaborée en 1703 par Grabe et reçut « l’importante bénédiction de Harnack ». « Goodspeed contribua à en vulgariser l’idée dans son édition de 1914 en donnant aux deux textes en présence les titres respectifs Apologia et Appendix. Et [en 1994] Marcovich conclut avec enthousiasme que toutes les difficultés disparaissent dès que l’on reconnaît que la Deuxième Apologie (2A) est seulement une sorte de Postscriptum de la Première12 ».

  • 13 Sur le point de la nature juridique du libellus (biblidion), comme tel, nous sommes d’accord avec l (...)

8Après avoir présenté les opinions en présence, leurs avantages et leurs inconvénients – par rapport à leur propre vision des choses, s’en- tend –– et rappelé la nature de la procédure administrative actée en l’espèce par Justin, à savoir un libellus [en grec, un biblidion], les AA. déclarent qu’à leurs yeux deux solutions pourraient être retenues pour définir la nature de la dite Deuxième Apologie : d’une part la théorie qui y verrait un « covering speech », de l’autre, la théorie des « clippings from the cutting room floor », à laquelle ils donnent la préférence. Dans le premier cas la Deuxième Apologie aurait eu pour but de présenter la Première, qui était une pétition en bonne et due forme (a petition, a libellus, a biblidion)13 ; dans le second cas, la Deuxième Apologie ne serait qu’une suite de fragments sans lien, tirés peut-être du carnet ou du cahier de notes où Justin consignait au jour le jour des arguments, des faits divers, des réponses à des objections éventuelles d’interlocuteurs rencontrés au hasard des rues ou des thermes ; pieusement recueillis après sa mort, ces fragments auraient éte réutilisés vaille que vaille dans une édition posthume, largement supplémentée, de l’Apologie originelle de Justin, la seule et unique qui mérite ce nom.

  • 14 Il est, en effet, toujours dangereux de reconstituer un texte prétendument originel en bousculant l (...)

9Ayant ainsi défini l’angle d’attaque de leur entreprise, fondée sur leur intime conviction que, d’une manière générale, le texte de l’Apologie de Justin qui nous est parvenu est très défectueux et, plus précisément, que ladite Deuxième Apologie n’a jamais fait partie de l’ouvrage originel de Justin, les AA. s’emploient à reconstituer à coup sûr celui-ci. Pour ce faire, ils ont recours à une opération somme toute limitée mais d’une rare audace14. Qu’on en juge ! Pour réaliser cette reconstitution, il suffirait d’amputer la Deuxième Apologie de deux éléments qui, disent-ils, appartiennent de toute évidence à l’Apologie originelle de Justin : à savoir, d’une part, 2 A 14.1, d’autre part 2 A, 15, 2-5, et de les transférer à leur place première, à savoir après 1 A 68, 10. Quant au reste de la Deuxième Apologie, il ne peut s’agir là, disent-ils, que de morceaux épars, intéressants dans la mesure où ils nous font connaître des faits divers consignés dans le carnet de notes de Justin.

10Encore faut-il mesurer et assumer les conséquences de cette prise de position sur la nature même de tout le matériau restant de la Deuxième Apologie et sur la nouvelle structure de la prétendue Apologie originelle de Justin, ainsi violemment reconstituée. Du reste, est-il encore possible de reconstituer cette Apologie originelle ? A partir de quels critères ? Avec quel coefficient de vraisemblance ?

  • 15 MUNIER, L’ Apologie de saint Justin philosophe et martyr, Fribourg Suisse, 1994, p. 152-156 ; ces i (...)
  • 16 Ibidem, p. 32-40 ; cf. les pages 34-38 de l’édition de 2006.

11Dès 1994, nous avons présenté les indices convergents qui mili- tent en faveur de l’unité de l’Apologie de Justin. Ces indices relèvent de plusieurs chefs, qui ressortissent à la discipline de la rhétorique traditionnelle gréco-romaine15. Une facile contre-épreuve permet de conforter la justesse de cette démonstration: le plan détaillé de l’ouvrage, présenté conjointement, illustre la parfaite maîtrise de Justin dans l’art et la science rhétorique propre à l’apologia16.

  • 17 QUINTILIEN, Inst. Or. III, 9, 1 ; LAUSBERG (v. n.8), §§ 61, 1b ; 140-223 ; MARTIN, Antike Rhetorik, (...)
  • 18 LAUSBERG, Handbuch, §§. 61, 1b ; 140-223 ; MARTIN, Antike Rhetorik, § 9.3.
  • 19 Ajoutons que, dans l’Apologie ne manquent ni la divisio, ni la propositio, ni même la digressio. No (...)
  • 20 Il convient, en effet, de la réserver pour la section qui présente les faits relatifs à la cause, l (...)
  • 21 LAUSBERG, Handbuch, § 61, 3 (citant Quintilien III, 7, 28) ; §§ 239-254, notamment la p. 130.

12Envisagée du point de vue de la rhétorique classique, l’apologia relève du genre judiciaire17, écrit Quintilien dans son Institution oratoire (III, 9, 1) : « les autres [auteurs] lui assignent généralement cinq parties : l’exorde, la narration, la preuve, la réfutation, la péroraison ; quelques-uns y ont ajouté la division, la proposition, la digression. Cela me paraît surabondant, les deux premières ne sont que des dépendances de la preuve » (III, 9, 2). Tous ces éléments se retrouvent dans l’Apologie de Justin, dans l’ordre défini pour le genre judiciaire18 : Exorde : Apol. I, 1-3 ; 10-12 ; réfutation : I, 4-12 ; II, 3-9 ; preuve : I, 13-68 ; II, 10-12 ; narration : II, 2 ; péroraison : II, 13-1519. Cet ordre diffère sur un point, et pour cause20, de celui que prônent les rhéteurs pour les discours qui relèvent du genre épidictique, notamment les panégyriques ; dans ce cas, la narration est placée de préférence aussitôt après l’exorde et la captatio beneuolentiae21.

  • 22 Dans ce mode, explique Quintilien, « il n’est question que du fait en lui-même : est-il juste ou ne (...)

13Pour la discussion au fond, Justin a choisi le mode de défense qui, selon les rhéteurs, est la meilleure des justifications, « soutenir que les faits reprochés [aux chrétiens] n’ont rien que d’honnête » (Quintilien, VII, 4,4 : défense kat’antilèpsin, qualitas absoluta)22. C’est bien selon cette ligne de défense que l’argumentation de Justin apporte la preuve de l’innocence des chrétiens en leur conduite (Apol. I, 4-12 ; II, 12,1- 6), leurs rites I, 61-67) et leur doctrine (I, 13-60 ; II, 10-12,1).

  • 23 La division bipartite de la plaidoierie de Justin n’a pas été systématiquement reprise par les autr (...)

14Pour être complète, une plaidoirie se doit non seulement de rejeter les accusations de adversaires mais, si possible, de mettre en lumière les motivations qui les inspirent. Les rhéteurs appellent cette partie du discours judiciaire l’antikatègoria (Quintilien III, 10,4). Justin met en relief cette pièce maîtresse de son dispositif : il la place au seuil de Apol. II. C’est là, en effet, qu’il se retourne contre les accusateurs des chrétiens et dénonce avec vigueur les mobiles, souvent inavouables, qui les animent (Apol. II, 1,2). La narration, qui suit aussitôt (II, 2), illustre de manière éclatante l’antikatègoria (la mise en accusation de l’accusation)23.

  • 24 Les questions incidentes sont aisément repérables grâce aux formules usuelles qui les présentent : (...)

15Ayant ainsi ébranlé, dans ses fondements mêmes, l’incrimination, Justin peut achever sa démonstration. Il le fait d’une part (Apol. II, 3-9) en répondant à plusieurs questions incidentes (Quintilien, III, 5,7s : hypothesis ; quaestiones finitae)24 et en évoquant la haine que lui voue Crescent (Apol. II, 8), d’autre part (Apol. II, 10-12) en parachevant l’exposé de la thèse (thesis) de la supériorité de la doctrine chrétienne sur toutes les doctrines humaines.

16L’Apologie de Justin ne comporte qu’une péroraison, qui marque la fin de l’ouvrage : II, 12-15. En Apol. I, 68,2, l’auteur se contente de regrouper les éléments qui indiquent la fin de la première partie de son argumentation : Apol. I, 4-68, celle qui concerne la quaestio infinita ou cause principale (thesis : Quintilien III, 5,5). Il reprendra cette discussion au fond, en Apol. II, 10-12, lorsqu’il la mènera à son terme en présentant les causes déterminantes de la supériorité de la doctrine chrétienne : elle est fondée sur l’enseignement du Logos intégral, le Christ, « qui a revêtu notre nature soumise à la souffrance » (Apol. II, 10,8) ; et ceci permet aussi de rendre compte de l’attitude courageuse des chrétiens devant la mort (II, 11 ; II, 12, 1-6 ; cf. I, 4,1-7).

  • 25 Dans l’article : « L’Apologie de Justin : notes de lecture », RevSR 77 (2003), 293-300, suivant une (...)

17La dimension du nouveau et dernier rouleau (uolumen, logos) de l’ouvrage25 est précisée par l’expression : tèn tônde tôn logôn suntaxin ; Apol. II, 1-1 ; 15, 2. Ajoutons que : Apol. II, 1,1 est mis en relation avec Apol. I, 8, 1 et II, 15, 5 par l’expression : huper humôn (heautôn), de même que Apol. I, 68, 3 est mis en relation avec Apol. I, 1, 1 par le terme prosphônèsis, avec I, 61,1 par le terme : exègèsis, avec l’axiôsis de I, 3,1, par le terme : èxiôsamen, redoublé.

18L’argument-clé en faveur de l’unité de l’ouvrage, fondé sur la disposition rhétorique de l’Apologie de Justin, qui apparaît dans le plan d’ensemble et la progression logique de l’argumentation, n’est pas le seul à faire valoir. Trois autres, non moins solides, se présentent, concordants : ils concernent le thème eusebeia – philosophia, les renvois au sein de l’œuvre, les inclusions de la péroraison (Apol. II, 15).

  • 26 Voir H. HOLFELDER, « Eusebeia kai philosophia. Literarische Einheit und politischer Kontext von Jus (...)

19Le thème eusebeia – philosophia, qui reprend les éléments essen- tiels de la titulature de l’empereur Antonin et du César Marc Aurèle, joue un rôle important dans l’argumentation de l’apologiste. A travers ces deux termes s’opère en effet, au niveau suprême de l’Empire, la conjonction de la pietas romaine et de l’idéal hellénique du prince philosophe26. Pour mettre en évidence l’importance qu’il reconnaît à ce thème, Justin l’évoque à sept reprises, aux lieux « stratégiques » de son discours, à savoir :

20- dans la titulature de l’adresse, Apol. I, 1 ;

21- sous la forme adjective : en Apol. I, 1 et 2, c’est-à-dire au commencement et au cœur de l’expositio, d’abord sous la forme d’une proposition générale, puis en envisageant le cas particulier des souverains actuellement en place), enfin en Apol. II, 2, 16, vers la fin de la narratio ;

22- sous la forme substantive : en Apol. I, 3, 2, dans la formulation même de l’axiôsis ; en Apol. I, 12, 5, au terme de la refutatio des accusations communes ; en Apol. II, 15, 15, à la conclusion même de la péroraison.

23La distribution savante de ces sept occurrences illustre à sa manière l’unité de composition et de rédaction de l’Apologie de Justin.

24Il en va de même des indications formelles, que sont les renvois que fait un auteur à des passages antérieurs d’un même ouvrage, en se servant de formules stéréotypées, comme : hôs proephèmen, proegrapsamen,etc., En l’espèce, il est facile de repérer en Apol. II quatre renvois explicites à Apol. I, à savoir :

25- Apol. II, 8, 2 : vivre kata logon ; cf. Apol. I, 46, 5 ; 23, 2 ;

26- Apol. II, 8, 1 : allusion à Héraclite ; cf. Apol. I, 46, 3 ;

27- Apol. II, 6, 5 : « devenu homme selon la volonté du Père » ; cf. I, 46, 5, 23, 2 ;

28- Apol. II, 4, 2 : Dieu aime ceux qui s’efforcent d’imiter ses perfections, cf. Apol. I, 10, 2.

  • 27 Voir R. MEYNET, Initiation à la rhétorique biblique, t. I, Paris, 1982, Cerf.
  • 28 LAUSBERG, Handbuch, § 625.

29L’inclusion fait réapparaître, à la fin d’une unité littéraire un élément déjà présent à son début ; il s’agit là d’un procédé commun de la rhétorique biblique, régie par le principe de la symétrie, aussi bien dans l’organisation des distiques (Psaumes, livres prophétiques et sapientiaux), que dans la composition des textes en prose, dans leur ensemble, comme dans leurs diverses parties27. Mais le procédé n’est pas moins commun dans la rhétorique gréco-romaine traditionnelle, sous la forme de la redditio : /x… x/28. Il va sans dire qu’à l’instar des auteurs paléochrétiens assidus à la lecture de la Bible, et des écrivains profanes contemporains, rompus aux méthodes de la rhétorique clas- sique, Justin fait un large usage du procédé de l’inclusion ou de la redditio.

  • 29 Cf. LAUSBERG, Handbuch, §§ 93 et 449.

30Reste à dire un mot au sujet d’Apol. II, 3-9, 5, la section qui traite des questions incidentes29, elle-même incluse dans une digression, dont Justin déclare, en II, 9, 5 qu’elle s’arrête à cet endroit, et qu’il « revient » (anerchomai) à l’objet premier de sa démonstration (to prokeimenon, à savoir l’excellence de la doctrine chrétienne, qui fera l’objet de la section Apol. II, 10-12. Puisque Apol. II, 9, 5 marque la fin de la digression, le début de celle-ci se place nécessairement à la fin de la première partie de la même démonstration, c’est-à dire à la jointure d’Apol. I, 68, 3 et II, 1, 1. Mais comment les questions incidentes sont-elles rattachées à la narration? Le sont-elles effectivement ?

31Incontestablement. Par un mot-crochet : poreuesthai (II, 2, 19), repris en II, 3, 1 (poreuesthe), Justin signale la liaison qui existe entre la narration et la première des questions incidentes : la démarche du chrétien anonyme qui a rejoint Ptolémée et Lucius dans le martyre ressemble fort à une provocation délibérée, en vue d’y parvenir ; aux yeux des profanes, elle ressemble à un suicide, qui permet aux chré- tiens « d’aller auprès de leur Dieu – de leur Père » ; l’apologiste répond à cette objection dans la première des questions incidentes, comme l’atteste l’ordre du Parisinus graecus 450.

32Du même coup apparaît clairement l’erreur commise par Dom Prudence Maran lorsqu’il a cru bon de transposer en Apol. II, 3, tout le développement relatif à Crescent qui figure en Apol. II, 8, dans le manuscrit. Si un grand nombre d’éditeurs on suivi Dom Maran sans sourciller, constatons qu’en 1894, le professeur strasbourgeois Henri Veil, dans sa traduction et, en 1911, A.F.W. Blunt, dans son édition, ont respecté scrupuleusement l’ordre du manuscrit.

  • 30 Cf. I, 24-29 ; 54-58 ; II, 4(5), 1-6 : pour Justin, les disciples du Logos sont les vrais philosoph (...)

33Nous empruntons à Blunt une observation judicieuse concernant Apol II, 8 : il souligne que la place de ce chapitre – à la suite de II, 7, dans le Parisinus graecus 450 – est logique et bien venue, compte tenu du contexte. En effet, en II, 7, Justin décrit, une fois de plus, les machinations des démons contre les disciples du Logos30, et rappelle que les démons et leurs suppôts seront châtiés dans le feu éternel, comme l’ont prédit les prophètes et comme l’a enseigné le Christ (II, 7, 4). Si les démons ont poursuivi de leur haine les (vrais) philosophes, et ont toujours travaillé à les faire haïr, en II, 8, Justin n’hésite pas à suggérer que Crescent, ce soi-disant-philosophe, ami du bruit (philopsophos) et de l’emphase (philokompos), fait partie des suppôts de Satan, dont il vient de parler. L’expression hupo tinos tôn ônomasmenôn désigne clairement Crescent comme un des serviteurs des puissances démoniaques évoquées en II, 7, 4.

34En guise d’épilogue, nous voudrions profiter de l’occasion qui nous est offerte par cette recension d’un ouvrage dont nous n’avons pas encore découvert tous les filons aurifères, pour signaler à ses savants auteurs quelques points de détail, qui pourraient contribuer à identifier le texte originel de l’Apologie de Justin, et à discerner les avatars de sa transmission :

35- en Apol. I, 68, 4, Justin déclare qu’il joint à son libellus la copie du Rescrit d’Hadrien. Ce passage de Justin est reproduit pas Eusèbe, H.E. IV, 8, 7, qui précise : « Justin donna la copie de la lettre, en conservant le texte latin tel qu’il était » ; le texte original du Rescrit d’Hadrien était donc en latin. Eusèbe ajoute avoir fait lui-même la traduction grecque [ adjointe en H.E. IV, 9, 1]. Comme le texte latin original a disparu, c’est le grec d’Eusèbe qui a pris sa place dans le manuscrit de Justin. Puis Rufin a retraduit en latin la version grecque d’Eusèbe ; cette rétroversion ne reproduit donc pas le texte original de Rescrit d’Hadrien.

36Quoi qu’il en soit de la fiabilité du récit d’Eusèbe, il semble bien que l’adjonction du Rescrit d’Hadrien à un moment donné du périple de l’Apologie de Justin soit directement responsable de la division opérée désormais entre Apol. I et Apol. II. Lorsque les philologues, unissant leurs efforts à ceux des historiens, auront repéré les principales étapes de cette longue traversée, ils seront peut-être plus enclins à faire confiance au texte du Parisinus graecus 450, malgré ses bévues et ses erreurs.

  • 31 Rappelons la définition que le rhéteur Ménandre de Laodicée (vers 270 apr. J.C.) donne de la prosphô (...)

37Pour le moment, nous maintenons le bien-fondé de la méthode qui nous a permis de comprendre la structure originelle de l’Apologie de Justin ; si elle a été « payante », c’est parce que nous avons fait confiance au manuscrit de Paris et parce que la redécouverte progres- sive des règles de la rhétorique classique gréco-romaine, grâce aux manuels de H. Lausberg et de J. Martin nous a persuadé que ces règles furent scrupuleusement respectées par Justin, lorsque, à l’intention de l’empereur Antonin le Pieux et de ses fils adoptifs, le César Marc Aurèle et le jeune Lucius Verus, il composa son discours-pétition (prosphônèsin kai enteuxin) en faveur des chrétiens « injustement haïs et persécutés »31.

  • 32 L. LAURAND, Manuel des Études grecques et latines, 3 vol. , Paris, 1946, Picard.

38Quand on veut gagner l’amitié de quelqu’un, il ne faut pas commencer par le regarder de haut ni de travers. Cette règle de bon sens vaut aussi pour les textes de l’Antiquité chrétienne. Pour ce qui concerne la solidité de la « rhétorique » ancienne, nous empruntons à l’auteur d’un manuel32, qui a guidé des milliers de professeurs de langue française pendant des lustres, ces quelques lignes qui n’ont rien perdu de leur pertinence ni de leur actualité : « Les Grecs anciens sont arrivés, dans plusieurs ordres de connaissances, à des résultats définitifs que les siècles suivants n’ont pu ébranler. Telles sont, par exemple, les vérités mathématiques qu’ils ont découvertes et que les Éléments d’Euclide ont résumées ou les lois du raisonnement, telles qu’Aristote les expose dans ses Analytiques.

  • 33 Ibid., III, p. 55.

39La « rhétorique » est l’une de ces sciences, grecques par leur origine, éternelles par leur vérité indestructible […]. Pendant de longs siècles, l’art de la parole a été enseigné dans les écoles grecques et romaines. Les premiers orateurs s’étaient formés par la pratique seule ; mais, quand on eut découvert les lois de la persuasion, les règles du bien dire, elles devinrent l’objet d’un enseignement toujours suivi. Il en est de même, dans quelque mesure, de tous les orateurs anciens : quand on saisit comment ils s’étaient formés à la parole, on saisit mieux leurs mérites, leurs caractéristiques et parfois certaines de leurs habiletés les plus fines33 ».

  • 34 Le prochain congrès aura lieu à Bologne en juillet 2011.
  • 35 Rhetorica, California Press, 2223, Fulton Street, Berkeley.
  • 36 Les éditions Brepols, Turnhout, viennent de publier un ouvrage, au croisement de la rhétorique et d (...)

40La citation de l’ouvrage récent de L. Pernot, donnée plus haut, est en pleine concordance avec celle-ci, qui la précède de plus de cinquante ans. Il existe, du reste, une International Society for the History of Rhetoric, bien implantée partout dans le monde et très active, qui organise des congrès très suivis tous les deux ans34. Une revue internationale, Rhetorica35 promeut aussi largement les analyses rhétoriques. Aussi l’approche rhétorique s’est-elle beaucoup développée dans les études classiques et l’on admet aujourd’hui de façon unanime qu’elle est une clef de lecture essentielle pour les œuvres grecques et romaines. C’est dire que la place de la rhétorique antique dans les études classiques demeure indiscutée et qu’il est très regrettable que MM. Minns et Parvis aient, dans l’étude magistrale qu’ils ont consacrée à l’Apologie de Justin36, négligé un des progrès importants des sciences de l’Antiquité des dernières décennies, et soient ainsi restés un peu à l’écart d’un examen approfondi et perti- nent du texte de l’Apologie de Justin qui eût pu leur donner la clé de sa composition.

Haut de page

Notes

1 Leur édition sera citée désormais sous le sigle : Minns-Parvis. Les articles des AA. relatifs à l’Apologie de Justin sont : M. PARVIS, ‘The Textual Tradition of Justin’s Apologies : A Modest Proposal’, Studia Patristica, 36 (2001), 54-60 ; ‘Justin, Philo- sopher and Martyr ; The Posthumous Creation of the Second Apology’, in S. Parvis and P. Foster (eds), Justin Martyr and his Worlds, Minneapolis, 2007, 22-37.; D.P. MINNS, ‘The Rescript of Hadrian’, in S. Parvis and P. Foster (eds), Justin Martyr and his Worlds Minneapolis, 2007. Il faut ajouter la contribution de: Dr. Sara PARVIS: « Justin Martyr and the Apologetic Tradition », in S. Parvis and P. Foster (eds), Justins Martyr and his Worlds, Minneapolis, 2007, 115-127. Total: 44 pages.

2 A. VON HARNACK, « Die Überlieferung der griechischen Apologeten des 2. Jahrhunderts in der alten Kirche und im Mittelalter », Texte und Untersuchungen, 1, 1, Leipzig, 1883, p. 79, note 190.

3 Ce disant, au vu des problèmes rencontrés dans l’établissement du texte, nous ne faisions que partager l’opinion déjà exprimée par J.C.M. VAN WINDEN et Ph. BOBICHON, au terme de leurs éditions de tout ou partie du Dialogue avec Tryphon, le premier en 1971, le second en 2003, 2 volumes, 1126 pages.

4 Il s’agit du Parisinus graecus 450 (A), achevé le 11 septembre 1364, par un copiste demeuré anonyme, et acquis, sans doute à Venise, en 1541, pour le compte du roi de France, par Guillaume Pellicier, évêque de Montpellier et ambassadeur à Venise.

5 Lettre du 29 avril 1995 ; voir Ch. MUNIER, « A propos d’une édition récente des Apologies de Justin », RevSR 1997/3, p. 299-309 ; ici, p. 300, note 2.

6 MINNS-PARVIS, p. 20 : après avoir rapporté notre opinion sur le texte d’Eusèbe, utilisé pour combler les lacunes de A, à savoir : « si l’on excepte quelques additions de son cru, aisément repérables, force est de reconnaître que, dans le (sic) ensemble, son texte n’est pas meilleur que celui de A et qu’il n’y a pas lieu de le privilégier systématiquement », ils rapportent, en note, notre mise en garde, destinée aux éditeurs férus de conjectures.

7 Nous avons consulté assidument le manuel de H. LAUSBERG, Handbuch der li- terarischen Rhetorik, M. Hueber Verlag, Munich, 1973², 2 vol. , et celui de J. MARTIN, Antike Rhetorik. Technik und Methode, Munich, Verlag C.H. Beck, 1974. Signalons en passant que l’ouvrage de Lausberg a connu dernièrement une édition anglaise, facilement accessible : Handbook of Literary Rhetorik. A Foundation for Literary Study (trans. D.F. Orton and R.D. Anderson), Leiden- Boston – Köln, 1998, Brill.

8 Voir H.I. MARROU, Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, Paris, 1965²; cf. M.L. CLARKE, Higher Education in the Ancient World, London, 1971.

9 G. MOUNIN, « Rhétorique », Encyclopaedia universalis 14 (1972), p. 236-239.

10 L. PERNOT, La Rhétorique dans l’Antiquité, Paris, 2000, Le Livre de Poche, p. 11.

11 MINNS-PARVIS, p. 21. Le lecteur aura reconnu dans la troisième option la théorie selon laquelle la soi-disant Deuxième Apologie est considérée comme un Ajout, un Supplément, un Appendice, ou un Post-scriptum ; les opinions de cette mouvance varient du reste de manière notable sur le laps de temps écoulé entre la rédaction de chacune des parties en cause.

12 Le texte entre guillemets offre notre traduction de quelques lignes de MINNS-PARVIS, p. 23.

13 Sur le point de la nature juridique du libellus (biblidion), comme tel, nous sommes d’accord avec les AA. ; cf. MUNIER, SC 507, p. 22-23 et les références aux manuels de Droit romain relatifs à cette procédure.

14 Il est, en effet, toujours dangereux de reconstituer un texte prétendument originel en bousculant l’ordre transmis par la tradition manuscrite, et une telle méthode pourrait conduire à toutes les reconstructions, même les plus hasardeuses et les plus gratuites.

15 MUNIER, L’ Apologie de saint Justin philosophe et martyr, Fribourg Suisse, 1994, p. 152-156 ; ces indications sont reprises aux pages 22-24 du volume n° 507 de la collection Sources chrétiennes.

16 Ibidem, p. 32-40 ; cf. les pages 34-38 de l’édition de 2006.

17 QUINTILIEN, Inst. Or. III, 9, 1 ; LAUSBERG (v. n.8), §§ 61, 1b ; 140-223 ; MARTIN, Antike Rhetorik, § 9.3.

18 LAUSBERG, Handbuch, §§. 61, 1b ; 140-223 ; MARTIN, Antike Rhetorik, § 9.3.

19 Ajoutons que, dans l’Apologie ne manquent ni la divisio, ni la propositio, ni même la digressio. Nous y reviendrons.

20 Il convient, en effet, de la réserver pour la section qui présente les faits relatifs à la cause, la quaestio finita (cf. LAUSBERG, Handbuch, §§ 55,2 ; 68-78 ; 95 ; 100, etc), l’argumentation propre à l’aspect juridique de la cause étant développée dans ce que les rhéteurs appellent la quaestio infinita ; cf. LAUSBERG, Handbuch, §§ 55,2 ; 68- 78.

21 LAUSBERG, Handbuch, § 61, 3 (citant Quintilien III, 7, 28) ; §§ 239-254, notamment la p. 130.

22 Dans ce mode, explique Quintilien, « il n’est question que du fait en lui-même : est-il juste ou ne l’est-il pas ? On appelle juste ce qui est fondé sur la nature (natura) ou une institution (constitutio). La nature, c’est ce qui est conforme à la dignité morale des choses, telles sont la piété, la bonne foi, la continence » (VII,4,6).

23 La division bipartite de la plaidoierie de Justin n’a pas été systématiquement reprise par les autres apologistes grecs et romains du IIe et du IIIe siècle. C’est ainsi qu’Athénagore, qui pourtant démarque l’ouvrage de Justin, se contente de ce qu’il est convenu d’appeler la quaestio infinita. Son argumentation est remarquablement mise en lumière par le plan général proposé par B. POUDERON, SC 379, p. 65-68 : 1) La religion chrétienne face à la religion païenne ; 2) La morale chrétienne face à la morale païenne. L’auteur se tient au niveau d’un débat d’idées générales, même quand sont évoqués des faits concrets, comme les spectacles sanglants, l’avortement ou l’exposition des enfants. De ce fait, il n’a pas besoin d’une narration en bonne et due forme, qu’il aurait pu placer entre la captatio beneuolentiae du prologue et l’axiôsis. Cette constatation, qui peut être étendue aux autres apologistes, permet de mieux mesurer l’originalité de la structure de la supplique de Justin, même en face de Tertullien.

24 Les questions incidentes sont aisément repérables grâce aux formules usuelles qui les présentent : Apol., II, 4, 1 : hopôs de mè tis eipè ; cf. II, 9, 1, et II, 5, 1 : ei de tis

25 Dans l’article : « L’Apologie de Justin : notes de lecture », RevSR 77 (2003), 293-300, suivant une suggestion de feu notre collègue de Strasbourg, H. VEIL, Justinus des Philosophers und Märtyrers Rechtfertigung des Christentums (Apologie I u. II) Strasbourg 1894, nous avons avancé une hypothèse, fondée sur des observations relatives à la stichométrie, dont il suffit ici de donner le résultat : la première partie de l’Apologie était transcrite sur trois rouleaux (volumina [logoi]), couvrant respectivement : le premier : Apol. I, 1-22 ; le deuxième : Apol. I, 23-45 ; le troisième : Apol. I, 46-68, 3. À nos yeux, Apol. I, 68, 4-10, est un ajout évident : ce n’était pas à Justin de fournir au bureau impérial le texte du Rescrit d’Hadrien; une simple référence y suffisait : Apol. I, 68, 3.

26 Voir H. HOLFELDER, « Eusebeia kai philosophia. Literarische Einheit und politischer Kontext von Justins Apologie », Zeitschrift für die Neutestamentliche Wissenschaft 68 (1977), p. 48-66 ; 231-251.

27 Voir R. MEYNET, Initiation à la rhétorique biblique, t. I, Paris, 1982, Cerf.

28 LAUSBERG, Handbuch, § 625.

29 Cf. LAUSBERG, Handbuch, §§ 93 et 449.

30 Cf. I, 24-29 ; 54-58 ; II, 4(5), 1-6 : pour Justin, les disciples du Logos sont les vrais philosophes.

31 Rappelons la définition que le rhéteur Ménandre de Laodicée (vers 270 apr. J.C.) donne de la prosphônèsis : « un discours élogieux adressé au souverain par un particulier, mettant l’accent sur des vertus comme la justice, la bienveillance envers les sujets, l’accessibilité, la douceur du caractère, l’intégrité et l’incorruptibilité en matière de justice, l’absence de partialité et de préjugés dans les décisions judiciaires ». Quant à l’enteuxis, elle a une signification technique, pointée par J.-C. FREDOUILLE, « De l’Apologie de Socrate à l’Apologie de Justin », dans Hommage à René Braun, t. 2, Nice, 1990, p. 1-22.

32 L. LAURAND, Manuel des Études grecques et latines, 3 vol. , Paris, 1946, Picard.

33 Ibid., III, p. 55.

34 Le prochain congrès aura lieu à Bologne en juillet 2011.

35 Rhetorica, California Press, 2223, Fulton Street, Berkeley.

36 Les éditions Brepols, Turnhout, viennent de publier un ouvrage, au croisement de la rhétorique et de la religion qui contribue à éclairer l’histoire de l’enseignement antique et le devenir de la civilisation grecque au cours des premiers siècles de notre ère, à savoir : J.-L. VIX, L’enseignement de la rhétorique au IIe siècle après J.-C. à travers les discours 30-34 d’Ælius Aristide.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles Munier, « Justin, Philosopher and Martyr, Apologies », Revue des sciences religieuses, 84/3 | 2010, 401-413.

Référence électronique

Charles Munier, « Justin, Philosopher and Martyr, Apologies », Revue des sciences religieuses [En ligne], 84/3 | 2010, document 84.31, mis en ligne le 17 novembre 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://rsr.revues.org/335

Haut de page

Auteur

Charles Munier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page