Navigation – Plan du site

Des diables érudits. Les références intellectuelles dans les diableries du Mystère des Actes des Apôtres

Mathilde Cornu
p. 315-332

Résumés

À la fin du Moyen Âge, les scènes dédiées aux diables connaissent une ampleur sans précédent, tandis que, parallèlement, les références à la culture savante se développent dans les mystères. L’article se penche sur l’érudition diabolique, à travers les liens unissant enfer et université. Personnages comiques par excellence au sein du théâtre religieux médiéval, Lucifer et sa suite s’accaparent également les codes propres aux personnages savants, jusque dans la mise en scène de leurs débats. Mais il ne faut pas s’y tromper : l’apparente sapience des diables ne sert qu’à mettre en exergue leur défaite face à l’Église et à amuser la partie érudite du public.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juillet 2018.

Plan

La connaissance diabolique : aspects angélologiques
L’Université d’enfer
Les disputes entre diables : sujet, forme et finalité
Le procès de Paradis : une forme de disputatio ?
De mauvais étudiants : l’érudition en dérision

Aperçu du texte

Parmi les mystères de la fin de la période médiévale, Le Mystère des Actes des Apôtres fait figure de témoin privilégié des évolutions connues par ce genre. Composé vers 1470 par Simon Gréban à la demande de René d’Anjou, il comporte plus de 60 000 vers répartis sur neuf journées de représentation, et met en scène la prédication des premiers apôtres après la Résurrection du Christ. Ce mystère connut divers remaniements et mises en scène. La version qui nous intéresse ici est l’imprimé A, remanié par Jean Chaponneau et paru en 1538, qui fut le texte joué à Bourges en 1536. Cette version accorde une place considérable aux diables et à leurs scènes, les diableries.

Généralement comiques, elles représentaient les conseils présidés par Lucifer entouré de sa suite. Ces ajouts des fatistes impressionnaient par leur dimension spectaculaire, le faste des décors et des costumes des diables. Elles ont une certaine autonomie tout en restant en lien avec la dramaturgie générale du mystère. Elles ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathilde Cornu, « Des diables érudits. Les références intellectuelles dans les diableries du Mystère des Actes des Apôtres », Revue des sciences religieuses, 90/3 | 2016, 315-332.

Référence électronique

Mathilde Cornu, « Des diables érudits. Les références intellectuelles dans les diableries du Mystère des Actes des Apôtres », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/3 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/3306 ; DOI : 10.4000/rsr.3306

Haut de page

Auteur

Mathilde Cornu

Faculté des Sciences historiques, Université de Strasbourg

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page