Navigation – Plan du site
Recensions

Yves Simon, Philosophie du gouvernement démocratique

Traduction de l’américain par Clément Hubert, Préface de Florian Michel, Paris – Perpignan, Desclée de Brouwer – Artège, 2015, 366 p.
Riyad Dookhy
p. 300-301
Référence(s) :

Yves Simon, Philosophie du gouvernement démocratique, Traduction de l’américain par Clément Hubert, Préface de Florian Michel, Paris – Perpignan, Desclée de Brouwer – Artège, 2015, 366 p.

Texte intégral

1La présente publication d’Yves Simon (1903-1961) parut pour la première fois en 1951 aux Presses de l’Université de Chicago. Elle fut par la suite traduite en diverses langues, et l’est aujourd’hui en français par Clément Hubert.

2La démarche principale de l’A. semble avoir été de formuler une pensée philosophique qui engagerait le combat à l’encontre du communisme et du fascisme afin de pouvoir faire état d’un « gouvernement démocratique ». C’est l’occasion de penser une « philosophie » d’un tel type de gouvernement.

3Le communisme et le national-socialisme se ressembleraient, même s’ils adoptent des positions contraires sur la lutte des classes et sur le fonctionnement de leurs allégeances. D’une part, s’agissant du fascisme ou du nazisme, l’État s’y construit de façon totalitaire. Celui-ci est exalté comme ce que l’Histoire aura produit de mieux. On est devant un sentiment d’accomplissement final. D’autre part, s’agissant du communisme, celui-ci promet le dépérissement de l’État, car une société sans classe sera une société sans État. La structure étatique n’y serait donc que temporaire.

4Toutefois, selon Simon, il faut faire état de ce qui serait sous-jacent, c’est-à-dire une philosophie du mal. Pour le communisme marxiste, la place du mal relève d’une sorte de monisme. Toutes les injustices dont il y est question relèveraient d’une injustice absolue. Il suffira alors de s’en débarrasser pour y mettre fin. Or, sans s’en démarquer nettement, il demeure que pour la démocratie libérale, le mal est ce qui rend nécessaire l’organisation étatique, en raison de la « déficience » des hommes (théorie de la déficience). Pour autant, et ce serait déterminant, la démocratie libérale ne s’appuierait pas sur une théorie d’un « mal nécessaire ». C’est ce qui la distinguerait du fascisme ou du nazisme.

5Il n’en demeure pas moins vrai que les visions au sujet du mal sont proches. Pour un fasciste, une force dominante et puissante sera nécessaire pour réprimer le mal. L’État acquiert alors une valeur suprême. Par contre, pour le démocrate libéral, s’il faut faire état d’une théorie de la déficience, le mal ne justifierait pas pour autant le sur-gouvernement. Il existe dans la démocratie une restriction du pouvoir gouvernemental qui proviendrait de la nécessité de l’initiative individuelle (le libéralisme). C’est pourquoi le « libéral » signifiait, dans un premier temps, un adepte du système du laisser-faire. Il s’opposait à l’intervention de l’État. Pour l’A., ce mot comprend également une intervention de l’État. Mais si c’est le mal qui a rendu nécessaire l’État, cela signifierait, pour la démocratie, que le mal a grandi dans le monde.

6Il n’est pas sans importance ici de rappeler le parcours de l’A. lui-même. Simon, après avoir commencé ses études en France, s’installe aux États-Unis en 1938. On assiste alors chez lui à un « processus protéiforme d’américanisation », comme le souligne Florian Michel, auteur de la « Préface », en son sens plein, c’est-à-dire linguistique, familial, civique, politique, philosophique, culturel, sentimental, géographique, professionnel et universitaire. Simon acquiert la nationalité américaine après la guerre. Son américanisation signifiera, entre autres, qu’il défendra le parti pris rooseveltien à l’encontre du Général de Gaulle.

7Toutefois, comme nous le rappelle Florian Michel, cette publication survient plus de cinquante ans après la mort de son auteur. Ainsi, bien que très tardive, cette traduction donne au livre de Simon un intérêt réactualisé ; c’est qu’il entend faire état d’un « fait démocratique » qui défend « une définition de la démocratie qui ne soit pas ouverte aux quatre vents du libéralisme ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Riyad Dookhy, « Yves Simon, Philosophie du gouvernement démocratique », Revue des sciences religieuses, 90/2 | 2016, 300-301.

Référence électronique

Riyad Dookhy, « Yves Simon, Philosophie du gouvernement démocratique », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/2 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/3292

Haut de page

Auteur

Riyad Dookhy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page