Navigation – Plan du site
Recensions

Frédéric Rognon (dir.), Générations Ellul. Soixante héritiers de la pensée de Jacques Ellul

Genève, Éditions Labor et Fides, 2012
Marie-Jo Thiel
p. 369-370
Référence(s) :

Frédéric Rognon (dir.), Générations Ellul. Soixante héritiers de la pensée de Jacques Ellul, Genève, Éditions Labor et Fides, 2012, 390 p.

Texte intégral

1Avec cet ouvrage, notre collègue de théologie protestante nous propose un ouvrage passionnant publié à l’occasion de la naissance de Jacques Ellul (1912-1994). C’est l’occasion de relire et de s’approprier la réflexion immense, tant en théologie et Bible qu’en éthique et en sociologie de ce penseur visionnaire. F. Rognon retrace brièvement en introduction la biographie d’Ellul et propose en annexe la liste impressionnante des livres, articles et contributions diverses que le spécialiste a laissé moyennant un travail acharné, quasi ascétique et vécu « comme un impératif venant de Dieu. Mettre mon intelligence à son service ! ». Il présente aussi de manière synthétique et astucieuse l’œuvre d’Ellul, son architecture dialectique et ses deux grands versants (sociologique et théologique). Ensuite soixante « héritiers », des hommes et des femmes, philosophes, politiques, scientifique, journalistes, écologistes, théologiens…, de nationalités diverses, prennent la plume pour témoigner, « expliquer leurs dettes, mais aussi leurs réserves à l’égard de Jacques Ellul ». À chaque fois, F. Rognon site l’auteur et son œuvre, les grands axes de sa recherche et ensuite comment il a pu être mis au contact avec les publications et/ou le scientifique Jacques Ellul lui-même, et enfin comment il a pu adhérer ou se distancier ou alterner les deux mouvements. Parmi ces héritiers, l’on trouve des noms aussi divers que Olivier Abel, Dominique Bourg, ou Jean Baubérot, comme Jean-Claude Guillebaud ou José Bové, Gilbert Hottois ou Noël Mamère… Et la force de l’ouvrage, c’est que « leurs témoignages permettent d’entrer de façon percutante dans sa pensée qui éclaire les grands défis contemporains en matière d’écologie, de développement, de communication ou de religion ». Impossible de rendre compte de tout cela en détail, mais prenons quelques exemples. Olivier Abel découvre simultanément, dès 1967, Ellul et Ricœur : le premier lui permet de dire « non » au monde alors que le second l’ouvre à la conjonction « oui » et « non ». Pour le théologien protestant qui fera un film sur son collègue, il avoue avoir « besoin de l’optimisme de Ricœur et du pessimisme d’Ellul » et il « oscille entre les deux ». Un autre héritier, Dominique Bourg, celui qu’on peut présenter comme ayant « mené l’étude la plus approfondie et la plus rigoureuse sur l’œuvre sociologique de Jacques Ellul », critique la thèse de l’autonomie de la technique, reprochant à Ellul « son incapacité à prendre en considération l’importance du marché et des institutions financières en matière de dynamisme technique », tout en lui concédant une autonomie « relative ». Mais en intégrant l’université de Lausanne et le « camp de la décroissance », le philosophe relit autrement Ellul et concède : « Ma thèse demeure toujours que la technique est consubstantielle à la condition humaine, qu’il n’y a pas d’humanité sans artifice, mais je n’avais pas vu que l’artifice peut phagocyter l’humain ». L’activiste José Bové, ainsi qu’il aime se nommer, doit à Ellul tout son arsenal d’analyse critique et à Gandhi ses méthodes d’action. En retraçant son parcours, F. Rognon découvre ainsi un J. Bové qu’on n’a pas l’habitude de voir mais pour qui Ellul représente une forme de fil conducteur dans son engagement. Gilbert Hottois, le spécialiste de la « technoscience », est confronté, au début de sa carrière, à la pensée d’Ellul qui écrit la préface d’un de ses ouvrages mais cela le plonge dans un long malentendu dont il aura peine à sortir malgré bien des démentis. Hottois qualifie Ellul de « penseur technophobe »… Un livre à lire : la variété des points de vue de ces héritiers représente une très belle façon d’entrer dans la pensée de Jacques Ellul, tout en ouvrant un œil à la fois critique et positif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Jo Thiel, « Frédéric Rognon (dir.), Générations Ellul. Soixante héritiers de la pensée de Jacques Ellul », Revue des sciences religieuses, 87/3 | 2013, 369-370.

Référence électronique

Marie-Jo Thiel, « Frédéric Rognon (dir.), Générations Ellul. Soixante héritiers de la pensée de Jacques Ellul », Revue des sciences religieuses [En ligne], 87/3 | 2013, mis en ligne le 17 mars 2016, consulté le 30 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/2982

Haut de page

Auteur

Marie-Jo Thiel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page