Navigation – Plan du site
Recensions

Jean-Paul Le Guillou, Saint Yves de Tréguier. Enquête canonique sur la vie et les miracles d’Yves Hélory de Kermartin qui fut instruite à Tréguier en l’an 1330

Paris, L’Harmattan, 2015, 263 p.
Élisabeth Algier-Girault
p. 118-119
Référence(s) :

Jean-Paul Le Guillou, Saint Yves de Tréguier. Enquête canonique sur la vie et les miracles d’Yves Hélory de Kermartin qui fut instruite à Tréguier en l’an 1330, Paris, L’Harmattan, 2015, 263 p.

Texte intégral

1Saint Yves de Tréguier demeure, près de sept cents ans après sa canonisation, un des saints les plus invoqués en Bretagne. Jean-Paul Le Guillou offre de retrouver les racines de cette ferveur par la traduction minutieuse de l’« Enquête canonique sur la vie et les miracles de dom Yves Hélory de Kermartin » qui fut instruite en 1330, moins de trente ans après son décès. Un manuscrit, copie du texte original remis au pape Jean XXII le 4 juin 1331, rédigé en latin à partir de deux cent quarante-trois témoignages donnés le plus souvent en breton, est conservé à Saint-Brieuc. Ce texte avait été imprimé en 1887 mais demeurait difficile d’accès. La traduction en français, réalisée par Jean-Paul Le Guillou, s’adresse à un très large public.

2Dans une brève introduction, l’A. donne quelques clés de lecture de cette enquête canonique. D’après un schéma de questions, préétabli et imposé, la recherche des éléments de preuve est fondée sur la relation faite par les témoins et sur la notoriété des faits rapportés. Les témoignages ainsi recueillis par les commissaires mandatés par le Pape plongent le lecteur dans le contexte de la Bretagne du xive siècle, un univers où se mêlent intimement la vie et la mort, la foi et l’irrationnel.

3Les cinquante-deux premiers témoins relatent la vie austère, pieuse, et charitable de dom Yves. Se dessine, peu à peu, le visage d’un homme qui jeûne trois fois par semaine, dort sur une couche de paille et partage tous ses biens. Il prêche et prie avec tant de foi que des larmes coulent abondamment sur son visage et tous les cœurs sont touchés. Dans l’exercice de sa charge d’official, il a le souci de concilier les plaideurs et de rétablir la paix. Les pauvres ont accès à la justice car dom Yves s’occupe de leurs causes gratuitement. La part la plus importante de l’enquête concerne la relation des nombreux miracles qui se sont produits à l’invocation de son nom. Noyés, malades, aveugles, boiteux et démoniaques retrouvent la vie et la santé. Les marins sont sauvés de grands périls.

4L’A. a cherché, autant qu’il est possible, à resituer les personnes et les lieux en redonnant leur forme bretonne à des noms transcrits approximativement en latin par des commissaires et notaires, venus de Bourges, Angoulême, Limoges ou Toulouse. Il s’est attaché à substituer au discours indirect latin le style direct dans lequel se sont exprimés les témoins. Il rend ainsi accessibles à tous, par une lecture aisée et vivante, une enquête de canonisation qui se développe comme une vaste fresque. Saint Yves dans son combat pour la justice, son choix d’une vie pauvre et fraternelle, sa porte ouverte à tous, apparaît étonnamment proche des priorités de l’Église du xxie siècle. La foi de ceux qui se confient à saint Yves peut être mêlée de relents de magie ou de naïveté. Certains faits, rapportés comme miracles, pourraient s’avérer aujourd’hui explicables scientifiquement mais l’A. invite à relire ces récits avec un autre regard. Dieu ne peut-il se manifester à travers le témoignage de la vie donnée de dom Yves et à travers une infinité de causes secondes ?

5Après avoir lu cet ouvrage, les lecteurs auront certainement envie de participer au pardon de saint Yves qui réunit des milliers de personnes marchant sur les pas du saint, de la cathédrale de Tréguier à la chapelle du Minihy, son village natal. Ils comprendront l’émotion et la ferveur qui s’emparent de la foule, chrétiens et non-chrétiens, lorsqu’est entonné le chant : Nann, n’eus ket e Breizh, nann n’eus ket unan. Nann, n’eus ket eur sant, evel sant Erwan – Non, il n’y a pas en Bretagne, non, il n’y en a pas un. Non, il n’y a pas un saint, tel que saint Yves.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Algier-Girault, « Jean-Paul Le Guillou, Saint Yves de Tréguier. Enquête canonique sur la vie et les miracles d’Yves Hélory de Kermartin qui fut instruite à Tréguier en l’an 1330 », Revue des sciences religieuses, 90/1 | 2016, 118-119.

Référence électronique

Élisabeth Algier-Girault, « Jean-Paul Le Guillou, Saint Yves de Tréguier. Enquête canonique sur la vie et les miracles d’Yves Hélory de Kermartin qui fut instruite à Tréguier en l’an 1330 », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/1 | 2016, mis en ligne le 29 mars 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/3090

Haut de page

Auteur

Élisabeth Algier-Girault

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page