Navigation – Plan du site
Recensions

Camille Leca, Le père Joseph-Marie Perrin, un maître de sagesse

Paris-Perpignan, Artège, 2015, 234 p.
Anne Buyssechaert
p. 135-136
Référence(s) :

Camille Leca, Le père Joseph-Marie Perrin, un maître de sagesse, Paris-Perpignan, Artège, 2015, 234 p.

Texte intégral

1Michel Perrin, né en 1905 à Troyes, perdit progressivement la vue à partir de l’âge de dix ans. Excellent élève, il poursuivit ses études littéraires et philosophiques grâce à des manuels adaptés à sa déficience visuelle. Son entrée au noviciat de la Province des Dominicains de Toulouse fut acceptée sans difficulté. La communauté et sa famille l’accompagnèrent dans son projet vocationnel : « La famille lui a procuré en caractères d’aveugles le psautier qui lui permet de réciter l’office divin avec la communauté, et on lui prépare en mêmes caractères son manuel de philosophie scholastique et même la Somme théologique », écrivit en 1923 le père provincial, dans la demande de dispense d’admission à la profession religieuse adressée au Siège Apostolique (Lettre du père provincial au Saint-Père, Archives dominicaines de la Province de Toulouse, série I.A, 7056/23). Le pape Pie XI se laissa convaincre par les arguments du provincial en faveur de l’admission à la profession religieuse de Michel Perrin : « Tout fait croire qu’avec son intelligence très ouverte, il fera d’excellentes études et rendra les plus grands services même dans l’apostolat » (ibid.). Il concéda une dispense le 16 janvier 1924. Une autre dispense fut accordée par le Saint-Père le 9 août 1927, afin de permettre la profession solennelle et l’ordination de celui qui était devenu le frère Joseph.

2L’espérance du provincial n’a pas été vaine. Dès 1930, le père Perrin vécut une vie consacrée entièrement au service des âmes. Il ne cessera, jusqu’à un âge très avancé, de se consacrer non seulement à la prédication, mais encore, pour une grande partie de son ministère, au sacrement de la réconciliation. Il fonda aussi en 1937 Caritas Christi, qui se décline en trois propositions : un institut séculier féminin (1950), une branche pour les prêtres (1961) et une Fraternité (1989). Ces fondations le conduisirent à voyager et à rayonner à travers le monde. Le père Perrin fut l’auteur d’ouvrages sur des sujets très variés, allant de la vocation chrétienne déclinée sous toutes ses formes spécifiques à des figures telles Catherine de Sienne et Simone Weil, offrant ainsi une large gamme d’ouvrages de spiritualité.

3Le livre que nous présentons ici n’est pas de sa main mais de celle d’une femme dont il fut l’accompagnateur spirituel durant treize ans et qui, elle-même, l’accompagna dans ses nombreux déplacements. À partir de l’amitié profonde qui les unissait, Camille Leca relate la vie du père Perrin et livre de nombreux détails sur la spiritualité de ce dernier au travers, notamment, de son vécu à elle, de la manière dont celui-ci l’a guidée dans sa vie de foi et menée avec lui sur un chemin de sagesse et de sainteté. L’A. met en évidence combien l’apostolat et le ministère de Joseph-Marie Perrin furent riches de son regard lumineux, un regard qu’elle décrit comme transparent à l’Amour de Dieu pour chacun qui le rencontrait ou venait se confier à lui. Avec des yeux biologiquement morts, le père Perrin avait en quelque sorte laissé le Père prendre le contrôle de sa vision, uni à lui en une relation véritablement filiale, dans un lâcher prise que la dépendance radicale imposée par la déficience visuelle lui avait apprise au quotidien. Joseph-Marie Perrin était un vecteur de la miséricorde divine qui passe par la vulnérabilité et la disponibilité. Ainsi transfigurés, son ministère et son apostolat furent de manière particulière source d’interdépendance et de communion renouvelée entre le Christ et les personnes que le père croisait.

4Ce livre constitue une bonne entrée en matière pour faire connaissance avec le Père Perrin et son charisme imprégné de celui de saint Augustin. Découvrir le père Perrin, c’est partir à la rencontre du cœur enflammé de Dieu et d’un cœur enflammé pour Dieu et prendre le risque de se laisser brûler à son tour. Cette première approche de ce personnage mérite d’être ensuite approfondie par la lecture des ouvrages dont il fut lui-même l’auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Buyssechaert, « Camille Leca, Le père Joseph-Marie Perrin, un maître de sagesse », Revue des sciences religieuses, 90/1 | 2016, 135-136.

Référence électronique

Anne Buyssechaert, « Camille Leca, Le père Joseph-Marie Perrin, un maître de sagesse », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/1 | 2016, mis en ligne le 30 mars 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/3133

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page