Navigation – Plan du site
Recensions

Pierre Gisel, Du religieux, du théologique et du social

Traversées et déplacements Paris, Éditions du Cerf, coll. « Philosophie & théologie », 2012
René Heyer
p. 370-371
Référence(s) :

Pierre Gisel, Du religieux, du théologique et du social. Traversées et déplacements, Paris, Éditions du Cerf, coll. « Philosophie & théologie », 2012, 276 p.

Texte intégral

1Le sous-titre du dernier ouvrage publié par Pierre Gisel, « traversées et déplacements », peut s’appliquer aussi bien à l’objet visé qu’au sujet qui le vise. Le religieux, le théologique et le social (rien que des adjectifs substantivés) sont des entités aux contours incertains qui se déplacent, qui se traversent les unes les autres ; et l’observateur, l’universitaire engagé dans une démarche de recherche sur ces phénomènes, n’est pas moins mobile, ou du moins requis à la mobilité par les tensions diverses qui l’attirent et le poussent : de la confession à laquelle il appartient, de la tradition du travail théologique confrontée aux autres savoirs, et de l’institution universitaire qui se voit contrainte de « rationaliser » ses formations.

2Or c’est sur le fond de mutations institutionnelles à l’université de Lausanne (voir Traiter du religieux à l’Université, 2011) que le théologien suisse écrit ou prononce les textes rassemblés dans ce livre : textes théoriques mais aussi, à leur façon, textes engagés. Ce contexte est à coup sûr plus important que la fin de carrière académique concomitante. Pierre Gisel nous alerte, nous questionne et nous dérange. Le professeur d’« histoire des théologies, des institutions et des imaginaires chrétiens » (une dénomination peu orthodoxe) ne nous propose pas un héritage à accepter moyennant quelques adaptations ; il nous met au cœur du « social occidental » face à des modes de transmission qui ne respectent pas les circonscriptions établies. Les enjeux dépassent du même coup aussi les responsabilités académiques dès lors qu’ils touchent « l’excès » de ce qui dépasse l’humain.

3Trois parties se partagent les douze chapitres. La première fait le point sur les circonscriptions qui définissent la religion : religion naturelle et théologie naturelle, philosophie de la religion ; sur les réinterprétations postmodernes du « religieux hérité » (Vattimo, Nancy, Zizek), et interroge la répartition entre théologie et sciences des religions. La deuxième partie passe en revue quelques grandes figures d’intellectuels ayant travaillé le champ religieux : Bultmann, Harnack, Trœltsch, Ricœur, Scholem ; y sont examinés aussi l’anthropocentrisme occidental et la flambée récente du créationnisme. La troisième partie enfin revient sur le statut de l’Écriture en christianisme et sur la messianité que donnerait à voir la figure de l’homme Jésus.

4La richesse de ce parcours n’est pas à vanter, pas plus que l’extrême labilité de l’auteur, dénonçant tous les pièges qui guettent l’intellectuel (dogmatisme, européocentrisme, rejet de l’autre…) et recherchant cependant la pertinence (qu’est-ce que le religieux s’il échappe aux réductions auxquelles on le soumet ?). Le lecteur trouvera dans ce volume une cartographie du champ religieux et des disciplines qui s’y croisent du point de vue des enjeux à venir : moins une somme qu’un programme de recherches donc – et il est assez beau que ce soit un nouvel émérite qui en dresse le tableau. Les critiques qu’on peut formuler sont le revers de la labilité signalée : une propension à se couler dans le politiquement correct (la pluralité est toujours bonne, pourquoi ?), une vision quelque peu irénique des rapports entre théologie et sciences des religions (quand l’ignorance mutuelle paraît plus courante), enfin des tics de langage qui deviennent pesants à l’écrit : l’abus du partitif et de l’adjectif substantivé, le statut incertain de certaines opérations de pensée (décaler ?)… Il reste que c’est bien à l’horizon de « la société de tous » que l’auteur entend poser ses questions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Heyer, « Pierre Gisel, Du religieux, du théologique et du social », Revue des sciences religieuses, 87/3 | 2013, 370-371.

Référence électronique

René Heyer, « Pierre Gisel, Du religieux, du théologique et du social », Revue des sciences religieuses [En ligne], 87/3 | 2013, mis en ligne le 17 mars 2016, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://rsr.revues.org/2983

Haut de page

Auteur

René Heyer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page