Navigation – Plan du site
Recensions

Ann Conway-Jones, Gregory of Nyssa’s Tabernacle Imagery in its Jewish and Christian Contexts

Oxford University Press, « Oxford Early Christian Studies », Oxford, 2014, 302 p.
Françoise Vinel
p. 290-291
Référence(s) :

Ann Conway-Jones, Gregory of Nyssa’s Tabernacle Imagery in its Jewish and Christian Contexts, Oxford University Press, « Oxford Early Christian Studies », Oxford, 2014, 302 p.

Texte intégral

1S’il fallait caractériser la perspective et la méthode définies par Ann Conway-Jones (ACJ) dans le premier chapitre du livre, on pourrait utiliser le titre des études publiées par Sarah Coakley sous le titre : Re-Thinking Gregory of Nyssa, paru en 2003 chez Blackwell à Oxford. Le renouvellement de l’approche de l’œuvre et de la pensée du Cappadocien passe par le refus ou du moins la critique de distinctions longtemps considérées comme opératoires (christianisme/platonisme, théologie/spiritualité ou mysticisme, exégèse/théologie) et par une modification d’un des buts de l’étude : non pas définir des sources, des références ayant servi de socle au développement de sa pensée, mais lire en parallèle des textes mettant en œuvre les mêmes images, les mêmes paradigmes : ascension céleste (de l’âme dans le néoplatonisme par exemple) et union à Dieu. Trois horizons au moins sont convoqués par ACJ : le judaïsme hellénistique, le (néo)platonisme et le christianisme de l’Antiquité tardive. Comme le dit P. Brown au début de Genèse de l’Antiquité tardive : « L’opposition du ciel et de la terre… court obsessionnellement dans la littérature de toute la période » (cité p. 19). Les études les plus récentes dans ces différents domaines sont bien connues d’ACJ et elle prend le temps de montrer comment certains déplacements ont déjà été opérés : ainsi des « frontières » entre judaïsme et christianisme, dont D. Boyarin a souligné les fragilités, la mobilité ; le livre de M. Laird en 2003, Gregory of Nyssa and the Grasp of Faith : Union, Knowledge and Divine Presence redéfinissait l’exégèse comme dispositif central de la pensée de Grégoire.

2Mais le livre porte sur les textes, et principalement les paragraphes de la Vie de Moïse consacrés à la description du tabernacle (Vie de Moïse, II, 160-201), généralement négligés, selon ACJ, au profit de la thématique lumière/ténèbre ou visible/invisible. Revisiter la place de l’image du tabernacle dans la Vie de Moïse et d’autres œuvres du nysséen (mais aussi d’autres textes scripturaires comme David, Ézéchiel et Paul – cf. p. 4) conduit à relire en parallèle la littérature juive apocalyptique ou les textes de Qumran, apportant de nouvelles couleurs à notre compréhension de Grégoire de Nysse. Telle est la richesse du livre d’A. Conway-Jones dont on présentera les traits principaux.

3Les premiers chapitres s’intéressent aux sources de Grégoire mais en même temps à l’histoire de la traduction et de l’interprétation de la Bible dans l’exégèse alexandrine – beaucoup des éléments présents dans ces chapitres sont bien connus, mais l’angle d’approche d’ACJ les ressaisit selon un questionnement global d’ordre symbolique : la présence chez ces auteurs du paradigme de l’ascension céleste – comme témoin de relations étroites entre leurs interprétations. Après la Bible, Philon, Clément, Origène, le chapitre 5, « Heavenly Ascent Contexts », conclut une première étape de l’ouvrage. L’interprétation symbolique se construit dans les chapitres qui suivent : Darkness (6) ; The Tabernacle Not Made with Hands (7) ; Christological Interpretation (8) …, The Earthly tabernacle (11), pour ne citer que quelques titres des chapitres 6 à 14. La Vie de Moïse est analysée de façon suivie avec l’apport d’une large bibliographie nysséenne, et, outre les parallèles attendus avec Philon ou Origène, les nombreux rapprochements avec la littérature intertestamentaire et talmudique font le grand intérêt de cette lecture. Le dernier chapitre et la conclusion examinent critiquement le bilan d’une telle recherche. ACJ repère ainsi trois questions communes aux sources utilisées : « How can God be described or talked about when God cannot be seen or even named ? » ; « If heaven is different to earth, can anyone cross from one to the other ? And if so, how ? » ; « Who is allowed access to holy mysteries ? » (p. 225). L’enquête sur l’image du Tabernacle, si importante dans la Vie de Moïse, souligne comment l’interprétation de Grégoire assume à la fois l’héritage juif des chrétiens et ses emprunts si souvent soulignés au platonisme. L’ascension céleste est prise ici comme « catégorie heuristique » éclairant une partie de l’œuvre et apportant de manière convaincante une plus large définition du mysticisme de Grégoire de Nysse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Ann Conway-Jones, Gregory of Nyssa’s Tabernacle Imagery in its Jewish and Christian Contexts », Revue des sciences religieuses, 90/2 | 2016, 290-291.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Ann Conway-Jones, Gregory of Nyssa’s Tabernacle Imagery in its Jewish and Christian Contexts », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/2 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/3275

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page