Navigation – Plan du site

Marc Chagall et les Maritain

Une définition de l’art religieux
Régis Ladous
p. 545-560

Résumés

Dans une perspective néo-thomiste, Jacques Maritain considère qu’un artiste est religieux non par les thèmes qu’il choisit ou la foi qu’il professe, mais lorsqu’il saisit les formes dans les choses et les reconstruit selon la nécessité de sa « subjectivité créatrice ». C’est ainsi que Maritain a pu reconnaître en Chagall le type même de l’artiste religieux. S’il n’a jamais essayé de « christianiser » le peintre, il n’en a peut-être pas été de même avec Raïssa Maritain, surtout lorsque Chagall, à partir de 1938, peint ses grandes crucifixions. Tous deux cependant s’accordent à reléguer l’art « sacré » contemporain, c’est-à-dire, selon eux, l’art présent dans les lieux de culte, au bas d’une assez stricte hiérarchie esthétique. En cela, ils s’accordent avec le dominicain M.-A. Couturier et l’équipe de la revue L’Art Sacré.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Ladous, « Marc Chagall et les Maritain », Revue des sciences religieuses, 84/4 | 2010, 545-560.

Référence électronique

Régis Ladous, « Marc Chagall et les Maritain », Revue des sciences religieuses [En ligne], 84/4 | 2010, mis en ligne le 15 décembre 2012, consulté le 30 août 2014. URL : http://rsr.revues.org/311 ; DOI : 10.4000/rsr.311

Haut de page

Auteur

Régis Ladous

Université Jean-Moulin, Lyon

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page