Navigation – Plan du site
Recensions

François Boespflug, Franc parler. Du christianisme dans la société d’aujourd’hui

Entretiens avec Évelyne Martini, Bayard 2012
Joseph Doré
p. 373-375
Référence(s) :

François Boespflug, Franc parler. Du christianisme dans la société d’aujourd’hui. Entretiens avec Évelyne Martini, Bayard 2012, 355 p.

Texte intégral

1Voici un ouvrage qui n’a à l’évidence besoin d’aucune recommandation. Si j’ai cédé à l’amicale insistance de F.-D. Boespflug (F.B.) pour que je fasse écho à son dialogue avec É. Martini, ce n’est que pour honorer à la fois une longue amitié et une confiance qui m’honore – à propos de sujets qui me tiennent à cœur à moi-même.

21. D’une typographie élégante, l’ouvrage compte 350 pages, réparties en neuf chapitres. Le Frère J.-P. Vesco alors prieur de la Province dominicaine de France signe une Préface où il déclare sa « fierté de voir que l’ordre dominicain a finalement pu être un cadre propice au développement d’une telle œuvre d’intelligence théologique de la beauté à laquelle F.-D. Boespflug a consacré l’essentiel de sa vie de prêcheur ».

3Dans un « Avant-propos en duo », l’auteur puis son interviewer s’expliquent sur leurs intentions : ils visent ceux qui « se savent et s’acceptent sensibles à la question de la présence et de la transmission de l’Évangile aujourd’hui, et du rapport des communautés chrétiennes à ce monde en changement accéléré » ; ils feront écho à ce qui est entre eux « un vrai compagnonnage intellectuel et spirituel » ; ils donneront expression à leur « goût pour la théologie », attentifs à tout ce qui peut « libérer le christianisme de la prison des stéréotypes ».

4Une dizaine de pages liminaires (23-36) sont alors consacrées à des « questions premières » sous le titre « Des sciences humaines à la théologie » : on nous y précise que si le champ principal des recherches et des publications de F.B. a bien été celui des sciences humaines (surtout histoire de l’art et histoire comparée des religions), il n’en est pas moins radicalement mû par une interrogation fondamentalement théologique.

5Les neuf chapitres qui suivront marquent d’abord « les grandes étapes d’une vie » (1 à 4) puis portent sur les « problèmes et réalités » auxquels cette vie s’est de fait trouvée confrontée : les vœux religieux et le statut du prêtre (5 et 6), le pouvoir et l’autorité (7), la culture (8), la théologie dans le monde actuel (9).

6En fin de parcours, chacun des deux interlocuteurs présente des « conclusions ». É. Martini – qu’on ne peut que féliciter pour à la fois la précision et la pénétration de ses questions – nous dit à quel point son intérêt s’est concentré sur « l’enjeu chrétien pour le temps-à-venir ». F.B. estime qu’il a

7« pu dire ce [qu’il avait] à dire, ou du moins ce qu’il croyait utile et opportun de dire dans le cadre du débat ecclésial et social d’aujourd’hui ».

82. Tels étant le déroulement global et l’intention générale du livre, on peut dire que s’y conjoignent l’apport d’une analyse serrée de la situation et des problématiques d’aujourd’hui, et celui d’une proposition théorique et théologique forte.

9La question de fond étant celle de l’intérêt et des chances de la foi chrétienne aujourd’hui et demain, F.B. a fait choix d’adopter pour en traiter – une fois n’est pas coutume – une perspective qu’on peut dire « attestataire » (mais authentiquement « documentaire » à ce titre) et un style qui est celui du « franc parler », comme le déclare d’emblée le titre même qu’il a retenu. Ainsi parle-t-il avec clarté non seulement de lui-même et de sa propre existence mais de l’Ordre qui l’a accueilli et dans lequel il a fait choix de demeurer, et aussi de l’Église catholique dont il se reconnaît membre et se veut solidaire.

10Dans cette opération, son souci est de se garder aussi bien de l’exhibitionnisme que du règlement de compte ; sa volonté est d’éviter de se donner en spectacle ou en exemple, mais plus encore de bannir tout ce qui pourrait blesser et à plus forte raison bien sûr scandaliser. Son souhait serait que le lecteur veuille bien lui accorder tout simplement une vraie estime, gage réel d’une effective réception, car il n’est à la recherche ni de la célébrité ni de la notoriété. J’estime pour ma part que le souci et la volonté déclarés sont honorés, que le souhait formulé est exaucé, et donc que le livre réussit le double pari d’être éclairant et utile, en adoptant un style à la fois franc et vrai.

113. F.B. est parfaitement conscient de ce qu’il consent à appeler lui aussi l’état d’« exculturation » du christianisme par rapport à la société actuelle. Il en donne maints exemples. Mais, d’une part, il fait fond sur ce qu’il estime être et demeurer, chez nos contemporains, non pas certes un sens inné de Dieu mais un sens universellement répandu de la transcendance au-delà du monde et des phénomènes, et à ce titre « l’horizon de référence de toutes les religions et de toutes les spiritualités ». D’autre part, il croit pouvoir dire que son propre chemin en une telle situation l’a porté à adhérer à ce que son contexte familial puis son choix personnel lui ont permis de découvrir concernant le mystère de Dieu. D’un Dieu qui certes nous dépasse toujours – ce qui fait d’ailleurs aussi son intérêt ! –, mais dont Jésus, si paradoxalement que ce soit, permet de réaliser qu’Il est à la fois vivant et proche alors même qu’il paraît pourtant caché et silencieux, absent voire impuissant.

12F.B. n’a pour autant aucunement « déposé les armes de la raison » ! Et s’il peut ne pas craindre de déclarer « se promener allègrement sur les pentes [vivifiantes et rafraîchissante] du dogme », c’est que ce dernier est « de part en part un essai de penser et de formuler verbalement ce qui demande à l’être, et ce qu’il est de la dignité du croyant de penser ».

13Tout le christianisme est susceptible de s’éclairer à partir de là. Et la vie religieuse, puisqu’elle visualise et concrétise des vies « aimantées par Dieu » et, par Lui, vers un « au-delà du monde ». Et la tâche sacerdotale, puisque celui qui l’exerce est placé en responsabilité d’autrui « en sa part à la fois la plus sacrée et la plus vulnérable : son inclination à croire en Dieu ou à désespérer de Lui ». Et l’ensemble de la mission de l’Église, car son unique responsabilité est, à tous ses échelons et en tout ses modes d’existence, de témoigner de Dieu en ce monde.

14Parmi « les chemins de Dieu », la voie des arts et celle des autres religions méritent toute considération. F.B. expose en détail comment, pour sa part, il les a toutes les deux pratiquées tant au plan de la recherche qu’à celui de l’enseignement et de la publication.

15Concernant plus particulièrement la voie esthétique, il précise bien qu’aucun de ses travaux tant soit peu savant n’a été entrepris dans l’intention de susciter ou de soutenir la foi chrétienne, même si l’engagement culturel est chez F.B. de fait indissociable de l’engagement religieux et reste animé par lui. La question sur laquelle on débouche lui paraît finalement toujours être celle de savoir « Qui est Dieu », au-delà des mots et des images, au-delà du pullulement de ses représentations artistiques.

16F.B. peut même avouer qu’il y a là, à proprement parler, « la question de sa vie ». On lui en donne volontiers acte, tant transparaît tout au long son souci de lier fondamentalement approche culturelle et visée théologale. Aussi bien son avis sera-t-il finalement que la responsabilité du « théologien dans la cité » est d’aider ses contemporains à percevoir – comme y conduit du reste une juste réflexion sur les œuvres d’art – que ce qui peut s’offrir de « gratuité » en ce monde « fait précisément mémoire d’un Don originaire dont tout procède ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joseph Doré, « François Boespflug, Franc parler. Du christianisme dans la société d’aujourd’hui », Revue des sciences religieuses, 87/3 | 2013, 373-375.

Référence électronique

Joseph Doré, « François Boespflug, Franc parler. Du christianisme dans la société d’aujourd’hui », Revue des sciences religieuses [En ligne], 87/3 | 2013, mis en ligne le 18 mars 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/2986

Haut de page

Auteur

Joseph Doré

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page