Navigation – Plan du site

L’incompréhensible demeure

Françoise Vinel
p. 451-465

Résumés

Les parallèles présentés dans l’article entre théologie des Pères et philosophie contemporaine, de Grégoire de Nysse et Jean Chrysostome à Wittgenstein et Jonas, visent à souligner combien les catégories de l’incompréhensible et de l’ineffable constituent de manière récurrente des pierres d’achoppement. La question de Dieu y est évidemment liée, ce qui n’est pas sans faire place, chez les Pères, à l’articulation paradoxale d’un discours où Dieu, dans sa bienveillante Providence, châtie, rétribue, soutient dans l’épreuve, et d’une théologie négative, d’« un temps pour se taire ».

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « L’incompréhensible demeure », Revue des sciences religieuses, 84/4 | 2010, 451-465.

Référence électronique

Françoise Vinel, « L’incompréhensible demeure », Revue des sciences religieuses [En ligne], 84/4 | 2010, mis en ligne le 15 novembre 2014, consulté le 22 août 2014. URL : http://rsr.revues.org/300 ; DOI : 10.4000/rsr.300

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Faculté de théologie catholique, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page