Navigation – Plan du site
Recensions

Alain Boureau et Corinne PÉNEAU (éd.), Le deuil du pouvoir

Essais sur l’abdication, Paris, Les Belles Lettres, 2013
Benoît‑Michel Tock
p. 494-496
Référence(s) :

Alain Boureau et Corinne Péneau (éd.), Le deuil du pouvoir. Essais sur l’abdication, Paris, Les Belles Lettres, 2013, 196 p.

Texte intégral

1En 2009 Jacques Le Brun publiait Le Pouvoir d’Abdiquer. Étudiant le XVIIe siècle, il montrait que l’abdication, paradoxalement, était un acte d’autorité, qui n’était possible que de la part de quelqu’un qui détenait un vrai, important pouvoir. A. Boureau et C. Péneau ont voulu poursuivre la réflexion en suscitant, ou écrivant, quelques études menées dans la suite des travaux de Le Brun à propos de cas qu’il n’avait pas traités. Les hasards heureux de l’actualité font que le volume est paru peu après l’annonce de l’abdication de la reine Beatrix des Pays-Bas et du pape Benoît XVI.

2Une abdication retentissante a sans conteste été celle du pape Célestin V, étudiée par A. Boureau. C’est, si on excepte quelques cas mal documentés (et si on excepte les cas, négligés et évidemment un peu différents, de renonciation des antipapes), la première et pendant longtemps la dernière renonciation pontificale. A. B. lit en particulier deux auteurs, Gilles de Rome et Pierre de Jean Olivi, et montre combien la question de l’abdication doit être comprise dans le cadre des réflexions sur l’individu et sur la liberté. Pour lui, la controverse sur cette renonciation annonce aussi la théorie sur les deux corps du souverain, puisqu’elle distingue bien l’autorité et le pouvoir d’un individu, de la personne, du corps pourrait-on dire, qui l’exerce : la cessation des fonctions du premier ne met pas fin à la réalité du dernier.

3L’article de P.-A. Fabre est plus éloigné du sujet, puisqu’il traite de relations, d’après les constitutions jésuites, entre le supérieur et son collatéral. L’idée de l’A. est que le supérieur doit en quelque sorte abdiquer son pouvoir dans les mains de son collatéral. Il semble surtout que les institutions jésuites débutantes se soient enfermées dans une tension ingérable entre le contrôle exercé sur les supérieurs et le maintien de leur autorité.

4Christine de Suède est en revanche un des paradigmes parfaits de la renonciation, d’autant que, comme le suggère Corinne Péneau, elle a progressivement, méthodiquement, construit son autorité (reine à l’âge de 6 ans, elle a dû, devenue jeune adulte, reprendre le terrain habituellement perdu par les pouvoirs monarchiques lors des régences) dans le seul but de pouvoir l’abandonner. Mais une fois qu’elle eut perdu ce pouvoir qui lui pesait, elle consacra beaucoup d’attention à ce qu’on lui reconnaisse les formes de l’honneur monarchique et souverain, y compris en échappant à l’autorité de son successeur, qu’elle avait elle-même choisi et mis en place. La renonciation de Christine, parce que c’est la reine seule qui décide et du moment de sa succession et du nom de son successeur, marque la fin de la pratique médiévale de l’élection. En fin de compte, en acceptant l’abdication de la reine, les grands de Suède abdiquaient leur pouvoir d’élection.

5Jean-Michel Rey revient pour sa part sur le thème un peu moins original des deux démissions du général De Gaulle, en 1946 et 1969. Il s’intéresse à la construction de ces décisions, mais plus encore au récit que le général donna lui-même dans ses Mémoires de la première d’entre elles. L’élément le plus intéressant sans doute de cet article est l’étude du vocabulaire chrétien utilisé par le général, ce qui renforce le lien, souligné à plusieurs reprises dans ce livre, entre renonciation et renoncement.

6Enfin, Jacques Le Brun revient sur deux œuvres de fiction : Le Roi Lear de Shakespeare, le film Habemus papam de Nanni Moretti. Œuvres très différentes, qu’unit l’acteur Michel Piccoli, interprète de l’une et l’autre, mais surtout qui, mieux que les « histoires vraies » posent le problème de la relation personnelle au pouvoir et à ses contraintes. On comprend finalement mieux pour Lear ou pour le cardinal Melville les raisons de leur réticence à conserver ou assumer le pouvoir que pour Célestin ou pour Christine. Ou, peut-être, quand la réalité doit abdiquer devant la fiction…

7On l’aura compris, ce livre est tout à fait passionnant. Peut-être, même si l’autorité souveraine est essentiellement différente de l’autorité locale, la recherche sur « le deuil du pouvoir » devrait-elle se poursuivre par des travaux sur les démissions d’évêques et d’abbés, fréquentes dès le XIIe siècle au moins.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît‑Michel Tock, « Alain Boureau et Corinne PÉNEAU (éd.), Le deuil du pouvoir », Revue des sciences religieuses, 87/4 | 2013, 494-496.

Référence électronique

Benoît‑Michel Tock, « Alain Boureau et Corinne PÉNEAU (éd.), Le deuil du pouvoir », Revue des sciences religieuses [En ligne], 87/4 | 2013, mis en ligne le 31 mars 2016, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/3188

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page