Navigation – Plan du site
Recensions

Marc Bochet, Ruth la Moabite et la fille de Jephté le Galaadite. Deux destins croisés, celle qui est sacrifiée et celle qui se sacrifie et La Montagne où souffle l’Esprit. De l’Ararat à l’Annapurna et de la Bible et à la littérature

Denis Donetzkoff
p. 115-116
Référence(s) :

Marc Bochet, Ruth la Moabite et la fille de Jephté le Galaadite. Deux destins croisés, celle qui est sacrifiée et celle qui se sacrifie, Paris, Honoré Champion, coll. « Champion Essais, 25 », 2013, 276 p. et La Montagne où souffle l’Esprit. De l’Ararat à l’Annapurna et de la Bible et à la littérature, Paris, Honoré Champion, coll. « Champion Essais, 33 », 2015, 282 p.

Texte intégral

1Docteur en littérature comparée, Marc Bochet a déjà publié plusieurs études sur la postérité littéraire et artistique de figures et de thèmes bibliques depuis sa Présence de Job dans le théâtre d’après-guerre II en France, publiée en 1988 chez Peter Lang à Berne. On lui doit ainsi des recherches sur Job (2000), Jonas (2006), Salomé (2007), l’enfant prodigue (2009), l’âne (2010), l’arche de Noé (2011), Esther (2012) et enfin les deux études dont il est rendu compte dans ces lignes. M. B. les examine selon le double principe de la transversalité – approche tant littéraire qu’artistique – et de la longue durée – de la Bible au xxe siècle –. Il ne faut cependant pas chercher dans ces deux ouvrages une présentation organique du développement d’un thème au travers des siècles, comme l’ont fait par exemple, dans leurs ouvrages déjà anciens, mais toujours actuels, Philippe Ariès, dans le domaine historique, étudiant la mort en Occident du Moyen âge à l’époque contemporaine, ou dans le domaine littéraire, Max Milner, scrutant la présence du diable dans la littérature française de Cazotte à Baudelaire. Il s’agit plutôt ici d’une juxtaposition d’études éclatées : d’abord sur « Ruth la Moabite » qui « se sacrifie, mais en même temps […] est sacrifiée » et de la fille de Jephté qui, elle, « est sacrifiée, mais en même temps » se sacrifie ; ensuite, sur « le rôle spirituel de la Montagne, comme passerelle entre la Terre et le Ciel, des montagnes bibliques aux montagnes les plus éminentes » de la Terre.

2Une recension exhaustive des deux ouvrages considérés est impossible, étant donnée leur nature même. L’approche la plus fructueuse consiste peut-être pour le lecteur à en parcourir la table des matières pour décider (sur un coup de cœur ? une interrogation personnelle ?) par quelle entrée il pénètrera dans cette approche « impressionniste » des thèmes présentés. Il y trouvera également une richesse documentaire particulièrement impressionnante, dont témoignent les notes de bas de page : elles ouvrent des fenêtres sur des horizons multiples, comme autant d’invitations à de nouveaux voyages et à des découvertes ultérieures.

3La partie consacrée à l’étude proprement biblique des sujets représente, pour le premier volume, moins d’un tiers du livre, et pour le second, un peu moins d’une centaine de pages sur les 276 de l’ensemble. M. B. y lit le texte biblique en littéraire, non en exégète ou en théologien. Ce n’est d’ailleurs pas son propos : « La présente étude a pour but d’écouter, du haut des cimes des montagnes sacrées de la Bible, d’où s’élève le Souffle de l’Esprit Saint et comment il se répercute dans l’imaginaire des écrivains sur les sommets inspirés de la littérature » (p. 9), écrit-il dans son introduction à La Montagne où souffle l’Esprit (on reconnaît dans ce titre un écho de La colline inspirée de Maurice Barrès : « Il est des lieux où souffle l’esprit… Il est des lieux qui tirent l’âme de sa léthargie, des lieux enveloppés, baignés de mystère, élus de toute éternité pour être le siège de l’émotion religieuse »). Il précise, dans les premières pages de Ruth la Moabite : « Le livre de Ruth et le récit du sacrifice de la fille de Jephté dans le livre des Juges ne sont pas nés de rien, ils renvoient en miroir à d’autres textes, soit en amont, soit en aval » (p. 7). M. B. s’attache précisément à découvrir et à parcourir cet avant et cet après. Qui acceptera d’entrer dans cette démarche, et de laisser vibrer son cœur autant que son intelligence, trouvera dans ces deux ouvrages, à travers des textes mais aussi des œuvres d’art d’auteurs et d’époques variés, quels échos divers ont éveillé au cours des siècles, comme des pierres lancées dans l’eau provoquent la naissance de cercles d’ondes concentriques d’ampleur toujours plus étendue, aussi bien les montagnes de la Bible que la fille de Jephté et Ruth.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Donetzkoff, « Marc Bochet, Ruth la Moabite et la fille de Jephté le Galaadite. Deux destins croisés, celle qui est sacrifiée et celle qui se sacrifie et La Montagne où souffle l’Esprit. De l’Ararat à l’Annapurna et de la Bible et à la littérature », Revue des sciences religieuses, 90/1 | 2016, 115-116.

Référence électronique

Denis Donetzkoff, « Marc Bochet, Ruth la Moabite et la fille de Jephté le Galaadite. Deux destins croisés, celle qui est sacrifiée et celle qui se sacrifie et La Montagne où souffle l’Esprit. De l’Ararat à l’Annapurna et de la Bible et à la littérature », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/1 | 2016, mis en ligne le 29 mars 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://rsr.revues.org/3082

Haut de page

Auteur

Denis Donetzkoff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page