Navigation – Plan du site
Recensions

Alain Thomasset, Les vertus sociales. Justice, solidarité, compassion, hospitalité, espérance. Une éthique théologique

Paris, Éditions Jésuites – Lessius, coll. « Donner raison, théologie, 48 », 2015, 347 p.
Marc Feix
p. 127-128
Référence(s) :

Alain Thomasset, Les vertus sociales. Justice, solidarité, compassion, hospitalité, espérance. Une éthique théologique, Paris, Éditions Jésuites – Lessius, coll. « Donner raison, théologie, 48 », 2015, 347 p.

Texte intégral

1Alain Thomasset, professeur de théologie morale au Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris – et président de l’Association de théologiens pour l’étude de la morale – ATEM (élu à l’occasion du colloque annuel en 2014 organisé à Strasbourg par les deux facultés de théologie de l’Université de Strasbourg), poursuit son œuvre éditoriale en théologie morale et en éthique sociale. Le présent ouvrage est le fruit d’une réflexion largement entamée lors d’un séjour sabbatique aux États-Unis au Boston College durant l’année 2011-2012.

2L’ambition de l’ouvrage reste modeste et limitée selon les propos mêmes de l’auteur : « Elle est de contribuer à une meilleure compréhension de quelques vertus sociales essentielles pour la vie commune en société et d’en montrer l’enracinement dans la tradition chrétienne, en particulier dans la Parole de Dieu » (p. 9). En quelques pages introductives, l’A. dépeint le paysage actuel de la notion de vertu et la manière d’aborder méthodologiquement la question du point de vue biblique. Sont exposés d’abord les éléments observés qui permettent de conclure à une réhabilitation des vertus. Cela plaide même, sans nostalgie, pour un retour des vertus : « Par vertus sociales, j’entends les vertus qui sont en jeu dans les relations avec autrui et plus spécialement dans le fonctionnement de la société dans son ensemble. Les vertus, en effet, ne concernent pas seulement la formation de l’individu à une morale personnelle (par exemple dans sa vie familiale), elles considèrent le comportement de toute personne dans sa contribution à la vie commune. » Vient ensuite la visée du contenu biblique qui « n’est pas d’abord morale mais essentiellement d’être au service de la révélation d’un Dieu présent à notre histoire » (p. 25) et qui invite l’homme à risquer une réponse. C’est la part d’invention laissée à l’homme qui lui permet de faire et de se réaliser. Le cadre général est ainsi posé.

3Chaque chapitre est consacré à une des vertus retenues : la justice, la solidarité, la compassion, l’hospitalité et l’espérance. Ils sont structurés de manière identique : 1. replacer la vertu dans son contexte historique et dans l’approche contemporaine ; 2. caractériser bibliquement la vertu, par une approche générale mais aussi l’étude plus approfondie de certains textes ; 3. exposer l’usage fait de la vertu dans l’enseignement social de l’Église catholique ; 4. illustrer les dimensions et les pratiques de la vertu par des réalisations concrètes, formes et institutions dans l’histoire ou encore figures d’un engagement personnel. La conjugaison de la théorie et de la pratique donne sans conteste chair à ce qui peut apparaître abstrait au premier abord. Sont ainsi évoquées par exemple pour les formes la justice internationale, la sécurité sociale, la famille ou les communautés chrétiennes, pour les institutions le Réseau jésuite des réfugiés (JRS), L’Arche ou la Communauté de Magdala, et pour les personnes et leurs réalisations Alberto Hurtado, Franz van der Hoff, Jean Vanier, Dorothy Day ou Christian de Chergé.

4En conclusion, l’A. expose de manière originale les principes de la doctrine sociale de l’Église catholique et l’apprentissage des vertus. Pédagogiquement parlant, cette dernière passe par l’expérience elle-même : « Faire faire une expérience, dans une certaine durée et dans un cadre bien établi, et en mesurer les effets pour éventuellement s’en corriger, voilà quelques éléments d’une éducation à la vertu » (p. 324). Priorité à la vie. Notons encore que l’index onomastique et l’index général complètent utilement cet ouvrage. Il est à regretter cependant que l’appareil critique ne trouve pas de prolongement dans une bibliographie raisonnée en fin de chaque chapitre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Feix, « Alain Thomasset, Les vertus sociales. Justice, solidarité, compassion, hospitalité, espérance. Une éthique théologique », Revue des sciences religieuses, 90/1 | 2016, 127-128.

Référence électronique

Marc Feix, « Alain Thomasset, Les vertus sociales. Justice, solidarité, compassion, hospitalité, espérance. Une éthique théologique », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/1 | 2016, mis en ligne le 30 mars 2016, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/3122

Haut de page

Auteur

Marc Feix

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page