Navigation – Plan du site

Le rêve énigmatique du roi Prasenajit

Introduction philologique et historique à l’oniromancie bouddhique
Kyong-Kon Kim
p. 165-187

Résumés

Les sept textes relatifs aux dix visions oniriques de Prasenajit, souverain du puissant royaume indien des Kośala, issus du canon bouddhique Taishō shinshū daizōkyō, permettent, d’un point de vue de l’histoire des religions, de mieux comprendre, d’une part, comment les (premiers) bouddhistes proclamèrent, par l’intermédiaire de récits oniriques apocalyptiques, la suprématie de la doctrine du Buddha Śākyamuni face au brāhmanisme préconisant le sacrifice et, d’autre part, la procédure d’ex- et inculturation du bouddhisme entre son berceau, l’Inde, et son nouveau pays d’accueil, la Chine.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2018.

Plan

I. Traduction de deux textes autonomes relatifs au rêve du roi Prasenajit
II. Analyse des sept textes relatifs aux dix visions oniriques du roi Prasenajit
§ 1 La demeure du Buddha et le roi auteur du rêve
§ 2 Les dix visions oniriques du roi
§ 3 Intervention d’un brāhmane
§ 4 Intervention de l’épouse du roi
§ 5 Visite du roi auprès du Buddha
§ 6 Interprétation du Buddha
§ 7 Conversion du roi

Aperçu du texte

À l’instar de l’expérience du rêve, la volition de Traum-deutung/analyse semble également être un phénomène universel ou, du moins, très répandu dans les civilisations antiques et contemporaines, sans exclure le monde bouddhique où l’interprétation des rêves n’est guère un fait étranger, comme en témoigne le canon bouddhique transmis jusqu’à nos jours sous diverses recensions. Parallèlement, il est à noter que dans ces héritages textuels de la communauté bouddhique (pāl. saṅgha, skt. saṃgha), dont notamment la recension de l’école des Theravādin (tenants de l’opinion des anciens) nommée symboliquement Tipiṭaka (Trois corbeilles, composées de sutta [discours], de vinaya [discipline] et d’abhidharma [retour technique sur la loi]) et celle en langue chinoise du nom de Sānzàng (Trois corbeilles) ou ()zàngjīng ([Grande] corbeille des livres canoniques), l’acte même de rêver et la pratique d’onirocritique ou/et –mancie sont perçus de façon hétérogène.

La plus récente et plus complète édi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kyong-Kon Kim, « Le rêve énigmatique du roi Prasenajit », Revue des sciences religieuses, 90/2 | 2016, 165-187.

Référence électronique

Kyong-Kon Kim, « Le rêve énigmatique du roi Prasenajit », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/2 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 25 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/3218 ; DOI : 10.4000/rsr.3218

Haut de page

Auteur

Kyong-Kon Kim

Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page