Navigation – Plan du site
Recensions

Michel Maxime Egger, Soigner l’esprit, guérir la Terre. Introduction à l’écopsychologie

Genève, Labor et Fides, coll. « Fondations écologiques », 2015, 288 p.
Marie-Jo Thiel
p. 131-132
Référence(s) :

Michel Maxime Egger, Soigner l’esprit, guérir la Terre. Introduction à l’écopsychologie. Genève, Labor et Fides, coll. « Fondations écologiques », 2015, 288 p.

Texte intégral

1Sociologue et journaliste de formation, l’A. travaille comme responsable d’ONG pour le développement durable et des relations Nord-Sud plus équitables. Il a également fondé le réseau « Trilogies » mettant en dialogue les traditions spirituelles et les grandes problématiques de notre temps. Et l’écologie appartient à ces questions très actuelles.

2N’ayant jamais entendu parler d’écopsychologie jusque-là, j’ai ouvert cet ouvrage avec curiosité. L’idée d’une alliance entre écologie et psychologie est a priori séduisante pour la femme de la campagne que je suis. Le jardin, la proximité avec la nature, les promenades en plein air… sont des réalités quotidiennes « qui font du bien », mais, que bien des gens, en particulier citadins ou personnes trop occupées par leurs activités diverses, n’ont pas le temps d’apprécier et, l’A. a raison de le noter, qu’ils ignorent même, quand ce n’est pas du « déni ». Serai-je alors écopsychologue sans l’avoir su jusqu’ici ? Cette nouvelle discipline, transdisciplinaire, aux contours flous, est-elle une manière particulière de relire l’expérience des gens de la campagne ? De cette lecture, je retire en effet une impression étrange : d’abord par l’ordinaire tiré en épingle et ensuite par le mélange des genres, par exemple pour les pratiques thérapeutiques, puisque c’est cela l’objectif de cette interdépendance entre écologie et psychologie

3Michel Maxime Egger convoque des auteurs très divers à l’origine de l’écopsychologie qui pourrait être définie par quatre éléments : la synthèse écologie-psychologie, « l’application subtile des intuitions de l’écologie à la pratique de la psychothérapie », le lien émotionnel avec la planète et enfin « l’approche de la santé comme si le monde entier importait »… Mais qu’est-ce à dire ? Les concepts mis en œuvre mixent l’âme, le soi, la psyché, l’animisme, l’ego, la toile de la vie…

4Et quand on arrive aux « formes concrètes d’écothérapie », on apprend que chaque écothérapeute a sa méthode particulière, qu’il faut en général, pour le côté nature, sortir du cabinet, élargir le champ du dialogue, susciter des démarches positives, vivre la nature par le corps, guérir avec les jardins, se soigner avec les animaux… Rien de très extraordinaire à ce niveau. Mais, note le point suivant sur ces pratiques, ce peut aussi être le « conseil chamanique » et « l’animation des rêves » qui sont la « porte vers l’âme du monde » et où « il ne s’agit pas seulement de se souvenir des images et de les raconter, mais d’accéder à leur vie et à leur présence par la conscience sensorielle de notre corps. » Enfin, dernière grande proposition thérapeutique, c’est le séjour dans la « nature sauvage », au moins dix jours…

5Cette sorte de concordisme est peut-être généreux, mais tout cela peut-il ainsi se combiner ? N’est-on dans une spiritualité de supermarché où on prend ce qui consonne bien à tel moment en laissant le reste ? Si chaque écothérapeute a sa manière de procéder, où est la perspective thérapeutique commune et originale, différente de celle de goûter la nature quand on a la possibilité d’habiter la campagne, et validée par la science ou au moins des études observationnelles précises ? L’écopsychologie mise sur une approche globale, mais la lecture laisse une impression d’infinis morcellements spirituels… Au total, une réflexion étrange.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Jo Thiel, « Michel Maxime Egger, Soigner l’esprit, guérir la Terre. Introduction à l’écopsychologie », Revue des sciences religieuses, 90/1 | 2016, 131-132.

Référence électronique

Marie-Jo Thiel, « Michel Maxime Egger, Soigner l’esprit, guérir la Terre. Introduction à l’écopsychologie », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/1 | 2016, mis en ligne le 30 mars 2016, consulté le 23 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/3129

Haut de page

Auteur

Marie-Jo Thiel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page