Navigation – Plan du site

De l’invention d’un judaïsme dans l’Italie fasciste

Un cas d’auto-conversion spontanée
Kathy Agazzini
p. 63-80

Résumés

En 1931, San Nicandro, un petit village du Gargano (Pouilles), devient le théâtre d’un événement inédit : l’auto-conversion au judaïsme de plusieurs familles, guidées par Donato Manduzio, un invalide de guerre dont les pouvoirs de guérisseur sont réputés. Après la lecture de l’Ancien Testament, il se sent attiré par la religion d’Israël, intimement convaincu qu’elle peut répondre à ses attentes existentielles. Dès lors, ce « Moïse des Pouilles » se sent investi d’une mission prophétique et orchestre un retour aux sources religieuses.
Après avoir identifié les éléments fondateurs de la soudaine conversion, nous nous sommes attachés à identifier les mécanismes de la conversion collective en soulignant le charisme indéniable de Manduzio. Enfin, nous avons tenté d’appréhender les limites psychologiques d’un épisode qui demeure inédit à l’époque contemporaine et qui reste comparable à une forme primitive de révolte religieuse.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en janvier 2018.

Plan

I. Les éléments fondateurs du nouvel horizon religieux
II. De l’investiture divine individuelle à la conversion collective
III. Limites psychologiques et transhumance en Israël 

Aperçu du texte

Le xixe siècle se caractérise par un « dynamisme visionnaire » important comme en témoigne, par exemple, l’activité prophétique de Bernadette Soubirous (1844-1879) dans un contexte où l’Église ressent le besoin de reprendre ses fonctions d’autorité et de guide marial. Pour cette raison, le phénomène de l’apparition revêt une valeur symbolique forte pour des jeunes gens tels que Catherine Labouré en 1830 (rue du Bac à Paris) ou Mélanie Calvat en 1846 (La Salette). Le tombeau de cette dernière se trouve près de Bari, en Italie du Sud, puisque c’est à Altamura (Pouilles) qu’elle mourut en exil en 1904. Le xxe siècle, quant à lui, connaît des traumatismes comme la Grande Guerre, qui engendrent des mutations sur le plan religieux, suscitant, en France mais aussi en Italie, une forte imprégnation dévotionnelle. Le sud italien, dans les années Trente, est une terre isolée, abandonnée et miséreuse comme le dénonce Carlo Levi (1902-1975), en résidence surveillée en Lucanie, l’actuelle région...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kathy Agazzini, « De l’invention d’un judaïsme dans l’Italie fasciste », Revue des sciences religieuses, 90/1 | 2016, 63-80.

Référence électronique

Kathy Agazzini, « De l’invention d’un judaïsme dans l’Italie fasciste », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/1 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/3058 ; DOI : 10.4000/rsr.3058

Haut de page

Auteur

Kathy Agazzini

Docteure en Civilisation italienne. Université de Lorraine. Membre de LIS – Littératures Imaginaire Sociétés

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page