Navigation – Plan du site
Recensions

Sécrétariat général de l’enseignement catholique, La communauté éducative au défi de la pensée sociale de l’Église

Paris, éd. SGEC, 2015, 39 p.
Marc Feix
p. 128-130
Référence(s) :

Sécrétariat général de l’enseignement catholique, La communauté éducative au défi de la pensée sociale de l’Église, Paris, éd. SGEC, 2015, 39 p. et 10 p. volantes, insérées en troisième de couverture, constituant un guide d’utilisation et des fiches de mise en situation.

Texte intégral

1Parmi les nombreuses publications qui paraissent ces derniers temps à propos du discours social de l’Église, l’Enseignement catholique en France s’est lancé dans une entreprise analogue adaptée à sa mission éducative. Le dossier qui vient d’être publié s’adresse avant tout aux membres de cette communauté éducative. Cela colore l’approche. Comme l’expose dans sa dédicace Pascal Balmand, secrétaire général de l’enseignement catholique, les auteurs, dans une écriture collective et collégiale « n’ont pas cherché à produire une somme théorique de plus, mais à susciter, à éclairer et à favoriser la pensée et l’action des responsables et des équipes. Précédées par une présentation claire et synthétique des axes majeurs de l’enseignement social de l’Église et de leurs échos pour nos communautés, les fiches pratiques rassemblées dans une deuxième partie apportent ainsi une heureuse ouverture vers un travail de groupe autour de mises en situations concrètes ». En liminaire, le document présente « quelques propos de méthode… » et une introduction à la « légitimité d’une doctrine sociale de l’Église ». Un choix sémantique est d’emblée posé : les expressions « pensée sociale », « enseignement social » ou « doctrine sociale de l’Église » seront indistinctement employées tout au long du dossier et renverront toutes trois au même corpus (p. 4). Cette indistinction interroge pour le moins dans le corps enseignant ! Au-delà des phénomènes de mode, il est possible – et pertinent, si plusieurs expressions sont disponibles – de distinguer avec elles des niveaux de discours différents.

2L’introduction de la première partie esquisse la nature de la doctrine sociale, ses éléments constitutifs, son autonomie, sa nature théologique et sa dimension historique. Mis à part une rapide référence à l’encyclique Fides et ratio du pape Jean Paul II, il n’est pas fait directement mention de l’articulation entre théologie et philosophie, et encore moins de l’usage à faire des sciences positives (physique, chimie, sciences de la vie et de la terre, etc.) et des sciences humaines (histoire, économie, politique, droit, etc.). Le dialogue interdisciplinaire est étrangement absent. Tout au plus est-il reconnu que la doctrine sociale de l’Église embrasse plusieurs de ces champs. L’autonomie revendiquée de cette pensée sociale devient presque, en forçant à peine le trait, une indépendance face aux autres pensées du social. Peu de place pour une méthode de discernement avec les autres (surtout ceux qui ne pensent pas de la même manière) des éléments déterminants et des choix à faire qui permettent de vivre ensemble dans une société pluraliste. Cette première partie s’attache alors à distinguer quatre fondements (la personne, la communauté, la dignité et la justice) et quatre principes (le bien commun, la solidarité, la subsidiarité et la participation). Sauf pour la personne et la communauté, la présentation adopte un schéma identique : 1. Ce qu’en dit la doctrine sociale de l’Église en lien avec le management ; 2. La mise en œuvre dans les organisations de travail que sont les écoles catholiques ; 3. L’articulation avec les autres fondements et principes présents dans le document ; 4. La place dans le statut de l’Enseignement catholique. Contrairement à un texte peu connu de la Congrégation romaine pour l’éducation catholique, Orientations pour l’étude et l’enseignement social de l’Église dans la formation sacerdotale (du 30 décembre 1988 et rendu public le 27 juin 1989 ; voir La documentation catholique, no 1990, p. 774-803), des dimensions comme les droits de l’homme (pris pour eux-mêmes), de destination universelle des biens ou d’acquisition des compétences en matières politique, économique et sociale ne sont pas mentionnés. D’ailleurs le texte romain distinguait bien dans son « Appendice I », neuf principes et neuf réalisations concrètes aux divers niveaux et secteurs de la vie sociale.

3La deuxième partie constituée de neuf fiches et un guide d’utilisation font œuvre pédagogique et de discernement de la communauté éducative visée. La diversité des situations abordées (les primes de fin d’année, l’attribution des services d’enseignement, la répartition de la DGH ou Dotations globales horaires) dans un diocèse, la réorganisation de la vie scolaire, un personnel de service en difficulté, un bénévole souhaitant prolonger son mandat, un projet de vie scolaire, une action en réseau d’établissements, une reprise d’établissement sont autant de portes d’entrées et d’applications pratiques. Il est à noter que pour chacune de ces fiches, les étapes de travail proposées ne mentionnent aucun texte d’ancrage direct dans la doctrine sociale de l’Église ni même un épisode biblique susceptible d’éclairer la situation. Une belle tentative, contextualisée et originale en bien des points, mais pas tout à fait aboutie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Feix, « Sécrétariat général de l’enseignement catholique, La communauté éducative au défi de la pensée sociale de l’Église », Revue des sciences religieuses, 90/1 | 2016, 128-130.

Référence électronique

Marc Feix, « Sécrétariat général de l’enseignement catholique, La communauté éducative au défi de la pensée sociale de l’Église », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/1 | 2016, mis en ligne le 30 mars 2016, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/3124

Haut de page

Auteur

Marc Feix

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page