Navigation – Plan du site
Recensions

Mémoires et mémorialistes à l’époque des Guerres de religion. Actes du colloque de Montiéramey et Bar-sur-Seine 24-25 avril 2003,

Textes réunis par Jacky Provence, Paris, Champion, coll. « Bibliothèque d’histoire moderne et contemporaine, 47 », 2015, 325 p.
Denis Donetzkoff
p. 295-296
Référence(s) :

Mémoires et mémorialistes à l’époque des Guerres de religion. Actes du colloque de Montiéramey et Bar-sur-Seine 24-25 avril 2003, Textes réunis par Jacky Provence, Paris, Champion, coll. « Bibliothèque d’histoire moderne et contemporaine, 47 », 2015, 325 p.

Texte intégral

1S’il était encore besoin de se convaincre des vertus de l’interdisciplinarité, le présent recueil suffirait amplement à emporter l’adhésion, qui rassemble dix-sept articles « dus à des spécialistes d’histoire, de littérature et d’édition des textes » mettant « en valeur des mémoires et chroniques » témoins « des guerres civiles de la fin du xvie siècle ». Il faut remercier le Centre troyen de recherche et d’études Pierre et Nicolas Pithou d’avoir organisé en 2003 le colloque dont les communications ont donné lieu – tardivement, hélas : plus de 12 ans après sa tenue ! – à ce beau volume.

2On ne dira jamais assez l’importance de l’établissement d’éditions critiques de textes sans lesquelles toute réflexion, théologique ou historique, court le péril de se transformer en vaine spéculation. Parmi la cinquantaine « des mémoires et chroniques à travers le royaume » qui subsistent, « la Champagne est représentée par sept chroniqueurs ou mémorialistes ». Or « de nouveaux grands chantiers se mettaient en place pour éditer des textes inédits » aussi bien que pour « rééditer des mémoires qui l’avaient été de façon incomplète et tronquée ». Ces textes et leurs rédacteurs « nous permettent de pénétrer au cœur d’une logique et de mentalités donnant des clefs pour mieux comprendre cette période » d’autant plus importante qu’elle « fut l’une des plus troublées de notre histoire au cours de laquelle l’intolérance religieuse a conduit à des violences extrêmes ». Il s’agit de découvrir les textes « d’auteurs qui ont été non seulement de simples témoins mais aussi qui ont adhéré à cette violence, l’ont justifiée, voire y ont participé », des textes qui « permettent de pénétrer au cœur d’une logique et de mentalités ». Plus encore, ils sont les témoins d’une époque qui a vu germer l’« idée de tolérance », mais aussi « l’image d’un État au-dessus des querelles partisanes et religieuses, condition indispensable pour garantir la paix dans le royaume ».

3Les diverses interventions se présentent en trois parties. Sont d’abord étudiés « les guerres de religion et leur contexte chez les mémorialistes » (p. 16-86). L’attention se concentre ensuite sur « Nicolas Pithou, Bâle, le cénacle genevois » (p. 89-199), c’est-à-dire sur les tenants de la réforme protestante. Viennent enfin « les mémoires de la Ligue » (p. 203-312), c’est-à-dire la partie adverse.

4C’est à Yves-Marie Bercé, dont les travaux sur les troubles et soulèvements populaires au xviie siècle sont bien connus – citons ici particulièrement : Croquants et Nu-pieds : les soulèvements paysans en France du xviie au xixe siècle (1974) ; Histoire des Croquants : étude des soulèvements populaires au xviie siècle dans le sud-ouest de la France (1976) ; Fête et révolte : des mentalités populaires du xvie au xviiie siècle (1976) – qu’il revient de tirer les conclusions de ces journées d’étude. On en retiendra d’abord la réflexion sur le rôle de ces mémoires en tant qu’ils constituent « pour les mêmes événements des grilles de lecture multiples » révélant « des circuits d’informations spécifiques, de cheminements de convictions, c’est-à-dire tous les éléments de formation d’opinions publiques ». On s’attachera ensuite particulièrement aux notations sur l’élaboration de ces mémoires et chroniques. « Les mémorialistes » en effet « écrivent à la fin de leur existence » et reprennent « les souvenirs qui assaillent le vieil âge ». C’est assez dire que « chaque bribe de fait, chaque version a été choisie, façonnée et fabriquée plus ou moins consciemment » mais en tout cas « sans intention de fraude […] par la seule force […] des retours sur soi-même qu’apporte le temps qui passe ». D’où la question inévitable : si « la source narrative […] n’est jamais innocente », quel crédit lui apporter ? En réalité « elle n’est pas plus trompeuse que les autres informations historiques ». En effet, « une fausse nouvelle est un fait vrai » et même un mensonge « a sa signification cachée ». Non sans paradoxe, l’A. ajoute qu’une telle « source biaisée a même sans doute plus de prix pour l’historien qu’un fait avéré ». Au lecteur de savoir faire preuve d’ouverture d’esprit et de sens critique pour découvrir, dans cette « source biaisée » maintenant qu’elle est « démasquée […] la vérité virtuelle qu’elle a tentée de cacher ». Exégèse demandant beaucoup d’attention et d’application donc, mais riche de renseignements autant que d’enseignements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Donetzkoff, « Mémoires et mémorialistes à l’époque des Guerres de religion. Actes du colloque de Montiéramey et Bar-sur-Seine 24-25 avril 2003,  », Revue des sciences religieuses, 90/2 | 2016, 295-296.

Référence électronique

Denis Donetzkoff, « Mémoires et mémorialistes à l’époque des Guerres de religion. Actes du colloque de Montiéramey et Bar-sur-Seine 24-25 avril 2003,  », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/2 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 23 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/3283

Haut de page

Auteur

Denis Donetzkoff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page