Navigation – Plan du site
Recensions

Laurence Decousu, La perte de l’Esprit Saint et son recouvrement dans l’Église ancienne. La réconciliation des hérétiques et des pénitents en Occident du iiie siècle jusqu’à Grégoire le Grand

Leiden, Brill, 2015, 545 p.
Marcel Metzger
p. 424-425
Référence(s) :

Laurence Decousu, La perte de l’Esprit Saint et son recouvrement dans l’Église ancienne. La réconciliation des hérétiques et des pénitents en Occident du iiie siècle jusqu’à Grégoire le Grand, Leiden, Brill, 2015, 545 p.

Texte intégral

1« N’attristez pas le Saint Esprit » (Ép 4,30). Commentant cet avertissement de l’apôtre Paul, saint Basile de Césarée va jusqu’à envisager « une séparation complète de l’Esprit » chez certains fidèles, en raison de « la perversité de leurs mœurs ou parce qu’ils n’ont pas fait fructifier le don reçu » (Sur le Saint Esprit, SC 17bis, p. 389). Dans le même sens saint Augustin écrivait : « Ils n’ont pas l’Esprit Saint, ceux qui sont hors de l’Église […] Mais il ne le reçoit pas non plus, celui qui simule dans l’Église ». Ces propos figurent parmi les nombreux témoignages patristiques que Laurence Decousu a réunis dans l’Annexe 1 de son importante étude sur la réconciliation des hérétiques et des pénitents. Si le sous-titre de l’ouvrage ne fait mention que de l’aire occidentale, les incursions dans l’aire orientale sont cependant nombreuses et habituelles dans l’exposé. Il y est montré combien, pendant toute l’époque patristique, les Églises sont restées sensibles à cette supplication du Psaume 50,13 : « Ne me reprends pas ton Esprit Saint ». On considérait alors que les hérétiques et schismatiques étaient privés de l’Esprit Saint dès lors qu’ils s’étaient séparés de la grande Église. Aussi les procédures de réintégration adoptées dans ce contexte devaient-elles demander le don de l’Esprit Saint par l’imposition des mains. Mais, au fil du temps, la signification de ce rite, consigné dans les livres liturgiques, a été perdue, en particulier dans le contexte de la Réforme catholique, pour la réception des Calvinistes : cette imposition des mains correspondait-elle à la confirmation ou à la réconciliation par la pénitence ?

2Le champ exploré par cette impressionnante étude est vaste : il commence par la querelle baptismale africaine du iiie siècle, bien connue de l’auteure, car ce fut le sujet de sa thèse, brillamment soutenue dans notre Faculté en 2004. Les investigations s’étendent ensuite à la réconciliation des Novatiens, des Donatistes et des diverses formes et vagues d’arianisme. Outre la valeur encyclopédique de cette recherche, avec son abondante collecte documentaire (le plus souvent accompagnée de la version grecque ou latine des extraits), l’exposé de L. Decousu renouvelle fondamentalement l’approche théologique de la période étudiée. On s’était habitué à voir les théologiens aborder les témoignages patristiques avec les catégories de la doctrine et du droit canonique médiévaux et scolastiques, en particulier celles du septénaire sacramentel. Or, à ce sujet, L. Decousu développe des conclusions éclairantes et de nature à réorienter toute la réflexion en ces domaines (p. 431 ss.).

3En effet, alors que pour les actions liturgiques appelées sacrements la théologie du deuxième millénaire s’est préoccupée prioritairement de l’efficacité et de la validité, subordonnant le don de l’Esprit à un système exclusif de médiation instrumentale agissant ex opere operato (p. 285, 455), la théologie de l’époque patristique était fondée sur l’observation des dons divins, reconnus par leurs effets et signifiant ainsi l’intention de Dieu. Dans le cas précis de la réconciliation des chrétiens séparés, la discipline observée reposait sur « l’observation des symptômes épiphaniques de la présence de l’Esprit dans son récipiendaire » (p. 431). De ce fait, chez les Pères, la théologie de la liturgie (dont la scolastique a fait une théologie du septénaire sacramentel) avait pour objet principal la contemplation de l’œuvre de l’Esprit saint, c’était une pneumatologie. Pour l’admission des fidèles séparés elle était attentive à ces trois réalités : 1. le don de l’Esprit a Dieu seul pour auteur, 2. mais le péché peut y faire obstacle, 3. l’effusion de l’Esprit comporte une dimension ecclésiale. Aussi, et L. Decousu le met bien en évidence, la prière liturgique était-elle comprise comme une invocation adressée à Dieu pour qu’il agisse, selon ce propos de saint Augustin : « Quant à l’imposition de la main…, qu’est-ce d’autre en effet qu’une prière sur un homme ? » (p. 442). C’est l’un des principaux mérites de cette importante publication d’attirer l’attention sur la manière dont les Pères expliquaient les signes mis en œuvre dans la liturgie. C’était une mystagogie, une contemplation de l’action divine dans les assemblées et dans le cœur des fidèles, attentive à l’action de l’Esprit Saint. Il en reste d’ailleurs des traces dans l’héritage liturgique latin. Mais cette perspective a été ignorée de la théologie sacramentaire issue de la scolastique latine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcel Metzger, « Laurence Decousu, La perte de l’Esprit Saint et son recouvrement dans l’Église ancienne. La réconciliation des hérétiques et des pénitents en Occident du iiie siècle jusqu’à Grégoire le Grand », Revue des sciences religieuses, 90/3 | 2016, 424-425.

Référence électronique

Marcel Metzger, « Laurence Decousu, La perte de l’Esprit Saint et son recouvrement dans l’Église ancienne. La réconciliation des hérétiques et des pénitents en Occident du iiie siècle jusqu’à Grégoire le Grand », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/3 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/3342

Haut de page

Auteur

Marcel Metzger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page