Navigation – Plan du site
Recensions

Jacques Le Brun, Sœur et amante. Les biographies spirituelles féminines du XVIIe siècle

Genève, Droz, coll. « Titre courant, 52 », 2013, 273 p.
Pascale Thouvenin
p. 119-120
Référence(s) :

Jacques Le Brun, Sœur et amante. Les biographies spirituelles féminines du xviie siècle, Genève, Droz, coll. « Titre courant, 52 », 2013, 273 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage du grand spécialiste de l’histoire de la spiritualité de la première modernité qu’est J. Le Brun synthétise en onze chapitres, dont deux inédits, plus de vingt années de recherches menées dans un corpus gigantesque, longtemps demeuré en marge des études : les innombrables biographies des religieuses des congrégations catholiques appartenant tant aux ordres anciens réformés – bénédictines, carmélites, cisterciennes – qu’aux nouveaux, telles les visitandines et les ursulines. La vitalité à l’époque moderne d’une pratique traditionnelle – la biographie spirituelle classique représente « dans une large mesure, la forme moderne de l’hagiographie traditionnelle » (Actes des martyrs, Vies des Pères des déserts, Antiquité profane et chrétienne) – peut s’expliquer par le rapport particulier que le christianisme entretient avec la temporalité, dans l’articulation entre des permanences hors du temps (la foi, le Salut) et les accidents de la nouveauté (l’histoire des individus et des collectivités). La grande leçon de ce recueil est de montrer comment l’historien, en sondant ces « Vies » en tant que documents à la fois singuliers et, dans une certaine mesure, sériels, dégage le sens d’une écriture, à travers les continuités et les modulations d’un genre littéraire. Les mutations de l’âge moderne se reflètent dans le travail d’une forme héritée, mais pas sclérosée, que ce soit dans une tendance à l’héroïsation, sous l’influence des mentalités héroïques de la Renaissance et du début de l’Âge classique, ou à la « psychologisation », au tournant des xviie et xviiie siècles. Le discours sur l’intime de l’âme que tient le biographe accorde une attention soutenue aux états corporels, psychologiques et spirituels : il en résulte de fortes pages sur la maladie extrême, comme le cancer, ou sur les états mystiques exceptionnels, comme la stigmatisation. Le propre de ces biographies réside dans un témoignage, particulièrement précieux au regard des interrogations de notre temps, sur l’inscription de la théologie dans le vécu corporel (la souffrance, la jouissance) et psychique (le rêve, l’angoisse, le désespoir), à une période décisive de l’histoire des représentations en rapport avec notre modernité. C’est en quoi cette étude, fondamentale pour le spécialiste d’histoire et de littérature religieuses de l’âge classique, pourra s’imposer également au sociologue et à l’anthropologue comme une référence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Thouvenin, « Jacques Le Brun, Sœur et amante. Les biographies spirituelles féminines du XVIIe siècle », Revue des sciences religieuses, 90/1 | 2016, 119-120.

Référence électronique

Pascale Thouvenin, « Jacques Le Brun, Sœur et amante. Les biographies spirituelles féminines du XVIIe siècle », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/1 | 2016, mis en ligne le 29 mars 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/3093

Haut de page

Auteur

Pascale Thouvenin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page