Navigation – Plan du site
Recensions

Jean-Daniel Causse, Élian Cuvillier, André Wénin, Divine violence

Paris, Cerf-Médiaspaul, coll. « Lire la Bible », 2011
Françoise Laurent
p. 489-490
Référence(s) :

Jean-Daniel CAUSSE, Élian CUVILLIER, André WÉNIN, Divine violence, Paris, Cerf-Médiaspaul, coll. « Lire la Bible », 2011, 222 p.

Texte intégral

1Pierre d’achoppement, la violence prêtée à Dieu dans la Bible fait l’objet dans cette étude d’une analyse fine et d’une homogénéité à travers la diversité des approches. Alternent travail sur les textes bibliques et perspectives psychanalytique et philosophique ouvrant un dialogue dans lequel exégèse et anthropologie se fécondent.

2A. Wénin offre une typologie des représentations violentes de Dieu dans le premier Testament pour dire « malgré tout quelque chose de cet impensable ». Il met en perspective Gn 1-9 où Dieu « apaise sa violence » et l’expression de comportements violents ou de violences prescrites par la Loi, peine de mort et sacrifices. Il voit ce qu’elle cherche à dire de Dieu, justice, salut des pauvres, pouvoir universel, éducation d’Israël, mises en garde, sans occulter la dimension scandaleuse ni des points difficiles tels la vengeance de Dieu ou l’endurcissement du cœur de Pharaon. Des données herméneutiques éclairent : conception de la Bible sous-jacente, part de la violence humaine qui déforme l’image de Dieu, conversion nécessaire de nos propres images, rejet fondamental de toute représentation de Dieu qui à travers nos limites est à chercher toujours en avant de nous. La figure du Serviteur Souffrant est une puissante ouverture au dépassement de la violence.

3Avec J.-D. Causse, la violence divine s’articule à la violence originaire présente au cœur de l’humain et démasquée par la psychanalyse qui, en deçà des catégories morales, y voit une manifestation de l’existence et en dévoile l’ambivalence : violence meurtrière mais aussi violence d’une parole qui sépare, empêche la confusion et permet la vie. La première éclaire la figure d’un Dieu violent à notre image et aide à déjouer les mécanismes du « montage sacrificiel » comme « réponse à la volonté supposée de l’Autre », bien vu à travers le récit de la fille de Jephté. Par ailleurs, ce trait étonnant attribué au divin, la jalousie, montre ici un autre versant, une passion, un pathos en Dieu, un « Dieu qui se laisse affecter ».

4Violence des hommes, violence de Dieu, la violence est bien présente aussi dans le Nouveau Testament et, de façon spécifique, dans l’événement fondateur du christianisme, la mort de Jésus en croix. Élian Cuvillier la considère dans l’Apocalypse de Jean, les écrits pauliniens et l’évangile de Matthieu. Il la décrit, voit comment elle est dénoncée ou justifiée, interprétée théologiquement : sens de l’histoire, violence rétributive attendue comme manifestation de la justice de Dieu, paroles de jugement du Jésus matthéen. Mais surtout, elle est l’objet d’un dépassement dont la mort de Jésus et l’événement pascal sont le lieu : la violence subie devient « sacrifice porteur de vie », force paradoxale où la vie du Ressuscité triomphe de la violence de la croix et de la mort, fin d’une image violente de Dieu et fin du sacrifice comme avènement d’un temps nouveau. Mais cette transformation radicale porte une violence qui peut être qualifiée de « positive », « puissance résurrectionnelle de Dieu », violence faite à la logique du monde, « violence au service de la Vie ».

5Au terme, le psychanalyste et éthicien J.-D. Causse revient et pense dans des catégories anthropologiques la puissance intrinsèque au christianisme qui déconstruit l’image du Dieu violent. Invoquer amour, pardon, justice ne suffit pas. La philosophie de Nietzsche en effet n’y voit que le masque fascinant que prennent violence, faiblesse, ressentiment à l’égard de la vie dont le sacrifice du Christ compris comme sacrifice substitutif marque le paroxysme. Or le christianisme ouvre en réalité une logique autre dans la démesure du don, la Croix qui engage une « nouvelle compréhension du divin et de soi » et place dans le non savoir et la confiance la parole qui instaure lien et reconnaissance. À « ses effets de vie » se discerne la vérité.

6Avec la double polarité discrète de son titre, l’ouvrage nourrit de façon constructive l’incontournable question de l’image violente de Dieu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Laurent, « Jean-Daniel Causse, Élian Cuvillier, André Wénin, Divine violence », Revue des sciences religieuses, 87/4 | 2013, 489-490.

Référence électronique

Françoise Laurent, « Jean-Daniel Causse, Élian Cuvillier, André Wénin, Divine violence », Revue des sciences religieuses [En ligne], 87/4 | 2013, mis en ligne le 31 mars 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/3178

Haut de page

Auteur

Françoise Laurent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page