Navigation – Plan du site
Recensions

Fénelon et son double. Catalogue réalisé sous la direction de François-Xavier Cuche et Julien Gueslin,

Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, 2015, 119 p.
Denis Donetzkoff
p. 122-123
Référence(s) :

Fénelon et son double. Catalogue réalisé sous la direction de François-Xavier Cuche et Julien Gueslin, Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, 2015, 119 p. Ce catalogue accompagne l’exposition du même nom présentée à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg du 18 juin au 14 août 2015.

Texte intégral

1Le 7 janvier 1715, après une semaine de maladie, six mois avant Louis XIV, mourait François de Salignac de la Mothe-Fénelon, âgé de 64 ans à peine. Devenu en 1689, à l’âge de 38 ans, précepteur du duc de Bourgogne, petits-fils de Louis XIV, élu en 1693 à l’Académie française – il a déjà publié, en 1687, son Traité de l’éducation des filles et rédigé, en 1688, sa Réfutation du système du Père Malebranche et le Traité du ministère des pasteurs – il a été nommé en 1695 archevêque de Cambrai. Son attachement à l’enseignement mystique de Madame Guyon, qu’il défend contre vents et marée, tenant tête à Bossuet dans ce que l’on a appelé, à la suite du maître-ouvrage de Louis Cognet, le « crépuscule des mystiques », entraîne sa disgrâce et l’ordre royal de se retirer dans son diocèse en 1697, l’année même où il publie son Explication des maximes des saints sur la vie intérieure, condamnée à contrecœur en 1699 par Innocent XII pressé par la Cour de France. Dans les mois qui précèdent cette condamnation, ses amis publient, à l’insu de son auteur semble-t-il, l’ouvrage qui assure pour près de trois cents ans sa renommée, les Aventures de Télémaque. Si Monsieur de Cambrai ne pose pas la plume – en 1712 sont publiés sa Démonstration de l’Existence de Dieu et de ses Dialogues des morts, tandis qu’en 1713, il rédige ses Lettres sur différents sujets de métaphysique et de religion –, il incarne pendant près de vingt ans désormais l’« évêque conforme à l’idéal né de la réforme tridentine » (p. 73). Il est « un évêque zélé, parcourant sans cesse son diocèse pour des visites pastorales, prêchant régulièrement, confessant toute personne qui souhaitait recevoir le sacrement de lui-même, conversant avec les paysans, visitant les malades et les prisonniers » (p. 73).

2Il faut savoir gré à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg d’avoir voulu marquer cet anniversaire par une belle exposition, riche de la présentation de pièces nombreuses, et organisée autour de thèmes propres à rendre compte de la richesse de la vie et de l’œuvre de Fénelon pédagogue, politique, penseur de l’ordre européen, théologien, spirituel, prélat, écrivain et théoricien de la littérature et des arts – pour reprendre l’intitulé des principales sections de l’exposition –, sans négliger sa postérité. Une chronologie détaillée (p. 31-34) situe Fénelon dans son temps et introduit le visiteur, ou le lecteur, dans son temps. Deux importantes contributions de Jacques Le Brun – savant éditeur de Fénelon dans la Bibliothèque de la Pléiade – et Benedetta Papasogli – dont les recherches sur la spiritualité du xviie siècle font autorité – ouvrent brillamment ce catalogue. Le Brun souligne, entre autres, « l’effort de penser auquel » Fénelon « oblige son lecteur, au moment même où ce dernier se laisse séduire par la poésie anachronique de son style et de sa sensibilité, nous permet trois siècles après sa mort de lire ses œuvres dans notre présent » (p. 19). B. Papasogli le rejoint : « À côté de l’inactualité prophétique du pur amour, on peut se demander si cette marche de la foi nue, dans la nuit de l’absence et vers une espérance paradoxale, ne finit pas par rejoindre, elle aussi, des problématiques de notre contemporanéité » (p. 23).

3Fénelon n’est pas seulement une gloire appartenant à un passé depuis longtemps enfui : il parle aujourd’hui encore et sa parole demeure actuelle. C’est justement dans cette tension qu’il faut sans doute comprendre le titre choisi pour cette exposition : Fénelon et son double, intitulé qui peut sembler, au premier abord, quelque peu énigmatique.

4François-Xavier Cuche en illustre bien la signification : « Fénelon n’est pas notre contemporain, il est mieux que cela, l’un de ces écrivains qui nous aident à nous comprendre nous-mêmes ». Ils sont « situés à l’un des nœuds de notre histoire » et par cela-même « ils rendent compte par leur œuvre même des enjeux, des tensions, des contradictions, des possibles, des inventions d’un moment décisif dont nous vivons toujours les conséquences » (p. 12). Or, quidquid recipitur ad modum recipientis recipitur. Richesse extraordinaire de l’œuvre de Fénelon : non seulement sa voix nous touche et nous émeut encore, mais elle ne peut être confinée dans aucune catégorie ni faire l’objet d’aucune lecture univoque. Elle est susceptible – pour le moins – d’une « double lecture », aussi bien « philosophique » que « chrétienne » (p. 12). Preuve en est par exemple la tragédie en cinq actes de Marie-Joseph Chénier, Fénelon ou les religieuses de Cambrai, représenté pour la première fois à Paris en 1793, en pleine Révolution française !

5Peut-être est-ce justement la marque distinctive du « chef d’œuvre » que de continuer à inspirer, plusieurs siècles après la mort de son auteur, la même fascination qu’il exerçait de son vivant. Saint-Simon n’écrivait-il pas qu’« il fallait faire effort pour cesser de le regarder » ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Donetzkoff, « Fénelon et son double. Catalogue réalisé sous la direction de François-Xavier Cuche et Julien Gueslin,  », Revue des sciences religieuses, 90/1 | 2016, 122-123.

Référence électronique

Denis Donetzkoff, « Fénelon et son double. Catalogue réalisé sous la direction de François-Xavier Cuche et Julien Gueslin,  », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/1 | 2016, mis en ligne le 29 mars 2016, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/3097

Haut de page

Auteur

Denis Donetzkoff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page