Navigation – Plan du site
Recensions

Benoît-Marie Solaberrieta, Aimé-Georges Martimort. Un promoteur du Mouvement liturgique (1943-1962)

Paris, Cerf, 2011, 351 p.
Marcel Metzger
p. 427-428
Référence(s) :

Benoît-Marie Solaberrieta, Aimé-Georges Martimort. Un promoteur du Mouvement liturgique (1943-1962), Paris, Cerf, 2011, 351 p.

Texte intégral

1En octobre 1960 le professeur d’histoire de la liturgie à l’Institut catholique de Toulouse, Aimé-Georges Martimort, fut associé à la Commission De sacra liturgia chargée de préparer les travaux du concile que le pape Jean XXIII avait annoncé l’année précédente. La Commission s’était donné comme règle de n’employer que le langage de l’Écriture et des Pères, accessible à toutes les Églises. Mais le Secrétariat romain qui coiffait les commissions défigura le texte proposé. A.-G. Martimort et les autres consulteurs ont réagi et sont parvenus à rétablir la teneur primitive de leur document (La Maison-Dieu 223, p. 103‑105). Cet incident illustre le contexte dans lequel fut préparée la Constitution conciliaire sur la sainte liturgie (promulguée le 4 décembre 1963) et les compétences exigées des consulteurs. A.-G. Martimort était bien préparé pour exercer de telles responsabilités et cela depuis près d’une vingtaine d’années. C’est toute cette période que retrace l’auteur de cette biographie partielle, car malgré ses trois cents pages elle ne recouvre que les vingt premières années d’activité de A.-G. Martimort, celles qui firent de lui « un promoteur du Mouvement liturgique (1943‑1962) ».

2A.-G. Martimort est né à Toulouse en 1911. À partir de 1938 il enseigne à la faculté de théologie de cette ville. C’était l’époque des renouveaux missionnaire, théologique et pastoral, que la guerre n’arrêta pas, bien au contraire. En mai 1943 A.-G. Martimort est associé à la création du Centre de pastorale liturgique (CPL) à Paris. Il en deviendra vite le codirecteur (1946‑1964). Par cette responsabilité, à la pointe du Mouvement liturgique en France, et par son enseignement d’histoire de la liturgie, il était tout désigné pour participer à la vaste entreprise conciliaire, d’abord dans sa préparation et ensuite dans sa mise en œuvre. Pour rendre compte de ces importants engagements, le P. Solaberrieta a organisé son ouvrage en quatre parties : il retrace d’abord les étapes de la formation d’A.-G. Martimort, puis son engagement dans la création et la direction du Centre de pastorale liturgique. La troisième partie est dédiée à ses activités d’enseignement et de recherche, et la quatrième, à son étude fondamentale de l’assemblée liturgique.

3Le P. Solaberrieta, bénédictin de l’abbaye de Belloc, a pu fréquenter régulièrement le professeur Martimort dans sa retraite à Toulouse pendant ses deux dernières années et consulter ses archives. Ce sont donc des informations de première main qu’il a réunies dans ce livre si bien documenté. Il y a été encouragé et aidé par son professeur, Robert Cabié, qui avait été lui-même disciple d’A.-G. Martimort et qui a signé la préface. Grâce à la consultation de tels témoins, le P. Solaberrieta a pu rédiger non seulement la biographie d’un des principaux acteurs de la réforme liturgique, mais présenter les grandes étapes de cette réforme, avec ses développements en France, de 1940 jusqu’au concile. De ce fait, cette biographie d’A.-G. Martimort informe largement sur le contexte ecclésial : l’état de la liturgie avant le concile Vatican II, les actions du Mouvement liturgique en France et dans les pays voisins, les sessions de formation, la préparation des travaux du concile dans le domaine de la liturgie, etc. Dans ce contexte, p. 109 et suivantes, l’A. présente l’important congrès organisé sous l’impulsion d’A.-G. Martimort à Strasbourg en 1957 et qui avait réuni trois mille participants au Wacken, sur le thème « Bible et liturgie ». Quant à la bibliographie d’A.-G. Martimort, son œuvre la plus significative a été le manuel L’Église en Prière (1961 ; 2e édition en 4 vol. 1983‑1984 ; 5 traductions), dont il a assuré la direction et rédigé une partie importante. La liste des publications indique 16 livres, avec pour certains des éditions en d’autres langues, et 268 titres d’articles et autres contributions (de 1936 à 1998).

4L’incident que j’ai signalé au début de cette recension met les lecteurs en appétit : que le P. Solaberrieta nous fasse connaître sans tarder la suite, à savoir la seconde partie de cette biographie si riche d’enseignements. Mais, pour cela il lui faudra encore dépouiller de volumineuses archives, déposées à l’Institut catholique de Toulouse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcel Metzger, « Benoît-Marie Solaberrieta, Aimé-Georges Martimort. Un promoteur du Mouvement liturgique (1943-1962) », Revue des sciences religieuses, 90/3 | 2016, 427-428.

Référence électronique

Marcel Metzger, « Benoît-Marie Solaberrieta, Aimé-Georges Martimort. Un promoteur du Mouvement liturgique (1943-1962) », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/3 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://rsr.revues.org/3348

Haut de page

Auteur

Marcel Metzger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page