Navigation – Plan du site

La théologie des iconoclastes byzantins : pour sa réhabilitation

Emanuela Fogliadini
p. 385-401

Résumés

La controverse iconoclaste est l’un des phénomènes les plus complexes et fascinants de l’histoire byzantine, objet d’études variées et passionnées. Son analyse prend place dans le thème plus ample du sens et du rôle des images sacrées dans le christianisme. Depuis un aniconisme initial, influencé par l’interdiction vétérotestamentaire de faire des images cultuelles de Dieu, le christianisme fut progressivement peuplé de représentations religieuses qui, avec le temps mais non sans résistance, furent pleinement légitimées à la suite de disputes christologiques et de conciles œcuméniques. Dans la reconstruction « classique », l’iconoclasme et la négation des images sont toujours lus comme une crise, une rupture douloureuse dans un monde qui aurait été voué depuis toujours au culte des traits du Christ et des saints fixés dans les icônes. Le christianisme byzantin fut en réalité caractérisé par un aniconisme partagé par une bonne part de l’Église et soutenu au cours du viiie siècle par de puissants empereurs. L’article cherche à redonner voix à la théologie iconoclaste, en analysant la controverse sur la légitimité des images au sein même du débat ecclésial, et en reconstituant un contexte historique vraisemblable, libre des lectures confessionnelles qui ont diabolisé l’iconoclasme, trahi l’histoire de la tradition byzantine et, de manière plus générale, l’histoire des idées du christianisme lui-même.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juillet 2018.

Plan

I. L’aniconisme des origines et le début de la diffusiondes images sacrées
II. La controverse iconoclaste : une histoire complexe et fascinante
III. Une nouvelle méthodologie de recherche
IV. Les étapes d’un débat entre mythe et réalité
V. La proposition théologique de Constantin V
VI. La formulation doctrinale du concile de Hieria
Le sens de la mise en valeur de la théologie iconoclaste

Aperçu du texte

I. L’aniconisme des origines et le début de la diffusiondes images sacrées

L’aniconisme des deux premiers siècles du christianisme est une donnée de fait qui provoque la recherche scientifique et étonne le grand public habitué à l’idée d’un festin visuel depuis des millénaires et à une telle diffusion des images sacrées que l’absence de représentations du Christ, de sa Mère et des saints dans le christianisme primitif apparaît comme surprenante. Les raisons de cette absence d’images sont multiples : en particulier, l’influence déterminante du judaïsme – avec l’interdiction des représentations cultuelles figuratives proclamée par Exode 20, 4 – sur la communauté des origines ; la préoccupation récurrente de se distinguer de l’idolâtrie des païens ; la situation d’illégitimité et de persécution dans laquelle vécut le christianisme jusqu’à la proclamation de l’Édit de Milan en 313. Les motivations évoquées sont certainement intéressantes et en partie plausibles, mais elles demandent quel...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emanuela Fogliadini, « La théologie des iconoclastes byzantins : pour sa réhabilitation », Revue des sciences religieuses, 90/3 | 2016, 385-401.

Référence électronique

Emanuela Fogliadini, « La théologie des iconoclastes byzantins : pour sa réhabilitation », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/3 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://rsr.revues.org/3337 ; DOI : 10.4000/rsr.3337

Haut de page

Auteur

Emanuela Fogliadini

Facoltà Teologica dell’Italia Settentrionale, Milano

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page