Navigation – Plan du site
Recensions

Les théologiens français et le concile Vatican II

Paris, Éditions Facultés jésuites de Paris, 2015, 182 p.
Thibault Joubert
p. 296-298
Référence(s) :

Les théologiens français et le concile Vatican II, Paris, Éditions Facultés jésuites de Paris, 2015, 182 p.

Texte intégral

1Rassemblant les actes d’un colloque organisé par l’Association internationale Cardinal Henri de Lubac au Centre Sèvres le 24 mai 2014, l’ouvrage s’inscrit dans le cadre des célébrations du cinquantenaire du concile Vatican II en traitant du rôle que les théologiens français y ont joué.

2Le livre est marqué par une triple diversité. Diversité institutionnelle puisque le colloque s’est tenu avec la contribution des trois facultés de théologie catholique de Paris : le Theologicum de l’Institut catholique de Paris (ICP), les Facultés jésuites et la Faculté Notre-Dame. Diversité des théologiens étudiés qui concernent autant les figures incontournables ayant œuvré pour le renouveau conciliaire que des experts de la minorité. Diversité, enfin, du champ théologique puisqu’à travers plusieurs textes phares du concile sont envisagées en particulier l’ecclésiologie, la théologie fondamentale et l’anthropologie théologique.

3En ouverture, Étienne Fouilloux, professeur émérite de l’Université Lyon II, propose une synthèse des contributions françaises à l’élaboration de la théologie conciliaire. L’historien montre à la fois l’importance numérique, avec ses 97 experts, mais aussi l’absence d’uniformité des français au concile.

4Les quatre contributions suivantes concentrent l’analyse théologique à partir d’un texte conciliaire. Brigitte Cholvy, maître de conférences à l’ICP, développe le rôle des théologiens français aux sources de l’ecclésiologie de Lumen gentium. L’A. montre en particulier, et de manière convaincante, que l’apport des théologiens français de la majorité ne se situe pas tant sur le rapport entre l’épiscopat et la primauté pontificale, question qui retiendra prioritairement l’attention des commentateurs, que sur l’eschatologie. Outre l’éclairage sur l’histoire du concile, B. Cholvy invite à un déplacement épistémologique du centre de gravité de l’ecclésiologie des questions institutionnelles vers celles relevant de la théologie fondamentale, ce que l’A. nomme l’ecclésiologie fondamentale. Ce faisant, elle énonce une proposition radicale qui touche aux enjeux les plus contemporains de la théologie de l’Église.

5Michel Fédou, professeur au centre Sèvres, envisage la contribution spécifique des théologiens français au renouveau de la théologie de la Révélation divine à partir de la constitution Dei Verbum. Le théologien jésuite met en lumière l’apport particulier d’Yves Congar et d’Henri de Lubac. Se dessine ici la valeur inestimable d’une collaboration fondée autant sur l’exigence théologique que sur une amitié sincère.

6L’étude de la constitution Gaudium et spes par Philippe Bordeyne, recteur de l’ICP, permet de souligner l’apport français à la conception d’ensemble de la constitution pastorale. L’A. présente la tension entre deux conceptions de la vocation théologique du monde : l’une qui cherche à restituer le champ du profane à la liberté humaine (Chénu), l’autre qui veut rendre témoignage du contenu social de la révélation (de Lubac). En montrant le dialogue fécond entre ces deux approches, l’A. donne à voir la profonde cohérence théologique d’une constitution qui souffre parfois d’un défaut d’attention de la part des théologiens actuels.

7L’apport français au développement de la notion de liberté religieuse dans la déclaration Dignitatis humanæ est présenté par Dominique Gonnet, secrétaire de l’Association des amis des Sources chrétiennes. Il montre comment l’élaboration conceptuelle de la déclaration était ancrée dans le contexte intellectuel français. On notera particulièrement l’interaction entre les approches patristiques, philosophiques et bibliques, typiques du renouveau théologique du milieu du xxe siècle.

8À la fin de l’ouvrage, on trouvera une présentation de Marie-Gabrielle Lemaire, rédactrice du bulletin de l’Association internationale Cardinal Henri de Lubac, portant sur les publications récentes concernant Henri de Lubac et le concile Vatican II.

9Cet ouvrage permettra au lecteur de profiter de l’état actuel de la recherche historique et théologique pour faire la lumière sur les apports des théologiens français au concile Vatican II. Cinquante ans après la clôture du concile, il y trouvera une invitation à s’inscrire dans une tradition française de pratique de la théologie ; tradition où l’intelligence de la foi trouve son enracinement dans l’historicité de la vie chrétienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thibault Joubert, « Les théologiens français et le concile Vatican II », Revue des sciences religieuses, 90/2 | 2016, 296-298.

Référence électronique

Thibault Joubert, « Les théologiens français et le concile Vatican II », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/2 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/3285

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page