Navigation – Plan du site
Recensions

Vision que vit Isaïe. Traduction du texte du prophète Isaïe selon la Septante de Alain Le Boulluec et Philippe Le Moigne. Index littéraire des noms propres et glossaire de Philippe Le Moigne

Paris, Cerf, coll. « La Bible d’Alexandrie », 2014, 366 p.
Françoise Vinel
p. 287-288
Référence(s) :

Vision que vit Isaïe. Traduction du texte du prophète Isaïe selon la Septante de Alain Le Boulluec et Philippe Le Moigne. Index littéraire des noms propres et glossaire de Philippe Le Moigne, Paris, Cerf, coll. « La Bible d’Alexandrie », 2014, 366 p.

Texte intégral

1La traduction des soixante-six chapitres du livre d’Isaïe occupe les cent quarante-cinq premières pages du volume, des sous-titres aidant l’attention du lecteur, mais pas de notes. A. Le Boulluec et Ph. Le Moigne nous donnent ainsi la première étape de ce qui constituera un des livres majeurs de « La Bible d’Alexandrie », avec introduction et notes centrées sur l’analyse des différences entre texte hébreu et texte grec et sur l’histoire de l’interprétation juive et chrétienne anciennes. Donner d’abord à lire, sur la base du texte grec publié par J. Ziegler dans la collection de Göttingen, une traduction intégrale, le choix fait ne peut que recueillir l’adhésion du lecteur, très vite saisi par la force et la poésie de ces pages ! Le titre – « Vision que vit Isaïe » – correspond à l’ordre des premiers mots de la LXX, qui appelle en écho l’effet d’inclusion de la fin du livre : « Et il adviendra, mois après mois, sabbat après sabbat, toute chair viendra se prosterner devant moi à Jérusalem, a dit le Seigneur. Et ils sortiront et ils verront, démembrés, les hommes qui avaient commis des transgressions contre moi. Oui, le ver n’en finira pas avec eux, et le feu ne s’éteindra pas sur eux, et ils seront, pour toute chair, une vision » (66, 23-24 – « une vision pour toute chair », selon l’ordre du grec). Les deux traducteurs expliquent leur choix : être « fidèles à l’esprit du texte plutôt qu’à sa lettre », et donner accès, par le respect de l’ordre des mots et du rythme du texte, à une poétique dont le traducteur grec paraît bien avoir fait un de ses objectifs. Mais la voie est aussi ouverte à la comparaison avec le texte hébreu : les divergences sont nombreuses, et c’est le premier soin de l’étude qui suit la traduction de proposer un ensemble synthétique de remarques sur ce point, sur la base de quatre exemples (Is 14, 21 ; 15, 7 ; 16, 1 ; 54, 6 – « Quelques caractères de la Septante d’Isaïe », p. 149-162) ; l’édition annotée offrira une étude détaillée de ces différences : souvent difficiles à expliquer, elles font percevoir quelques-uns des choix ou des accents théologiques sensibles dans la version grecque. Et la Septante d’Isaïe, rappellent A. Le Boulluec et Ph. Le Moigne, constitue « un vecteur essentiel de l’histoire du texte d’Isaïe, et un témoin capital de son interprétation dans le judaïsme de l’époque hellénistique » (p. 152). Les réflexions sur la date de la traduction (vers la fin des années 140) et sur le milieu du traducteur sont déjà d’importants jalons pour une étude plus développée.

2L’index littéraire et le glossaire établis par Ph. Le Moigne occupent la dernière partie du volume (p. 177-353 ; table des entrées p. 361-366). L’ordre alphabétique adopté en fait des « outils » très maniables et la précision du travail ainsi mené (pour les noms propres : comparaison avec l’hébreu, autres occurrences du nom dans la LXX, signification(s) et symbolique du nom) est remarquable ; il s’agit moins de géographie et de prosopographie que d’« attirer l’attention sur le réseau des significations induites par le jeu sur les noms propres » (p. 177), et l’on sait le parti que le texte biblique même et les commentateurs anciens, tant juifs que chrétiens, tirent des étymologies des noms propres. Des notices plus développées sont consacrées à des noms comme Israël ou Jérusalem et proposent un parcours des occurrences à l’intérieur du livre d’Isaïe – découvrant la cohérence de l’ensemble et l’interprétation de l’histoire d’Israël ainsi donnée à lire.

3Qu’on soit spécialiste ou non de l’Ancien Testament, « Vision que vit Isaïe » renouvelle avec force la lecture du prophète – laissez-vous séduire par l’expérience !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Vision que vit Isaïe. Traduction du texte du prophète Isaïe selon la Septante de Alain Le Boulluec et Philippe Le Moigne. Index littéraire des noms propres et glossaire de Philippe Le Moigne », Revue des sciences religieuses, 90/2 | 2016, 287-288.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Vision que vit Isaïe. Traduction du texte du prophète Isaïe selon la Septante de Alain Le Boulluec et Philippe Le Moigne. Index littéraire des noms propres et glossaire de Philippe Le Moigne », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/2 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://rsr.revues.org/3267

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page