Navigation – Plan du site
Recensions

Pierre Jacquemot, Le dictionnaire du développement durable

Paris, Sciences humaines éditions, coll. « La petite bibliothèque de sciences humaines », 2015, 499 p.
Marc Feix
p. 130-131
Référence(s) :

Pierre Jacquemot, Le dictionnaire du développement durable, Paris, Sciences humaines éditions, coll. « La petite bibliothèque de sciences humaines », 2015, 499 p.

Texte intégral

1Alors que le pape François vient de publier en juin 2015 l’encyclique Laudato si’ et que les chrétiens (et d’autres encore) s’en approprient le contenu, paraît Le dictionnaire du développement durable de Pierre Jacquemot. Il offre à point nommé un instrument utile pour la compréhension. L’ouvrage permet de distinguer les différents concepts employés lorsqu’il est question de développement durable ou d’écologie, mais aussi de maîtriser les outils comme l’indique l’A. dans son avant-propos : « Telle est l’ambition de ce dictionnaire, écrit-il, qui examine 750 notions, lois, modèles, politiques, paradoxes et théories en usage en économie et sociologie du développement » (p. 7). Ainsi se déploie au fil des pages, d’« accord-cadre international » à « zone monétaire », un travail considérable de classification qui clarifie la compréhension du développement durable. L’A., après un diplôme en sciences politiques, un stage à l’École nationale d’administration (1966), un doctorat d’État en sciences économiques (1971) puis un autre en économie appliquées (1978), commence sa carrière de maître de conférences à l’université de Paris-Dauphine. Il rejoint ensuite le ministère des Affaires étrangères où il est chef de mission de coopération (Burkina-Faso, Cameroun) et directeur du développement. Conseiller du président du Sénégal Abdou Diouf, il est ensuite ambassadeur de France (Kenya, Ghana, RD Congo). Il conduit plusieurs missions d’expertise pour le compte du ministère de la Coopération, du FMI, de la Banque mondiale et du PNUD. Aujourd’hui maître de conférences à l’Institut d’études politiques de Paris, il est chercheur associé à l’IRIS (Institut de relations internationales et stratégiques), président du GRET (Professionnels du développement solidaire) et membre du Comité de rédaction de la revue Afrique contemporaine. P. J. s’appuie donc sur une solide expérience de terrain (notamment en Afrique subsaharienne) et un enracinement universitaire de premier plan.

2Ce dictionnaire remplit un rôle de thesaurus mais il fait aussi œuvre pédagogique grâce aux articles courts et d’une écriture volontairement accessible au lecteur non-averti des questions économiques et sociétales abordées. L’A., publiant seul, assume par ailleurs l’entière responsabilité de ses propos, voire des erreurs de raisonnement, malgré les nombreuses contributions et collaborations. L’unité rédactionnelle fait aussi l’attrait de l’ouvrage. Ce dictionnaire est parsemé de tableaux typologiques très utiles pour la compréhension. Notons que l’A., familier du North-South lnstitute (Ottawa), nous gratifie de l’apport des Québécois pour les traductions des nécessaires références anglo-saxonnes : à titre d’exemple mentionnons que empowerment devient capacitation ou que soft-law (habituellement traduit par droit mou) devient en français droit souple, mais avec des conséquences dures (le droit souple étant tout aussi opposable que le droit dit dur) !

3Peu de références ecclésiales ou théologiques dans ce dictionnaire. Pour exemple, il faut mentionner l’entrée Églises du réveil, mais uniquement dans son expression contemporaine des Églises évangéliques, coupé de son sol nourricier européen puis nord-américain des xviiie et xixe siècles, et apparenté aux seules fins « antalgiques », « émollient[es] » ou de « services thérapeutiques ». Le Lévirat est défini dans le contexte africain de la polygamie, sans lien avec le judaïsme (définition au livre du Deutéronome), alors que la mention des renoncements à son application dans le même judaïsme (Er, Onan et Tamar ou Ruth) aurait été utile pour la cause défendue. Une surprise dans l’entrée Effet papillon, car ce n’est pas l’interprétation habituelle, qui tirerait son origine de la succession des dix plaies d’Égypte au livre de l’Exode. L’article très précis sur le Principe de subsidiarité réduit celui-ci à sa seule dimension fonctionnelle, alors qu’il y a un vrai débat quant à sa mise en œuvre possible, les juristes lui préférant le principe de proportionnalité (entrée manquante dans ce dictionnaire). Enfin le Bien commun est défini de manière originale et pertinente par rapport au Bien public ; la typologie exposée est des plus éclairantes.

4L’ouvrage est complété par une liste de sites Internet indispensables et quelques indications bibliographiques (10 p.). Cette bibliographie est constituée en grande partie à partir des références – sous la forme auteur, dates – citées dans les articles. Cela n’est pas fait systématiquement et le lecteur bute ainsi sur des références ne mentionnant qu’un auteur et une année (parfois même un auteur et op. cit., comme pour R. Nozick, p. 264-265). Dans le cas de certains auteurs prolixes, le lecteur éprouvera des difficultés à identifier précisément l’ouvrage ou l’article. On peut aussi regretter l’absence d’une table des entrées, d’une table onomastique (qui aurait été utile en bien des cas) et de corrélats dans les articles. Cela dit, cet ouvrage reste un outil précieux pour qui s’intéresse aux questions du développement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Feix, « Pierre Jacquemot, Le dictionnaire du développement durable », Revue des sciences religieuses, 90/1 | 2016, 130-131.

Référence électronique

Marc Feix, « Pierre Jacquemot, Le dictionnaire du développement durable », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/1 | 2016, mis en ligne le 30 mars 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/3126

Haut de page

Auteur

Marc Feix

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page