Navigation – Plan du site
Recensions

Pierre Manent, Situation de la France

Paris – Perpignan, Desclée de Brouwer – Artège, 2015, 173 p.
Francesco Brancaccio
p. 137-138
Référence(s) :

Pierre Manent, Situation de la France, Paris – Perpignan, Desclée de Brouwer – Artège, 2015, 173 p.

Texte intégral

1« Situation de la France » : Pierre Manent ne s’égare pas dans une approche statistique ou descriptive, mais il vise à offrir des éléments pour une interprétation synthétique des raisons et des solutions possibles de ce qu’il définit un « désarroi qui nous paralyse ».

2L’allusion fait directement référence à la vague d’émotions suscitée par les attentats de janvier 2015. Ces « actes de guerre » réclament, selon Manent, une prise de conscience collective pour une nation déjà en crise quant à son autocompréhension, sur la validité des principes qui la fondent, sur sa capacité de réaliser la nécessaire intégration de ses citoyens musulmans, sur la laïcité qui apparaît une solution inefficace, sur le courage qu’il faudrait à notre société pour reconquérir son identité et être capable de réagir aux défis du temps présent.

3L’euroscepticisme, que l’A. essaie de justifier, ne contribue guère à éclairer un tableau plutôt sombre. Mais un chemin reste ouvert pour rechercher, dans le renouveau d’une « nation de marque chrétienne », l’Alliance qui pourrait redonner du sens à la « forme de vie européenne », en intégrant la participation active de toutes les communautés spirituelles qui la composent aujourd’hui.

4L’A. est conscient que des passages qui marquent son parcours argumentatif peuvent susciter la perplexité parmi ses lecteurs. Toutefois, l’un des mérites indiscutables en sa faveur est la franchise avec laquelle il formule même les propositions évidemment impopulaires : il s’agit ici d’une contribution précieuse pour stimuler une réflexion serrée.

5L’exaltation du principe de la liberté individuelle, selon le point de départ de Manent, produit dans la société occidentale « un principe de cohésion faible ». L’État moderne occidental serait ainsi peu légitimé dans son attitude centralisatrice et par ailleurs trop faible pour demander à la fois aux citoyens d’utiliser leurs droits pour participer à la chose commune, et aux religions de renoncer à leur force éthique.

6Dans ces conditions, comment accueillir le droit des citoyens musulmans de se référer à leurs mœurs ? On arrive ici à un nœud central dans la proposition de Manent, qui se retrouve tout au long de son exposé : la laïcité ne se présente pas comme une solution, mais comme « le principal obstacle intellectuel et politique à une évaluation judicieuse de la situation ». Du point de vue politique, en considérant la faiblesse de l’État occidental, la laïcité n’aurait pas la force de produire la « transsubstantiation » de la pensée islamique, voire une réforme qui lui permettrait d’accepter la primauté des droits individuels sur les mœurs traditionnelles. Du point de vue intellectuel, c’est le sens de la notion de laïcité qui est en question : sans vouloir mettre en cause l’idée de séparation entre la religion et l’institution de l’État, cette exigence n’entraîne cependant pas une séparation entre la religion et la société. L’accueil de l’islam sous le signe de la laïcité impliquerait en effet l’idée d’une société « neutre », capable d’absorber la diversité d’opinions et des mœurs induites par les religions. Manent prend donc des distances par rapport à cette perspective irréaliste, tout en proposant une « disposition cohérente et stable qui définisse socialement, politiquement et spirituellement notre rapport à l’islam en tant que tel ».

7L’islam se présentant comme un « tout » qui nous est à la fois intérieur et extérieur, il faudrait donc que notre régime accepte cette situation irréversible, et se défende plutôt en « sanctuarisant » certains aspects typiques de la société occidentale. D’autant plus que notre forme de vie se caractérise en tant que nation particulière et comme civilisation européenne. C’est en effet dans la culture chrétienne que l’expression politique de la nation enfoncerait ses racines, avec le mérite d’avoir orienté la société occidentale vers l’unité entre dessein de Dieu et liberté humaine, entre valeurs religieuses et responsabilité de s’autogouverner. Plus que dans le régime de séparation, le secret du développement européen serait donc à chercher dans le principe de réunion et d’association dans sa forme nationale, qui suppose aussi l’indépendance et l’union entre le religieux et le politique.

8Ce n’est qu’en tant que membres de la communauté nationale, et non séparés d’elle, que les musulmans deviendraient effectivement citoyens et que l’on pourrait même obtenir qu’ils se détachent de toute ingérence politique et financière des pays musulmans. En renonçant désormais à l’idée de réduire la forme communautaire de « l’islam des mœurs » à une somme d’individus, il faudrait plutôt essayer de l’appeler à une forme de coparticipation active dans la société des droits : une perspective d’Alliance qui aurait dans la « nation de marque chrétienne » la seule forme politique commune.

9On se serait peut-être attendu à ce que Manent ne se limite pas à l’examen de l’historique des difficultés de la laïcité face à l’islam, mais qu’il explore davantage les raisons culturelles et philosophiques de cette impasse. Revenir au sens chrétien de la laïcité fondée sur l’ouverture rationnelle du christianisme au Logos divin, aurait pu favoriser cette direction. En explorant le contexte de la nation de « marque chrétienne », il s’agit de mettre en lumière que le christianisme, dans son effort de recherche des raisons de la parole de Dieu pour les appliquer de façon responsable, repousse une fondation théocratique du droit et de la nation et ouvre à la participation active de toutes les composantes sociales. Dans cette perspective, l’appel à la participation responsable de l’islam « en tant que tel » à la chose publique ne serait pas à justifier face à la laïcité comme une condition exigée par la mesure historique de sa présence, mais il serait commandé par la nature même de la laïcité dans une « nation de marque chrétienne ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francesco Brancaccio, « Pierre Manent, Situation de la France », Revue des sciences religieuses, 90/1 | 2016, 137-138.

Référence électronique

Francesco Brancaccio, « Pierre Manent, Situation de la France », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/1 | 2016, mis en ligne le 30 mars 2016, consulté le 28 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/3138

Haut de page

Auteur

Francesco Brancaccio

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page