Navigation – Plan du site
Recensions

Jacques Cazeaux, Les silences de l’Apocalypse. Une église appelée Babel

Paris, Cerf, coll. « Lectio Divina, 266 », 2014, 252 p.
Jacques Ahiwa
p. 288-289
Référence(s) :

Jacques Cazeaux, Les silences de l’Apocalypse. Une église appelée Babel, Paris, Cerf, coll. « Lectio Divina, 266 », 2014, 252 p.

Texte intégral

1Le livre de l’Apocalypse n’a pas encore fini de susciter l’intérêt des chercheurs et de stimuler leur perspicacité. Le nouveau commentaire que l’éminent chercheur J. Cazeaux vient d’ajouter à la liste déjà assez longue des recherches sur le sujet en est une preuve. L’avant-propos de son livre pose dès le départ l’orientation dans laquelle il engage son commentaire. Il situe l’enracinement de l’Apocalypse de saint Jean dans le genre littéraire apocalyptique. Dans cette perspective, il évoque les ouvrages vétérotestamentaires que l’auteur a convoqué dans son ouvre. Parmi eux, le livre de Daniel tient une place majeure et J. Cazeaux le relève tout en marquant la distance de l’auteur de l’œuvre johannique par rapport à l’utilisation des images et expressions de l’Ancien Testament. Les livres prophétiques, tels que Ézéchiel, Jérémie, Isaïe, Joël n’en ont pas moins joué un rôle prépondérant dans le projet de l’Apocalypse johannique. Il en va de même pour les livres de le Genèse et de l’Exode. Le commentaire que propose J. Cazeaux a le mérite de montrer au fil des lignes et de la progression de son commentaire l’enracinement biblique de l’œuvre johannique. Cela n’empêche pas de percevoir à travers cette écriture couverte, symbolique, surréaliste et irréaliste, que l’auteur décrypte avec minutie, le drame du salut qui se joue. Au-delà de la vision donc, l’Apocalypse s’adresse à des chrétiens dans la tourmente, confrontés au témoignage de Jésus mort et ressuscité. Des lettres aux trompettes, en passant par les sceaux, l’auteur entre dans le monde du rédacteur de l’Apocalypse pour rendre intelligible aux non-initiés la signification des chiffres, expressions, images, cérémonies liturgiques célestes et symboles. Tout a un sens pour l’homme, pour le chrétien dans sa situation dans le monde et dans son rapport avec le Christ. La clé de lecture de l’Apocalypse, et partant, la clé de lecture et de compréhension de la vie chrétienne est le mystère de la passion du Christ, l’Agneau immolé et debout selon l’expression de l’Apocalypse. Le livre de l’Apocalypse est donc une exhortation, une interrogation, un appel pressant à la conversion. C’est tout cela qui se cache derrière « Les silences de l’Apocalypse » et que J. Cazeaux dévoile (signification du terme Apocalypse) au lecteur. L’œuvre ne suit pas toujours le procédé usuel des commentaires exégétiques. Il se présente comme une réécriture de l’Apocalypse avec son interprétation. Son commentaire a donc la forme d’une lecture globale du livre, ce qui fait ressortir l’unité de forme et de signification du texte. Familier du grec ancien, il nous livre des parties de traductions de textes grecs sur lesquels il s’est appuyé pour élaborer son ouvrage. Le langage est très soutenu et difficile ; ce qui demande au lecteur une grande attention et de la concentration pour l’affronter. On peut aussi regretter le manque de références bibliographiques pour une telle œuvre. Mais dans l’ensemble, l’auteur nous aide à resituer le dernier livre de la Bible qui continue de susciter beaucoup de curiosité, suivant ce que l’on y cherche, dans son monde littéraire d’origine, à savoir l’Ancien Testament qui est son véritable fonds d’inspiration.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Ahiwa, « Jacques Cazeaux, Les silences de l’Apocalypse. Une église appelée Babel », Revue des sciences religieuses, 90/2 | 2016, 288-289.

Référence électronique

Jacques Ahiwa, « Jacques Cazeaux, Les silences de l’Apocalypse. Une église appelée Babel », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/2 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/3270

Haut de page

Auteur

Jacques Ahiwa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page