Navigation – Plan du site

Liminaire

Isabel Iribarren, Françoise Vinel et Jean-Pierre Wagner
p. 387-388

Texte intégral

  • 1 J.H. Newman, L’idée d’université définie et expliquée. Les Discours de 1852, traduction d’E. Robilla (...)

1« L’Université ne se propose ni d’influencer moralement, ni de rien produire au plan technique. Elle ne fait profession d’exercer l’esprit ni à la pratique de l’art ni à celle du devoir. Sa fonction propre est de cultiver l’intelligence. Si elle y réussit, elle peut donner ensuite congé à ses étudiants et considérer qu’elle a accompli sa tâche. Elle enseigne à l’intelligence à bien raisonner dans tous domaines, à rechercher la vérité, à la capter ». Ainsi s’exprimait John Henry Newman1 dans sa Sixième Conférence sur l’idée d’université, prononcée en 1852. Le contexte est celui d’un projet de fondation d’une université catholique à Dublin, projet finalement abandonné. Culture de l’intelligence et formation de l’esprit, telle est pour Newman la finalité de l’Université.

2Sans céder à une quelconque nostalgie ni au moindre conservatisme, nous mettons les réflexions de Newman en exergue de ce numéro de la Revue des Sciences Religieuses consacré à la théologie à l’Université. Et à l’heure où celle-ci risque de devenir dépendante d’une volonté politique qui entend sanctionner la survie des études universitaires à proportion de leur rentabilité, les théologiens de l’Université de Strasbourg engagent la discussion sur le rôle de l’Université, par le biais d’une réflexion sur la place des études théologiques dans le parcours universitaire. « Quelle place pour la théologie aujourd’hui ? » est donc une façon de s’interroger sur la place et l’avenir de l’Université dans notre société, le savoir qu’elle est appelée à assurer et à diffuser, le but des études supérieures et leur contribution tant dans la formation de l’individu que dans la promotion d’une certaine culture. Les contributions de ce numéro de la Revue des Sciences Religieuses sont issues de la journée d’études organisée sur ces questions le 23 mars 2012 par Isabel Iribarren et Françoise Vinel.

3Une telle réflexion ne saurait être véritablement fertile que si l’on considère son évolution à travers l’histoire. Il sera donc question également des origines de l’Université au Moyen Âge, son évolution, ses acteurs principaux, ses métamorphoses à l’âge moderne, lorsque, d’abord institution cléricale et donc profondément élitiste, elle s’ouvre au laïcat par le biais d’une conscience nationale grandissante – ce qui ne va pas sans enjeux de pouvoir, qu’il s’agisse de l’autorité spirituelle ou des revendications du prince. Ainsi, c’est toute l’histoire de l’Université qui peut être convoquée pour examiner ces questions. Non sans lien avec ce que l’Antiquité et le Moyen Âge nommaient « arts libéraux », une expression que Newman reprend volontiers, on tentera de montrer qu’une Université digne de ce nom ne s’entend pas sans une place pour la théologie. Par là on entend non pas un discours rabâché sur l’autorité religieuse, ni une forme intellectualisée de la catéchèse, mais bien une réflexion critique sur la rationalité qui habite tout discours sur Dieu, dans la diversité de ses formes et la rigueur de ses exigences. Et en ce sens, la théologie entend contribuer avec conviction à la vocation première de l’Université : dans les termes d’Alain de Libera, l’universel, la discussion argumentée, la critique des faux prestiges.

4Mais le regard de l’historien appelle une réflexion épistémologique : à chaque phase de son histoire, l’Université se réfère, de manière explicite ou non, à des modèles de savoir. Il nous revient de les définir et de voir comment ils imposent dans la culture de chaque époque une représentation du savoir paradigmatique. Dès lors se pose la question de ce qu’est « la » science, et la représentation, qui l’accompagne si souvent, du « progrès scientifique ». De ce dernier, on peut faire usage rationnel mais tout autant un usage irrationnel. C’est notre conviction que, sans une valorisation appropriée des humanités et de la recherche fondamentale au sein de l’Université – ce qui ne saurait faire l’impasse sur la théologie – le progrès scientifique et l’évolution technique risquent de rester ce qu’ils sont : des instruments aveugles.

5L’ensemble de ces réflexions est offert en hommage à deux de nos collègues, désormais émérites, François Boespflug et Simon Knaebel. Pendant de nombreuses années ils ont honoré, chacun à leur manière, et honoreront encore, nous le leur souhaitons, l’institution universitaire, pour le plus grand bénéfice d’étudiants des horizons les plus lointains et pour celui, aussi, de la théologie même.

Haut de page

Notes

1 J.H. Newman, L’idée d’université définie et expliquée. Les Discours de 1852, traduction d’E. Robillard et M. Labelle, 22007, Ad Solem (réédition du vol. 6 des œuvres complètes de J. H. Newman). Sixième conférence : « Le savoir dans ses rapports avec l’érudition », texte cité, p. 252.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabel Iribarren, Françoise Vinel et Jean-Pierre Wagner, « Liminaire », Revue des sciences religieuses, 87/4 | 2013, 387-388.

Référence électronique

Isabel Iribarren, Françoise Vinel et Jean-Pierre Wagner, « Liminaire », Revue des sciences religieuses [En ligne], 87/4 | 2013, mis en ligne le 18 mars 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/2989 ; DOI : 10.4000/rsr.2989

Haut de page

Auteurs

Isabel Iribarren

Articles du même auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Jean-Pierre Wagner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page