Navigation – Plan du site
Recensions

Giovanni Miccoli, Le pontificat de Jean-Paul II. Un gouvernement contrasté

Traduit de l’italien par Christiane de Paepe et Paul Gilbert s.j., Bruxelles, Lessius, coll. « La Part Dieu », 2012
Alphonse Ky-Zerbo
p. 496-497
Référence(s) :

Giovanni Miccoli, Le pontificat de Jean-Paul II. Un gouvernement contrasté, traduit de l’italien par Christiane de Paepe et Paul Gilbert s.j., Bruxelles, Lessius, coll. « La Part Dieu », 2012, 480 p.

Texte intégral

1Il n’est pas aisé de rendre compte, de façon synthétique et cohérente, du long Pontificat de Jean-Paul II dont le gouvernement a été contrasté : « Le souvenir de la Seconde Guerre mondiale vécue directement dans le contexte atroce par le pape polonais, la dure confrontation avec le communisme soviétique, l’expérience du concile et les difficultés de l’après-concile, la menace d’un conflit catastrophique avec l’islam » ont pesé « de diverses manières sur Jean-Paul II » et lui ont suggéré « des réactions opposées, selon les situations, d’ouverture aux réalités de l’Église et du monde ». Une chose est certaine : les nombreuses interventions de Jean-Paul II montrent qu’il avait clairement perçu la nécessité de changer profondément la vision que l’Église catholique avait du monde. Mais sa volonté de changement a été toutefois « entravée par la pression des préoccupations et des orientations traditionnelles de la culture catholique, particulièrement de la curie romaine, qui étaient au moins en partie aussi les siennes ».

2Trois axes peuvent être repérés dans ce livre « Le pontificat de Jean-Paul II, un gouvernement contrasté » : un gouvernement à l’endroit de courants de pensée internes à l’Église, un gouvernement universel et enfin un héritage porté par le Cardinal Joseph Ratzinger devenu Benoît XVI.

3La « croisade » menée contre la théologie de la libération et l’implication inhabituelle de Jean-Paul II dans la nomination d’un « commissaire » auprès de la compagnie de Jésus, constituent le premier axe. Les théologiens de la libération ont voulu mettre en pratique les directives pastorales du Concile Vatican II, en donnant place à une présence nouvelle de l’Église dans le monde, notamment auprès des plus pauvres. Mais la Curie romaine n’a pas cautionné une telle démarche théologique qui sortait des sentiers battus de la théologie classique. La désignation d’un « commissaire » auprès de la Compagnie de Jésus était le point d’arrivée d’un conflit opposant la Curie romaine au « préposé général » des Jésuites, le Père Pedro Arrupe, sous le pontificat de Paul VI dont Jean-Paul II a hérité. Arrupe, marqué par plusieurs années d’expérience missionnaire au Japon, a opté pour l’ouverture de l’Église au monde dans sa manière de gouverner la compagnie. Ce que la Curie romaine et les Pontifes romains successifs n’ont pas approuvé. C’est toute la question de l’inculturation et de son accueil par la hiérarchie qui est soulevée : « les modalités, les termes et les expressions dans lesquels cette inculturation doit se réaliser sont restés incertains, imprécis, souvent contradictoires. Le refus de reconnaître le caractère historique des expressions de la foi et leur lien aux cultures qui les ont formulées fait obstacle à leur actualisation effective ».

4Au niveau universel, Jean-Paul II a affirmé fortement l’idée et la réalité du Pontife romain pasteur-universel. Là aussi il y a eu deux directions : une, à l’endroit de l’Église universelle, et l’autre, à l’adresse du monde. Dans l’Église universelle, le Pontife romain a freiné l’élan d’une certaine autonomie des Églises particulières dans leur rapport à la Curie romaine issu du Concile Vatican II. Il a développé et consolidé l’idée et la réalité du Pontife romain comme pasteur-universel par ses voyages dans le monde entier et par ses prises de positions fermes sur certaines questions de société. Le pluralisme théologique attendu après le concile Vatican II a fait place à un eurocentrisme avec l’idée d’une « nouvelle chrétienté pour l’Europe », à « la revanche de la « théologie romaine » » et à « l’unanimisme conformiste qui semble dominer actuellement le monde catholique » et qui « cache mal la réalité croissante des départs, des fuites, des désillusions ». À l’égard du monde dans sa globalité, Jean-Paul II a suscité de l’admiration auprès des foules, témoins les grandioses manifestations de masse autour de sa figure qui ont même atteint des sommets imprévus au moment de son agonie et de ses obsèques. Pour autant, celles-ci n’ont pas accueilli entièrement « le contenu de son message ».

5La troisième partie de l’œuvre souligne la continuité entre le pontificat de Jean-Paul II et celui de Benoît XVI comme d’un héritage poursuivi où la vision et les orientations mais aussi les problèmes du pontificat de Jean-Paul II sont toujours présents. Le Cardinal Joseph Ratzinger était le Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi durant le long pontificat de Jean-Paul II et n’était donc pas en dehors de la pensée et des prises de position du pape. « Il y a même participé largement ».

6Seulement quelques années après la mort de Jean-Paul II, Giovanni Miccoli, par ce livre, a su mettre en lumière, de façon bien documentée, un pontificat au cœur duquel se trouve la question de la lecture et de l’interprétation du Concile Vatican II. Sans doute, plus de temps permettra de mieux préciser les contours et les détails de ce pontificat afin de les approfondir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alphonse Ky-Zerbo, « Giovanni Miccoli, Le pontificat de Jean-Paul II. Un gouvernement contrasté », Revue des sciences religieuses, 87/4 | 2013, 496-497.

Référence électronique

Alphonse Ky-Zerbo, « Giovanni Miccoli, Le pontificat de Jean-Paul II. Un gouvernement contrasté », Revue des sciences religieuses [En ligne], 87/4 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/3191

Haut de page

Auteur

Alphonse Ky-Zerbo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page