Navigation – Plan du site

Gaston Fessard et Henri de Lubac

Leur différend sur la question du communisme et du progressisme chrétien (1945-1950)
P. Frédéric Louzeau
p. 517-543

Résumés

L’article met à jour un désaccord très peu connu entre les PP. Gaston Fessard (1897-1978) et Henri de Lubac (1896-1991), à propos du discernement à poser sur le communisme et le progressisme chrétien entre 1945 et 1950. Après avoir dégagé les deux périodes qui marquent l’histoire de ce différend – publication de France, prends garde de perdre ta liberté (1945-1946) aux éditions du Témoignage chrétien (I) ; conférence du P. de Lubac sur « La conception de l’homme » aux Semaines Sociales de juillet 1947 (II) – l’auteur analyse les raisons du désaccord, en pointant notamment le fait que le P. Fessard avait développé une véritable méthode de discernement des événements et des idéologies, là où le P. de Lubac ne disposait pas d’instrument équivalent (III).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Traduction de Stanislas Yen Yong Lien, revue et annotée par Claude Larre, de l’Institut Ricci, in R (...)

Seul celui à qui je puis ouvrir complètement mon cœur est mon intime ami (Matteo Ricci, Traité de l’amitié 1, n° 16).

Un véritable ami ne vous obéit pas toujours, ni ne vous désapprouve toujours non plus : il fait selon la raison. Si c’est donc raisonnable, il vous obéit ; avez-vous tort, il s’oppose à vous. Donc si les paroles sont très directes, c’est simplement que votre ami s’assume comme ami (Ibid., n° 18).

  • 2 H. DE LUBAC, Mémoire sur l’occasion de mes écrits, Paris, Cerf, Œuvres complètes, XXXIII, 2006, p. (...)
  • 3 Cette correspondance s’étend du 3 décembre 1922 (1ère lettre de G. F. à H. de L.) au 9 octobre 1977 (...)
  • 4 H. DE LUBAC, interview parue dans La Civiltà cattolica, 1er février 1983, reprise dans H. de LUBAC, (...)
  • 5 Cf. DE LUBAC, Mémoire…, p. 169. L’étude de la correspondance s’avère donc des plus utiles pour suiv (...)

1Le P. Henri de Lubac (1896-1991) ne fit pas mystère de sa grande amitié et de son admiration à l’égard de son compagnon, d’un an plus jeune que lui, le P. Gaston Fessard (1897-1978). « C’est avec lui que j’ai entretenu les plus longs et les plus étroits rapports de collaboration amicale2 ». Après avoir tous les deux traversé l’épreuve de la Grande Guerre, ils firent connaissance au juvénat jésuite de Cantorbéry en décembre 1919, avant d’étudier ensemble la philosophie à Jersey (1920-1923) puis la théologie à Fourvière (1926-1928). « Quand nous n’étions pas ensemble (nous n’étions pas de la même province [de la Compagnie de Jésus] : lui était de Paris et moi de Lyon), vu que nous ne pouvions pas nous voir fréquemment, nous avons échangé une correspondance3 très intense4 ». Qui plus est, leur confiance mutuelle fut si grande que dès les années trente et jusqu’à la mort du P. Fessard le 18 juin 1978, ce dernier confia à son ami pour qu’il les lise et les corrige, la majorité de ses écrits (plan, ébauches successives, rédactions finales)5.

  • 6 Il y eut déjà une première mésentente à propos d’un manuscrit encore inédit du P. Fessard sur la gu (...)
  • 7 La correspondance Lubac-Fessard étant encore inédite, nous laisserons abondamment la parole à l’un (...)

2Cependant, l’un et l’autre restèrent quasiment silencieux sur un épisode guère connu de leurs relations, que révèle leur correspondance : peu de personnes savent en effet que cette belle et féconde amitié eut à subir une profonde épreuve dans l’immédiat après guerre, lorsque le P. Fessard rédigea une brochure contre le communisme et les chrétiens qu’il séduisait, intitulée France, prends garde de perdre ta liberté, et que le P. Chaillet décida de publier aux éditions du Témoignage chrétien (1945-1946). Entre Gaston Fessard et Henri de Lubac, il n’y eut jamais de différend aussi long et sérieux que celui-ci6 – ce qui lui confère une place toute particulière dans l’histoire de leurs rapports. Mieux encore, l’étude approfondie de ce désaccord resté secret ouvre en réalité des perspectives particulièrement riches, qui justifient sa présentation publique en ces pages. D’une part, en suivant pas à pas, comme nous le ferons, les échanges parfois vifs entre les deux amis7, elle donne à réfléchir sur les problèmes radicaux auxquels furent soumises les consciences françaises (et plus largement européennes) juste après la guerre et qui ne les épargnèrent pas plus que leurs contemporains. D’autre part, elle permet de mettre au jour la différence de sensibilité aux événements entre ces deux grands esprits du XXe siècle, en renvoyant pour finir à la méthode de discernement que le P. Fessard déployait pour déchiffrer l’actualité historique. Enfin, elle prouve combien l’amitié entre les deux hommes ne se payait pas de mots et n’éludait pas les rudes purifications qu’impose la recherche de la vérité.

3Après avoir balayé deux périodes successives qui partagent l’histoire du désaccord entre H. de Lubac et G. Fessard sur la question du Communisme et du Christianisme des chrétiens progressistes, nous chercherons à en dégager les raisons.

I. Naissance du désaccord : la publication à témoignage chrétien de la brochure France, prends garde de perdre ta liberté ! (octobre 1945, avril 1946) 8

  • 8 Nous ne reprenons pas ici en détail l’histoire complexe de la crise qui secoua la rédaction du Cour (...)
  • 9 Dans une conférence prononcée fin novembre 1944, reproduite dans la Chronique sociale de France (...)

4Très tôt, le P. Gaston Fessard aperçoit que la défaite de l’Allemagne nazie ne suffira pas d’elle-même à protéger le monde du péril idéologique. Alors que la guerre n’est pas encore finie, il voit se lever le spectre d’une nouvelle fascination, celle qu’exerce le communisme, censé conduire enfin l’humanité vers la paix définitive. Après avoir brisé le silence de la presse par deux articles composés dès la fin de l’année 19449, il consacre l’été 1945 à rédiger un texte où il démonte soigneusement le mécanisme d’attraction du communisme sur les consciences françaises. Au début du mois d’août, il en avertit Henri de Lubac en qualité de réviseur :

  • 10 France, prends garde de perdre ton âme !, novembre 1941 (contre le nazisme et la politique de colla (...)
  • 11 L. 08/08/45.

Je travaille à une brochure qui fera le pendant de la première brochure du Témoignage chrétien clandestin10, mais dirigée cette fois contre le Communisme ; même plan et soulignant le parallélisme des buts et de la tactique… Je ne sais si Chaillet acceptera… Mais j’aurai fait ce que je crois utile 11.

5Au moment où la société politique française se réorganise, l’ancien résistant de la première heure que fut Gaston Fessard ne laisse donc pas l’euphorie de la libération l’aveugler sur le nouveau danger de “collaboration”, exactement parallèle à la précédente, qui menace secrètement les esprits d’après-guerre, spécialement ceux de ses compagnons chrétiens de résistance :

  • 12 Il s’agit de l’éditorial de Temps Présent (du 25 mai 1945, et non du 24), inti- tulé « Réponse aux (...)
  • 13 J. LACROIX, « Les catholiques et la politique », Esprit, n° 7, juin 1945, p. 70-78.
  • 14 Idem.

Il me semble que les catholiques sont un peu lamentables à ce sujet. Ou bien de droite, ils n’osent pas ouvrir le bec parce que anciens vichyssois, ou bien de gauche, l’anticommunisme leur paraît une trahison ! Cf. article de Temps Présent 24 mai 12 et Lacroix dans Esprit 13 […] J’ai l’impression que ces “résistants” d’hier “collaborent” comme les “vichyssois” de 41 sans s’en rendre compte. C’est dans le but de rappeler quelques vérités élémentaires que je compose cette petite brochure, et de souligner le parallélisme des situations 14.

6Répondant immédiatement à son ami dans une longue lettre écrite de Fourvière le 12 août 1945, le P. de Lubac lui signale, avant même d’avoir pu prendre connaissance de son contenu, qu’il ne trouve pas heureuse l’idée d’une brochure de Témoignage Chrétien parallèle à France, prends garde de perdre ton âme. Il justifie son jugement en invoquant trois raisons, qui alimenteront leurs échanges durant de longs mois et nous renseignent déjà sur la vision lubacienne de l’équation politique et idéologique française d’après-guerre.

  • 15 Cf. H. DE LUBAC, Le Drame de l’humanisme athée (1945), même si cet ouvrage, désignant à peine le ma (...)

7D’une part, la situation française de 1945 diffère, à ses yeux, de celle de 1941 : « le communisme ne nous est pas imposé par une propagande ennemie ; nous ne sommes pas soumis à un régime de censure rigoureuse ; s’il y a essai, sur le plan politique, pour flatter ici ou là et manœuvrer les catholiques, il n’y a aucune tentative pour corrompre la foi chrétienne par l’intérieur, comme dans le nazisme ». D’autre part, sans aucune illusion sur les dangers du totalitarisme, ni sur l’inspiration foncièrement athée qui fournit au communisme son armature doctrinale 15, de Lubac aperçoit dans « le communisme historique, social, ouvrier, dont le communisme bénéficie aujourd’hui, nombre d’éléments sur lesquels la religion n’a rien à dire, ou qu’elle peut et doit approuver […] Il ne faut pas risquer de paraître s’opposer à un vaste mouvement humain, porteur de véritable progrès, comme on s’est opposé à une vague à la fois anti-chrétienne et anti humaine ».

8Enfin, les milieux catholiques français, tentés pendant l’occupation de sommeiller ou même d’adhérer au nazisme, et qui « se sont scandalisés de votre première brochure », seront les mêmes « à vous utiliser maintenant, [à] vous accaparer ».

Voilà pourquoi, autant je trouve excellente votre entreprise de critique de la pensée marxiste et des comportements communistes […] autant je redoute de vous voir vous enfoncer dans une œuvre polémique dont la forme ne s’impose pas, qui aurait de grands inconvénients, et qui n’est pas entièrement digne de ce qu’on attend de vous.

  • 16 « C’est vraiment sans motion externe d’aucune sorte et sans aucune visée politique, uniquement pour (...)

9Tenant compte autant qu’il le peut des remarques préventives qui lui sont ainsi adressées, le P. Fessard, intimement convaincu de répondre à un appel impérieux de sa conscience16, poursuit son travail en produisant un effort considérable. À la fin de l’été, comme il en avait l’habitude pour la majorité de ses écrits, il envoie à son ami lyonnais un des cinq exemplaires dactylographiés du manuscrit de la brochure pour révision :

  • 17 Professeur de philosophie, proche d’Emmanuel Mounier et co-fondateur de la revue Esprit en 1932, Je (...)
  • 18 Né en 1896 et mort en 1983, Stanislas Fumet, écrivain et journaliste, direc- teur des éditions Desc (...)
  • 19 L. 17/09/45.

En dépit de vos objurgations, j’ai fini par mettre sur pied ma brochure et j’en éprouve un soulagement de conscience […] Quand vous aurez une opinion et me l’aurez fait connaître, mon intention est de montrer ce papier à Lacroix17 et à Fumet 18. Je crois avoir tout fait pour qu’ils ne m’en veuillent pas. Si vous voyez encore quelque expression à atténuer, dites-le moi et soyez exigeant sur ce point. Je me ferai assez d’ennemis avec ce papier pour ne point perdre ces amis19 !

  • 20 Voir L. 03/10/45.

10Aussitôt reçu l’exemplaire, le P. de Lubac, quoique épuisé par de pénibles douleurs à l’oreille 20, se plonge dans la lecture, ce qui donne lieu à trois nouvelles réactions. D’une part, il estime que le travail, après révision, est à publier : « Le fond en est très juste, et l’opportunité en est extrême. » D’autre part, le P. de Lubac avoue son hésitation au sujet d’une publication dans Témoignage Chrétien :

Je ne serais pas étonné toutefois que le P. Chaillet ne l’accepte pas au nom du T.C., et à sa place j’hésiterais moi-même à l’accepter, parce qu’il déborde trop pour cela le point de vue religieux et moral. Il s’y mêle beaucoup de vues historiques, politiques, qui en un sens lui donnent plus de valeur et de poids, mais en un autre sens lui enlèvent quelque chose de sa force incontestable. »

  • 21 L. 24/09/45.

11Enfin, outre quelques remarques “en vrac”, Henri de Lubac signale à l’auteur que le ton parfois polémique de la brochure ne convient pas parfaitement. « J’aurais aimé, personnellement, que vous teniez plus de compte des remarques préventives que je vous envoyais il y deux mois21 ».

12Après une lettre du P. Fessard, où ce dernier revient sur des remarques de détail, le P. de Lubac l’assure de nouveau, le 3 octobre, de son avis favorable pour la publication, mais, concernant Témoignage Chrétien, il maintient ses premières remarques. Qui plus est, quant au fond du problème, il conteste l’existence d’un parallélisme strict entre Communisme et Nazisme. En effet, même si le marxisme ne s’attaque pas uniquement à des contrefaçons du christianisme, le nazisme, quant à lui, « s’en prend beaucoup plus directement au Christianisme le plus authentique ». De plus, « depuis un siècle et aujourd’hui encore, beaucoup de communistes importants, intellectuels ou hommes d’action, poursuivent un but qui n’est pas de pure façade. Leur idéal communiste n’est pas pour eux-mêmes un simple appât à moineaux, un truc pour séduire les braves gens. » Enfin,

  • 22 L. 03/10/45. Voir également la L. 11/10/45 : « Votre parallélisme vous entraîne à forcer certains t (...)

13« quand il s’agissait de dénoncer, du point de vue chrétien, le nazisme, nous avions à lutter contre un fort courant ; dans le cas analogue du communisme, ce fort courant nous porte au contraire, et pour des raisons tout autres que les nôtres 22 ».

  • 23 Avec l’avis favorable des PP. Lebreton, d’Ouince, Beirnaert et Daniélou (L. P. Chaillet à H. de L. (...)
  • 24 Cf. L. au P. Chaillet du 20/11/45.
  • 25 Comme semble l’indiquer la mention du dépôt légal à la dernière page du livre, l’impression a dû co (...)
  • 26 Élections législatives pour l’Assemblée nationale constituante du 21 octobre 1945
  • 27 L. 20/10/45. On trouvera en annexe 1 le ‘Prière d’insérer’ de la 1ère édition de France, prends gar (...)

14Pendant ce temps, contrairement à ce que prévoyait le P. de Lubac, le P. Chaillet, directeur des éditions du Témoignage Chrétien (indépendantes de l’hebdomadaire du même nom), accepte d’emblée le manuscrit23 et le fait subitement imprimer à dix mille exemplaires 24, sous le titre France, prends garde de perdre ta liberté 25. Surpris par cette décision trop rapide à son goût, le P. de Lubac écrit à Fessard : « Je ne comprends pas très bien cette bousculade. Je pensais que vous auriez pris quelques jours pour revoir votre texte à loisir. Et cela aurait eu l’avantage d’éviter à votre brochure l’apparence d’une manœuvre politique en pleine bagarre électorale26, – sans que par ailleurs elle ait la chance de changer un seul vote ». Toutefois, fait très important, il lui signale au passage l’existence d’un “prière d’insérer” qu’il vient de rédiger pour Témoignage Chrétien dans le but de le « soutenir aux yeux de tous » 27.

  • 28 Cf. L. au P. Brillet 20/11/45.
  • 29 Normalien et agrégé de lettre, André Mandouze (1916-2006) participe activement auprès du P. Chaille (...)
  • 30 Dans une “Note à l’usage de quelques pères sur la question du Communisme”, du 20 octobre 1945 (doss (...)
  • 31 La 1ère édition ne fut pas distribuée mais mise au pilon (cf. A. MANDOUZE, Mémoires…, p. 157). Cert (...)
  • 32 L. 16/11/45.

15Dans les jours qui suivent, l’impression rapide du livre déclenche une crise violente à l’intérieur de la rédaction de l’hebdomadaire Témoignage Chrétien. Dès le 18 octobre 28, son jeune rédacteur en chef, André Mandouze 29, craignant de perdre la sympathie de certains lecteurs populaires non chrétiens que le journal s’efforce d’atteindre depuis la Libération, fait savoir qu’il oppose un veto catégorique à la publication de la brochure aux éditions du Témoignage Chrétien 30. Après maints rebondissements, la solution retenue conduira le P. Fessard à rédiger une seconde édition (non donnée comme telle) revue et augmentée de plus du double (318 p.), qui sera publiée en avril 194631. Durant cette crise, le rédacteur aux Études tient régulièrement son ami de Fourvière au courant des incidents qui ponctuent l’âpre négociation. Devant une situation de blocage, il lui demande même conseil : « Que diriez-vous si je prenais l’initiative d’envoyer moi-même mon topo aux journaux32 ? » H. de Lubac lui répond aussitôt, en laissant filtrer ces quelques mots très importants, car ils ressaisissent le fond de sa position :

  • 33 L. 17/11/45.

Dès la première lecture de votre texte, il m’a semblé, comme je vous l’écrivis alors, que ce travail était important et opportun, qu’il fallait (moyennant quelques retouches) le publier, – mais il me semblait aussi, quoique d’une façon moins assurée, que son caractère ne convenait pas tout à fait pour les Éditions du T.C. Quand j’ai appris que le P. Chaillet l’avait accepté d’emblée, je n’ai pu que m’en réjouir amicalement, et je me suis bien gardé de manifester à quiconque ma première hésitation. Vous êtes le seul à qui je la confie encore. Je ne voudrais pas venir à la rescousse de M[andouze] contre vous ! Publiez donc, de toute manière que vous jugerez opportune, tout ou partie de la brochure. Pourvu, bien entendu, comme vous le dites, que vous ne forciez pas par une indiscrétion la dernière décision de notre ami Chaillet33.

  • 34 Sous la forme de trois articles prévus pour les Études de 1945 et qui consti- tuent déjà la charpen (...)
  • 35 Voir L. 12/08/45. « Je vous en ferai quelques légères critiques : vous mettez trop sur le même plan (...)
  • 36 L. 6/01/46.
  • 37 L. 14/01/46.
  • 38 L. 12/08/45. Dans une lettre du 09/10/45 à propos de la brochure, le P. de Lubac ajoutera en passan (...)
  • 39 L. 26/01/46.

16Par ailleurs, au cours des mêmes mois d’atermoiement autour du sort à réserver à la fameuse brochure, les deux amis évoquent également la préparation d’un autre livre sur Marxisme et Nazisme, où le P. Fessard explicite le fondement philosophique de ses analyses de l’actualité historique, et par là du parallélisme strict entre les deux conceptions du monde totalitaires. En effet, après en avoir lu une première version 34 transmise par le P. d’Ouince en août 194535, le P. de Lubac s’étonne de ne plus en entendre parler36. Le P. Fessard explique ainsi son silence : « Concernant ce nouveau texte, votre appréciation de ma dialectique me laisse penser qu’il peut attendre que celle-ci se soit développée37 ». Probablement le P. Fessard pense-t-il à la première réaction du P. de Lubac : « Votre dialectique parviendra-t-elle à se faire admettre, à n’apparaître pas comme tout arbitraire ? Cela dépendra de la force de la pensée que vous y avez incluse, et l’on n’en pourra décider qu’avec du recul38 ». Quoi qu’il en soit, le P. de Lubac, visiblement surpris par cette nouvelle difficulté entre eux, presse son ami, de manière instante, de lui fournir des explications supplémentaires : « Je n’ai rien compris à votre réponse au sujet de votre livre sur Marxisme et Nazisme. A quoi faites-vous allusion ? Il y a en vous quelque chose que je ne comprends pas depuis 3 ou 4 mois. De grâce, écrivez-moi pour me dire ce qu’il en est. Je ne pourrais supporter qu’il y ait entre nous un malentendu quel conque 39 ».

  • 40 L. 29/01/46.
  • 41 « Que voulez-vous, il ne m’a pas été très agréable de voir Lacroix se couvrir derrière votre autori (...)

17Sans tarder, le P. Fessard s’explique sereinement, mettant leur désaccord au compte, non d’un malentendu, mais plutôt d’une « différence de sensibilité aux événements40 ». À ses yeux, celle-ci s’est manifestée en trois occasions : lorsque de Lubac réagit avec hésitation au projet d’une brochure du Témoignage Chrétien parallèle à France, prends garde de perdre ton âme (12 août 1945) ; lorsque, après réception de l’exemplaire, il estima que le ton ne convenait pas41 et qu’en outre il renvoya Fessard à ses premières critiques en lui reprochant de ne pas en avoir tenu suffisamment compte (24 septembre 1945). Toutefois, le P. Fessard rassure immédiatement son vieil ami : « Croyez que cela n’altère en rien une amitié qui j’espère peut subsister malgré cela. D’autant que je suis sûr que si nous pouvions parler un peu longuement, nous nous retrouverions vite pleinement d’accord. »

  • 42 L. 31/01/46.
  • 43 Cf. L. 12/08/45.

18Dans une longue réponse, le P. de Lubac, rassuré et convaincu que l’accord est déjà bel et bien réalisé, va jusqu’à récuser le fait qu’il puisse même exister entre eux une « différence de sensibilité aux événements ». En effet, « c’est parce que, comme vous, je crois la nécessité d’un redressement et d’un jugement ferme de la conscience chrétienne, que j’ai voulu, en vous proposant des corrections, obtenir grâce à votre brochure le maximum de l’effet désiré. Vous savez que, pour deviner l’impression du lecteur, le coup d’œil d’un tiers est souvent plus clairvoyant que celui de l’auteur lui-même. Voilà pourquoi j’ai regretté que vous ne soyez pas entré du premier coup un peu davantage dans l’esprit des corrections que je vous demandais 42 ». Puis, concernant le projet de Marxisme et Nazisme, il précise que sa critique sur un excès dans le parallélisme 43 n’était pas une objection à sa parution. Il laisse enfin filer une confidence qui en dit long sur l’impression générale qu’a produit sur lui ce qui deviendra bientôt le Mystère de la Société : « N’accordez pas une importance excessive à des critiques de ce genre, comme je puis en adresser aux œuvres les plus fortes et qui m’enthousiasment le plus ».

II. Une nouvelle secousse après la conférence des semaines sociales de juillet 194744

  • 44 À propos de ce second épisode, on pourra se référer à ce qu’en dit H. DE LUBAC dans Gabriel Marcel- (...)
  • 45 Éditée sans aucune note dans Le catholicisme social face aux grands courants contemporains. Semaine (...)

19Un an et demi après ces événements, alors que la paix est revenue entre eux, une nouvelle secousse se produira, à la faveur d’une Conférence du P. de Lubac à la Semaine Sociale de France le 31 juillet 1947, intitulée « La conception de l’homme45 ». Le théologien y défend l’idée chrétienne de l’homme face à l’humanisme marxiste. Au même moment, le P. Fessard poursuit ses recherches dans la maison jésuite de Penboch (Morbihan) : « Je regrette que vous veniez à Paris quand je n’y suis pas et que vous n’y veniez pas quand j’y suis… Tant pis !

20J’aurais été heureux de revoir J. Lacroix. Félicitez-le pour ses articles sur la Famille dans les Cahiers de Sociologie et Paternité et Démocratie, dont j’ai cité un passage dans les Conférences que j’ai données à St Sulpice sur ma dialectique ! »

21Quelques mois après, H. de Lubac, regrettant que son ami considère son rôle de secrétaire des Recherches de Science Religieuse comme une corvée, lui ouvre son cœur :

  • 46 L. 21/11/47.

J’aurais voulu que ces Recherches fussent pour nous deux le moyen de travailler ensemble à une œuvre commune, et qui pourrait avoir son importance ; collaboration que nous avions commencé dès Jersey, et que je crains de voir se raréfier au moment même où elle pourrait s’intensifier. Aussi, c’est l’amitié qui en moi s’attriste, à vous voir, ou à craindre de vous voir plus distant. Sans doute était-ce là une illusion de ma part… je me le suis dit : mais dans nos dernières rencontres, je ne trouvais plus de votre part la même ouverture à notre intimité de toujours. Pardonnez-moi, bien cher ami, de vous dire cela, mais c’est pour ne pas laisser s’épaissir un petit brouillard ou grossir un malentendu 46.

  • 47 Le P. Fessard reproche notamment aux jeunes intellectuels d’Esprit, encadrés par E. Mounier et J. L (...)
  • 48 Laissant de côté, une nouvelle fois, l’achèvement de son Mystère de la Société, le P. Fessard criti (...)
  • 49 « L’Homme marxiste », in Le catholicisme social face aux grands courants contemporains. Semaines So (...)
  • 50 Cf. note précédente.
  • 51 E. MOUNIER, Compte-rendu de France, prends garde de perdre ta liberté, Esprit, octobre 1946, p. 473 (...)

22Le P. Fessard ne répond que deux mois plus tard à l’inquiétude de son compagnon, au moment où la parution du numéro de la revue Esprit de décembre 194747, l’oblige à reconsidérer l’ensemble de ses travaux en cours et des publications prévues 48. « Vous me demandiez pourquoi je devenais distant… Comment voulez-vous que je n’aie point senti que vous couvriez la position prise par Lacroix jusque dans sa conférence à la Semaine sociale49 ? Je ne sais si vous couvrirez aussi celle du récent n° d’Esprit… Tout cela se touche tellement ! Mais je serai amené à montrer qu’il y a une faille dans le texte même de « L’Homme marxiste50 » et qu’elle est de même nature que celle qui est dans le compte-rendu de Mounier51 et dans le N° récent d’Esprit

23Puis il revient sur leur différend précédent :

  • 52 L. 11/01/48

J’aurais encore beaucoup de peine à me sentir avec vous plus en désaccord que je ne l’ai été à propos de France prends garde… Mais j’ai beau chercher des arguments contre mon parallèle Communisme-Nazisme, retourner sous toutes leurs faces ceux qui me sont donnés – il y en a fort peu – je puis voir en certains la nécessité de poursuivre mes analyses, mais non pas de quoi en remettre en question la base, ni de quoi considérer l’essentiel de la dialectique comme arbitraire… Sans la prendre pour autant comme la dernière philosophie, au sens hégélien du terme52 !

24Surpris par cette lettre qu’il dit ne pas comprendre vraiment, le P. de Lubac, quoique malade et alité, ne tarde pas organiser sa “défense” :

  • 53 L. 15/01/48.

Vous savez bien (quoique vous sembliez dire le contraire, ce qui m’étonne fort) que j’ai toujours été en accord profond avec vous sur tout l’essentiel. Vous savez bien aussi que je vous ai très souvent soutenu fortement, et à Rome et ailleurs. J’avoue que j’ai souffert de votre attitude, depuis bien avant ce que vous me dites (cet article de Lacroix, dont j’ai pourtant tenu à marquer qu’il ne pouvait s’agir que d’un exposé fait en se mettant dans la peau de l’adversaire, et que je réfute expressément et sans aucun ménagement ; – quoiqu’à ma façon, bien sûr, car il serait ridicule de ma part de vous copier simplement, dans des matières difficiles, où je n’ai pas votre compétence philosophique). – Mais je vous assure que, tout en souffrant, j’ai continué à part moi de vous vous faire confiance, tout en vous comprenant mal53.

25Quelques jours après, le P. de Lubac, toujours malade, visiblement tourmenté par ce qu’il considère comme une injustice de la part de son ami, poursuit son explication :

  • 54 Cf. J. LACROIX, « La troisième force », Esprit, décembre 1947, p. 928-939.
  • 55 Lettre sans date, à placer entre le 15 et 21 janvier 1948. « Malgré la forme qu’elle prend, cette l (...)

Quelle construction avez-vous faite par exemple autour de cette référence à Lacroix dans ma leçon à la Semaine Sociale ? Nos 2 sujets s’enchaînaient, en ce sens que ma leçon était la réfutation prévue de la sienne […] L’idée ne m’a jamais effleuré, ni alors, ni depuis, que quelqu’un y pourrait voir une manière de couvrir quelque idée personnelle de Lacroix que ce soit, – à plus forte raison, que vous pourriez y voir une prise de position pour Lacroix contre vous ! Par-dessus le marché, dans l’attitude qu’il semble prendre de plus en plus en cette question politique 54, je me sens spontanément en opposition foncière avec lui 55.

26Sans tarder, conscient de l’émoi que sa lettre avait provoqué, le P. Fessard va rassurer son ami, tout en maintenant l’essentiel des questions les plus profondes qui intéressent leur débat (à savoir la pertinence de sa méthode dialectique pour discerner l’actualité historique) :

  • 56 L. 21/01/48.

Vous me rassurez fort en me disant dans votre seconde lettre que vous désapprouvez la position d’Esprit. Car cela prouve que nous serions moins loin que je le craignais. Croyez bien que je ne vous reproche aucune des critiques que vous avez faites à ce que j’ai écrit. […] Je trouve très normal que vous ayez fait votre conférence de la Semaine Sociale et réfuté à votre manière le marxisme. Mais vous savez bien que nous avons dès le début différé sur l’opportunité de France prends garde et vous avouerez que vos critiques pouvaient me paraître – jusqu’à ce que je sache que vous n’approuvez plus Esprit – de même nature que celles que m’ont faites Lacroix, Mounier et en général le groupe de Lyon. Si la divergence n’avait porté que sur l’opportunité et le ton plus ou moins heureux de mon bouquin, la chose n’était pas bien grave. Mais, étant donné le prix que j’attache depuis tant d’années à votre approbation, comment vouliez-vous que je ne souffre pas de voir que la dialectique qui pour moi était à la base de ce bouquin et beaucoup plus importante que lui, vous apparaissait arbitraire et sans intérêt ou presque […] Remarquez que je me rends compte à quel point est spécial mon genre de pensée et je comprends qu’il ne vous satisfasse pas et que vous lui en préfériez d’autres. Je m’en voudrais de vous l’imposer. Mais ne vous étonnez pas que, rencontrant déjà si peu d’audience et de compréhension, j’ai souffert en perdant ou en croyant perdre la vôtre… Comme je vous l’ai dit, le point de départ a été notre divergence à propos de France prends garde… Si vous pensez comme moi maintenant sur la position Lacroix-Mounier, j’espère que nous pourrons retrouver l’atmosphère d’autres fois… 56

27Dans les jours qui suivent, le théologien assure une nouvelle fois le P. Fessard de « la profondeur d’une amitié qui ne se résigne à aucun nuage entre nous ». Mais le malentendu ne semble pas complètement levé en ce qui concerne le rapport à J. Lacroix, et plus largement au milieu lyonnais :

  • 57 L. 26/01/48.

Vous semblez encore vous figurer entre Lacroix et moi une sorte de communauté de pensée qui n’a jamais existé. Il ne m’a jamais demandé conseil en rien ; et cela ne m’a pas empêché de lui dire un jour ou l’autre très franchement mon désaccord, spécialement à propos d’Esprit. Quant à Mounier, la dernière fois que je l’ai rencontré, je lui ai fait une vraie sortie contre les tendances communisantes de plusieurs de ses collaborateurs. […] Je ne sais pas ce que vous appelez “le passage à Lyon” ; mais, c’est depuis qu’il fréquente un peu trop Paris que Lacroix évolue dans le sens que vous critiquez à juste titre. Je ne vois personne parmi les rares lyonnais de ma connaissance lui ressembler en cela 57.

  • 58 « Le Communisme va-t-il dans le sens de l’Histoire ? » (cf. note n° 48).
  • 59 Voir L. 16/04/46.
  • 60 L. 01/03/48.

28Dans les semaines qui vont suivre, les deux amis trouveront une occasion supplémentaire de repasser par leur désaccord de 1945. En effet, corrigeant une version dactylographiée du long article sur le communisme et le sens de l’histoire58, le P. de Lubac, donnant son accord complet sur le fond, formule deux critiques. En premier lieu, « puisque vous faisiez une longue étude, en deux grands articles, j’aurais préféré qu’ils ne fussent pas de polémique d’un bout à l’autre : quelques pages très nettes de discussion, puis le sujet traité davantage en lui-même, de façon continue : l’impression sur le lecteur en eût été plus forte. On se perd un peu dans le détail des citations diverses, des objections et des réponses, des allusions aux controverses passées ». Par ailleurs, le P. de Lubac regrette que la polémique soit « mêlée à un appareil dialectique assez pesant, nécessaire peut-être pour approfondir la pensée, mais qu’on supporte moins bien dans un article qui ne veut pas être de philosophie technique ». « Déjà je vous avais parlé une fois de ce caractère “hybride”59 de vos dernières publications. Il écarte de vous bien des lecteurs. Et c’est tout à fait dommage. Pour moi, je m’en accommode mieux que d’autres, parce que je vous connais bien, et que je devine toujours suffisamment (même si je ne le vois pas toujours avec clarté) que tout cela sert à la solidité et à la profondeur de la doctrine que vous construisez inlassablement, jusqu’à travers vos polémiques passagères. Mais vous écrivez pour d’autres que moi60

29Sans tarder, le P. Fessard répond à ces critiques en rappelant de nouveau la crise de Témoignage chrétien : « Ce qui importe plus, c’est que vous soyez d’accord avec moi sur le fond… Je comprends mal que nous l’ayons été moins lorsque j’ai fait France prends garde… Car il me semble que c’est la même question. » Cette nouvelle lettre fournit aussi l’occasion à Gaston Fessard de s’expliquer plus profondément sur sa méthode de travail :

  • 61 “Pax Nostra”. Examen de conscience international, Grasset, 1936. C’est le premier grand livre publi (...)
  • 62 L. 05/03/48.

Je comprends bien les défauts que vous me reprochez. Mais vous vous représentez mal, me semble-t-il, ce que sont pour moi ces articles […] je n’ai pas du tout l’intention de faire une longue étude quand je commence un pareil travail… J’essaie simplement de me rendre compte pourquoi des gens ne sont pas de mon avis sur un point où je crois voir juste. Et si je suis si long et minutieux, c’est que je n’ai pas une théorie toute faite d’avance… Elle se dégage peu à peu des sophismes auxquels je suis obligé de répondre. De là le caractère hybride non seulement de mes dernières publications mais de toutes, à commencer par Pax Nostra 6162

30En réponse, le P. de Lubac se livre à son tour à une anamnèse des premiers événements : « Pour votre “France, prends garde”, si vous m’aviez dit plus tôt que vous me pensiez tellement en désaccord avec vous, je vous aurais bien détrompé ». À ses yeux, le différend ne portait que sur des points de forme qu’il résume encore une fois : « forme un peu indigente, alliance pas toujours très heureuse de pages très denses et très fortes avec la discussion d’auteurs sans valeur aucune (v.g. Pol Gaillard), qui, dans ce contexte si sérieux, ne le méritaient pas ; partie religieuse de votre plan, un peu grêle ; allure générale d’abord un peu trop négative (vous y avez pas mal remédié ensuite) ». Et pour tâcher de fonder davantage sa position, le P. de Lubac dévoile certains faits qu’il n’avait pas encore partagés à son ami :

  • 63 Le P. de Lubac fait ici implicitement référence à un article intitulé « Communisme », paru dans le (...)
  • 64 L. 06/03/48 (la date est soulignée par le P. de Lubac).

À plusieurs reprises je suis allé m’assurer que le livre était bien dans les librairies lyonnaises, et m’informer de sa vente, je l’ai souvent recommandé ; j’en ai moi-même fait envoyer un exemplaire à diverses personnes. Mais je ne pensais pas utile de vous dire ces détails. Vous ne savez peut-être pas non plus que, si j’ai dû m’opposer sérieusement à Mandouze dès 1943 63, c’est à votre sujet que j’ai eu avec lui les scènes les plus violentes ; soit à propos d’un article que j’avais fait sur vous pour le T.C. et qu’il a systématiquement refusé, soit à propos de sa dispute avec vous au sujet de votre livre64.

  • 65 Au mois de septembre 1948, le P. Fessard envisageait de publier un petit livre, intitulé Communisme (...)

31Dans les mois suivants, les deux amis continuent à échanger de nombreuses lettres, et, même s’il y est souvent question de la controverse avec Mounier et Lacroix à propos du communisme, ils convergent désormais dans une même appréciation des événements. Ainsi par exemple, en corrigeant une réponse manuscrite du P. Fessard à une lettre d’E. Mounier 65, le P. de Lubac déclare son accord sur le fond essentiel aussi bien que sur le fond secondaire et occasionnel :

  • 66 L. 19/09/48.

Je crois comme vous que Mounier et Lacroix, par l’orientation donnée à leur revue, et même par quelques-uns de leurs propos personnels, ont trop cédé à une certaine attirance communiste, et qu’il n’était pas mauvais de leur faire remarquer 66.

  • 67 Voir note n° 65.

32De même, lorsque, deux mois plus tard, le P. Fessard projette de publier un livre moins contre Mounier et Lacroix que contre les chrétiens progressistes 67, son ami lyonnais lui donne entièrement raison :

  • 68 L. 27/11/48. C’est nous qui soulignons.

Je n’ai jamais vu aucune publication des “chrétiens progressistes”, mais ce que j’en entends dire me porte à penser qu’il y a en effet, et sans attendre quelque chose de sérieux à tenter. Quant à Esprit, il me paraît s’enfermer de plus en plus dans la ligne que je lui reproche depuis longtemps68.

  • 69 Voir note n° 45.
  • 70 L. 10/08/49.
  • 71 Voici ces références (les numéros de pages entre parenthèses renvoient à la nouvelle édition des œu (...)

33Au terme d’un long et intense débat, l’accord retrouvé entre les deux amis sur la question du communisme et du statut de France, prends garde de perdre ta liberté, s’incarnera définitivement dans la publication en 1950 par le P. de Lubac de sa leçon revue et augmentée des Semaines Sociales de 1947 69, sous le titre « La recherche d’un homme nouveau », premier essai d’un livre intitulé Affrontements mystiques (aux éditions du Témoignage Chrétien). « J’y ai introduit quelques développements, révèle-t-il à son ami, pour citer et utiliser votre “France, prends garde” 70 ». En effet, dans la partie V (sur l’idée marxiste de l’homme et de sa destinée), le P. de Lubac intègre à plusieurs endroits de son texte, des références déterminantes à l’analyse fessardienne de Marx 71.

III. Les raisons du désaccord

34Étant donné la longueur et la vigueur de leur discussion au sujet du communisme, nul ne pourrait imaginer qu’elle ait eu lieu à propos d’une affaire sans importance. S’il ne s’était agi que de l’opportunité de publier une brochure aux éditions du Témoignage chrétien, le différend aurait pu trouver rapidement sa solution et ne plus être qu’un mauvais souvenir. Au reste, voici deux hommes suffisamment avertis et intelligents, pour ne pas perdre leur temps précieux en chicaneries mesquines. Sur fond de grande amitié et de confiance maintenue, leur différend signale au contraire que les enjeux du problème sont aussi profonds que difficiles à démêler. Tâchons pour terminer de dégager les raisons probables de leur désaccord.

  • 72 Cf. L. à G. F. 26/01/48.

35D’une part, même s’il s’en défend d’une certaine manière72, il ne serait pas étonnant que la proximité géographique, et parfois affective, du P. de Lubac avec certains intellectuels lyonnais – spécialement

  • 73 Ce que le P. de Lubac reconnaît de manière indirecte lorsqu’il écrit à Fessard : « dans le recul pr (...)
  • 74 La main tendue. Le Dialogue catholique-communiste est-il possible ?, Paris, Grasset, juin 1937, 246 (...)
  • 75 Cf. par exemple Autorité et Bien commun, Paris, Aubier, 1944, p. 86.
  • 76 Ibid., p. 91, 96, 101.
  • 77 Cf. L. à G. F. 15/01/48.

36J. Lacroix, E. Mounier, G. Ribière, S. Fumet – ait pu jouer un rôle non négligeable 73. Non pas qu’il ait partagé leurs positions politiques ni ménagé ses critiques à leur égard lorsque cela lui parut nécessaire. Mais leurs débats et les échanges qu’ils ont entretenus avec lui durant la période, ont pu l’influencer de quelque manière et orienter quelques-unes de ses réactions, tout au moins dans un premier temps. D’autre part, le désaccord s’explique beaucoup plus profondément par la compétence différente des deux hommes en un domaine complexe (Marx, le marxisme et le communisme) où, par la force des circonstances, le P. Fessard avait beaucoup plus travaillé et réfléchi que son ami (et que beaucoup d’autres). Participant entre 1934 et 1939 au séminaire d’Alexandre Kojève sur la Phénoménologie de l’Esprit, G. Fessard avait analysé de près les liens génétiques entre la pensée de Marx et celle de Hegel. En outre, il bénéficiait des précieux enseignements qu’il avait tirés de sa controverse avec Paul Vaillant-Couturier au moment de la politique de la main tendue des communistes aux catholiques par Maurice Thorez (1936) 74. Enfin, en rédigeant pendant l’Occupation Autorité et Bien commun (19411942), il avait déjà décelé en profondeur l’inhumanité du matérialisme historique 75, ainsi que la parenté génétique du Communisme et du Nazisme 76. En définitive, le discernement dans des domaines aussi difficiles exigeait une compétence proprement philosophique que le P. de Lubac, qui de surcroît ne parlait pas l’allemand, savait ne pas posséder 77, malgré son magnifique Drame de l’humanisme athée.

  • 78 Cf. par exemple L. à G. F. 14/11/45. Durant toute cette période de crise, le P. Fessard soutiendra (...)
  • 79 Pour s’en convaincre, il suffit de comparer les index de noms propres de leurs livres respectifs. L (...)
  • 80 Voir L. de G. F. à H. de L. 21/01/48.

37Au reste, chargé à la fois de la jeune collection « Théologie » (Aubier) et de la direction des Recherches de science religieuse, pris également dans les controverses suscitées par la publication de son Surnaturel et plus généralement par la crise de la “Nouvelle Théologie” qui le touchait de plein fouet78, le P. de Lubac ne pouvait, à cette époque, accorder à la question du Communisme aussi bien que du Progressisme chrétien la même attention et le même travail que son ami. La seule comparaison des publications de l’un et de l’autre entre 1945 et le début des années cinquante est suffisamment significative. Enfin, outre une véritable différence de sensibilité à l’actualité historique 79, les deux hommes ne disposaient pas des mêmes “instruments” pour l’observer et la déchiffrer. En réalité, qu’il s’agisse de textes philosophiques ou d’événements historiques, le P. Fessard déployait, en l’améliorant au fur et à mesure, une véritable méthode de discernement, à ses yeux bien plus importante que son France, prends garde de perdre ta liberté 80. En ce sens, la supériorité des connaissances philosophiques du P. Fessard ne suffit pas, nous semble-t-il, à expliquer de manière définitive sa divergence d’appréciation sur le Communisme avec son grand ami. La manière de lire et d’interpréter la réalité est aussi en jeu.

  • 81 Qu’il s’agisse de trois articles inédits de 1945 et prévus initialement pour la revue Études (cf. n (...)
  • 82 Pour une présentation fouillée de ces trois dialectiques et de leurs rapports, voir notre thèse L’A (...)
  • 83 La Dialectique des Exercices spirituels de saint Ignace de Loyola, t. I :
  • 84 La L. 12/08/45 est la plus significative à ce propos. Voir également les L. 09/10/45 et 01/03/48.
  • 85 Cf. L. 21/01/48.

38Or, bien qu’il ait lu avec attention les différentes versions préparatoires du Mystère de la Société entre 1945 et 194881, le P. de Lubac ne s’est finalement jamais approprié sa méthode dialectique de discernement, fondée sur les dialectiques maître-esclave, homme-femme et païen-juif 82, qui universalisent dans le champ social et historique la dialectique des Exercices spirituels de saint Ignace de Loyola83. D’une part, quelques remarques du P. de Lubac à son ami durant le temps de leur désaccord laissent supposer qu’il ne fut pas totalement convaincu que sa dialectique ne conservât pas quelque chose d’arbitraire, quoiqu’il suspendît son jugement définitif à la “force de pensée” que le P. Fessard pourrait y mettre 84. D’autre part, le P. de Lubac n’a au fond jamais aperçu la centralité de la dialectique paulinienne du païen et du juif, sur laquelle le P. Fessard fonde justement le parallélisme strict entre Communisme et Nazisme. Même s’il avait conscience de l’originalité de son mode de pensée, “dialectique et géométrique”, et n’avait pas la moindre intention de l’imposer à son compagnon, le P. Fessard souffrit réellement de cette incompréhension puisqu’elle touchait, en réalité, ses découvertes les plus profondes et novatrices 85 – découvertes qui, à notre avis, n’ont pas encore reçu aujourd’hui l’écho qu’elles méritent.

  • 86 Voir par exemple la L. de H. de L. à G. F. 17/11/45.
  • 87 Cf. L. de H. de L. à G. F. 20/10/45. Le ‘Prière d’insérer’ est publié en annexe 1.
  • 88 Chacune de ses trois célèbres mises en garde – France, prends garde de perdre ton âme (1941), Franc (...)

39Toutefois, l’exploration de ce dossier compliqué donne à découvrir la hauteur d’âme des deux amis ainsi que la profondeur de leur relation. Tout au long de leurs échanges, si vifs qu’ils aient pu être, et même jusqu’à la fin de sa vie, le P. de Lubac ne rendit pas public son désaccord avec le P. Fessard sur la question du Communisme86. Même s’il ne suivit pas le P. Chaillet dans sa décision de publier France, prends garde de perdre ta liberté aux éditions du Témoignage chrétien, il rédigea cependant un ‘Prière d’insérer’ pour le défendre87. Mieux encore, dans les dernières années de sa vie, le P. de Lubac eut l’honnêteté et l’humilité, marques des grands esprits, de reconnaître d’abord le même caractère prophétique, au sens propre du terme88, à France, prends garde de perdre ton âme (1941, contre le nazisme) et à France, prends garde de perdre ta liberté (1945-1946, contre le communisme) :

  • 89 H. DE LUBAC, Entretien autour de Vatican II. Souvenirs et Réflexions, Paris, France-Catholique/Cerf (...)

C’est pour moi l’occasion de vous citer encore les Cahiers du Témoignage chrétien, pour rappeler que le Père Fessard y a publié en 1945- 1946, cette fois “à l’air libre” un autre cahier, devenu bientôt un livre, intitulé : “France, prends garde de perdre ta liberté !”. Mieux que la plupart des intellectuels, clercs ou laïcs, de son époque, il a su voir, étudier, critiquer dans leurs fondements spirituels, tout au long de sa vie, les grands périls de notre âge. À mon avis, les deux “Cahiers” dont je vous ai parlé sont le symbole de la réponse catholique aux deux plus grandes questions du siècle posées à la culture occidentale89.

  • 90 Cf. DE LUBAC, ibid., p. 90.
  • 91 La Dialectique des Exercices spirituels de saint Ignace de Loyola, t. III : Symbolisme et Historici (...)

40Mais le P. de Lubac eut aussi l’honnêteté et l’humilité de rendre un hommage sans détour au fondement philosophique et théologique de l’analyse fessardienne, en qualifiant d’ouvrage fondamental90 le troisième tome de la Dialectique des Exercices 91, où s’articulent comme nulle part ailleurs les dialectiques majeures de sa méthode.

  • 92 Cette lucidité n’empêcha pas le P. Fessard de reconnaître ses torts dans la crise soulevée par Fran (...)

41Par ailleurs, l’existence d’un tel désaccord entre les deux compagnons, fait apparaître non seulement l’exigence de vérité à laquelle ils exposaient leur amitié, mais par contraste aussi, la solitude du P. Fessard durant ces années d’immédiat après-guerre. Qu’un grand courage lui ait été nécessaire pour mettre en garde d’anciens compagnons de résistance de l’illusion communiste qui les séduisait, au risque de perdre ainsi l’amitié d’un grand nombre et de sembler menacer l’unité de la Résistance, voilà qui va sans dire. Qu’il ne connut pas le réconfort de savoir son discernement pleinement partagé par celui à la sagacité duquel il soumettait presque tous ses travaux, voilà qui ajoute à son courage et à sa lucidité une dimension supplémentaire d’abnégation et les rend dignes d’éloge en vérité92.

42Enfin, qu’il nous soit permis d’espérer que la mise au jour d’un pareil différend convainque certains esprits d’aller découvrir et interroger de plus près la méthode fessardienne d’analyse, qui permit à son auteur de fonder rationnellement ses cris prophétiques et de les proposer aux hommes de bonne foi. Peut-être y trouveront-ils quelques repères utiles pour orienter hic et nunc leur marche, dans une histoire qui, pas moins aujourd’hui qu’hier, demande à être éclairée.

Annexe 1 : Prière d’insérer de la 1ère édition de France, prends garde de perdre ta liberté, octobre 194593

43Les éditions du Témoignage Chrétien inaugurent avec le volume du P. Fessard une collection d’études doctrinales destinées à préciser la position chrétienne en face des grands courants du monde actuel. Cette première étude porte sur le communisme. Cela ne signifie aucunement que le communisme soit le seul danger de l’heure. Un autre cahier paraîtra prochainement qui définira avec la même intransigeance la condamnation chrétienne du capitalisme matérialiste. Cela ne signifie même pas que le communisme nous paraisse aussi condamnable que le capitalisme. C’est au contraire parce qu’il est plus proche de nous, qu’il est la perversion de ce mouvement ouvrier auquel nous nous sommes donnés sans réserve qu’il nous paraît devoir être d’abord dénoncé.

44Nous ne le faisons pas sans hésitation. Nous savons trop que ce livre sera utilisé par des hommes qui sont pour nous de pires adversaires que les communistes. Nous savons aussi qu’il blessera douloureusement des communistes sincères qui y verront une trahison de la cause pour laquelle nous combattons à leurs côtés. Nous savons qu’il risque de creuser un fossé entre certains éléments ouvriers et nous. Tous ces risques, nous nous sentons obligés aujourd’hui de les assumer par fidélité au témoignage chrétien, que nous nous sommes engagés à porter envers et contre tout, par fidélité au Christ, par fidélité aussi à la classe ouvrière, parce que nous savons que notre premier devoir à son égard, c’est de lui dire la vérité.

45On pourra contester l’opportunité de ce livre, à une heure de tractations difficiles entre chrétiens, socialistes et communistes dans cette communauté française où ils doivent apprendre à vivre ensemble. Mais nous étions aussi importuns quand nous publiions, en 194294, France, prends garde de perdre ton âme. Autre est la tâche de ceux qui ont mission d’opérer des conciliations de fait entre des doctrines opposées, autre la tâche de ceux qui ont mission de rappeler ces doctrines. Les communistes eux-mêmes nous en donnent l’exemple qui affirment dans leurs organes doctrinaux les principes du matérialisme athée, mais savent quand il le faut s’accommoder des religions comme ils le font en Russie soviétique.

46On pourra contester aussi telle ou telle position du P. Fessard. Il s’agit d’une œuvre personnelle, dont tous les rédacteurs des Témoignages chrétiens peuvent ne pas partager toutes les vues, s’ils en partagent la position générale. Aussi bien ne s’agit-il pas d’un ouvrage de polémique, mais de l’œuvre d’un théologien qui se propose avant tout pour objet de faire réfléchir quelques esprits non prévenus. Dans un monde où le mensonge devient d’un usage ordinaire, où les hommes ne veulent plus entendre que ce qui flatte leur passion, nous pensons qu’il est plus que jamais utile d’appeler sans ménage- ment chaque chose par son nom et que c’est seulement sur la vérité que peut se construire une communauté nationale.

Annexe 2 : Prière d’insérer de la 2nde édition de France, prends garde de perdre ta liberté, avril 194695.

47En 1941, Témoignage chrétien dénonçait l’équivoque qui condamnait le gouvernement de Vichy à être, bon gré mal gré, le serviteur du Nazisme et de l’Allemand victorieux. Toujours fidèle à la Justice et à la Vérité, il démasque aujourd’hui l’hypocrisie qui contraint le Parti communiste français à être, consciemment ou non, le “Parti de l’étranger” et à promouvoir le triomphe d’une conception du monde aussi pernicieuse que le Nazisme, parce que foncièrement athée.

48Sans s’interdire de toucher aux questions religieuses et politiques de la plus brûlante actualité, le P. Fessard se préoccupe avant tout de pénétrer jusqu’aux principes fondamentaux qui inspirent doctrine, tactique et propagande communistes. Et c’est toujours en fonction de l’athéisme, tare originelle du marxisme, qu’il dévoile la “perversion intrinsèque” à laquelle ces principes doivent leur caractère antichrétien, antinational, antihumain. À propos de quelques bonnes feuilles récemment publiées dans les Études, Pierre Hervé a déjà du reconnaître que « les schémas du P. Fessard étaient puisés aux meilleures sources » (Action, 1-3-46). En parcourant d’un coup d’œil le reste du livre où s’étale une riche documentation de première main, tout lecteur non prévenu pourra se convaincre que ces “schémas” épousent étroitement la réalité communiste. Et une lecture plus attentive lui montrera qu’ils projettent sur elle les rayons d’une critique impitoyable pour la doctrine, mais toujours sereine et mesurée à l’égard des personnes, parce qu’inspirée par une vision du monde essentiellement chrétienne.

49D’aucuns, même non communistes, pourront être choqués par le plan et la structure de ce livre où est mis en lumière, constamment et avec une inflexible logique, le parallélisme du Communisme et du Nazisme. Libre à chacun sans doute de rejeter un tel point de vue. Mais, avant de crier à l’erreur ou à l’injustice, ceux-là devront du moins réfuter les preuves multiples et de tout ordre qui sont ici apportées à l’appui de cette thèse. Quant aux communistes, si fiers de leur matérialisme soi-disant scientifique parce que dialectique et historique, ils auront l’occasion de donner la mesure de leur valeur philosophique en réfutant une critique du marxisme purement immanente parce que de bout en bout dialectique et historique.

50Il y a six mois, on pouvait craindre que la publication d’un pareil livre ne vienne apporter un ferment de discorde au moment où les partis politiques s’efforçaient de sauver l’unité de la Résistance. Mais depuis les événements ont marché… Qui aujourd’hui ne reconnaît ou du moins ne soupçonne qu’un “mensonge” foncier empoisonne notre vie nationale et compromet à chaque instant l’unité du pays ? Seuls le nient ceux qui ont intérêt à le partager. Dévoiler sous ses manifestations protéiformes la nature exacte et la source foncièrement irréligieuse de ce “mensonge”, ne pourra maintenant que contribuer à assainir l’atmosphère et même à faire réfléchir les communistes de bonne foi.

51Pas davantage il n’est à redouter que les partisans plus ou moins larvés du capitalisme et du fascisme puissent – du moins sans mauvaise foi – s’emparer de ce livre et de ses analyses pour nourrir leur propagande. Car, loin de s’opposer à la promotion de la classe ouvrière, le P. Fessard dénonce leur anti-communisme de classe et rappelle aux chrétiens, aux patriotes et aux bourgeois de droite leurs responsabilités dans la création du prolétariat et la croissance du Communisme qui en est la conséquence. Bien plus, en attirant l’attention sur la “communauté de travail” telle que vient de la réaliser Marcel Barbu et en analysant les principes générateurs de cette fondation, la conclusion de son livre montre dans cette vie communautaire le germe d’une révolution véritable, autrement profonde et féconde que la “lutte finale” du mythe marxiste. La seule révolution qui soit capable de dépasser capitalisme et communisme en supprimant effectivement le prolétariat.

52Comprises en fonction d’une telle perspective, toutes les critiques de cet ouvrage, loin d’apparaître purement négatives, prennent une valeur éminemment positive, si tant est même qu’elles ne devancent singulièrement ceux que hante par dessus tout le souci d’être progressiste et de marcher dans le sens de l’Histoire.

Haut de page

Notes

1 Traduction de Stanislas Yen Yong Lien, revue et annotée par Claude Larre, de l’Institut Ricci, in Recherches de science religieuse, t. 72, n° 1, janvier-mars 1984, p. 59-69.

2 H. DE LUBAC, Mémoire sur l’occasion de mes écrits, Paris, Cerf, Œuvres complètes, XXXIII, 2006, p. 168.

3 Cette correspondance s’étend du 3 décembre 1922 (1ère lettre de G. F. à H. de L.) au 9 octobre 1977 (dernière lettre de H. de L.). Aux Archives de la Province de France de la Compagnie de Jésus (Vanves), sa forme dactylographiée regroupe environ deux mille pages !

4 H. DE LUBAC, interview parue dans La Civiltà cattolica, 1er février 1983, reprise dans H. de LUBAC, Mémoire…, p. 476.

5 Cf. DE LUBAC, Mémoire…, p. 169. L’étude de la correspondance s’avère donc des plus utiles pour suivre avec précision la genèse des travaux du P. Fessard.

6 Il y eut déjà une première mésentente à propos d’un manuscrit encore inédit du P. Fessard sur la guerre d’Espagne (écrit entre 1936 et 1938).

7 La correspondance Lubac-Fessard étant encore inédite, nous laisserons abondamment la parole à l’un et à l’autre, en citant largement les éléments principaux du dossier. Le lecteur pourra donc, lui aussi, chercher à se faire sa propre interprétation.

8 Nous ne reprenons pas ici en détail l’histoire complexe de la crise qui secoua la rédaction du Courrier français du Témoignage chrétien à propos de France, prends garde de perdre ta liberté. Pour une première approche, on pourra se reporter aux récits qu’en donne H. de Lubac dans Mémoire…, p. 170, 389-390 et dans Gabriel Marcel-Gaston Fessard. Correspondance (1934-1971), présentée et annotée par Henri de Lubac, Marie Rougier et Michel Sales, Paris, Beauchesne, 1985, p. 324, note 4. Dans Pierre Chaillet. Témoin de la résistance spirituelle, Paris, Fayard, 1988, p. 260-267, R. Bédarida donne une version du différend entre G. Fessard et A. Mandouze, que M. Sales juge partielle et partiale dans l’annotation de la « Correspondance (1941-1948) Rachel Bespaloff – Gaston Fessard », qu’il a publiée et intro- duite dans la revue Conférence, n° 21, automne 2005, p. 613-722 (voir p. 672-673, note n° 49). M. Sales s’appuie notamment sur la thèse de doctorat en histoire de J. P. Gault, Histoire d’une fidélité, Témoignage chrétien 1944-1956, Paris, Éditions Témoignage chrétien, sans date, p. 295-306. On peut particulièrement reprocher à R. Bédarida de n’avoir pas pris en compte deux sources documentaires de première importance (toutes deux disponibles dans les archives du P. Fessard) : la correspondance de Lubac-Fessard à laquelle nous emprunterons beaucoup de références, le dossier constitué par G. Fessard au sujet de France, prends garde de perdre ta liberté – référencé III 24. Cf. également la version que donne A. Mandouze dans Mémoires d’outre-siècle. t. I : D’une résistance à l’autre, Viviane Hamy, septembre 1998, p. 156-160, 172-173. Dans le Dictionnaire des intellectuels français (sous la dir. de J. Julliard et M. Winock), Seuil, 1996, Y. Tranvouez donne une version très courte mais juste de la crise à la rédaction de Témoignage Chrétien (p. 740).

9 Dans une conférence prononcée fin novembre 1944, reproduite dans la Chronique sociale de France (« À propos des rapports entre communistes et catholiques », mars-mai 1945, p. 192-198), le P. Fessard dénonce déjà avec vigueur les ambiguïtés des communistes français dans leur rapport à la patrie. De plus, au fil de « Pour l’avènement d’un monde nouveau », rédigé à la fin de l’année 1944 comme première partie de la conclusion du Journal de la conscience française, et finalement publié à part au troisième trimestre de l’année 1945 (Cahiers du Monde nouveau, I-II, 1945, p. 197- 216 ; repris dans Au temps du Prince-Esclave, 1989, p. 232-263), l’auteur présente brièvement le parallélisme entre Communisme et Nazisme, qui fonde ses prises de position politiques. Par ailleurs, à partir d’octobre-novembre 1944, G. Fessard est invité par Emmanuel Mounier au groupe d’Études marxistes de la revue Esprit, où il signale dès la première réunion la parenté des deux conceptions totalitaires du monde et développe à la séance suivante les principes qui serviront d’armature à France, prends garde de perdre ta liberté (cf. « Correspondance. Réponse de G. Fessard à E. Mounier du 25 janvier 1949 », Études, mars 1949, p. 396).

10 France, prends garde de perdre ton âme !, novembre 1941 (contre le nazisme et la politique de collaboration).

11 L. 08/08/45.

12 Il s’agit de l’éditorial de Temps Présent (du 25 mai 1945, et non du 24), inti- tulé « Réponse aux anticommunistes », signé « T.P. », dont voici les extraits les plus significatifs : « Nous avons trop admiré l’esprit de fraternité des communistes dans les prisons, nous avons trop admiré leur courage dans la résistance et leur intelligence dans l’action, pour rêver aujourd’hui de les voir exclus de la communauté française sous prétexte que leur propagande est insupportable, que leur journal L’Humanité fait de la basse politique et que sa dialectique est d’une grossièreté souvent écœurante, ou parce que la mauvaise foi est une arme qu’ils ne réprouvent pas et que leur France est en train de perdre sa figure. À cause des martyrs du communisme français, à cause de tant de héros qui avaient retrouvé pour eux et pour nous la France, même s’il nous en coûte, nous nous refuserons à l’anticommunisme. […] S’hypnotiser sur le danger communiste est pour notre pays une tentation des plus dangereuses. C’est une obses- sion maladive, qui paralyse la volonté de la France et lui bouche l’horizon. Faire de l’anticommunisme, c’est aller au fascisme sous une forme ou sous une autre. Et ce n’est que le jour où l’on ne fait plus d’anticommunisme que l’on se sent le cerveau et le cœur libérés. »Lorsqu’en octobre 1945 la décision est prise par le P. Chaillet d’imprimer la première édition de France, prends garde de perdre ta liberté (voir supra), le P. Fessard, comme il en avait l’intention (cf. L. 17/09/45 citée plus haut), prendra soin d’avertir Stanislas Fumet, directeur de la rédaction de Temps Présent, qu’il y critique son article du 25 mai 1945, et lui offre de modifier le texte s’il le trouve injuste.« Désireux de prouver dans quel esprit j’avais fait cette critique, j’ai fait droit aux réclamations de Temps Présent en supprimant ou voilant tout ce qui pouvait lui porter préjudice. » (L. au P. Brillet 20/11/45) Ainsi, dans la 1ère édition de France, prends garde de perdre ta liberté, au moment où il analyse les symptômes et premiers cas de “perversion” par le communisme, le P. Fessard ne nomme plus le journal Temps Présent, mais seulement la « presse d’inspiration catholique de Paris et de la province » (p. 93), et la critique point par point de l’éditorial du 25 mai 1945 (p. 94,3- 98,1) s’opère sans que celui-ci soit référencé et sans que le nom de son auteur, Stanislas Fumet, soit dévoilé – Fessard parle seulement de « notre ami ». De même, la mention de Temps Présent disparaît dans la conclusion (p. 125,3). Elle est main- tenue dans la Postface (p. 146,2) où elle ne nuit pas.

13 J. LACROIX, « Les catholiques et la politique », Esprit, n° 7, juin 1945, p. 70-78.

14 Idem.

15 Cf. H. DE LUBAC, Le Drame de l’humanisme athée (1945), même si cet ouvrage, désignant à peine le marxisme, visait surtout Auguste Comte (p. 141-278), et par là Charles Maurras (voir M. SALES, art. cit., p. 696-697, note 61).

16 « C’est vraiment sans motion externe d’aucune sorte et sans aucune visée politique, uniquement pour libérer ma conscience de toute participation à l’équivoque communiste, que je me suis mis au travail » (L. au P. Brillet 20/11/45).

17 Professeur de philosophie, proche d’Emmanuel Mounier et co-fondateur de la revue Esprit en 1932, Jean Lacroix (1900-1986) fut aussi longtemps responsable de la chronique philosophique au journal Le Monde. C’est le 10 octobre 1945 finale- ment que le P. de Lubac apportera à son ami J. Lacroix un exemplaire du manuscrit, accompagné d’une lettre (datée du 7 octobre) où le P. Fessard, avec grande délicatesse, dit soumettre ses analyses aux remarques et aux critiques de son ami lyonnais. Lacroix, particulièrement sensible à cette attention, lui répond dès le 11 octobre. Après quelques concessions – spécialement sur la formule « L’anti-communisme politique, c’est la trahison déclarée ou virtuelle » (Esprit, juin 1945, p. 75) critiquée par Fessard –, il reproche au jésuite le ton général du livre, c’est-à-dire en réalité le parallélisme strict sur lequel il est fondé. « Il n’est pas absolument juste de comparer, comme vous le faites perpétuellement, “notre” attitude avec celle des traîtres pro- hitlériens, car il faudrait pour cela que les conditions soient identiques et que nous soutenions le communisme, ce que d’ailleurs nous ne faisons pas, tandis que la Russie occuperait la France. […] Mon sentiment en d’autres termes est qu’en se voyant perpétuellement comparé à un nazi, alors qu’il peut être bien différent, le communiste qui vous lira croira avec une espèce d’ignorance invincible qu’il y a là une manœuvre et se réjouira sans remords et sans honte de ce qu’il s’imaginera être un prétexte valable à sa colère et à son ressentiment. »Ayant reçu le 27 novembre 1945 un exemplaire imprimé de la 1ère édition de France, prends garde de perdre ta liberté envoyé par A. Mandouze (L. de J. L. à G. F. 07/12/45), le philosophe lyonnais se livre à une lecture plus précise (il y admire notamment l’analyse de l’État et de la Nation, et celle du politique, de l’économique et du national comme composantes du social), qui donne lieu à une longue lettre où il répète ces critiques de forme. « Vis-à-vis des communistes, j’estime que le ton est tel que l’ouvrage leur est spirituellement imperméable (et je suis payé pour savoir la façon dont ils répondent ! Mais derrière le partisan, dont je n’ignore pas la réaction, je dois malgré tout respecter l’homme). Quant aux chrétiens dont vous parlez, vous jetterez un total discrédit sur eux dans certains milieux où ils ne pénètrent déjà guère. Tel qu’il est, votre ouvrage sera utilisé en faveur de l’“anti-communisme de classe”, non pas tant à cause du fond que j’approuve, que des expressions, titres etc. » (L. 28/11/45). Au passage, Lacroix révèle qu’il s’est opposé à la plupart de ses amis qui voulaient empêcher à tout prix la parution de France, prends garde de perdre ta liberté. Répondant le 2 décembre, le P. Fessard assure son ami qu’il fera tout son possible pour répondre à ses remarques, notamment à celle qui lui reproche d’avoir laissé entendre qu’il entre d’une manière ou d’une autre dans la catégorie des « chrétiens communisants ».

18 Né en 1896 et mort en 1983, Stanislas Fumet, écrivain et journaliste, direc- teur des éditions Desclée de Brouwer entre 1934 et 1937, était depuis 1938 directeur littéraire de l’hebdomadaire Temps Présent (cf. notre note n° 12).

19 L. 17/09/45.

20 Voir L. 03/10/45.

21 L. 24/09/45.

22 L. 03/10/45. Voir également la L. 11/10/45 : « Votre parallélisme vous entraîne à forcer certains traits, à n’en voir pas d’autres. »

23 Avec l’avis favorable des PP. Lebreton, d’Ouince, Beirnaert et Daniélou (L. P. Chaillet à H. de L. 10/10/45). Dans une lettre à H. de L. du 28/10/45, J. Daniélou dit être décidé à démissionner de Témoignage Chrétien si la brochure du P. Fessard n’est pas acceptée (cf. Gabriel Marcel-Gaston Fessard. Correspondance, p. 326-327).

24 Cf. L. au P. Chaillet du 20/11/45.

25 Comme semble l’indiquer la mention du dépôt légal à la dernière page du livre, l’impression a dû commencer le 11 octobre 1945, et s’est achevée au plus tard le 18 octobre (L. au P. Brillet 20/11/45). La volonté du P. Chaillet était de pouvoir diffuser la brochure juste après les élections du 21 octobre 1945 (voir note suivante), c’est-à-dire dans les meilleures conditions pour que sa parution n’ait pas un sens poli- tique (L. au P. Brillet 20/11/45). Le nom de Gaston Fessard n’apparaît pas sur la page de couverture, mais seulement la mention : « Par l’auteur de France prends garde de perdre ton âme, 1er Cahier clandestin du Témoignage Chrétien ». Le livre compte 151 pages.

26 Élections législatives pour l’Assemblée nationale constituante du 21 octobre 1945

27 L. 20/10/45. On trouvera en annexe 1 le ‘Prière d’insérer’ de la 1ère édition de France, prends garde de perdre ta liberté !, retrouvé dans les archives du P. Gaston Fessard (dossier III 24 2). Étant donné son style et ses nuances, ce texte est sans aucun doute, selon le P. Michel Sales, du P. de Lubac. On pourra le comparer au ‘Prière d’in- sérer’ de la 2nde édition, présent dans le dossier III 24 1, et reproduit également en annexe 2, qui est, quant à lui, de la main du P. Fessard, et répond manifestement à certaines réserves du premier tract de présentation.

28 Cf. L. au P. Brillet 20/11/45.

29 Normalien et agrégé de lettre, André Mandouze (1916-2006) participe activement auprès du P. Chaillet à la rédaction des Cahiers puis du Courrier français du Témoignage Chrétien, dont il devient le rédacteur en chef à partir du n° 3 (septembre 1943). Suite à la crise de France, prends garde de perdre ta liberté, il démissionne de Témoignage Chrétien en décembre 1945. Après la guerre, il devient membre fonda- teur de l’Union progressiste de France (1948). Universitaire à Alger dès 1946, il militera pour l’indépendance de l’Algérie.

30 Dans une “Note à l’usage de quelques pères sur la question du Communisme”, du 20 octobre 1945 (dossier III 24 2), A. Mandouze explique ainsi sa posi- tion : le livre du P. Fessard doit paraître, mais pas aux éditions du Témoignage Chrétien, de peur de voir la contestation qu’il va immanquablement soulever, refluer sur le journal en le privant de ses lecteurs non chrétiens issus du monde populaire.

31 La 1ère édition ne fut pas distribuée mais mise au pilon (cf. A. MANDOUZE, Mémoires…, p. 157). Certains exemplaires circulèrent néanmoins, et le P. Fessard en conserva, jusqu’à sa mort, près d’une centaine que le P. Sales recueillit 128 rue Blomet (Paris XVe), jusqu’à son transfert dans la communauté jésuite du 42 rue de Grenelle (Paris VIIe) fin avril 2000.

32 L. 16/11/45.

33 L. 17/11/45.

34 Sous la forme de trois articles prévus pour les Études de 1945 et qui consti- tuent déjà la charpente du Mystère de la Société. Celui-ci fut partiellement publié sous la forme de deux longs articles dans les Recherches de science religieuse (janvier et avril 1948), puis repris dans l’Esquisse du Mystère de la Société et de l’Histoire (De l’Actualité historique, t. I : À la recherche d’une méthode, Desclée de Brouwer, 1960, p. 121-211). M. Sales en a donné une édition complète dans G. FESSARD, Le Mystère de la Société. Recherches sur le sens de l’histoire, texte établi et présenté par Michel Sales avec la collaboration de Txomin Castillo, précédé de « Gaston Fessard (1897- 1978) – Genèse d’une pensée » par M. Sales, p. 5-133, Bruxelles, Culture et Vérité, Lessius, 1997, 658 p. (voir « Justification et genèse de la constitution du manuscrit de cet ouvrage, schéma de sa constitution et recension des manuscrits de G. Fessard concernant Le Mystère de la Société, op. cit., p. 621-639).

35 Voir L. 12/08/45. « Je vous en ferai quelques légères critiques : vous mettez trop sur le même plan, dans un parallélisme très poussé, Marx et Hitler ; au moins un mot dans une préface devrait rétablir les proportions. »

36 L. 6/01/46.

37 L. 14/01/46.

38 L. 12/08/45. Dans une lettre du 09/10/45 à propos de la brochure, le P. de Lubac ajoutera en passant : « Vue bien artificielle sur le nazisme qui “garde encore quelque chose de la transcendance chrétienne” – Ce sont là, – pardonnez-moi, – les petits côtés, les tics de votre dialectique. »

39 L. 26/01/46.

40 L. 29/01/46.

41 « Que voulez-vous, il ne m’a pas été très agréable de voir Lacroix se couvrir derrière votre autorité pour appuyer ses remarques » (L. 29/01/46). Le P. Fessard songe sans doute ici à une L. du 11/10/45, où J. Lacroix, « à la demande même du P. de Lubac », se plaint du ton général de la brochure ainsi que de la comparaison parallèle entre communiste (ou chrétien communisant) et nazi. Voir la première partie de notre note n° 17.

42 L. 31/01/46.

43 Cf. L. 12/08/45.

44 À propos de ce second épisode, on pourra se référer à ce qu’en dit H. DE LUBAC dans Gabriel Marcel-Gaston Fessard. Correspondance, p. 323-328, notes 3 et 4 ; p. 337-340.

45 Éditée sans aucune note dans Le catholicisme social face aux grands courants contemporains. Semaines Sociales de France. Paris, 1947, XXXIVe Session, Lyon, Chronique sociale de France, 1948, p. 199-214. Une version revue et largement augmentée (spécialement de notes) de cette leçon sera rapidement publiée en deux parties dans les Études : « L’idée chrétienne de l’homme et la recherche d’un homme nouveau », octobre 1947, p. 3-25, novembre 1947, p. 145-169. Puis une dernière version, intégrant les acquis principaux de l’analyse fessardienne de Marx, sera diffusée dans Affrontements mystiques, 1950, p. 15-92 sous le titre « La recherche d’un homme nouveau » (cf. supra, note n° 71).Seule la première version comporte des titres et des sous-titres : I. L’homme nouveau et notre foi (199-203). Ambition nouvelle de l’humanité (200). Objections pessimistes (200-201). Providence, nature et destin (201-202). Prométhée (202-203). II. Dangers et Défenses (203-205). Le rejet de la Paternité divine (203-204). La méprise tragique (204-205). Le yogi et le chrétien (205). III. L’idée marxiste (205- 209). Le marxisme, phénomène spirituel (205-207). Les contradictions du marxisme (207-209). IV. L’idée chrétienne de l’Homme (209-204). Le risque de la déception (210). L’espoir chrétien (210-211). Le péché (211). L’insatisfaction humaine (212- 213). La conscience du genre humain (213-214).

46 L. 21/11/47.

47 Le P. Fessard reproche notamment aux jeunes intellectuels d’Esprit, encadrés par E. Mounier et J. Lacroix, d’y prendre « bruyamment position contre la Troisième Force, afin d’écarter plus sûrement “le fascisme qui vient en France”, – c’est-à-dire le général de Gaulle, – et appelle tous les non-fascistes à “collaborer” activement avec les communistes » (« Le problème du Communisme, Philosophes et philosophie soviétiques d’après Jdanov », Études, février 1948, p. 221).

48 Laissant de côté, une nouvelle fois, l’achèvement de son Mystère de la Société, le P. Fessard critiquera les positions de la revue Esprit, en particulier celles de Mounier et Lacroix, en rédigeant deux longs articles : « Le problème du Communisme, Philosophes et philosophie soviétiques d’après Jdanov », Études, février 1948, p. 219-247 (que le P. de Lubac jugera fort intéressant dans une lettre à G. F. 27/02/48), et « Le Communisme va-t-il dans le sens de l’Histoire ? », Psyché, n° 21, juillet-août 1948, p. 844-872 [Tiré à part suivi d’une lettre d’E. Mounier et de Remarques sur cette lettre, en dépôt chez l’A., 44 p. ].

49 « L’Homme marxiste », in Le catholicisme social face aux grands courants contemporains. Semaines Sociales de France. Paris, 1947, XXXIVe Session, Lyon, Chronique sociale de France, 1948, p. 127-153. J. Lacroix y trace un tableau très flat- teur, non de la doctrine, mais du comportement « intellectuel et pratique » de l’homme marxiste en se plaçant « sur le plan vital » – plan sur lequel une réfutation intellectuelle de l’homme marxiste lui semble difficilement concevable. Critiquant l’abstraction de cette séparation complète entre le plan vital et le plan intellectuel, qui fait fi des contradictions internes des textes de Marx, Fessard montre au contraire comment l’athéisme du marxisme rejaillit intrinsèquement sur tout le comportement intellectuel et pratique de l’homme marxiste, pour finir par pervertir son humanisme en inhumanité (cf. « Le problème du Communisme… », p. 245-247). Et il estime en outre insuffisante la seule réserve qu’exprime Lacroix au sujet des contradictions internes du marxisme : l’absence de cette « affirmation intégrale » que constitue la « fin de l’histoire ». S’efforçant de faire droit à cette dernière critique, Lacroix reprendra son texte pour en faire le premier chapitre de Marxisme, Existentialisme, Personnalisme, P.U.F, 1950. G. Fessard discutera et critiquera ce nouvel exposé dans De l’Actualité historique, t. II : Progressisme chrétien et apostolat ouvrier, Desclée de Brouwer, 1960, p. 468-475.

50 Cf. note précédente.

51 E. MOUNIER, Compte-rendu de France, prends garde de perdre ta liberté, Esprit, octobre 1946, p. 473-480.

52 L. 11/01/48

53 L. 15/01/48.

54 Cf. J. LACROIX, « La troisième force », Esprit, décembre 1947, p. 928-939.

55 Lettre sans date, à placer entre le 15 et 21 janvier 1948. « Malgré la forme qu’elle prend, cette lettre ne veut pas être un plaidoyer ; je voudrais plutôt qu’elle vous ouvre un peu mon cœur, – mon vieil et très cher ami. »

56 L. 21/01/48.

57 L. 26/01/48.

58 « Le Communisme va-t-il dans le sens de l’Histoire ? » (cf. note n° 48).

59 Voir L. 16/04/46.

60 L. 01/03/48.

61 “Pax Nostra”. Examen de conscience international, Grasset, 1936. C’est le premier grand livre publié par l’auteur.

62 L. 05/03/48.

63 Le P. de Lubac fait ici implicitement référence à un article intitulé « Communisme », paru dans le n° 5 du Courrier français du Témoignage Chrétien tiré à 50.000 exemplaires en novembre 1943 (reproduit dans Cahiers et Courriers clandestins du Témoignage chrétien, 1941-1944, réédition intégrale en fac-similé, Paris, éd. Renée Bédarida, 13, rue Jacob, Paris 6e, 1980, t. II, p. 242-243), où le P. Yves de Montcheuil distingue soigneusement de la propagande anticommuniste menée à l’époque par le régime nazi et le gouvernement de Vichy, l’attitude du chrétien qui, travaillant avec les communistes à libérer la France, cherche à découvrir les valeurs authentiques du communisme tout en les séparant rigoureusement de ce qui les défigure. Dans l’année 1945, André Mandouze se servira de cet article pour tenter d’opposer aux vues du P. Fessard la figure héroïque et incontestable du P. de Montcheuil, assassiné par la Gestapo en août 1944. Il le publiera de nouveau dans le même hebdomadaire (n° 57 intitulé « Unité ouvrière ? Oui ! Mais sans équivoque », 29 juin 1945), de manière partielle – ne sont pas reproduits les quatre premiers paragraphes qui décrivent la situation de novembre 1943 : propagande anticommuniste, lutte des patriotes avec les communistes contre la “collaboration” et “l’ordre nouveau” – et avec la mention suivante : « Un de nos témoins, le Père de Montcheuil, assassiné par les Allemands, a traité ce problème dans notre courrier clandestin en novembre 1943, avec la loyauté intellectuelle et la générosité rayonnante qui font de son message un testament spirituel pour ses amis ». La position de Mandouze ne variera pas jusqu’à la fin de sa vie, comme en témoignent ses Mémoires (t. I., p. 157). Dans la 1ère édition de France, prends garde de perdre ta liberté, le P. Fessard soulignera au contraire combien ses prises de position de 1945 s’harmonisent sans peine avec celles de son frère et ami (cf. p. 5 – la citation du P. de Montcheuil est en gras) ; dans la 2nde édition, ajoutant pas moins de 12 pages pour introduire cette citation (p. 25), il développera la nécessité de « distinguer avec une rigueur extrême le bien du mal chez le communiste, la vérité de l’erreur dans sa doctrine » (p. 13).

64 L. 06/03/48 (la date est soulignée par le P. de Lubac).

65 Au mois de septembre 1948, le P. Fessard envisageait de publier un petit livre, intitulé Communisme et Sens de l’Histoire, où il aurait réuni les deux articles d’Études et de Psyché avec sa longue réponse de 86 pages à E. Mounier (cf. L. 01/09/48). Le débat avec Mounier se poursuivra l’année suivante (cf. lettre à Emmanuel Mounier [Extrait] du 3 avril 1949, in De l’Actualité historique, t. II : Progressisme chrétien et apostolat ouvrier, Desclée de Brouwer, 1960, p. 419-429). À partir de cette année cruciale (1949), d’autres affaires occuperont la correspondance entre le P. de Lubac et le P. Fessard, spécialement une controverse avec les PP. J. Maydieu et Z. Serrand (cf. Gabriel Marcel-Gaston Fessard. Correspondance, p. 342-343, note 2). Dans les premiers jours de 1950, le P. de Lubac reçut une lettre secrète du Père général de la Compagnie de Jésus, lui demandant de quitter les Recherches de science religieuse et de cesser tout enseignement à partir de l’été (cf. DE LUBAC, Mémoires…, p. 66).

66 L. 19/09/48.

67 Voir note n° 65.

68 L. 27/11/48. C’est nous qui soulignons.

69 Voir note n° 45.

70 L. 10/08/49.

71 Voici ces références (les numéros de pages entre parenthèses renvoient à la nouvelle édition des œuvres complètes du P. de Lubac) : Affrontements mystiques, p. 57 (275), note 1 : à propos du fameux texte de Marx sur la fin du communisme (Manuscrits de 1844), de Lubac renvoie au Dialogue catholique-communiste est-il possible ? (1937), ainsi qu’au long développement intitulé « Le Communisme, doctrine antihumaine », dans France, prends garde de perdre ta liberté, p. 121-160 (légère erreur dans la référence puisque le texte du P. de Lubac indique p. 129-160) ; p. 57-58 (276-277), note 2 : de Lubac intègre les analyses du Dialogue sur le même texte de Marx que précédemment (cette note est très importante car elle signale la possibilité, entrevue par Fessard en 1937, d’une interprétation du communisme qui permette au chrétien d’en assimiler la vérité) ; p. 59 (278), corps du texte et note 1 : ajout d’un développement sur le danger mortel d’une compromission imprudente avec le parti communiste (le discernement du Dialogue et de France, prends garde de perdre ta liberté est donc pleinement partagé) ; p. 61 (279), note 5 (6) : mention est faite de l’hésitation congénitale des disciples de Marx entre le rationalisme du progrès continu et le mysticisme de la fin véritable, telle que Fessard la décrit dans France, prends garde de perdre ta liberté, p. 134.Au passage, dans le compte-rendu d’Affrontements mystiques signé de ses initiales (n°1 de la revue mensuelle Cahiers critiques du Communisme, Paris, éd. du Monde Nouveau, 1er trimestre 1951, p. 20-22), le P. Chaillet, découvrant pour l’occasion le « texte étonnant » (p. 21) de Marx sur la fin véritable du communisme, semble en attribuer la révélation au livre du P. de Lubac.

72 Cf. L. à G. F. 26/01/48.

73 Ce que le P. de Lubac reconnaît de manière indirecte lorsqu’il écrit à Fessard : « dans le recul provincial de Fourvière, votre brochure se fût faite meilleure encore » (L. 17/11/45).

74 La main tendue. Le Dialogue catholique-communiste est-il possible ?, Paris, Grasset, juin 1937, 246 p.

75 Cf. par exemple Autorité et Bien commun, Paris, Aubier, 1944, p. 86.

76 Ibid., p. 91, 96, 101.

77 Cf. L. à G. F. 15/01/48.

78 Cf. par exemple L. à G. F. 14/11/45. Durant toute cette période de crise, le P. Fessard soutiendra et encouragera son ami. Dans une lettre du 29/05/48, il aura ces mots prophétiques : « Je suis persuadé qu’après la période d’attaques et d’incompréhensions où vous êtes actuellement, on vous rendra justice et que vous finirez dans la peau d’un consulteur du Saint-Office sinon d’un Cardinal… »

79 Pour s’en convaincre, il suffit de comparer les index de noms propres de leurs livres respectifs. Là où le P. de Lubac s’intéresse, avec l’érudition et l’habileté universitaire que l’on connaît, aux auteurs théologiques et philosophiques qui composent une tradition ou une école de pensée, le P. Fessard étend son champ d’investigation aux acteurs qui font l’actualité au sens le plus banal du terme. Au reste, son ami lui reprochait le caractère “hybride” de certains de ses travaux (cf. L. 16/04/46).

80 Voir L. de G. F. à H. de L. 21/01/48.

81 Qu’il s’agisse de trois articles inédits de 1945 et prévus initialement pour la revue Études (cf. note n° 34), ou des deux articles parus en 1948 dans les Recherches de science religieuse sous le titre « Le Mystère de la Société. Recherches sur le sens de l’Histoire ».

82 Pour une présentation fouillée de ces trois dialectiques et de leurs rapports, voir notre thèse L’Anthropologie sociale du Père Gaston Fessard, suivi d’un inédit de G. Fessard que nous introduisons et présentons, Collaboration et Résistance au pouvoir du Prince-Esclave (octobre-décembre 1942), Paris, P.U.F., avril 2009, 841 p.

83 La Dialectique des Exercices spirituels de saint Ignace de Loyola, t. I :

Temps, Liberté, Grâce, Paris, Aubier, 1956, 367 p.78.

84 La L. 12/08/45 est la plus significative à ce propos. Voir également les L. 09/10/45 et 01/03/48.

85 Cf. L. 21/01/48.

86 Voir par exemple la L. de H. de L. à G. F. 17/11/45.

87 Cf. L. de H. de L. à G. F. 20/10/45. Le ‘Prière d’insérer’ est publié en annexe 1.

88 Chacune de ses trois célèbres mises en garde – France, prends garde de perdre ton âme (1941), France, prends garde de perdre ta liberté ! (1945-1946), Église de France, prends garde de perdre la foi ! (1979) – a paru « au moment opportun, sans le programmer » (interview parue dans La Civiltà cattolica, 1er février 1983, reprise dans DE LUBAC, Mémoire…, Œuvres Complètes, p. 477).

89 H. DE LUBAC, Entretien autour de Vatican II. Souvenirs et Réflexions, Paris, France-Catholique/Cerf, 1985, 2007, p. 17.

90 Cf. DE LUBAC, ibid., p. 90.

91 La Dialectique des Exercices spirituels de saint Ignace de Loyola, t. III : Symbolisme et Historicité, texte établi et édité par Michel Sales avec une correspondance inédite entre G. Fessard et Claude Lévi-Strauss, Paris, Éd. Lethielleux, 1984, 529 p.

92 Cette lucidité n’empêcha pas le P. Fessard de reconnaître ses torts dans la crise soulevée par France, prends garde de perdre ta liberté. Pour exemple, voilà ce qu’il écrivit à A. Mandouze le 22 novembre 1945 : « Vous et moi comme tous au T.C., nous croyons au Christ et voulons témoigner de la charité de l’Esprit qui est capable de surmonter toutes les oppositions, et de renverser tout mur d’inimitié pour instaurer entre les hommes divisés sa Paix qui est la nôtre. Si nous ne sommes pas capables, tous les deux et tous ensemble, de trouver cette issue et réaliser cette Paix entre nous, croyez-vous que nous pourrons avec quelque chance de succès, nous présenter comme “témoins du Christ” et proclamer que nous pouvons réconcilier bourgeois et communistes et que nous avons le secret de la paix sociale et internationale ? Mais, vous le savez aussi bien que moi, le chemin de cette union passe toujours par le Croix et la mort à soi-même. C’est à moi de vous donner l’exemple et de faire le premier pas. Aussi vous ai-je confessé mes torts : j’ai écrit ce livre trop vite et en ne tenant pas assez compte du public et du communiste qui le lirait ; je n’ai pas assez tenu compte des remarques du P. de Lubac au sujet du ton ; je n’ai pas assez pardonné au fond du cœur la déloyauté de Vaillant-Couturier à mon égard en 1937 ; je n’ai pas dit un certain nombre de choses que je considérais comme allant de soi et que vous jugez comme capitales à réaffirmer… J’accepte tous ces reproches et de pires encore. Les remous que ces déficits ont provoqués chez vous et vos amis me convainquent, croyez-le bien, qu’ils ne sont pas sans fondements. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

P. Frédéric Louzeau, « Gaston Fessard et Henri de Lubac », Revue des sciences religieuses, 84/4 | 2010, 517-543.

Référence électronique

P. Frédéric Louzeau, « Gaston Fessard et Henri de Lubac », Revue des sciences religieuses [En ligne], 84/4 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 29 septembre 2016. URL : http://rsr.revues.org/309 ; DOI : 10.4000/rsr.309

Haut de page

Auteur

P. Frédéric Louzeau

Président de la Faculté Notre-Dame, Paris

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page