Navigation – Plan du site
Recensions

Bertrand Dumas, Chemins vers le silence intérieur avec Henri de Lubac, spirituel et théologien. Préface du Cardinal Philippe Barbarin

Paris, Parole et Silence, 2015, 180 p.
Jean-Pierre Wagner
p. 134-135
Référence(s) :

Bertrand Dumas, Chemins vers le silence intérieur avec Henri de Lubac, spirituel et théologien. Préface du Cardinal Philippe Barbarin, Paris, Parole et Silence, 2015, 180 p.

Texte intégral

1Bertrand Dumas a publié, en 2013 au Cerf, un important ouvrage intitulé Mystique et théologie d’après Henri de Lubac (cf. notre recension publiée dans cette revue, n° 1 janvier 2014, p. 129-130). Il s’agissait de la reprise de sa thèse, soutenue à Strasbourg, traitant avec finesse et originalité des relations complexes entre théologie et mystique. Il proposait deux paradigmes successifs présents dans l’œuvre du Père de Lubac. Tout d’abord celui d’une interaction ou d’une coopération différenciée entre les deux disciplines, ensuite celui d’un rapprochement beaucoup plus unitaire, une unification « par le haut », à travers l’intelligence spirituelle des Écritures et l’incessant accueil du Mystère. L’A., dont la connaissance sérieuse du Père de Lubac n’est plus à prouver, nous offre maintenant un petit livre dépouillé des exigences universitaires et des contraintes bibliographiques afin de toucher un public beaucoup plus vaste en lui offrant une sorte d’initiation pédagogique à l’œuvre du cardinal de Lubac, mieux il nous dresse un portrait du penseur d’emblée qualifié de spirituel et de théologien. L’ordre des termes n’est pas neutre.

2L’A. procède en trois moments, d’abord une biographie, puis douze tableaux chargés d’introduire à l’œuvre, enfin un plaidoyer en faveur d’une théologie au service de la vie spirituelle. Commençons par les tableaux : rédigés avec élégance sur le mode impressionniste, ils présentent notamment le rôle du Christ par qui toutes choses deviennent nouvelles, l’abîme du cœur humain (l’homme est un mystère et il possède en lui le désir de Dieu), le thème de l’unité comprise comme communion, la nécessité du dialogue dans l’activité théologique, le discernement spirituel, l’Église définie comme Mystère, l’intelligence spirituelle des Écritures (l’A. parle de la divinité des Écritures, il y voit le point de jaillissement de la pensée du P. de Lubac), l’Eucharistie et bien sûr la connaissance de Dieu… Il serait facile de signaler des oublis, de discuter l’ordre choisi ou de s’interroger sur certaines accentuations, c’est inévitable, mais ces douze tableaux forment une synthèse cohérente et ne peuvent qu’inviter à la lecture du théologien lui-même. Dans sa Préface, le cardinal Barbarin qui, étudiant, avait souvent rencontré le Père de Lubac vivant alors à Paris, note à propos de ces tableaux : « En lisant ces pages, j’étais alternativement en plein accord, ou plus réservé, mais toujours heureux ». Dans sa troisième partie, l’A. s’exprime d’une façon plus personnelle, et ce qui était déjà en filigrane dans sa thèse devient ici « défense et illustration ». La théologie est un service spirituel indispensable dans l’Église. L’A. procède en quatre étapes bien articulées : « une conception de l’humain comme être-pour-Dieu », « une présentation du Mystère de Dieu apte à susciter le désir », « juger et équilibrer la vie spirituelle » et « pour une conversion du regard : la théologie, réalité spirituelle ». L’A. se fait avocat et, à nouveau, il défend bien une thèse, sa thèse. En même temps, il connaît trop bien l’œuvre du Père de Lubac, y compris dans sa subtilité, pour être tenté d’être brutal ou réducteur, il plaide avec équilibre et avec un goût certain pour la vie spirituelle, laquelle précisément ne peut jamais mettre la théologie « hors jeu », même si, ultimement, la théologie tend vers la vie spirituelle. Certains Pères et certains auteurs médiévaux ne se sont-ils pas illustrés en usant avec talent et de la raison et de la contemplation ? Pour conclure, Bertrand Dumas peut reprendre les propos du Père de Lubac qui, en commentant Dei Verbum, écrivait : « L’action de l’Esprit-Saint continue de s’exercer dans l’esprit du croyant et si celui-ci est fidèle, elle produit en lui une intelligence plus profonde de la révélation (…). C’est essentiellement une intelligence d’ordre spirituel ». Souhaitons une large diffusion à cet ouvrage, il peut faire découvrir le Père de Lubac dont la pensée reste vivante et donner bien des éclairages sur la théologie elle-même, y compris en levant des peurs ou des incompréhensions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Wagner, « Bertrand Dumas, Chemins vers le silence intérieur avec Henri de Lubac, spirituel et théologien. Préface du Cardinal Philippe Barbarin », Revue des sciences religieuses, 90/1 | 2016, 134-135.

Référence électronique

Jean-Pierre Wagner, « Bertrand Dumas, Chemins vers le silence intérieur avec Henri de Lubac, spirituel et théologien. Préface du Cardinal Philippe Barbarin », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/1 | 2016, mis en ligne le 30 mars 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/3132

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Wagner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page